Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Victor Dubuisson: Ange ou Démon? Le débat vous passionne!

Victor Dubuisson: Ange ou Démon? Le débat vous passionne!

Auteur d’une superbe semaine au Royal Golf Club de Liverpool, ponctuée par une solide 9ème place en 278 total, et à seulement sept coups du vainqueur, Rory McIlroy, le français, Victor Dubuisson est curieusement au centre d’un débat lié à son attitude envers la presse française.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le 19 juillet en milieu de journée, et avant la fin du troisième tour de The Open, Philippe Chassepot, journaliste à L’Equipe publie un article consacré Victor Dubuisson avec le titre « Le malaise Dubuisson ».

Sans parti pris, nous avons justement pris le temps de lire l’article et les commentaires, puis de voir, d’autres commentaires sur facebook, toujours suscités par cet article, et d’autres sur le même sujet.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le sujet vous fait réagir, et même avec vigueur !

Le phénomène Dubuisson : Attention à l’overdose

Pour avoir été témoin privilégié du dernier Open de France à Saint-Quentin-en-Yvelines, nous avons pu constater à quel point, Victor suscitait la passion de la part du public.

Aucune autre partie n’a été autant suivie que celle de Dubush sur le premier jour.

Incroyable public qui se prend d’affection pour un jeune golfeur en pleine éclosion, et qui laisse passer sans mot dire à quelques mètres de là, un grand champion, Thomas Levet, qui lui a déjà gagné l’Open de France en 2011 (pas si lointain), et terminé deuxième de The Open en 2002 !

Pour avoir suivi ou plutôt essayé de suivre le parcours des deux hommes, nous pouvons comparer l’intérêt du public pour Dubuisson à quelque chose d’une rock star, quand l’intérêt pour Levet avait quelque chose de beaucoup plus confidentiel.

Victor Dubuisson: Ange ou Démon? Le débat vous passionne!

Dans ce débat sur Dubuisson avec d’un côté, les médias qui commencent à se lasser, et même à se plaindre d’une attitude jugée arrogante de la part de Victor, et de l’autre, des fans qui le découvrent, et en font déjà l’équivalent de Neil Armstrong (on parle beaucoup en ce moment du premier homme à avoir marché sur la Lune…un peu ce que fait Dubuisson depuis quelques semaines au niveau du golf français), peut-être serait-il bon de remettre les choses dans le bon contexte, et dégonfler toutes les têtes.

Comment concevoir que le golf français se déchire, alors qu’il tient enfin un joueur d’envergure mondial ?

Tout d’abord, Victor Dubuisson n’est pas la première star du golf français !

Sans remonter jusqu’ Arnaud Massy, combien d’amateurs ont profité de la présence de Jean Garaialde pendant l’Open de France ne serait-ce que pour le saluer ?

Pour l’avoir croisé, nous pouvons vous confirmer qu’il pouvait se déplacer assez librement dans les allées de l’Open !

Jean Van de Velde, Jean-François Remesy et Thomas Levet ont par le passé, et même un passé très récent, réussi de grandes choses pour le golf français.

Van de Velde aurait certainement préféré marqué l’histoire du golf autrement que les pieds dans l’eau, mais il faut bien admettre que tous les derniers British Open, celui de 1999 et Carnoustie tient une place spéciale dans les mémoires.

L’édition 2014 remportée par McIlroy a été magnifique pour le spectacle offert, et la qualité des protagonistes.

Pas sûr que dans dix ans, on ne se souvienne pas plus de Van de Velde que de McIlroy.

Remesy a fait un truc juste énorme en gagnant deux Opens de France consécutifs !

Pour tous ceux qui aiment le tennis, et se souviennent de la victoire de Noah à Roland-Garros en 1983, ce double succès de Remesy à la maison a sans doute été un des plus grands moments d’intenses émotions pour le sport français depuis des années.

Et que dire de la première victoire en Ryder Cup pour Monsieur Levet !

Thomas Levet seul au monde sur un Open qu'il a pourtant gagné en 2011

Oui, Victor a remporté le Turkish Airlines devant Tiger Woods et d’autres. Oui, Victor a perdu en finale des championnats du monde de match-play contre Jason Day, et oui, depuis, il démontre une régularité à très haut niveau.

Mais calmons-nous !

La principale différence entre Dubuisson et nos trois mousquetaires, c’est que Victor est surtout plus jeune.

De l’aveu même de Levet, il est destiné à de grandes choses, car il a le talent d’un golfeur régulièrement top-10 mondial. Il l’a encore prouvé ce week-end à Hoylake.

Cependant, sans démériter, il lui faudra encore gagner un tournoi majeur, une Ryder Cup ou un Open National pour dépasser les golfeurs cités précédemment.

Chose dont nous ne doutons pas qu’elle puisse arriver. Ceci dit, nous ne doutions pas que Sergio Garcia arrive à remporter un majeur au milieu des années 2000.

En 2014, on attend toujours que le magicien espagnol sorte de sa boite à autre chose qu’une deuxième place du British Open…

Le potentiel et la réalisation sont deux choses différentes, et le sport a cette incertitude qui fait que rien n’est écrit ou acquis par avance.

Et de ce point de vue, le bruyant soutien qu’a reçu Dubuisson à l’Open de France ne l’aide pas, bien au contraire.

Parallèle personnel

Quand je pense au premier coup de départ de Victor sur le tee numéro un du jeudi, premier tour au golf National, je repense à ma première compétition de golf où sur le tee de départ, figurait deux/trois personnes présentes, car membres de la banque sponsor du tournoi local sur le Golf de Saint-Marc (Yvelines).

Jamais auparavant, je n’avais eu à jouer avec un public composé de deux/trois étrangers, et j’ai perdu mes moyens…J’ai joué des centaines de compétitions, pourtant, encore aujourd’hui, je me souviens parfaitement de ce que j’ai ressenti sur un coup (une partie de golf en compte une centaine…enfin une de mes parties…)

Tee de départ pour une partie classique à l'open

Alors imaginez qu’un jeune homme comme Victor Dubuisson, certes golfeur professionnel qui joue toutes les semaines devant des centaines de personnes (le public européen, asiatique ou même américain qui suit les tournois de Dubuisson reste encore anecdotique hors de France) doive soudainement prendre le départ de son tournoi national devant des milliers de personnes, qui s’écrasent les uns les autres, pour être au plus près du champion.

Prennent des photos ou des vidéos alors que c’est interdit…Se ruent dans ses pas, et l’acclament…

Le tee de départ du trou numéro 1 quand Dubuisson arrive pour jouer

Je ne suis pas golfeur professionnel. Mais j’imagine que seul dans sa tête, quand Victor a vu tout ça, il a perdu de vue le centre du fairway.

Résultat, il a commis une socquette, et terminé le trou avec un triple qu’il mis beaucoup de temps à évacuer. Certains que Dubuisson a perdu l’Open de France sur ce premier coup !

Alors oui, le public c’est bien, mais trop, cela ne l’aide pas.

De la même façon que les polémiques autour de son attitude sont à fois en partie vraie, et en partie trop importante par rapport au véritable enjeu.

Derrière les provocations, une blessure plus ancienne et toujours vivace

La vérité, c’est que le public français découvre Dubuisson, mais bien qu’il soit jeune, lui ne découvre pas le milieu du golf français, qui lui a la langue bien pendu.

Le golf se veut un milieu bien propre sur lui, et érige même en code de l’honneur, sa fameuse étiquette.

La vérité, c’est qu’une fois dans le milieu, vous découvrez que le golf est un milieu comme les autres, avec ses « langues de p… », et tout le reste qui va avec…

Pas mieux, pas pire qu’un autre environnement…

Plus jeune, Dubuisson a été catalogué par de nombreux journalistes comme un paria, et encore, je retiens certains commentaires que j’ai entendu ou lu.

Aujourd’hui qu’il est au sommet, les mêmes et certainement pas Philippe Chassepot, l’encensent, et je l’ai déjà écrit, lui lèchent les crampons pour l’interviewer.

Le problème, c’est que lui ne sait pas ou ne sait plus faire la différence.

A qui faire confiance ?

Qui est sincère, et qui est une langue de p…. ? Mettez-vous une minute à sa place, quand adolescent, jeune homme, on vous prend pour un con, et aujourd’hui que vous réussissez, tout le monde est à vos pieds.

D’une part, ne lui demandons pas d’avoir à 23 ans, la maturité de quelqu’un de 26 ans, et d’autre part, apprenons à recréer une relation de confiance avec lui.

Tout le monde encense McIlroy, tout juste vainqueur d’un troisième majeur à moins de 26 ans, mais 18 mois en arrière, ce n’était qu’un golfeur mal embouché qui abandonnait piteusement au Honda Classic en inventant un faux prétexte.

Entre temps, McIlroy a pris le temps de grandir. Le talent a toujours été là. Mais pour devenir un champion, il faut traverser quelques épreuves.

Dubuisson va connaitre ce même destin. Ne soyons pas impatients.

dubuisson-solitaire.JPG

Concernant la presse, qui du coup est vilipendée par les archi fans, il est important de se rappeler deux choses.

Tous les journalistes ne sont pas mauvais, et sans connaissance des choses du golf, bien au contraire, ce sont des passionnés qui transmettent justement cette passion.

Sans eux, je n’aurai jamais ouvert une revue de golf, et rêvé à Ballesteros, Faldo, Olazabal ou Monty,  et peut-être que je n’aurais jamais joué au golf.

Tous ne comprennent pas l’attitude de Dubuisson, car tous ne connaissent pas le fond de l’histoire. Comme le public, la plupart d’entre eux découvrent Victor.

Il n’est pas plus malin de dire que Dubuisson est un asocial que de dire que le Journal L’Equipe et leurs journalistes font un travail de mauvaise qualité.

Dans les deux cas, ces propos sont extrêmes.

Les propos tenus par Dubuisson que Monsieur Chassepot rapportent dans son sujet démontrent le fossé de communication qui existe, mais un fossé, ça se comble, et la fédération française de golf doit prendre la mesure du problème, adopter la bonne stratégie, plutôt que de compter les points ou d’être dépassée par le problème.

Sur son compte Facebook, Pascal Grizot, membre de la FFG, et personne à qui on doit en grande partie, la Ryder Cup en France, doit faire plus que de témoigner en sa faveur :

« Victor est un grand champion ! Ok tout le monde est d'accord pour dire que ce qu'il fait au British est incroyable. Mais Victor est aussi un champion généreux, outre les visites qu'il fait aux pôles, pour partager son expérience avec les espoirs, il vient d'inviter quatre joueurs des équipes de France, tous frais payés, à venir le suivre à la finale de la Race to Dubaï. »

La FFG doit créer les conditions du dialogue entre Victor et la presse. Ecarter ceux qui ont soufflé sur les braises, et remettre sur la table des conditions saines entre les deux parties.

Tout le monde s’accorde pour dire qu’un conflit Dubuisson/presse ne servirait personne

Lui pense qu’il peut s’en passer. Il a en partie raison, et en partie tort.

Les fans doivent apprendre à se modérer, et le milieu du golf se souder autour de celui qui représente bien plus qu’ un bon joueur de golf, comme l’écrit à juste titre, Franck Nicol, directeur du Golf de Saint-Malo :  « Hier soir, I-télé, journal des sports : Foot, Tour de France et... British Open !!! "Un des majeurs du circuit et il y a un Français en 5ème position : Victor Dubuisson". Depuis 1986, je travaille dans le golf, et beaucoup ont fait énormément pour développer ce sport, et ce marché. En six mois, les résultats de Victor Dubuisson ont permis d'aller 10, 20, 50, 100 fois plus vite. Messieurs les Journalistes, ne cherchez pas à opposer Victor, ou encore faire croire que sa non performance à l’Open de France soit la fin d'un feu de paille. N'oublions pas Jean, Greg, Thomas et tous les autres qui ont contribué à ce que les joueurs français soient reconnus. Regardez derrière vous ! Messieurs Ballesteros et Olazabal ont permis à l'Espagne d'être une terre de golf. Elle a même obtenu une Ryder Cup à Valderama (grâce à l'aide d'un mécène) ! Nous pouvons faire encore mieux. Joueurs, journalistes, acteurs du golf il faut accompagner nos jeunes joueurs, et nous aurons le (les) champion(s). Etre Positif...»

dubuisson2.jpg

Monsieur Nicol a raison a plus d’un titre : il faut être positif et tourné vers l’avenir.

Car Dubuisson n’est effectivement pas tout seul. Il y a d’autres « élus » à commencer par Alexander Levy. De plus qui vous dit que Bourdy, Jacquelin, Havret et consorts ont dit leurs derniers mots ?

Concernant la presse, difficile d’être juge et partie, cependant, il faut admettre que dans l’esprit du public, se mélange les commentaires d’un Laurent Ruqiuer, raillant Dubuisson et son statut fiscal sans plus de prétention que d’amuser la galerie, et ceux des journalistes sportifs qui font leur métier d’informations de manière généralement très positive concernant les golfeurs français.

Hier ne nous intéresse plus, Demain est à construire ! Comme pour un journal, dans cette situation plus qu’une autre, il faut savoir tourner la page…

Dubuisson, ange ou démon ? Comme tout le monde, il est un peu des deux…et c’est pour cela que vous l’aimez. 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2713
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.