Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Une pluie d’étoiles coréennes sur Donald Trump lors de l’ U.S. Women’s Open 2017

Photo : Mark Newcombe-visionsingolf.com

Cette fois, Donald Trump n’aura pas vu les couleurs américaines éclairer le ciel du New Jersey, au dessus de son parcours. Le dimanche de la finale de l’ U.S. Women’s Open 2017 au Trump National à Bedminster à vu naître une pluie de nouvelles étoiles asiatiques sur le golf féminin. En produisant un dernier tour parfait en 67, la sud-coréenne, Sung Hyun Park, âgée de 23 ans,  pourrait bien être la prochaine vedette du circuit féminin.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le président Donald Trump est allé directement depuis Paris, où il avait assisté aux cérémonies du 14 juillet, jusqu’à son club de Bedminster, pour passer trois jours à l'US Women's Open, où il n’aura pu qu’assister à la domination des joueuses asiatiques, et plus particulièrement sud-coréennes.

Le président a assisté au tournoi, mais alors qu'il regardait les meilleures golfeuses de la LPGA se mesurer sur le parcours, à quelques kilomètres de là, les manifestants se sont affrontés. Régulièrement des manifestations ont eu lieu tout au long de la semaine près de la bibliothèque publique de Clarence Dillon située à quelques kilomètres du tournoi.

Donald Trump voulait regarder de plus près les exploits de ces joueuses, avec son fils Eric à ses côtés. Il a développé, cette, sa, propriété, le Trump National Golf Club, et il considère l'ensemble de l'installation comme l'un de ses plus grands succès.

Comme à son habitude, il a envoyé une demi-douzaine de tweets au sujet du tournoi, qui ont été relayés dans le monde entier.

La Corée s’installe confortablement dans l’avenir du golf féminin

Dans une époque en constante évolution du golf féminin, nous avons eu un aperçu de ce qu’aller être son avenir, lors d'un dimanche ensoleillé dans le New Jersey. Hye Jin Choi sera de nouveau en vue, cela semble désormais certain. Et Sung Hyun Park s'est insérée dans le petit groupe des meilleures joueuses de la planète.

Juste derrière la Rookie Sung Hyun Park, c’est une joueuse amateur, Hye Jin Choi, qui a failli rééditer l’exploit de la française Catherine Lacoste en 1967, en devenant la deuxième joueuse amateur à remporter l’ U.S. Women’s Open.

À cette occasion, Hye Jin Choi a affiché le meilleur score jamais atteint par un amateur à l'US Open Women's Open.

Mi Jung Hur. Photo : Mark Newcombe-visionsingolf.com

Deux autres Coréennes, Mi Jung Hur et So Yeon Ryu, ont terminées à la troisième place, avec sept coups sous le par.

Derrière, seule l’espagnole Carlota Ciganda, cinquième, a réussi à s’immiscer au milieu d’un groupe de 10 joueuses asiatiques, qui ont totalement dominé ce plus grand tournoi de golf féminin de l’année.

Ce ne sont pas les étoiles du drapeau américain qui ont brillées pour Donald Trump

En spectateur, Donald Trump, vêtu d'une chemise rose et d'un blazer bleu avec un double revers, est apparu au balcon d’une tente fortifiée montée sur une plate-forme, entre le club house et le green du 15 ème trou.

À cet instant, du haut de son balcon, Donald Trump, observait Hye Jin Choi, une golfeuse amateur de 17 ans en provenance de Corée, avec des broches sur ses dents, essayant de gagner l' U.S. Women’s Open. Elle venait de frapper près du drapeau du 15ème trou, un par-4, et avait à faire un putt d’environ 3 ou 4 mètres pour réaliser un birdie.

Photo : Trump National Bedminster

Donald Trump a bien fait ressentir sa présence à l'US Women's Open, mais une jeune coréenne lui a volé le spectacle. Après des semaines d'incertitude, à l'US Open Women's 2017, on a cessé de parler du président Donald Trump et de ses opinions à l'égard des femmes, et il s'est produit ce que l'USGA souhaitait : un bon tournoi sur un bon parcours.

Les joueuses coréennes laissent leurs concurrentes américaines bien loin…

La première joueuse américaine est Marina Alex qui se classe 11 ème. Chez les françaises présentes lors de cet U.S. Women’s Open, Isabelle Boineau et Karine Icher n’ont pas passé le cut.

Photo : JeudeGolf.org

Marina Alex a grandi à seulement 40 km de route d'ici, à Wayne, et pour ce qui la concerne, voir un président assister à l'US Women's Open, et c’est la première fois depuis que le président Clinton en 1997, avait également assisté à un tournoi de l'USGA en tant que président, est une bonne chose pour le golf féminin.

« Indépendamment de votre affiliation politique, et si vous êtes un fan de Trump ou vous n'êtes pas un fan de Trump, avoir un président à un événement de golf féminin est assez remarquable », a t-elle dit. « Nous avons un groupe incroyable de femmes talentueuses qui jouent au golf en ce moment. Si cela permet à plus de personnes de nous voir jouer notre jeu, je ne vois rien de mal avec ça ».

En compétition pour constituer l'équipe des Etats-Unis pour la Solheim Cup, les six premières sur la liste des points sont pratiquement certaines : Lexi Thompson, Stacy Lewis, Gerina Piller, Cristie Kerr, Jessica Korda et Danielle Kang. Michelle Wie et Brittany Lang seront vraisemblablement aussi qualifiées par le classement Rolex.

Au delà de la présence de Donald Trump sur son parcours de golf, présence qui finalement n’a pas entraînée les débordements attendus par certains, ce que nous retiendrons de cet US Women's Open, c’est bien la domination du contingent féminin sud-coréen.

Photo : JeudeGolf.org

Huit des 10 finalistes du plus grand tournoi féminin du monde sont coréennes. Pouvez-vous vous rappeler qu'une seule nation ait déjà pu réaliser un tel classement dans un majeur de golf ?

En fait, il faut remonter assez loin en arrière, et c'est remarquable. Aujourd’hui la Corée domine le golf professionnel féminin, et le classement de cet US Women's Open devrait suffire pour en être convaincu.

En 1971 à Merion lors de l’US Open, les 12 premiers sont tous américains. D'ailleurs, la même année, lors de l'US Women's Open, les 10 premières sont toutes des joueuses américaines. La surprise pour Donald Trump de ce tournoi à Bedminster, est que maintenant les drapeaux sur les panneaux de classement, ne sont pas des étoiles et des rayures.

Donald Trump a décollé alors que le tournoi était en train de se terminer, et n’est pas resté pour la cérémonie de remise des prix. Deux médailles ont été posées autour du cou de Hye Jin Choi, une en argent pour sa deuxième place, et une en or pour être la première amateur.

Hye Jin Choi était la petite amateur pour la deuxième année consécutive. Le seul inconvénient pour elle était qu'elle ne pouvait pas remporter le prix pour la deuxième place d’un montant de 540 000 $.

« Je veux dire que ce serait bien si j’avais pu obtenir de l'argent, mais je pense que mon objectif principal était de venir ici et de concourir, alors, obtenir cette deuxième place signifie en fait plus pour moi ».

Quand on lui a demandé laquelle des deux signifiait le plus pour elle. Elle a souri et a déclaré en coréen, « celle là ». Elle a soulevé la grande médaille d'or, « Ils ne donnent pas celle-ci chaque année ». Non, ils ne le font pas. Il y a toujours une finaliste. Mais il n'y a pas toujours une petite amateur.

Au final, c'était un beau tournoi de golf, sur un beau parcours, avec huit des 10 meilleurs finalistes venant d’un seul pays, la Corée, là où les jeunes femmes golfeuses savent ce qu'il faut faire pour réussir rapidement dans un sport difficile.

Sung Hyun Park a gagné 900 000 $. Hye Jin Choi a remporté une médaille d’or. Son jour arrivera bientôt…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 684
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.