Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

US Open de golf 2014: Mickelson rode son jeu au Memorial

US Open de golf 2014: Mickelson rode son jeu au Memorial

Au moment de démarrer le premier tour du Memorial, le tournoi de Jack Nicklaus, organisé à Dublin dans l’Ohio sur le parcours de Muirfield village, Phil Mickelson semble très optimiste à propos de son jeu, et à quelques semaines du prochain US Open de golf à Pinehurst, il était même grand temps.

srixonc.jpg

Sur deux cuts manqués après trois départs sur le PGA Tour, le gaucher a passé les derniers jours à travailler intensément au practice, tout en espérant que son petit jeu habituellement si génial sera de retour à son meilleur niveau.

A la recherche de ses meilleures sensations…

Le vainqueur du dernier British Open a admis avoir apprécié ces dernières semaines passées à la maison pour travailler sereinement sur son jeu.

Les semaines de tournoi, le gaucher comme les autres golfeurs professionnels, admet ne pas pouvoir pleinement travailler sa technique. Au contraire, entre deux tournois, il y a beaucoup d’autres facteurs à prendre en compte.

« J’ai eu la chance de passer du temps avec mon swing coach (Butch Harmon), tout en ayant aussi l’opportunité de voir mon coach pour le petit jeu, Dave Pelz. Je me sens très impatient concernant les trois semaines à venir. »

Poursuivant « Nous allons bien voir comment les choses vont se passer. Mon petit jeu est en place alors que depuis le début de l’année, ce n’était pas ça. Je me sens bien, donc je suis curieux de voir comment les choses vont tourner cette semaine. »

Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que « Lefty » n’a pas brillé sur deux des plus gros événements du début de saison : le Masters et le Players.

Dommage, lui qui est pourtant habituellement un des principaux animateurs du Masters, son talent et son esprit offensifs ont vraiment fait défaut, notamment sur le week-end du Masters, où Bubba Watson a éteint toute forme de suspense.

Une onzième place au Wells Fargo Championship est apparue comme la seule éclaircie dans ce printemps plutôt raté pour le golfeur de San Diego.

« Cela se joue à tellement rien de poser ses approches à deux mètres ou à quatre mètres du trou. »

« Oui, cela fait une grosse différence en termes de score. Le bon touché, la bonne lecture du lie, prendre la balle clean, toutes ces petites choses sont les premières à remettre dans le bon sens quand vous ne jouez pas bien. »

Enchaînant « Désormais, j’ai de nettement meilleures sensations, et à deux semaines de l’US Open, je peux même affirmer que je ne me suis pas senti comme ça depuis un moment. »

Mickelson qui est connu pour son jeu ultra offensif autour des greens doit impérativement se relancer en vue du prochain US Open.

A quarante-trois ans, il lui faut encore démontrer qu’il est capable de faire partie du présent du golf mondial, et qu’il n’est pas sur la pente déclinante.

Ceci-dit, Miguel Angel Jimenez ne cesse de démontrer que l’on peut avoir plus de cinquante ans, et continuer à gagner au plus haut niveau.

…pour partir à la conquête du Grand Chelem de golf !

Phil Mickelson a déjà remporté cinq majeurs dont le dernier l’an passé sur The Open Championship, mais si sa carrière devait s’arrêter aujourd’hui, il lui manquerait une victoire dans son Open à lui… l’US Open, sur lequel il détient le record de secondes places (6).

Le championnat américain qui va se dérouler du 12 au 15 juin à Pinehurst, en Caroline du Nord, a même déjà été pour lui le théâtre d’une seconde place en 1999.

Quinze ans après, et en l’absence de Tiger Woods, qui a tout juste confirmé son forfait, Mickelson sait qu’il ne lui reste pas pléthore d’occasions, peut-être encore trois ou quatre d’ici à la fin de sa carrière.

Il lui faut profiter d’un terrain favorable comme celui de Pinehurst.

« La manière de considérer les champions qui ont réussi l’exploit de remporter les quatre majeurs est très différente de tous les autres vainqueurs. Bien que je me sente chanceux de faire partie de ceux qui en ont déjà remporté trois. J’aimerai vraiment pouvoir me dire, à la fin de ma carrière, que je fais partie du clan très fermé des vainqueurs du grand chelem. »

Déterminé comme avant chaque départ en majeur, Lefty l’assure « Je suis convaincu que les résultats vont venir à partir du moment où je vais bien jouer. Ce n’est pas le fait de terminer premier, deuxième ou top-10 qui m’importe, mais plus de construire de la confiance dans la perspective de l’US Open. Après ces dix jours de practice, je sens vraiment que mon jeu est posé comme il ne l’a pas encore été cette saison. Si je n’ai pas de bons résultats dans les prochains jours, c’est vraiment qu’il faudra que je trouve quelque chose d’autre, car de mon point de vue, je me sens prêt. »

Une préparation qui n'a pas pu passer par Pinehurst

Seul ombre au tableau dans la préparation du champion, Mickelson n’a pas pu préparer son objectif principal de la saison, oserai-je dire de sa carrière, comme il l’entendait.

Depuis de longues semaines, il a en fait mis au point un calendrier spécifique pour arriver au meilleur de sa forme sur l’US Open.

Tactique qui s’est avérée payante l’an passé quand il a préparé le British Open par une victoire sur l’Open d’Ecosse, un tournoi qui avait la particularité d’être joué sur le même type de links que le majeur britannique, quelques jours plus tard.

Cherchant à jouer un maximum de fois sur le parcours numéro deux de Pinehurst, Mickelson a dû faire face à une déconvenue inhabituelle pour un golfeur professionnel.

« J’ai essayé d’aller jouer trois fois sur le parcours, mais à chaque fois le parcours était complètement booké. Je ne sais pas quand je vais avoir l’occasion de le jouer. »

Effectivement, le parcours de Pinehurst est très souvent en flux tendu, et il est particulièrement difficile d’y réserver un départ à l’impromptu.

Le fait que le parcours accueille l’US Open 2014 n’arrange rien à la chose.

En dépit de pouvoir repérer le parcours, Mickelson pourra au moins tester son jeu avec Bill Haas et Jordan Spieth sur les deux premiers tours du Memorial.

Deux partenaires qui pourront lui permettre de s’étalonner, surtout avec le deuxième nommé qui est un peu le feu follet du tour américain en ce moment.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1972
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.