Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

US Open 2017 : Alexander Levy manque le cut

US Open 2017 : Alexander Levy manque le cut -crédit photo : Mark Newcombe à Erin Hills

Cette année, il n’y aura pas d’exploit tricolore au cours de l’US Open de golf ! L’an passé, Gregory Bourdy nous avait fait rêver pendant quelques heures, en pointant le bout de son nez tout en haut du leaderboard. Cette année, aucun des trois français engagés n’a pu passer le cut. Pour Levy, l’adaptation aux greens d’Erin Hills a été plus compliquée que prévue.

Découvrez nos formules d'abonnements

Cut manqué pour Levy : Le putting ou le jeu du tee au green en cause ?

Le deuxième tour de l’US Open 2017 a confirmé qu’il y aura bien de la casse parmi les meilleurs joueurs du monde. Rory McIlroy et Jason Day ne verront pas le week-end. Il en sera de même pour les trois français, Alexander Levy, Joel Stalter et Gregory Bourdy, tous éliminés après deux tours.

Dans le cas du meilleur français sur le circuit, Alexander Levy a déclaré avoir eu du mal avec les greens très rapides d’Erin Hills.

Pourtant, d’autres compartiments de son jeu n’ont pas contribué à un meilleur classement que 133eme en +8, à commencer par le nombre de fairways en régulation sur le second tour (57%) quand la moyenne du champ de joueurs s’est plutôt situé autour de 75%.

Par conséquence, le nombre de greens en régulation a été de seulement 56% (10 greens sur 18) quand la moyenne des joueurs engagés s’est plutôt situé autour de 65%.

Si le golfeur français a eu l’impression d’être en difficulté sur les greens, c’est pourtant du tee au green que le compte n’y a pas été.  Le rough appelé fescue à Erin Hills a eu raison de beaucoup de joueurs. Il fallait impérativement jouer droit pour espérer s’en sortir.

N’importe quel coup dans ce fichu fescue, et c’était l’assurance d’un coup imprécis, trop court et souvent décevant. Tout le monde a été logé à la même enseigne.

En réalité, le français a été plutôt bon dans deux compartiments de jeu : la distance depuis le tee… et le putting !

Avec une moyenne de 313 yards depuis les départs, il a légèrement devancé le reste du champ (moyenne à 311 yards), ce qui confirme que de ce point de vue, Levy aurait bien sa place sur le PGA Tour, comme il ambitionne de le faire dans les années à venir.

Enfin, au putting, pourtant sa déception de la semaine, sa moyenne a été de 1,61 putts en moyenne sur le second tour (29 putts) soit le 34eme meilleur résultat du jour.

Entre les statistiques et l’impression d’un joueur, c’est sans doute le caractère sensitif de la performance qui prime quand vient le moment de commenter une performance à chaud.

Il faut imaginer que le parcours d’Erin Hills n’était tout simplement pas idéal pour Levy, dans la catégorie des longs frappeurs comme Jason Day, Rory McIlroy, Adam Scott, Gary Woodland, Henrik Stenson, Thomas Pieters, Francesco Molinari, ou encore Jon Rahm.

Autrement dit, pratiquement tous les longs frappeurs ont manqué le cut.

Même Dustin Johnson, actuel numéro un mondial s’est trouvé en difficulté sur les premiers tours de l’US Open.

Pour performer à ce niveau de la compétition, il faut déjà participer régulièrement à ce type de tournoi pour apprendre et progresser. C’est ce que Levy aura fait à Erin Hills.

Aucun français ne passe le cut

De son côté, Gregory Bourdy a obtenu le meilleur classement français avec la 107eme place.

Insuffisant pour passer, surtout en raison du premier tour joué en 77, le français a pourtant réalisé une deuxième journée solide en 72, avec à l’inverse de Levy, 93% de fairways touchés en régulation et 72% de greens en régulation sur le deuxième jour.

Des statistiques du tee au green qui le placent au-dessus de la moyenne des autres joueurs. Il est notamment 7eme pour le nombre de fairways touchés. Une deuxième journée qui tranche avec la première où presque tout n’avait pas fonctionné.

Le bordelais pourra être déçu de son slow-start alors qu’initialement, il pensait pouvoir faire quelque chose sur ce parcours.

A l’inverse de Levy toujours, sa mise en jeu plus précise a été bien moins longue (peut-être pas assez pour rivaliser avec les bombardiers américains à plein temps sur le PGA Tour).

Avec 291 yards de moyenne sur le deuxième tour, il se situe à la toute fin de cette catégorie statistique (138eme).

Entre précision et distance, Bourdy a fait son choix, et il aurait pu être payant.

Lui aussi a putté plutôt convenablement avec une moyenne de 1.67 par trou (30 putts). L’élimination n’est pas venue de ce secteur de jeu pourtant redouté par les européens moins au fait des greens américains.

C’est bien la partie trop moyenne de la veille qui aura été un fardeau trop lourd à porter vendredi.

Dommage, car sur un tour, Gregory avait effectivement les arguments pour s’en sortir, et se mettre au niveau.

Pour Joel Stalter, toujours sur le parcours au moment d’écrire ses lignes, c’est le jeu du tee au green qui n’aura pas permis d’espérer passer un premier cut à l’US Open.

Un tournoi qui ne restera pas malheureusement dans les annales du golf français.

Levy peut se rassurer en constatant que des pointures comme Jason Day ou Rory McIlroy n’ont pas fait mieux.

A l’inverse, l’ancien vainqueur de l’Open de France 2015, l’autrichien Bernd Wieisberger a réalisé une superbe performance pour accrocher la 19eme place provisoire. Il est le deuxième mieux classé des golfeurs évoluant habituellement sur l’European Tour après l’anglais Tommy Fleetwood, décidément très en forme dans les grands rendez-vous cette année, et sur tous les continents.

Wiesberger a non seulement été précis depuis le tee de départ (86% de fairways touchés) et relativement long (309 yards).

L’autrichien, membre de l’équipe européenne de Ryder Cup semble avoir une petite avance sur les français.  Un exemple à méditer…

Prochaine chance pour Levy et les français : The Open en juillet !

Crédit photo : Mark Newcombe à Erin Hills pour Jeudegolf.org

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 673
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.