Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

US OPEN 2016: Landry, Garcia, et Dustin Johnson aux avant-postes

US OPEN 2016: Landry, Garcia, et Dustin Johnson aux avant-postes

Difficile de distinguer une réelle hiérarchie après 48 heures de compétition à Oakmont pour le second majeur de golf de l’année. Le début du tournoi a été fortement perturbé par les conditions météos créant une petite désorganisation des parties, ce que les pros n’ont pas manqué de faire remarquer à l’USGA. Dans ces conditions, les favoris ne sont pas encore réellement sortis du bois, et en attendant, nous avons retenu le parcours de trois golfeurs qui en ont profité pour s’illustrer et crever l’écran : Andrew Landry, Sergio Garcia, et Dustin Johnson.

Découvrez nos formules d'abonnements

Au moment d’écrire cet article, le deuxième tour de l’US Open 2016 était à peine commencer. La partie de Dustin Johnson, Sergio Garcia et Hideki Matsuyama, une des parties ciblées par la télévision américaine ne faisait qu’attaquer le retour du terrible parcours d’Oakmont.

Un choix judicieux de la part du réalisateur car si le japonais ne s’est pas jusqu’à présent montré dans le coup. Sergio Garcia et Dustin Johnson ont au contraire assuré le show.

A défaut de retrouver Jordan Spieth, Jason Day ou Rory McIlroy en tête (ce dernier a réalisé son plus mauvais démarrage en US Open avec une carte de 77), Dustin Johnson, le unlucky-loser du golf américain a démontré une certaine solidité pour se porter en tête du tournoi, au moins par intermittence.

Après son 67 de la veille, il a réussi à passer l’aller sous le PAR sur un parcours réputé injouable, et pourtant, il a encore manqué une occasion de birdie abordable.

Bien que les médias relatent le fait que les pros troquent leurs drivers pour des fers sur ce parcours, nous pouvons vous affirmer que Garcia comme Johnson ont bien sorti les drivers le plus souvent possible, et pour taper de sacrés missiles joués en fade la plupart du temps.

La veille, le « Raymond Poulidor » du golf américain, souvent placé, jamais vainqueur en majeur, a joué de manière très solide, ne commettant aucun bogey.

Une performance qu’aucun autre golfeur n’avait réussi sur un premier tour d’US Open à Oakmont depuis Loren Roberts en …1984.

Cool sur le parcours, le finaliste de l’US Open 2015 a poursuivi sur la même attitude au cours du second tour, ne commettant son premier bogey du tournoi qu’au bout du dixième trou du jour, bien emmené par un superbe sparring-partner, l’espagnol Sergio Garcia très en verve depuis sa victoire au Byron Nelson.

Garcia a connu un début de premier tour plus compliqué avec deux bogeys sur les trois premiers trous, mais cela ne l’a pas empêché de revenir dans le jeu, et terminer son tour en 68 à un coup de DJ, et deux coups du phénomène Landry.

Soit finalement, son meilleur tour sur un premier tour d’US Open !

Malgré la problématique de l’interruption du jeu, et les retards en conséquence, Garcia n’a pas semblé se démonter avouant bénéficier pleinement d’un gain de confiance en plus depuis sa victoire au Byron Nelson.

Pour son 71 eme départ en majeur, en plus de sa confiance, Garcia peut miser sur son expérience de ce type de rendez-vous pour se hisser au rang de sérieuses chances de victoire dimanche.

Néanmoins, dans son match dans le match avec Dustin Johnson, l’espagnol a lâché le premier.

Un bogey d’entrée de deuxième tour puis deux autres consécutifs au moment du « turn » entre l’aller et le retour pour un seul birdie au huit qui lui a permis de limiter la casse, et de ne prendre que trois coups de retard sur un Dustin Johnson finalement assez tranquille, la différence entre Garcia et Johnson s’est faite sur de petits détails.

Dustin Johnson de nouveau en bonne position sur un majeur

Tout au long de la partie, les deux hommes ont finalement joué sensiblement la même stratégie. En cette période d’Euro de football, nous pourrions dire qu’ils se sont marqués à la culotte.

Prenons exemple du treizième trou, le numéro 4 en fait puisque la partie a démarré par le retour.

Premier à taper, Sergio Garcia a lancé son drive très vite, et son fade a pris beaucoup trop de hauteur pour finalement s’échapper en dehors du fairway dans une position inconfortable, et dans le rough d’Oakmont.

Quelques instants après, DJ s’est placé au même endroit sur le tee de départ pour taper le même coup, mais plus délié, moins brusque mais tout aussi puissant, son drive épousa bien un fade, resta parfaitement contrôlé pour attraper le bord droit du fairway, sensiblement à la même hauteur de point de chute que l’espagnol…sauf que la balle de l’américain a pu rouler et rester jouable en prévision du coup suivant.

Pour s’en sortir, Garcia a dû jouer un coup punché depuis une position où on pouvait à peine distinguer ses pieds dans le rough, et son second coup ne put aller plus loin qu’à hauteur du premier coup de Johnson.

Un détail qui peut illustrer sur quoi un US Open peut se gagner ou se perdre...A ce stade du tournoi, Johnson balance de longs drives sans donner l’impression de forcer son geste, toujours « cool », il est clairement un sérieux prétendant pour dimanche, à moins qu’il ne plante les trois derniers trous comme il en a souvent l’habitude en majeur ou qu’il ne manque des petits putts, son principal problème.

Problématique que ne connaît pas encore Andrew Landry, qui a pourtant manqué un putt de trois mètres la veille pour tout simplement battre le record du score le plus bas à Oakmont pour une partie d’ouverture.

Rookie sur le tour, 624ème mondial, Landry a bel et bien été la sensation du premier tour alors que jusqu’à ce tournoi, il n’était encore jamais entré dans le top 40 d’un tournoi du PGA Tour.

Avec son score de 66, soit 4 coups sous le par, il s’est payé le luxe de faire mieux que Ben Hogan en 1953 ou Gary Player en 1973.

Leader au soir du premier tour pour un coup devant l’anglais Lee Westwood, le jeune homme de 28 ans va devoir gérer son nouveau statut, surtout que son deuxième tour est programmé très tôt samedi matin.

Il aura tout le temps de stresser ou au contraire faire preuve de calme absolue pour déjouer les nombreuses difficultés du parcours ajouté au fait d’être dans la peau d’un leader.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1123
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.