Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

US Open 2016 : Greg Bourdy le « french hero » d’Oakmont

US Open 2016 : Greg Bourdy le « french hero » d’Oakmont

Alors que le parcours d’Oakmont, théâtre de l’US Open de golf 2016 était annoncé comme un parcours monstrueux, pouvant réserver de sévères déconvenues aux golfeurs professionnels qui avaient en tête de le défier, le français Gregory Bourdy a créé la surprise au cours du second tour en déjouant magistralement la plupart des pièges du parcours pour rejoindre la troisième place du leaderboard en -2 total. Un exploit aussi imprévisible que magnifique pour le français classé 126 eme mondial !

Découvrez nos formules d'abonnements

Depuis fin mai, Gregory Bourdy est dans une très bonne spirale !

Dixième en Irlande, quinzième du BMW PGA à Wentworth puis vainqueur des qualifications de l’US Open à Walton Heath en -9 sous le par, et enfin, sixième du Lyoness Open en Autriche, en l’espace de trois semaines, Gregory Bourdy a affiché une forme étincelante, et une confiance inébranlable.

Quelques semaines après l’affaire Illouz où il a eu l’intelligence de rester en retrait, Gregory Bourdy pourrait apporter la plus cinglante des réponses concernant les chances de victoire d’un français au plus haut niveau, et en particulier en majeur.

Alors qu’il est indéniable que le golf de haut niveau en France a franchi de nombreux paliers en l’espace de seulement quelques années, une victoire de Gregory Bourdy à l’US Open, sur le parcours le plus difficile qu’y puisse être pourrait avoir un retentissement exceptionnel, d’abord pour lui, et ensuite pour la France du golf.

Personne n’aurait pu parier sur un tel scénario quelques semaines en arrière, mais finalement, qui aurait pu prédire le succès de Danny WIllett au Masters en Avril dernier, et ce même à quelques trous de la fin du tournoi ?

En matière de golf, prédire l’avenir est impossible. Ceci étant ne pas croire dans les chances d’un français n’est pas moins irréaliste.

Depuis plusieurs années, le golf européen dans son ensemble a largement démontré qu’il pouvait se hisser au niveau des américains, et notamment en Ryder Cup ou en majeur avec les victoires de Rose, McIlroy ou encore WIllett.

Bourdy, le déclic ?

Et si pour Bourdy le déclic était venu d’un après-midi d’entraînement en compagnie d’Edouard Espana à Arcangues sous l’œil bienveillant d’une légende de notre sport, un ancien vainqueur de Majeur, et pas n’importe lequel, José Maria Olazabal !

Depuis cette journée à écouter les conseils de petit jeu d’Olazabal, Bourdy semble non pas transfiguré mais en progression constante.

Discret, toujours positif, le numéro trois français ne suscite pas toujours la même électricité que ses jeunes compatriotes Alexander Levy et particulièrement Victor Dubuisson, en revanche, il est beaucoup aimé par le public qui apprécie son dévouement au travail, son professionnalisme, et sa motivation intacte qui en font à 34 ans une valeur sûre du circuit européen année après année.

Quatre fois vainqueur sur le tour quand d’autres français plus en lumière ne comptent que deux victoires ou une seule, Bourdy n’est pas un showman. En attendant, quand il a eu l’occasion de jouer des gros tournois, sa concentration lui a souvent permis de soulever des montagnes comme lors du Seve Trophy 2013 où il a rapporté cinq points au Vieux-Continent en cinq matchs !

Entre 2007 et 2013, il a réussi à remporter quatre épreuves du circuit dont l’Open du Pays de Galles. Depuis cette date, il a connu une période de moins bien qui a justement coïncidé avec l’avènement des nouveaux talents français.

Moins en lumière, l’élève d’Olivier Léglise atteint peut-être cette saison l’apogée de son golf.

Sa bonne forme du moment ne doit rien au hasard.

Sa bonne forme du moment ne doit rien au hasard.

Deuxième du premier tournoi de la saison 2016 disputé en Afrique du Sud, encore quatrième à Perth en Australie, Bourdy est peut-être le français le plus à l’aise loin de ses bases.

Classé 25 eme de l’ordre du mérite européen, Bourdy fait partie des joueurs qui ont le plus joué cette année sur le circuit avec 15 apparitions quand ses rivaux en sont en moyenne à dix à mi-saison.

Bourdy ne s’économise pas comme en témoigne la façon dont il a joué son second tour à Oakmont.

Depuis sa qualification acquise sur une victoire à Walton Heath, le français n’a pas cessé de louer la beauté du parcours d’Oakmont, se branchant consciemment ou inconsciemment sur les opportunités plutôt que les menaces que représentent les pièges d’Oakmont.

Cette bonne attitude lui a permis de faire face, non seulement à un parcours exigeant, et qui a piégé les meilleurs du monde comme McIlroy, Spieth ou le numéro un mondial Jason Day, mais en plus de ne pas se démonter par rapport aux interruptions du jeu.

Ce samedi, le français a créé la sensation et manqué de très peu d’être l’homme du jour à Oakmont

Un temps leader du tournoi, Bourdy a parfaitement trouvé la vitesse des greens pour signer trois birdies sur les neuf premiers trous de l’aller.

Qui aurait pu prédire un tel scénario après son bogey du trou numéro 1 ?

Et quel dommage qu’il sorte du 18 avec un double-bogey qui l’a fait reculer de la tête à la troisième place !

Depuis le début de la saison 2016, ses statistiques sur le tour ne traduisent pas réellement une progression par rapport aux années précédentes, mais plutôt une forme de continuité.

Seul domaine où le français démontre une progression remarquable : la moyenne de putts par tour passé sous la barre des 29.7 !

Soit la statistique clé pour gagner à haut niveau…

Sa performance du jour n’est pas à raccrocher à quelque chose de soudainement analysable.

Ce samedi, à Oakmont, il a juste sorti la carte de sa vie au meilleur moment et au bon endroit comme en témoigne les cinq birdies enquillés, et surtout ce magistral coup de fer qui va trouver le fond du trou au onze pour eagle !

Les commentateurs américains constatant même qu’il avait manqué de peu l’albatros sur ce trou.

Du onze au quinze, Greg allait être touché par la grâce golfique, ce surplus d’adrénaline qui vous booste pour tutoyer le sommet du golf mondial, qui plus est sur un majeur où d’autres noms étaient attendus.

Quelque part, l’avenir nous dira si ce malheureux double au dix-huit n’a pas été salutaire.

Quelque part, l’avenir nous dira si ce malheureux double au dix-huit n’a pas été salutaire.

En se hissant au niveau des meilleurs, et des chances de victoires pour dimanche, mais sans occuper la tête, Bourdy a largement démontré qu’il pouvait gagner ce majeur, mais ne se met pas en pleine lumière trop tôt.

WIllett l’a démontré lors du dernier Masters, il est parfois préférable de sortir du bois au dernier moment.

Bien que le français ait déjà gagner sur le tour, il ne s’est jamais retrouvé dans une telle situation par le passé. Avoir une grosse chance de gagner un majeur !

Alors que François Illouz stigmatisait les français en tête dans la dernière ligne droite, il est préférable d’être le bolide qui dépasse tout le monde à cent mètres de l’arrivée, et dans ce cas, Bourdy est idéalement placé dans la roue de Dustin Johnson, un golfeur réputé pour perdre ses moyens dans les derniers instants d’un gros tournoi.

Bourdy n’est pas du genre à partir en vrille ou à attraper la grosse tête. Justement, son attitude toujours positive mais très concentrée devrait lui permettre de garder du sang-froid pour les deux derniers jours.

Sa performance du jour doit lui permettre de croire dans ses chances. La véritable question concerne son état de fraicheur et sa capacité à enchaîner sur le tournoi le plus difficile au monde.

Quoi qu’il en soit sa performance restera comme un événement exceptionnel, non pas pour sa rareté mais bien pour ce qu’elle est…un exploit mémorable.

Il lui appartient d’écrire sur les greens la suite de son histoire, mais ce samedi, Bourdy a déjà changé de dimension.

Imaginez un instant qu’au départ de l’Open de France dans quelques jours, nous ayons le vainqueur de l’US Open…

Ce soir, lui au contraire, ne doit surtout pas se projeter au-delà des prochains 18 trous, continuer à attaquer les drapeaux avec la même adresse chirurgicale, surtout qu’au fur et à mesure de la journée, les greens vont continuer à se transformer.

Go Bourdy ! Go Bourdy !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1926
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.