Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

US Open 2015: Un premier tour pas si difficile

US Open 2015: Un premier tour pas si difficile

Tout le monde le craignait ! Tout le monde le redoutait ! Le parcours de Chambers Bay n’a pas été autant cauchemardesque que les joueurs semblaient le craindre. Info ou intox ? Retour sur la première journée de l’US Open, où mis à part Rickie Fowler et Tiger Woods, les favoris sont au rendez-vous.

A la différence du Masters d’Augusta, plus tôt dans la saison, l’US Open n’a pas déjà été écrasé par un seul homme.

Plus d’une vingtaine de joueurs ont même réussi à jouer sous le par, alors que l’on s’attendait à une série de scores très élevés sur le redoutable links de Chambers Bay, un parcours qui avait déjà réussi à faire l’unanimité contre lui.

Très peu de golfeurs professionnels ont déjà eu l’occasion de jouer sur ce parcours. On pouvait donc s’attendre à ce qu’ils partent dans l’inconnu ce jeudi.

La bonne tactique prévisionnelle étant « Etre prudent sur le premier tour, monter en intensité sur le second, et enfin pousser le parcours dans ses retranchements sur le week-end. »

Ils sont donc 25 à ne pas avoir “pris de gants” pour commencer leurs semaines d’US Open.

La moyenne de score de la journée a été seulement de 72,72 coups, soit la plus basse depuis 2003 à l’US Open, et deux joueurs ont même réussi à se distinguer en jouant 65 (les deux leaders, Dustin Johnson, et Henrik Stenson).

Pour Michael Putnam, un des rares joueurs à être du cru, et donc à avoir pu jouer régulièrement sur ce parcours « Aujourd’hui, le parcours est dans des conditions qui sont rarement aussi favorables. »

En fait, comprenez que le parcours ne va pas aller vers plus de facilité, et les scores des prochains tours pourraient bien prendre une autre tournure.

Et c’est bien ce que craignent les pros !  Le terrain va devenir de plus en plus ferme.

Finalement, les 25 bons partants ont sans doute été les meilleurs stratèges des 156 golfeurs au départ.

Retenant d’une part qu’au Masters, les stratégies trop conservatrices ne fonctionnent pas contre un joueur qui joue d’emblée du feu du tee au green, comme cela avait pu être le cas avec Jordan Spieth, et ensuite, ils ont peut-être mieux tiré parti de la lecture de la météo à venir sur Chambers Bay.

Depuis plusieurs semaines, tout le monde ne faisant que parler du fait que ce parcours était très difficile, surtout quand on le découvre, la plupart des ambitieux ont chamboulé leur calendrier pour venir une semaine plus tôt, et jouer des parties de repérages.

Par exemple, Matt Kuchar est sur place depuis plus d’une semaine. Il a joué sa première partie d’entrainement le week-end dernier.

« Le terrain était ferme comme je n’en avait jamais joué auparavant ! » Pas forcément une très bonne impression pour commencer !

Cependant, Kuchar a sans doute bien fait de jouer ce parcours en avance.

Ce jeudi, il faisait partie des meilleurs « scoreurs » du premier tour avec un tour en 67, à seulement deux coups des meilleurs.

La veille d’un US Open, avant les premières grandes manœuvres, le parcours est toujours l’un des principaux sujets de discussions. Mais cette semaine, c’était presque le seul !

Alors que pendant les parties d’entraînements, on a relevé plusieurs anecdotes de golfeurs embarrassés par certains trous, ce premier tour a été marqué par un grand nombre de birdies, pour ne pas dire un maximum de birdies, soit 372 au total du nombre des parties.

41 parties ont été jouées dans le PAR ou mieux !

Le ciel nuageux a finalement contribué à une certaine humidité des greens, pourtant très critiqués par les joueurs, et le vent ne s’est levé qu’assez tardivement dans l’après-midi, rendant ce 18 trous par 70 long de 7827 yards (7157 mètres) beaucoup plus docile que prévu.

Stenson, un des co-leaders a déclaré avoir été en mesure d’attaquer quelques drapeaux, des commentaires que l’on entend rarement de la part d’un joueur sur un majeur.

Dans le même style, l’américain Patrick Reed s’est lamenté d’avoir manqué quelques opportunités de birdies, alors qu’il en avait déjà réussi six sur ce tour.

Au fur et à mesure de la journée, le terrain est devenu plus ferme, mais contrairement à ce que l’on aurait pu penser, les dernières parties n’ont pas été pénalisées.

Les joueurs de fin de journée ont pu voir que les premières parties n’étaient pas autant en difficulté que prévue, ce qui les a encouragé à attaquer.

Pour la suite du tournoi, les choses devraient tout de même se compliquer.

Lors des dix derniers US Open, le score vainqueur a été six fois équivalent au par ou supérieur.

Pour l’australien Jason Day, cela ne fait pas de doute « Cela va être de plus en plus difficile. Ce sera juste une question d’avoir la bonne attitude. »

Pour Kuchar « Sur un US Open, vous êtes toujours un peu nerveux sur le parcours, car vous savez que les choses peuvent très vite changer, et si vous n’y êtes pas préparé, et si vous ne tapez pas de très bons coups consistants, alors vous vous exposez à vous retrouver dans des situations que vous ne voulez pas affronter. »

Et dire que Tiger Woods a joué +10  sur ce premier tour, et Rickie Fowler +11 !

Ces deux-là ont vraiment raté le coche.

De même que Victor Dubuisson +4 pour le premier tour et qui devra batailler pour passer le cut, alors qu’au soir du premier tour, il ne pointait déjà qu’à la 96ème place.

A l’inverse, Alexander Levy a parfaitement profité du parcours pour se placer à une très belle 25ème place, ayant fait partie de ces 25 joueurs qui ont su jouer dans le PAR ou mieux !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1393
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.