Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

US Open 2014 de golf féminin: La renaissance de Michelle Wie

US Open 2014  de golf féminin: La renaissance de Michelle Wie

Victorieuse dimanche de son premier majeur de golf féminin à 24 ans, Michelle Wie atteint enfin son but ultime, près de 10 ans après avoir marqué les esprits avec une 4ème place au Kraft Nabisco Championship à seulement…14 ans. 

Découvrez nos formules d'abonnements

Dix ans que Michelle Wie agite la planète golf !

Dix ans qu’elle est comparée ou qu’elle se compare à son modèle, Tiger Woods. 

Dix ans pour remporter enfin son premier majeur !

Une très longue, trop longue attente pour cette jeune femme qui a longtemps été considérée comme un prodige, et même une star de son sport avant que le doute ne s’installe petit à petit. 

Encore un exemple d’un enfant-star qui se fait connaître très/trop tôt, et qui par la suite rencontre des problèmes d’ordres physiques ou relationnels. 

Très longtemps, ses parents ont été sous le feu des critiques pour leurs choix concernant leur fille. 

Omniprésent dans chaque pas de la jeune Michelle, il semble bien qu’en 2014, les principaux changements qu’elle a opéré, et qui lui permettent de redevenir l’une des meilleures athlètes de son sport, sont justement en partie dans le fait d’avoir écarté ses parents de la gestion de sa carrière. 

De l’avis de son coach, David Leadbetter, elle avait besoin de se rebeller pour réclamer un petit peu plus de liberté, et écarter la majorité des critiques à son sujet qui tenaient essentiellement autour de ses parents. 

Une rupture pas forcément réalisé de manière brutale, mais il aura fallu dix ans pour que la jeune femme puisse disputer un majeur sans qu’ils soient autour d’elle, et comme par hasard, c’est justement ce majeur qu’elle remporte devant la numéro un mondiale, Stacy Lewis, auteur d’une superbe dernière journée Pinehurst. 

Le théàtre de l’US Open 2014 de golf féminin, une semaine après que Martin Kaymer et les garçons aient joué ce même tournoi sur le même parcours. 

Si Kaymer a survolé les débats du jeudi au dimanche, sans laisser une réelle place au suspens, Michelle Wie s’est placé avec deux 68 sur les deux premiers tours. 

Des scores qui laissaient penser qu’elle pourrait être dans le coup, mais pas qui ne laissaient pas encore transpirer le fait qu’elle pourrait gagner sur ce difficile terrain, son premier majeur. 

En tête, au soir du troisième tour après sa moins bonne journée du tournoi (72) aux côtés d’Amy Yang, elle avait devant elle une dernière ligne droite pour rêver au titre. 

Le rite du passage de l’espoir à la star confirmée

D’ailleurs dès le début du dernier tour, alors que sa rivale sud-coréenne de 24 ans connaissait un départ catastrophique, sans doute écrasée par la pression (deux  bogeys et un double sur les quatre premiers trous), Michelle Wie ne commit qu’un seul bogey sur les neuf premiers trous. 

En fait, sur ce dernier 18 trous, elle était sa propre rivale. La véritable question était de savoir si elle allait tenir, et si elle allait enfin atteindre son graal, elle qui a participé son premier tournoi LPGA en 2002. 

Le rite du passage de l’espoir à la star confirmée 

Depuis 2005, Michelle Wie est une star qui a dépassé les frontières du golf comme son modèle Tiger Woods. 

Cette année-là, elle signe avec Nike et Sony des contrats qui lui assurent des revenus dépassant les dix millions de dollars annuels. 

Des gains alors très supérieurs à ceux de la numéro un mondiale, et reine du golf de l’époque, Annika Sorenstam. 

Pourtant d’un point de vue sportif, son compteur en majeur va rester très longtemps bloqué à zéro. 

En 2005, elle semblait très jeune mais près de tout gagner de manière imminente. 

Cela n’a pas été le cas. Bien au contraire, à partir de ce moment sa carrière a commencé à reculer. 

Régulièrement numéro un du classement pour la distance moyenne au drive, son putting ne lui a jamais permis de s’imposer réellement, à l’inverse de la sud-coréenne Inbee Park qui en 2012/2013 a remporté quatre majeurs, en particulier parce qu’elle était la meilleure putteuse du monde. 

Sur les quatre majeurs de golf féminin, avant l’arrivée de l’Evian Championship, la joueuse avait réalisé ses meilleures performances sur la période 2005/2006 : 3ème au Kraft en 2006, 2ème du LPGA en 2005, 3ème de l’US Open en 2006, et 3ème du British Open en 2005. 

Dans cette même période, elle se fait connaitre par le public français en terminant 2ème de l’Evian Masters 2005. 

Juin 2014 : Enfin l’éclosion ! 

Pendant près de dix ans, une éternité, la jeune américaine a traversé son propre désert. 

Avec un eagle au dix, ce dimanche, elle a dû penser que son moment était enfin arrivé, et pendant six trous, elle s’est accrochée à cette idée. 

Un dernier rebondissement a failli encore tout gâcher, quand au 16, un double-bogey l’a ramena sous le feu direct de sa plus proche rivale, Stacy Lewis, déj au club-house avec un 66, meilleur score du jour. 

Et le double était bien payé sur ce trou, le dernier putt n’étant pas donné ! 

Avec plus qu’un coup d’avance, Michelle Wie aurait pu voir revenir ses vieux démons. Un trou plus tard, après un dernier birdie, le tournoi était joué ! 

Finalement en moins deux, seule joueuse sous le par, elle remporte son US Open de la plus belle des manières. 

Un événement qui pourrait bien relancer l’intérêt du monde pour le golf féminin, car Michelle Wie n’a beau être que la numéro 7 au classement mondial, elle est l’équivalent de ce qu’est Tiger Woods aux hommes, mais cette fois pour les femmes. 

Aucune autre golfeuse n’arrive autant à attirer les médias et le public sur son seul nom. Sans doute ce qui justifie ses contrats ! 

Aucune autre golfeuse n’arrive autant à attirer les médias et le public sur son seul nom.

Au-delà du talent, Michelle Wie a démontré sa volonté 

Stacy Lewis l’admet « C’est une guerrière! Elle n’abandonne jamais.» 

L’histoire de cet US Open peut se résumer au passage d’un éternel espoir confirmant enfin son statut, et finalement à seulement 24 ans… 

Il y a eu des blessures, un poignet cassé, une entorse de la cheville, un pépin sérieux au dos, mais aussi perte de confiance en essayant d’adapter le swing aux blessures…mais surtout une intense pression liée au fait qu’elle fut la première baby golfeuse, bien avant Lexi Thompson, Lydia Ko, ou encore Lucy Li. 

« Je pense que la vie peut vous jouer de drôles de tours. Je pense que sans les mauvais moments, les bas, les difficultés, vous ne savez pas apprécier les moments de hauts. Je pense que le fait d’avoir autant lutter dans des périodes difficiles de ma vie, maintenant que je tiens la coupe, je peux affirmer que cela représente beaucoup plus que si je l’avais gagné quand j’avais 15 ans. J’ai tellement appris. Je suis tellement heureuse d’avoir surmonté toutes ces difficultés. Je me sens même chanceuse. » 

Et encore un an en arrière, Wie était tombé au-delà de la centième place mondiale. 

Cette deuxième victoire en 2014 ne marque pas seulement l’avènement d’un espoir au rang de confirmé, mais c’est aussi une renaissance sportive. 

Plusieurs raisons à cela, comme évoqué plus haut, le fait d’avoir enfin couper le cordon ombilical avec des parents qui ont trop essayé d’en faire un animal de laboratoire, et une nouvelle méthode de putting bien qu’originale, qui lui permet en tout cas de gagner. 

une nouvelle méthode de putting

Véritablement pliée en deux au-dessus de sa ligne de putt, la longiligne Michelle (1m83) ne tiendra peut être pas cette position pendant des années, mais en l’occurrence, elle semble pour l’instant plus à l’aise que par le passé. 

Victorieuse à Hawaii, plus tôt dans la saison, tout près de remporter son premier majeur au Kraft où elle fut seulement battue par plus jeune qu’elle, et encore plus prodige, Lexi Thompson, il était temps que son moment arrive. 

Comme un puzzle, nous pouvions constater depuis plusieurs semaines qu’elle avait enfin réunit toutes les pièces pour gagner, et c’est sans surprise qu’elle y parvient aujourd’hui. 

Les autres faits marquants de cet US Open 2014 : 

  • La deuxième place de Stacy Lewis qui confirme qu’elle ne rate jamais un grand rendez-vous, et justifie pleinement son statut de numéro un du circuit féminin.
  • La troisième place d’une amatrice que personne n’avait vu venir : La nord-irlandaise Stéphanie Meadow sera-t-elle ce qu’est Rory McIlroy au golf masculin ?
  • Septième, Lexi Thompson est aussi une valeur sûre en majeur !
  • Alors que le top-10 est dominé par de très jeunes joueuses, l’écossaise Catriona Matthew, 44 ans a de la réplique. Dixième, elle signe avec Stacy Lewis la meilleure carte du dernier tour : 66.
  • Paula Creamer aura connu un tournoi discret avec un top-15 et des performances autour du par sans jamais exploser…dans les deux sens.
  • Lydia Ko est-elle rentrée dans le rang ? Top-15, elle a eu du mal à se remettre du 76 du premier tour.
  • Karine Icher signe la meilleure performance pour les françaises avec un beau T-22, confirmant qu’elle est toujours au rendez-vous.
  • L’australienne Karrie Webb a connu une dernière journée difficile (77) qui lui a finalement fait perdre 23 places (T-30).
  • Le contingent de golfeuses sud-coréennes est tellement important que même lorsque les favoris ne sont pas au rendez-vous (Inbee Park 43ème), Se Ri Park (38ème), le pays arrive à placer trois joueuses dans le top 10, dont Amy Yang à la 4ème place.
  • Alors que l’on a beaucoup parlé de Lucy Li (11 ans), c’est finalement une française qui mériterait beaucoup d’attention. Mathilda Cappeliez (16 ans) termine 59ème de son premier US Open, tout étant amatrice !
  • Elles ont loupé le cut et leur US Open :  Jessica Korda, Anna Nordqvist, Suzann Pettersen, Morgan Pressel, Ai Miazato, Cheyenne Woods, Nathalie Gulbis, Gwladys Nocera, Laura Davies…
  • Avec deux scores de 78, Lucy Li (11 ans) aura fait moins bien qu’une autre française :Céline Boutier (77 et 76), une amatrice française membre de l’Université de Duke.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2430
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeuse, je joue au golf en tant que loisir. J'apporte ma contribution en faveur des lectrices du site jeudegolf.org sur des sujets autour de la mode, des relations sociales, et de tout ce qui peut concerner les filles au golf !!!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.