Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

US Open 2012 :Webb Simpson s'impose !

Webb-Simpson.png

Au terme de 4 jours de suspense en Californie, l'Olympic Club a livré le vainqueur du 112ème US Open de golf : le nouveau numéro 5 mondial, Webb Simpson.

Encore une victoire pour un américain en majeur, c'est le 3ème consécutivement après Keegan Bradley (PGA Championship 2011), Bubba Watson (Masters 2012) et donc Webb Simpson (US Open 2012).

Mais aussi et surtout, encore un golfeur issu de la nouvelle vague, qui semble se constituer aux USA avec Jason Dufner, Dustin Johnson, Matt Kuchar, Hunter Mahan, Rickie Fowler...

Finalement, Webb Simpson aura déjoué les pronostics de David Toms, qui imaginait vendredi soir, que seul un golfeur expérimenté pourrait venir à bout du parcours de l'Olympic Club, et ses nombreux pièges.

Comme on l'imaginait dans notre commentaire du 3ème tour, sur un tel parcours, aucun pronostic n’est possible ! En plus de la difficulté du parcours, spécialement préparé pour un Majeur, il a fallu ajouter dimanche un épais brouillard installé sur la baie de San Francisco.

Les joueurs étaient tous habillés avec des vêtements de pluie, et faisaient face à une faible visibilité sur ce parcours.

Sur 72 golfeurs au départ, seulement 7 ont réussi à jouer sous le par !

Et le futur vainqueur, Webb Simpson s'imposera finalement en 281 coups, soit +1 pour les 4 jours de compétitions.

En rendant une carte de 68, Webb Simpson s'est mis en position de récolter les bénéfices d'une dernière partie joué sous le par, quand les ténors ont tous connu d'importantes difficultés.

A commencer par Tiger Woods, véritable Jekill et Hyde des parcours de golf, dominateur jeudi et vendredi (69 et 70), il est complètement rentré dans le rang, samedi et dimanche (75 et 73).

Woods-3.png

Sans véritablement mal jouer, il n'a tout simplement pas trouvé le bon rythme et la chance, surtout en début de journée, dimanche !

+6 après 6 trous, Tiger Woods n'a jamais pu prétendre refaire son retard, et être dans le coup pour la victoire.

Les leaders du samedi sont sans doute les plus déçus !

McDowell et Furyk ont rendu, dimanche, leurs plus mauvaises cartes de la semaine. Furyk peut enrager d'avoir laissé filer une possible 2ème victoire à l'US Open, en rendant une dernière carte en 74, vierge de tout birdie.

McDowell, lui a manqué un dernier putt sur le 18 qui aurait pu l'emmener en barrage ! Il ramène au club-house, une carte de 73 qui ne lui offre que la seconde place ex-aequo avec la véritable révélation de la semaine : Michael Thompson.

Leader jeudi, cet américain inconnu, a démontré que jouer à domicile présentait bien des avantages ! Déjà auteur d'une carte en 66 lors du 1er tour (meilleur score du tournoi), il termine son dernier tour en 67, et pendant 2 heures, il pensera dans le vestiaire de l'Olympic Club qu'il pourrait bien remporter l'US Open.

C'était sans compter sur l'un des 10 meilleurs golfeurs au monde : Webb Simpson, qui comme d'autres ne connaissait pas forcément le parcours comme sa poche, mais réussit finalement l'exploit de jouer -2 sous le par sur sa dernière partie.

Il s'agit d'un exploit, et pas sûr qu'avec un écart aussi faible au sommet du leaderboard, si on avait continué à jouer, le vainqueur aurait été le même.

En fait, ce type de compétition donne une grande part d'aléatoire quant au verdict final. L'écart entre les 9 premiers n'est que de 4 coups pour 4 jours de golf, et 284 coups de golf comptabilisés (score du 9ème, Ernie Els).

Le propos est de savoir si on peut vraiment légitimer celui qui gagne quand l'écart est aussi insignifiant ?

Ce jour, c'est Webb Simpson, la veille, cela aurait été Furyk ou McDowell, et un jour de plus, cela aurait pu être par exemple, Padraig Harrington, revenu en forme sur cet US Open, où il termine 4ème à 2 coups du leader, avec justement une dernière carte de 68 sur le dimanche.

L'Olympic Club a déjà par le passé, privé de victoires en majeurs de grands champions comme peuvent l'être Jim Furyk, Graeme McDowell, David Toms (finalement revenu en 4ème position après une des 7 cartes sous le par lors du dernier tour) ou Ernie Els (9ème).

En 1966, Arnold Palmer, leader avec 7 coups d'avances au départ des 9 derniers trous du dernier tour s'était finalement fait dépassé sur ce même parcours.

L'USGA peut se vanter d'avoir créé un monstre !

Le seul véritable vainqueur de ce tournoi, c'est bien le parcours, qui a réservé sa loterie pour la victoire finale.

Pourtant un élément est à retenir quant au vainqueur de ce tournoi, Webb Simpson est avec Padraig Harrington, celui qui a cassé le plus de birdies sur ce tournoi...

Padraig Harrington de retour en forme sur cet US Open 2012

4 seulement sur les 2 premiers tours, il en commettra 5 le samedi, et 4 le dimanche dont notamment 3 d'affilés entre le trou numéro 6 et le numéro 8 !

Raphael Jacquelin réalise un exploit !

En terminant 21ème de cet US Open, Jacquelin a porté très haut les couleurs du golf français sur le PGA Tour.

Raphael Jacquelin, parrain du golf de Terre Blanche

Avec une très belle dernière carte en 71, il boucle ses 4 jours de tournois en 287 à seulement 6 coups du vainqueur.

Raphael Jacquelin a semblé détendu pendant les 4 jours de compétition, et même zen, quand il a dû partager la partie du bouillonnant Beau Hossler (meilleur amateur sur cet US Open).

Beau Hossler sans complexes !

Véritable sujet d'attraction, Beau Hossler n'avait pas hésité à répondre en conférence de presse, qu'il était là pour gagner l'US Open ! La partie du samedi de l’adolescent pataud, mais talentueux ou impétueux a donc attiré les curieux, et parfois les tumultueux supporters de golf, qu'a dû supporter le français sans broncher.

Dans des conditions de jeu délicates, Jacquelin a rendu une dernière carte de 71, qui lui a permis de reprendre 6 places au leaderboard.

4 birdies pour 5 bogeys, le français n'est pas passé si loin d'accrocher une place dans le top 10.

Les golfeurs tricolores ne sont plus si loin de ramener un jour, un tournoi majeur à la maison !

Van de Velde et Levet ont montré le chemin, Havret, Jacquelin ou Bourdy pourraient bien aller jusqu’au bout dans les mois ou années à venir.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2501
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.