Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un Majeur de golf masculin en Europe ou en Asie à l’étude !

Le Wanamaker trophy se prépare-t'il à voyager à l'international à partir de 2020 ?

Quelques semaines après la tenue du premier majeur féminin de golf en Europe continentale, et plus précisément en France à Evian-les-Bains, les membres de la PGA of America ont admis plancher sur la possibilité d’organiser une épreuve du PGA Championship hors des frontières des Etats-Unis.

Le calendrier du PGA Championship, quatrième et dernier majeur d’une saison de golf professionnel est bouclé jusqu’en 2019, mais cela n’empêche pas les autorités américaines de réfléchir à l’externalisation de l’épreuve à partir de 2020.

Sans préciser si le PGA Championship pourrait avoir lieu en Europe, en Amérique du Sud ou en Asie, les organisateurs imaginent que le Wanamaker trophy pourrait voyager entre une à deux fois par décennie en-dehors de la rotation des parcours d’accueil aux Etats-Unis.

Assurément une bonne nouvelle pour le développement du golf dans le monde, et une preuve supplémentaire de la bonne santé du PGA Tour.

Preuve qui accrédite de plus en plus l’hypothèse d’une mondialisation future du PGA Tour, qui sortirait enfin des limites du pays de l’Oncle Sam.

Scénario qui pourtant serait aussi une menace pour l’avenir du tour européen sous la forme actuelle.

Nous avions déjà eu l’occasion dans un précédent article de révéler les difficultés financières traversées par l’European Tour, laissant même à penser que Tim Finchem, commissaire du PGA Tour pourrait faire une offre de rachat à son confrère George O’Grady, alter ego sur l’European Tour.

De notre point de vue, l’unification des deux tours selon un modèle proche de celui déjà existant dans le domaine du tennis avec le seul ATP tour serait clairement une bonne nouvelle pour la clarté et la lisibilité du golf professionnel aux yeux des fans du monde entier.

Un seul tour, un seul numéro un…des tournois dans le monde entier, des américains, et en particulier les stars comme Tiger Woods, obligées de voyager hors les frontières américaines pour livrer un spectacle de haut vol partout dans le monde, un peu à l’image de l’ATP Tour ou du championnat du monde de Formule 1…ce serait véritablement une aubaine pour le développement du golf à l’échelle planétaire.

En attendant la réalisation d’un tel scénario qui semble encore improbable dans la mesure où il faut réunir deux points de vue divergents :

Dans un premier temps, l’acceptation par les américains d’un intérêt à s’ouvrir au reste du monde, alors que paradoxalement, au niveau politique, les Etats-Unis sous l’administration Obama ont marqué un virage vers moins de politique étrangère, et plus de politique intérieure (Obamacare, crise au Mali et en Afrique où on laisse volontairement la main aux Européens, etc.)

Dans un second temps, l’acceptation par les européens du manque de cohérence d’un tour qui se dit européen, et se déplace un peu partout dans le monde (Afrique du Sud, Australie, Asie…) sans avoir la légitimité et l’aura nécessaire.

Le PGA of America n’est pas le PGA Tour

La PGA of America ne défend d’ailleurs pas les mêmes intérêts que le PGA Tour !

L’association des professionnels de golf américains a depuis quelques années réussi à s’implanter dans plusieurs pays dans le monde, y compris en France, et son but est différent de celui du tour américain, à savoir la promotion des enseignants de golf, ce qui fonde la spécificité du PGA Championship, seul majeur de golf ouvert aux enseignants américains sous réserves de qualifications.

D’ici à 2019, le PGA Championship qui est essentiellement programmé pour se disputer sur la côte Est et dans le Midwest des Etats-Unis: Valhalla Golf Club (2014), Whistling Straits (2015), Baltusrol (2016, alors que l’événement sera déplacé fin juillet en raison des jeux Olympiques), Quail Hollow Club (2017) et Bellerive Country Club (2018) est en réalité le seul majeur qui puisse réellement s’externaliser.

  • Le Masters est le seul majeur à résider durablement sur un seul parcours (Augusta).
  • L’US Open est par définition l’open américain, et ne peut pas se dérouler dans un autre pays, bien qu’il change régulièrement de parcours.
  • Idem pour le British Open

D’autre part, il ne parait pas envisageable que le circuit masculin s’invente un cinquième majeur comme le circuit féminin a pu le faire en investissant pendant plus de vingt ans sur la croissance de l’Evian Masters pour le transformer en Evian Championship cette année.

Dans le contexte du golf mondial masculin, la solution envisagée par la PGA of America semble de ce point de vue la plus plausible.

Pour l’instant, cela reste une étude de faisabilité et d’impact, mais le fait que cela soit au moins envisageable, ouvre une porte très positive.

Imaginez le grand barnum du golf mondial se déplacer dans un pays autre que les USA avec toutes les animations que l’on peut imaginer autour d’un tel rendez-vous, ce serait une formidable promotion du golf.

Quel pays pourrait accueillir un PGA Championship ?

Concernant les zones qui pourraient accueillir un PGA Championship à partir de 2020, notre petit doigt nous dit qu’il y a de grandes chances que l’Asie soit retenue.

Le Japon qui compte le deuxième plus grand contingent de golfeurs au monde avec près de 15 millions de joueurs pourrait être une destination réaliste pour un premier majeur joué hors des USA.

Avec les plus anciens fabricants au monde comme Mizuno, Dunlop ou SRI, le Japon mériterait d’être honoré d’un majeur à défaut de pouvoir accueillir une Ryder Cup.

Autre pays possible, le Canada qui compte 5 millions de golfeurs !

Toutefois, pas certain que cette option soit retenue parmi les premières dans la mesure où cela ne représenterait pas un changement si spectaculaire d’un point de vue géographique.

La Chine serait un concurrent beaucoup plus sérieux, vue la vitesse de développement du golf dans cette partie du globe, et les investissements massifs et réguliers de partenaires tels que Volvo ou HSBC qui devraient peser de tous leurs poids pour un majeur dans cette zone géographique!

En ce qui concerne l’Europe et la France en particulier, cela paraît moins plausible pour au moins trois raisons :

  • Le British Open, troisième majeur de la saison se tient déjà en Europe.
  • La France va accueillir la Ryder Cup en 2018.
  • Le réservoir de golfeurs est plus limité.

Plus spécifiquement sur la France, la trop faible affluence du public sur le Seve Trophy en septembre 2013 ne militera sans doute pas en notre faveur pour organiser un majeur dont la résonance est mondiale.

Affaire à suivre…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2426
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.