Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Un brevet qui pourrait bouleverser la conception d’un driver pour le golf

Un projet qui pourrait révolutionner la conception d’un driver pour le golf

La recherche de distance et de performance sera toujours au cœur du sujet pour les fabricants de matériel de golf. Ils sont actuellement à la recherche de la prochaine grande révolution technologique qui pourra donner une franche impulsion dans le domaine des drivers. Dans un environnement où le dépôt de brevet est capital, synonyme d’une idée suffisamment innovante pour faire la différence, une marque vient justement de présenter une idée révolutionnaire, s’agissant de la conception d’une tête. Du dessin sur le papier à la conception, il n’y aurait plus qu’un pas à franchir… Le futur est peut-être déjà en marche.

Découvrez nos formules d'abonnements

Innover : Un besoin vital pour les marques de matériel de golf

Début 2018, TaylorMade a indéniablement créé la sensation avec son idée de Twisted Face.

Avec une présentation savamment orchestrée dans le monde entier, les ingénieurs ont présenté les nouveaux M3 et M4 comme de véritables armes anti-dispersion.

Moins de dispersion pouvant très rapidement conduire à plus de longueur. Taper plus droit amène logiquement à gagner des mètres.

Le lancement des nouveaux drivers M3 et M4 a en plus parfaitement coïncidé avec la magnifique publicité faite par le numéro un mondial de l’époque, Dustin Johnson, capable de propulser un drive à plus de 395 mètres pour quasiment un trou en un, à Hawaii pour le Tournoi des Champions.

Après quelques mois, il semble que l’innovation de la Twisted Face n’a pas encore complètement faite ses preuves.

Cela étant, entre 2017 et 2018, Dustin Johnson a bien gagné 2% de fairways en régulations supplémentaires, passant de 56 à 58%, pour une distance moyenne qui est restée à 314 yards sur les deux saisons.

Comme souvent au golf, les grandes innovations produisent souvent de tout petits gains.

Face, couronne, semelle, hosel, forme… les marques cherchent à innover dans tous les sens.

Il s’agit d’améliorer la pénétration dans l’air, et augmenter la vitesse de swing. Il s’agit aussi d’améliorer le moment d’inertie.

Il peut s’agir d’augmenter le niveau de tolérance de la face, notamment en périphérie pour les coups décentrés.

Et très souvent, les marques tablent sur un déplacement du centre de gravité de la tête pour optimiser les conditions de lancements.

A savoir, augmenter l’angle de lancement tout en réduisant le taux de spin.

On en a déjà parlé sur JeudeGolf.org, en faisant référence à des discussions avec des ingénieurs… l’idéal balistique au drive se situe à 17 degrés d’angle de lancement et 1700 tours de spin.

Pour y parvenir, les marques cherchent à baisser vers la semelle, et avancer vers la face le centre de gravité.

En faisant cela, elles atténuent le moment d’inertie du club, le rendant moins stable à l’impact, ce qui ne dérangera pas trop un excellent golfeur, mais va à l’encontre du besoin d’un golfeur amateur, et pourtant majoritaire dans les ventes.

Du coup, elles travaillent aussi sur des versions de drivers, comme le PING G400 Max, pour déplacer le centre de gravité au maximum vers l’arrière du club.

Ainsi, le club sera plus stable, mais donnera aussi en contrepartie plus/trop de spin…

Régler la position du centre de gravité aux petits oignons pour chaque golfeur est devenu l’enjeu capital pour toutes marques de matériel qui veut peser sur cet univers.

Une fois n’est pas coutume, selon nos informations, nous n’allons pas parler de TaylorMade, Callaway ou Ping, les principaux innovateurs de ces dernières années, mais du japonais Srixon qui a déposé un brevet révolutionnaire dans le domaine de la conception d’une tête de driver.

Srixon, par l’intermédiaire de ses ingénieurs, et notamment Jeff Brunski, travaillent sur le fait d’ajuster le poids d’un driver dans de multiples directions par un réglage à l’intérieur de la tête, et non pas à l’extérieur, et comme c’est actuellement le cas pour le plupart des marques.

Régler à l’intérieur ou à l’extérieur… Quelle affaire ?

Ce n’est pas une idée absolument nouvelle. Il a été rapporté que cette idée daterait déjà de 2014.

Cette idée n’est pas assurée de voir le jour sur un véritable driver commercialisé. A ce stade, il ne s’agit que d’un brevet.

Cette idée n’est pas assurée de voir le jour sur un véritable driver commercialisé. A ce stade, il ne s’agit que d’un brevet.

Cependant, l’idée d’ajuster le centre de gravité du club par un réglage plus internalisé pourrait permettre une plus grande latitude de mouvement, et en fait, permettre de créer le driver ultime, le driver le plus ajusté à votre swing !

Il semblerait que l’ajustement du centre de gravité pourrait toujours se faire par une action réalisée à l’extérieur du driver, et via une clé. Cette clé pourrait tout simplement tourner un mécanisme à l’intérieur du driver.

A ce jour, Tilteist propose aussi un système d’ajustement du centre de gravité avec une cartouche à l’intérieur de son driver TS3.

Le cas présent, Srixon pourrait aller plus loin dans l’ajustement. Le poids pourrait réellement bouger dans des directions multiples. C’est vraiment le détail qui pourrait faire toute la différence.

Le centre de gravité pourrait être avancé, reculé, abaissé, rehaussé, déplacé de gauche à droite…et le tout en simultané.

L’autre grande innovation qui pourrait être imaginée par Srixon consisterait à vous montrer pour la première fois, la position exacte du centre de gravité de votre driver, surtout après modification par vos soins.

Le driver va alors rentrer de plein pied dans l’électronique.

Le club serait muni d’un capteur au niveau du poids ajustable. Il serait configuré pour émettre un signal électronique depuis la chambre intérieur où il se trouverait.

Cela fait des années que l’on parle de capteurs à fixer sur les têtes de clubs, mais pour l’instant, rien n’a réellement vu le jour.

Du rêve à la réalité...

Srixon aura encore bien du chemin à parcourir de la planche à dessin à la production en série.

Srixon aura encore bien du chemin à parcourir de la planche à dessin à la production en série.

Cette nouvelle idée devra démontrer un bénéfice réel, et surtout le fabricant va devoir se préoccuper de la résistance de son système. Les marques sont aussi jugées sur la durabilité de leurs produits.

Une innovation aussi bonne soit-elle ne peut engendrer un manque de fiabilité ou une fragilité accrue.

Pour construire ce nouveau driver, si le problème ne devrait pas être les matériaux employés, la structure interne de la tête suppose de nombreuses pièces qu’il faudra solidifier.

Il faut rappeler qu’une tête de driver est propulsée à parfois plus de 120 mph sur la balle.

La structure à créer ne doit pas être fragile, tout en restant dans des bornes de coûts raisonnables.

Ce sera l’autre difficulté pour la marque Nipponne : Proposer une révolution technologique pour un prix assumable par le marché.

Un marché déjà échaudé par plusieurs annonces d’innovations pas toujours si spectaculaires…

Le système interne imaginé par Srixon devra aussi prendre en considération que le changement de position du centre de gravité dans une tête est le résultat d’un déplacement de masse relativement important. La longueur de déplacement est un autre élément critique.

Dernier challenge à relever, un bon driver est souvent un driver qui émet un bon son. Or, une structure très élaborée à l’intérieur du driver peut altérer le son émis.

Dernier challenge à relever, un bon driver est souvent un driver qui émet un bon son. Or, une structure très élaborée à l’intérieur du driver peut altérer le son émis.

En substance, Srixon a encore beaucoup de pain sur la planche pour transformer cette idée en réalité. Il se pourrait que cette idée mette deux ou trois ans à voir le jour, et rien n’est acquis.

Cependant, il est avéré que les marques cherchent des moyens d’améliorer le contrôle et la modification du centre de gravité d’une tête de driver.

Cet élément devrait donc être encore très souvent mis en avant par les fabricants. Le mérite de l’idée breveté par Srixon étant de vous montrer la position exacte du centre de gravité après modification, ce qu’aujourd’hui aucune autre marque n’a eu l’idée de réaliser.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 747
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.