Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Tyrell Hatton vainqueur du Alfred Dunhill Championship 2016

Tyrell Hatton vainqueur du Alfred Dunhill Championship 2016 - Getty Images

Alors que Lee Westwood est en pleine déconfiture après sa piteuse prestation lors de la dernière Ryder Cup…alors que Danny Willett masque son échec cuisant dans cette même compétition avec la meilleure performance par équipe au Alfred Dunhill Championship, Tyrell Hatton continue de grappiller des places au classement mondial, surtout après une première victoire de prestige sur le circuit européen, et sur un tournoi qui est sans doute l’un des plus exigeants.

Découvrez nos formules d'abonnements

Tyrell Hatton n’est pas le plus impressionnant des gabarits qui sévissent sur le circuit européen pro de golf.

Du haut de son mètre 71, il vient pourtant de rentrer dans le top-50 mondial.

Après Willett, Rose, Casey et Wood, et devant Fitzpatrick, annoncé pourtant comme la prochaine star du golf anglais, Hatton est désormais 33eme meilleur golfeur de la planète, et presque dans la plus grande discrétion.

Pourtant, depuis au moins deux ans sur l’Open de France, et encore cette année à Crans-Montana, nous avons pu le suivre sur quelques trous, et remarqué ce garçon un peu trappu, qui n’est pas le plus beau, le plus athlétique, le plus long, mais qui a pourtant un truc à lui.

Sans qu’il se fasse particulièrement remarqué, il est actuellement dans le top-4 européen dans la perspective de la Race, classement de fin de saison en Europe, et cela ne tient pas qu’à cette victoire de maître au Alfred Dunhill Championship qui a la particularité d’être disputé sur plusieurs parcours dont Saint-Andrews.

Au passage, au cours du troisième tour, Hatton a égalé le record du parcours à Saint-Andrews avec une carte stratosphérique de 62.

En 19 tournois disputés cette année, le discret Hatton n’a manqué que 3 cuts. Ce qui est frappant le concernant, c’est sa propension a terminé régulièrement placé !

Sur les 16 tournois où il a pu aller jusqu’au dimanche, il a terminé à 13 reprises dans le top 50 dont 6 top 10 !

En 2016, il n’y a pas encore eu de performances à la « Andy Sullivan » capable de gagner 3 tournois la même année.

Hatton démontre donc cette saison une belle régularité qui aurait pu passer relativement inaperçue sans cette victoire très nette ce dimanche.

Présent sur le tour européen seulement depuis 2014, Hatton n’a cessé de progressé, et surtout de scorer de plus en plus bas !

Sa moyenne actuelle sur le circuit européen frise les 70, soit un coup de gagné en moyenne depuis 2 ans.

L’anglais a progressé de manière constante dans un peu tous les compartiments du jeu de golf.

D’abord au driving où il a gagné 4.5 mètres, ce qui le place dans les 60 premiers. Il n’a pas le physique d’un long frappeur, mais il paraît tout de même très « lourd » dans la balle pour la propulser en moyenne à plus de 265 mètres.

Autre domaine de progression, le nombre de greens pris en régulation qui est passé de 69 à 70%. La progression peut paraitre relative mais à haut niveau, cela peut faire la différence entre un top-10 et un top-30 tant c’est une affaire de détails entre les 100 meilleurs européens.

Par rapport au driving, cette stat le place dans le top-40 des meilleurs joueurs du tee au green, quand les tous meilleurs se baladent entre 75 et 80%, notamment pour McIlroy.

Il reste donc à Hatton du chemin à parcourir pour réduire l’écart avec l’élite absolue du golf mondial.

Désormais 33eme mondial, c’est pour lui la prochaine étape !

Tyrell Hatton lors de notre reportage à Crans-Montana en septembre 2016

Consistant dans tous les domaines sans être brillant dans aucun, Hatton est le modèle du golfeur complet qui n’a pas réellement de points forts, pas plus qu’il n’a de points faibles.

Il n’attire pas autant les flashs et les louanges des médias par rapport à un Fitzpatrick, considéré par nos amis anglais comme le prochain phénomène du golf.

Cependant, Hatton vient de lui passer devant avec une victoire dans un tournoi qui marque une carrière.

Son 62 du samedi lui a permis de prendre une confortable avance en vue du dernier tour ce qui ne l’a pas empêché de jouer tout aussi brillamment sur le dernier tour avec une autre carte sous le par (66), de quoi dégoûter Ross Fisher et Richard Sterne qui terminent ex-aequo à la deuxième place.

Enfin vainqueur sur le circuit pro, Hatton a admis avoir tiré parti de son expérience récente à Wentworth où par impatience il avait sabordé une première chance de gagner.

Parti en tête le dimanche, cette fois, l’anglais s’est montré patient, et a voulu juste jouer son jeu.

A l’inverse, Danny Willett, tout juste revenu d’Hazeltine s’est contenté de la victoire par équipe, en compagnie de son habituel cadet, et comme Lee Westwood, le fait d’avoir manqué le cut dans les grandes largeurs démontre qu’ils sont bien marqués par l’échec cuisant vécu en Ryder Cup.

Pour Westwood, c’est même très significatif puisque très critiqué pour son incapacité à rentrer les putts qui comptent, ce dernier a joué 82 sur le second tour du Alfred Dunhill Championship.

La victoire d’Hatton démontre une nouvelle fois l’immensité du vivier de talents britanniques puisque cette nouvelle victoire masque la misère de certaines performances du moment.

Hatton apporte la septième victoire aux anglais cette saison sur le circuit quand à titre de comparaison le contingent français en a apporté une avec Alexandre Levy en Italie.

Et cela ne pourrait pas être terminé avec dès cette semaine le British Masters à Grove…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 915
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.