Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Trop lentes, les joueuses aux JO ?

Carlota Ciganda, premier tour des Jeux Olympiques de Rio en 2016

Quand la durée moyenne d’un tour dure plus de cinq heures et demi, certaines joueuses s’impatientent, et l’intérêt des spectateurs fond sous le soleil brésilien. Si pour le retour du golf au JO, on a regretté l’absence de nombreux golfeurs, les meilleures golfeuses sont bien là, et il serait dommage que leur participation ne soit pas un succès total à cause du jeu trop lent. De ces critères dépendront sans doute l’avenir du golf aux jeux Olympiques.

Découvrez nos formules d'abonnements

Un premier tour, vraiment laborieux…

Le premier jour, l’ensemble des parties se sont étalées sur plus de 5h30, et les dernières se sont terminées au coucher du soleil. Le parcours est long, aussi l’américaine Stacy Lewis, s’attendait bien à être sur le parcours pendant 4h30 à 5h00 « C’est extrêmement lent, et je ne comprends pas pourquoi »  a t’elle déclaré. « Dans mon groupe, avec Ariya Jutanugarn et Sei Young Kim, nous avons du longtemps attendre au départ de chaque trou ». Et pourtant il n’y a eu aucune pénalité pour jeu lent…

La partie de Stacy Lewis a pourtant su prendre son mal en patience en réalisant un tour exceptionnel, avec Ariya Jutanugarn établissant le record du parcours en 65, et Sei Young Kim un beau 66. Pour la défense des joueuses, par rapport aux hommes qui ont joué la semaine dernière, malgré une journée ensoleillée et une légère brise, le parcours était sensiblement moins ferme et moins rapide que pour leurs collègues masculins qui avaient joué en 30 mn de moins.

Stacy Lewis au 16e trou du premier tour des Jeux Olympiques de Rio en 2016

Pour sa part, Stacy Lewis avec une carte de 70, à cinq coups d’Ariya Jutanugarn, a déclaré que le jeu lent l’affectait : « je veux jouer, et je veux jouer dans un rythme qui permette d’aller de l'avant » dit-elle. « Il est extrêmement frustrant d’attendre, toutes les trois nous jouons vite. Et c'était le problème, nous devions attendre encore plus, parce que nous sommes toutes des joueuses rapides ».

Et le mythe du jeu lent qui revient au premier plan…

Le jeu lent, malgré toute la communication qui en est faite auprès des joueurs de golf amateurs, reste une véritable plaie dans les tournois professionnels. Et cela même si différentes méthodes ont été mises en œuvre dans le but de résoudre ce problème. Sur l’US PGA Tour, les joueurs doivent payer une amende de 20.000 $ s’ils ne « respectent pas l'horloge » plus de 10 fois au cours d'une seule saison.

En Janvier dernier, le Tour européen a introduit une nouvelle « pénalité de surveillance », et depuis, cinq joueurs ont été sanctionnés.

Pour le numéro 10 mondial Justin Rose, le problème de jeu lent vient plus d'une question de circulation sur le parcours que d'un problème causé individuellement par les joueurs. « Si vous essayez de rentrer à la maison en un rien de temps pendant les heures de pointe, vous ne serez évidement pas capable de le faire. Avec 156 gars sur le parcours de golf vous allez avoir du jeu lent, non pas parce que nous jouons lentement mais à cause de la circulation sur le parcours de golf ».

Lexi Thompson mesure un drop dans le bunker du 8e trou des Jeux Olympiques de Rio en 2016

Si des efforts ont été faits par les joueurs pour terminer leurs tours plus rapidement, Justin Rose a estimé qu'une amélioration de seulement 10 minutes, au mieux, serait atteinte au bout de 18 trous. « Est ce vraiment nécessaire de tout bousculer pour un gain aussi faible ? Je pense que la vraie solution est la circulation sur le parcours de golf. Sur un parcours de golf bien pensé, comme le Colonial, les gars jouent autour de trois heures et 20 minutes, même moins que cela, et tout en prenant le temps d’analyser leurs putts ».

En fait, il n’y a pas vraiment de sanction pour le jeu lent. En regard des gains réalisés par les meilleurs joueurs mondiaux, les amendes ne représentent pas grand chose, et nombreux sont ceux qui les provisionnent dès le début de saison, sachant qu’ils devront en passer par là. C’est une mauvaise solution, et les joueurs en sont bien conscients.

Il serait sans doute plus efficace d’infliger une pénalité directement liée à l’infraction sur les règles. Mais la dernière fois qu'un joueur a reçu une pénalité d'un coup lors d'un tournoi sur le PGA Tour, c’était il y a 21 ans au Honda Classique où Glen Day a été pénalisé pour prendre trop de temps.

Justin Rose pense également que le retour à une pénalité d’un coup, pour infraction au règles du temps de jeu, aurait le plus d’effet pour accélérer le temps de jeu.

L’impatience d’une jeune mariée…

Pour en revenir à nos golfeuses, le deuxième jour, Stacy Lewis a sans doute retrouvé un rythme de jeu qui lui correspondait mieux, puisque qu’elle a à son tour pulvérisé le record du parcours avec une carte de 63… Avec 11 birdies sur le parcours Olympique, son bogey et son double-bogey n’ont pas empêché  sa remontée au leaderboard.

La jeune mariée Stacy Lewis au départ du 5, au troisième jour des Jeux Olympiques de Rio en 2016

« J'étais excitée à l’idée de venir aux Jeux Olympiques. Il y a probablement beaucoup de raisons et prétextes pour ne pas avoir à venir, que ce soit Zika ou pour d'autres questions. Je viens de faire mon devoir vis-à-vis de ma nation, et personne ne m'a donné une bonne raison pour laquelle je ne devrais pas venir. Il aurait fallu quelque chose de grave pour que je ne sois pas venu aux Jeux Olympiques. Cela a été tellement cool, une sensation différente… ».

Et quand les golfeuses accélèrent le jeu, c’est en faisant des trous en un, ce dont nous n’allons pas nous plaindre… Au troisième jour de ces Jeux Olympiques, la numéro un mondiale Lydia Ko, réalise un trou en un sur le 8, un court par 3, quelques heures seulement après que la golfeuse chinoise Xiyu Lin en ait fait tout autant sur le même trou.

Finalement, le temps de jeu de cette épreuve féminine des Jeux Olympiques semble s’améliorer de jour en jour. Et peut-être que l’agacement dont a fait part Stacy Lewis, venait tout simplement de son impatience à rejoindre son époux, puisque mariés depuis seulement douze jours, ce voyage à Rio devait être essentiellement leur lune de miel…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1508
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.