Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Tiger World Challenge : La mémoire de Nelson Mandela

Tiger Woods ; organisateur du World Challenge, et inspiré par Nelson Mandela

Cette semaine, le PGA Tour fait étape à Thousand Oaks, en Californie, pour une épreuve un peu particulière dans le calendrier du championnat nord-américain de golf. Ne comptant pas pour la Fedex Cup 2014, le World Challenge est avant tout une fête du golf voulue par Tiger Woods pour soutenir sa fondation.

Cela fait déjà quinze ans que le World Challenge se déroule chaque année en fin de saison, et réunit le gratin des meilleurs golfeurs américains.

Cette épreuve est essentiellement consacrée à récolte de fonds pour les associations caritatives de la Tiger Woods Foundation, et parallèlement au tournoi de golf, se tiennent plusieurs concerts avec des stars du show-business.

Baptisé Northwestern Mutual World Challenge, joué sur le parcours du Sherwood Country Club, dessiné à l’origine par Jack Nicklaus, ce tournoi 2014 restera marqué par le décès de Nelson Mandela, figure politique emblématique de l’Afrique du Sud, et icône de la lutte contre l’Apartheid dans son pays.

A première vue, nous pourrions penser que les deux événements sont sans rapports.

D’un côté, les médias américains relatent le fait que Tiger Woods, l’organisateur, et participant a décidé d’utiliser un nouveau driver sur ce tournoi (le Nike Covert 2.0), et de l’autre, lorsque ce même Woods a appris le décès de Madiba, a relativisé sa performance du premier tour, une carte de 71 qui le positionne au cinquième rang du leaderboard !

En sortant du dix-huitième trou, le tigre a déclaré « J’ai été influencé par Mandela ! J’ai eu la chance de le rencontrer en 1998 chez lui avec mon père Earl, cela a été le moment le plus inspirant de ma vie. »

Effectivement, seulement un an plus tôt, Tiger Woods remportait son premier Masters à 21 ans alors que lui, noir-américain n’aurait probablement pas eu le droit de jouer un tel tournoi en raison de sa couleur, quelques années plus tôt.

Au détour d’un tournoi en Afrique du Sud, le Milliion Dollar Golf Challenge à Sun City, Mandela avait invité le jeune Tiger avec son père, une histoire que Woods ne se lasse pas de conter.

Une rencontre qui a dégagé quelque chose d’électrique selon Woods. D’ailleurs, nous pouvons remarquer que pour une fois, Tiger se laisse aller à faire des commentaires moins « robotisés » et moins « formatés » qu’à l’accoutumée.

Au cours du déjeuner avec Mandela, Woods avait été marqué par la personnalité du leader de l’ANC qui refusait de se venger des hommes qui l’avaient privé de liberté pendant 27 ans.

Aucune haine, aucun esprit de vengeance dans les mots de Madiba, ce qui ne manqua pas de susciter l’admiration chez le numéro un mondial de golf « Je ne pense pas qu’aucun de nous aurait pu survivre et sortir de cette épreuve aussi humble ».

L’impact de Mandela sur le golf dans le monde

Madiba en compagnie de Gary Player et Trevor ImmelmanEn 1960, Gary Player portait un pantalon blanc et noir lors de l’Open Britannique pour sensibiliser le monde aux luttes indigènes contre l’Apartheid.

Cinquante ans plus tard, on peut imaginer que Gary Player ressorte son pantalon pour rendre hommage à Mandela. Sur tweeter, la légende du golf sud-africain a écrit « Il m’a donné envie d’être un homme meilleur. »

Et depuis les victoires de Player à travers le monde, il n’est plus un golfeur sud-africain qui ne se revendique pas de Mandela.

En 2010, quand Louis Oosthuizen a remporté The Open Championship avec à ses côtés, un cadet noir, Zack Rasego, il a remercié Mandela.

Deux ans plus tard, sur ce même tournoi  majeur de golf, Ernie Els en fit de même.

Woods, Els, Oosthuizen ont tous connu à différents moments des sensations de frustrations sur un parcours de golf.

Cependant, ce jeudi, sur le parcours de Sherwood, le décès de Nelson Mandela permettait de relativiser les coups de golf.

Un homme n’aurait pourtant pas méprisé le sport pour se rendre plus important ! Mandela lui-même : « Le sport a le pouvoir de changer le monde. D’inspirer, d’unir les gens, et de parler à la jeunesse dans un langage qu’elle peut comprendre ».

Zach Johnson en tête du World Challenge après un tour

Bien que cela puisse paraître secondaire, il y a bien eu un premier tour sur ce World Challenge 2013.

Et sur les 18 golfeurs engagés, Zach Johnson a pris les commandes avec un score de 67, soit cinq coups sous le par, sachant qu’ils n’ont été finalement que cinq a joué sous le par sur ce tour.

L’ancien vainqueur du Masters 2007 s’est fixé comme objectif pour 2014 de mieux scorer sur les par-5.  Il a donc commencé dès ce mois de décembre !

En réussissant quatre birdies sur les cinq par-5 du jour, Johnson a construit son avantage sur son challenger, Matt Kuchar qui lui a flirté avec les albatros.

De son côté le tigre a bien étrenné son nouveau driver, ne ratant que deux fairways. Le problème a plutôt été du côté du putting à l’image d’un dernier putt manqué de quelques centimètres sur le trou 18.

Pour les golfeurs engagés sur ce tournoi caritatif, certains testent du matériel de golf, d’autres ont déjà les vacances en tête, et d’autres encore comme McIlroy en profite pour passer du temps avec sa petite amie Caroline Wozniacki, la championne de tennis. L’ambiance est moins pesante que pour un tournoi traditionnel du PGA TOUR.

Zach Johnson, lui a profité de cette semaine pour faire un mini-sommet avec ses coachs pour faire le point sur l’année, et préparer la suivante.

A coups de statistiques, ils ont justement défini cet objectif de mieux jouer sur les par-5.

Pour le tenant du titre, Graeme McDowell, pourtant habitué à jouer sous la barre des 70, le score du premier tour n’aura été que de 72 ce qui lui a fait dire ce commentaire : « Les années précédentes, le parcours était moins difficile. Le score reflète le fait que les greens sont plus fermes, et leurs vitesses m’ont surpris. »

En soi, du golf comme nous pouvons en voir chaque week-end sur le PGA TOUR , mais cette fois, lors de ce tournoi caritatif, à sa manière, Tiger Woods contribue comme beaucoup d’autres poursuivre la voie de Nelson Mandela en faveur des autres. 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1876
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.