Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Tiger Woods rompt avec Sean Foley et cherche un nouveau swing coach

Tiger Woods rompt avec Sean Foley et cherche un nouveau swing coach

Par le biais d'un communiqué sur son site Internet, le golfeur américain Tiger Woods a annoncé la fin de sa collaboration avec le coach de swing, Sean Foley. Pour Woods, c’est la fin d’une étape dans sa carrière, et le début d’une nouvelle période après celles marquées par Butch Harmon, et Hank Haney.

Découvrez nos formules d'abonnements

Sommaire de l'article

  1. La fin de la période Sean Foley
  2. Woods démarre une nouvelle étape qui pourrait bien s’avérer décisive pour son swing, et sa carrière sportive 
  3. Le profil du futur candidat
  4. Toutefois, tous les coachs s’accordent sur au moins un point !

La fin de la période Sean Foley

Blessé et en retrait du PGA Tour jusqu’en décembre prochain pour le World Challenge, manquant au passage la Ryder Cup à Gleneagles, Tiger a d’ores et déjà déclaré qu’il n’avait pas encore de plan, et de calendrier quant à l’embauche d’un nouvel entraîneur. 

Dans son message de rupture, Woods a tenu à remercier Sean Foley pour son travail et son amitié « Sean est l’un des meilleurs coachs de golf actuellement, et je suis certain qu’il continuera à connaître de grands succès avec les golfeurs qui travailleront avec lui. Le fait que je ne joue plus de tournoi pendant un certain temps, était le bon moment pour terminer notre relation de travail. » 

Depuis le début de leur collaboration, le swing de Woods a fait l’objet d’une très grande attention à la fois médiatique et du milieu des entraineurs. Tout d’abord très surveillé, scruté, le travail sur le swing de Woods est devenu l’objet de très nombreuses critiques à mesure que le golfeur connaissait des résultats très décevants, et pires des blessures de plus en plus fréquentes au niveau du dos. 

En mars dernier, Woods a été contraint de se faire opérer, mettant un premier terme à sa saison 2014, et alors qu’il était encore numéro un mondial. 

Pourtant, au début, les corrections apportées sur le swing de Tiger ont semblé aller dans le bon sens, lui permettant notamment de retrouver en 2013 son meilleur niveau, en gagnant 5 tournois de très grandes importances sur le PGA Tour, et permit de redevenir justement numéro un mondial de golf. 

La période Woods-Foley n’aura pas permis au premier nommé de continuer sa quête de succès en majeurs. Son compteur étant toujours bloqué à 14. 8 ayant été gagné avec son premier coach (Butch Harmon), et 6 avec le second (Hank Haney). 

Séparation à l’amiable pour les deux parties, qui évitera peut-être au joueur la publication d’un livre très critique de la part de son précédent coach. Contrairement à la fois précédente, il semble que Woods prête un soin plus particulier à rompre dans les formes, alors que finalement, la collaboration avec Foley restera comme la moins prolifique de sa carrière à un stade ou au contraire, il aurait logiquement dû atteindre la plénitude de ses moyens. 

Statistiquement, un golfeur professionnel obtient la majorité de ses grandes victoires entre 32 et 39 ans. Paradoxalement, pour Woods le précoce, cela aura été la moins bonne. 

Ci-dessus, une vidéo présentant les principaux changements opérés sur le swing de Woods pendant la période Foley

Woods démarre une nouvelle étape qui pourrait s’avérer décisive pour son swing, et sa carrière

La dernière fois que Woods a changé de coach, il s’est passé trois mois de battement entre l’ancien et le nouveau, et dans ce laps de temps, Woods avait joué 5 tournois où clairement il était apparu qu’il avait besoin d’un œil extérieur pour l’aider à trouver le bon swing. 

Aujourd’hui, il est clair que pour le golfeur dont le swing est le plus regardé au monde, ses prochaines décisions vont être scrutées à la loupe. 

De l’avis d’une majorité d’observateurs aux USA, le meilleur choix possible consisterait à ce que Woods revienne avec son premier coach de 1993 à 2002, Butch Harmon. Cependant, il n’y a guère de chances que cela se produise. Harmon ayant déjà déclaré qu’il ne retravaillerait pas avec Woods, et que ce dernier ne l’appellera certainement pas. 

D’une part, Harmon n’a pas forcément envie d’être à nouveau soumis à l’intense pression que demande le poste, et d’autre part, et il ne le dira pas, il préfère sans doute rester dans la légende de Woods comme celui qui lui a fait gagner ses 8 premiers majeurs, plutôt que de risquer d’écorner son image dans une veine tentative de relancer un Woods vieillissant et blessé. 

Philosophe, Harmon a déclaré « Rien de dure jamais éternellement. » 

Ce qui est intéressant pour un golfeur amateur dans la démarche que Woods pourrait entamer dans la quête d’un nouvel entraîneur tient dans le fait que le candidat devra apporter une approche plus scientifique du swing de golf, et notamment plus se baser sur l’utilisation d’un radar de mesure, tel que le Trackman. 

Le profil du futur candidat

De ce point de vue, le candidat qui aurait le plus le profil pourrait être l’actuel coach de Luke Donald, Jason Dufner et Keegan Bradley, à savoir l’un des 50 meilleurs coachs de la PGA en 2013, Chuck Cook, connu pour être un spécialiste du trackman. 

Dans les autres candidats possibles, Todd Anderson déjà coach de l’année aux USA par le passé, et impliqué dans la victoire de Brandt Snedeker sur la Fedex Cup 2012, ou encore l’européen Pete Cowen, qui a contribué au succès d’Henrik Stenson en 2013. 

Tiger Woods à la croisée des chemins

A l’inverse, Butch Harmon s’inscrit en opposition avec cette théorie, et pense qu’au contraire, Woods n’a en fait pas besoin d’un coach pour son swing. « Si je devais le conseiller, je lui dirais qu’il est le plus grand golfeur de tous les temps, tape juste des coups au practice. Il est le seul à savoir ce que son corps peut faire. Il est à un stade de sa carrière et de sa connaissance de son swing qui fait que si son besoin consiste à utiliser un trackman, il est assez bon pour le faire seul. » 

De ce point de vue, il est aussi rejoint par Hank Haney qui émet la même opinion. 

Il est vrai que l’utilisation d’un trackman, et surtout la compréhension et l’exploitation des données qui en sont issues font presque office de cette fameuse paire d’yeux dont on a besoin pour savoir comment on swingue. Cependant, si Tiger se connait parfaitement, il n’est pas nécessairement un expert des statistiques d’un trackman, et il peut être opportun pour lui d’avoir l’aide d’un expert. 

Toutefois, tous les coachs s’accordent sur au moins un point !

Avant que Woods ne cherche un nouveau coach, il doit s’interroger sur ses propres capacités athlétiques.

Au cours des 7 dernières saisons, il n’a connu que 3 années pleines sans blessures. 

Pour Pete Cowen, la technique n’est pas un remède miracle pour soigner le corps. Un coach de swing ne peut pas faire grand-chose pour un golfeur blessé. 

Si tout le monde espère le retour de Woods en 2015, la question qui dépasse le cadre de son changement de coach est plutôt dans quelle forme physique sera-t’il ? 

Avec Sean Foley, Tiger a participé à 56 tournois. Il en gagné huit sur seulement deux ans (2012 et 2013) quand il a pu jouer à temps complet. 

Le mot de la fin pour Butch Harmon « Il sait que ce son corps est capable de faire. C’est un excellent élève qui aime apprendre sur le swing. Dès qu’il retrouvera la plénitude de ses moyens physiques, il pourra recommencer à jouer comme il sait si bien le faire. »

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2032
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.