Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Qui est le nouveau coach putting de Tiger Woods, et que peuvent-ils travailler ?

Qui est le nouveau coach putting de Tiger Woods, et que peuvent-ils travailler ?

Ces derniers jours, Tiger Woods s’est adjoint les services d’un nouveau coach, non pas pour le swing, mais pour le putting. Très défaillant dans ce domaine depuis au moins trois tournois, et en particulier, le Genesis Open qu’il a lui-même qualifié de catastrophique, Woods a commencé une collaboration avec un coach inconnu du grand public, mais c’est loin d’être une surprise, puisqu’il s’agit de Matt Killen, le coach putting de son partenaire de jeu le plus régulier en ce moment, et ex-numéro un mondial, Justin Thomas. Qu’est-ce que cherche Tiger ? Que peut-il améliorer ? Quelles sont ses véritables faiblesses ?  Nous avons sollicité l’avis de notre consultant putting Rudy Olmos, par ailleurs, présentateur de l’émission « le Putting By Rudy » sur JeudeGolf.tv

Découvrez nos formules d'abonnements

Pour la plupart des observateurs du PGA Tour, il est clair que le nom de Matt Killen était jusqu’à présent passé sous le radar.

Dans les travées du Player’s Championship, c’est un petit peu la question qui revient « Mais qui est donc le nouveau coach putting de Tiger ? »

Woods n’a plus eu de coach attitré et identifié depuis la fin de sa collaboration avec Chris Como, fin 2017.

Sur les greens de Sawgrass, et particulièrement le putting-green, Matt Killen est bien la deuxième paire d’yeux du Tigre.

Un Tigre qui est loin de rugir sur les greens depuis le début de la saison.

Toujours capable de coups fantastiques, comme sa spectaculaire sortie de bunker au WGC-Mexico Championship, Woods semble être en perdition une fois avec son putter.

Sur les trois derniers tournois importants (Torrey Pines, Riviera et au Mexique), Woods n’a jamais réussi à se classer parmi les 20 meilleurs pour les coups gagnés sur le green.

A Mexico, altitude ou pas, il a même comptabilisé jusqu’à six 3-putts.

Killen a beau être un inconnu du grand public, ce n’est pas tout à fait exact pour ceux qui suivent les coulisses du circuit. Cela fait déjà une petite dizaine d’années qu’il gravite autour du monde professionnel.

Son premier grand fait d’armes est intervenu quand le meilleur ami de son père, Kenny Perry était à la recherche d’une étincelle sur les greens !

Killen s’est proposé de l’aider, et l’a accompagné sur la Ryder Cup 2008. Il a alors travaillé avec Perry, JB Holmes, et Chad Campbell, et même donné des conseils à Paul Azinger, le capitaine de l’équipe.

Le plus fou dans l’histoire, c’est qu’il n’avait alors que 22 ans !

A ce jour, il travaille essentiellement pour Justin Thomas, JB Holmes, qui a justement remporté la victoire au Genesis Open, Bud Cauley ou encore Jessica Korda.

Connu pour le putting, et désormais coach de Tiger dans ce domaine spécifique, il n’est pas pour autant exclusivement dédié à cette partie du jeu. Il est même reconnu pour être un expert en biomécanique, et en mécanique de la face de club.

Son point fort serait de toujours savoir comment faire passer son message, selon certaines sources aux Etats-Unis, et notamment son principal client connu, Justin Thomas « Il est très bon pour vous dire les choses de différentes façons. »

Tout comme Killen connaissait Kenny Perry, il connaissait aussi le père de Justin Thomas. Cela fait donc 20 ans que le coach et l’élève se connaissent.

La nouvelle publicité autour de Killen amuse d’ailleurs beaucoup Justin Thomas « Je dirais que beaucoup ignorait qui était mon coach putting avant cette semaine. C’est d’ailleurs plus une relation d’amitié qu’une relation business, mais il m’a énormément aidé sur les fondamentaux. »

Killen a aussi été son caddie, quand Jimmy Johnson, son caddie habituel était blessé.

Comment Killen est arrivé jusqu’à Woods ?

C’est finalement assez naturellement que Woods l’a rencontré pour la première fois en 2016, et alors que le Tigre servait de vice-capitaine pour la Ryder Cup à Hazeltine.

Justin Thomas y faisait ses débuts, et les deux hommes ont alors échangé des premiers mots.

Par la suite, ils se sont retrouvés plus régulièrement à l’occasion de parties d’entraînements avec Justin Thomas, son « voisin » et partenaire préféré en Floride.

Tiger déclare « J’ai joué beaucoup de parties avec JT. A cette occasion, Matt a vu suffisamment de choses sur mon stroke. Je l’ai voulu pour qu’il jette un coup d’œil plus en détail, et voir ce qu’il pourrait détecter sur mon set-up d’aujourd’hui, par rapport à ce qu’il avait déjà pu être dans le passé. »

Il ajoute « J’ai putté et même très bien putté avec différentes postures tout au long de ma carrière. J’ai fait des choses de manière différentes. »

C’est intéressant car ce commentaire laisserait penser que Woods pourrait être enclin à expérimenter au putting.

Or, dans la réalité, et c’est peut-être une différence entre perception de soi, et réalité, Woods est l’un des golfeurs les plus conservateurs en matière de putting.

C’est aussi l’avis de Rudy Olmos, coach spécialisé putting en France, et qui a beaucoup observé le tigre au cours de ces dernières années.

woods-putting-woes.jpg

« Woods est très conservateur en matière de putting. Il utilise souvent des vieux putters. Il plébiscite par exemple toujours son vieux grip Pistol de la marque PING. Il a toujours résisté à la tentation de changer son grip sur le putter (sa façon de poser les mains). »

A propos de sa nouvelle collaboration avec Killen, Woods déclare aussi « Alors que je commençais à me sentir mieux la semaine dernière et même cette semaine, le putting s’est vraiment libéré. Je respecte vraiment ce qu’il voit. Il est très compétent. »

Toute la question qui devient intéressante dans un cas aussi spectaculaire que celui de Woods, est « mais sur quoi peuvent-ils bien travailler pour retrouver la grinta ? »

C’est justement le sens de la question posée à Rudy Olmos : Pourquoi aller voir un nouveau coach de putting, et que peut-on espérer à court terme ?

Comme pour beaucoup de golfeurs, cela dépend beaucoup de son corps, et de sa mécanique. Il cherche sans doute à retrouver de petites sensations, qui une fois retrouvées, vont remettre toute la machine en route. Nous parlons de l’un des meilleurs putters de tous les temps.

Lui déclare « J’aime putter avec la main droite. J’aime sentir le release de la pointe du putter. C’est vraiment de cette manière que je putte le mieux. »

Il ajoute encore « Si je peux voir la ligne, et sentir que le release se fait au-dessus de cette ligne, je me sens bien. J’ai grandi avec ce feeling hérité de Bobby Locke et Ben Crenshaw. Si j’y arrive, je me sens super bien. »

Dans cette déclaration, on sent bien les racines anciennes de la culture golfique de Tiger. J’ai d’ailleurs l’occasion d’en parler dans le livre, Tiger Woods l’homme deux visages, et son admiration pour la personnalité de Ben Hogan.

Pour Rudy Olmos, effectivement, Tiger est vraiment très conservateur ou même classique dans son approche du putting.

Pourquoi changer de coach ?

Rudy Olmos répond « Il peut être dans un moment de doute, avoir besoin d’un autre avis, et rechercher à travers cela une nouvelle confiance. C’est comme s’il cherchait un nouveau gourou. Toutefois, à court terme, le problème de fond ne change pas. C’est comme changer de putter. Sur le moment, on pense que c’est mieux. Pendant une semaine ou deux, il peut mieux putter. »

Que peuvent-ils travailler concrètement ? Rudy répond à nouveau

« Ils peuvent travailler sur des nouveaux exercices d’entraînements, de nouvelles méthodes, un nouveau discours. Pour l’avoir vu encore putter au Player’s, et notamment manquer un putt à 1m20, en dépassant le trou de 80 centimètres, je me dis que son problème numéro un, c’est le dosage. A son niveau, Woods doit être très calé sur les fondamentaux. On n’imagine pas de défaillances de ce côté-là. »

Le coach pointe aussi du doigt une incertitude « Avec beaucoup de prudence, je dirais que son putter ne me paraît pas excellement fitté pour sa posture très droite et allongée. C’est difficile à distinguer, et surtout il doit avoir une batterie de spécialises pour l’aider. Cependant, cela ne me saute pas aux yeux comme étant parfait. »

Dernier point relevé par Rudy Olmos, et comme vu plus haut, Woods a toujours été très conservateur pour son stroke de putting.

Son grip est d’ailleurs toujours celui qu’il emploie depuis ses débuts.

Un grip qui était très populaire dans les années 90, très enseigné dans les écoles de golf, et à l’origine de beaucoup de victoires sur le PGA Tour. C’était la position référente. Toutefois, Rudy Olmos précise qu’en l’état actuel de nos connaissances sur le putting, elle a ses points forts, mais elle a aussi ses problèmes.

C’est peut-être avec beaucoup de guillemets, la cause des problèmes de putting de Woods aujourd’hui.

Doit-il modifier son grip ?

Rudy Olmos n’est pas affirmatif, mais se pose la question à une époque où d’autres méthodes sont de plus en plus populaires, comme par exemple le grip pince, encore récemment adopté par Sergio Garcia, l’ennemi intime de Woods.

Retrouvez la nouvelle série d'émissions Le Putting By Rudy sur JeudeGolf.tv

Crédit photo : Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 134
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.