Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Tiger Woods - Phil Mickelson: Dernière ligne droite?

Le début de la fin pour Woods et Mickelson ?

Le premier nommé vient tout juste d'annoncer qu'il quittait le PGA Tour pour une durée indéterminée, le temps d'être de nouveau compétitif. Le deuxième n'a rien annoncé, mais devrait peut-être le faire alors qu'il vient de manquer deux cuts d'affilés.  

A 39 et 44 ans, Woods et Mickelson, les plus belles stars du golf mondial de ces vingt dernières années semblent entrer dans la dernière phase de leurs carrières respectives au plus haut niveau, et avant peut-être d'envisager une suite sur le Senior Tour des plus de 50 ans. 

Woods, quoiqu'il arrive, restera dans l'histoire du golf comme une légende, celui qui a réellement changé le regard des non-golfeurs sur ce sport, celui qui dominé le jeu pendant la plus longue période, et celui qui a inspiré toute la génération actuelle de pros de golf. 

Mickelson restera lui aussi dans l'histoire du golf comme le golfeur préféré des américains pour avoir justement été le meilleur golfeur de son époque contre l'ogre Tiger Woods. 

Au début des années 2000, les médias ne cessaient de dire de lui qu'il était le meilleur joueur du monde à n'avoir jamais remporté de majeur. 

Titre qu'il abandonna enfin en 2004 quand il rentra un putt incroyable sur le 18 à Augusta au point de soulever la foule, et de rester dans les mémoires comme l'un des finish les plus émouvants au Masters de ces quinze dernières années. 

Même les meilleures choses ont une fin... 

Et il semble bien que malgré la volonté incontestable des deux hommes de repousser le clap de fin, il faut bien admettre que tout deux sont rattrapés par le temps, mais pas seulement ! 

Brooks Koepka, Rickie Fowler, Jordan Spieth, et surtout Rory McIlroy réclament tous leurs temps, et pour cela, il faut bien prendre sur celui de ces ainés qui ne laissent pas vraiment leurs places. 

Fin de longues carrières pour Woods et Mickelson ?

Depuis son retour au sommet de la hiérarchie mondiale en 2013 avec une saison presque parfaite où aura seulement manqué un succès en majeur, Tiger Woods a vécu 16 mois de descente aux enfers. 

Durant ce laps de temps, il n'a joué qu'une dizaine de tournois, déclaré forfait pour le Masters pour la première fois de sa carrière professionnelle, réalisé il y a seulement 15 jours, le pire score sur un tour depuis qu'il joue chez les Pros (82 à Phoenix),terminé bon dernier de son tournoi le World Challenge, et bien que dans son dernier communiqué, il ne semble pas lier ses mauvais résultats à sa santé, le doute est permis pour savoir si Tiger pourra un jour redevenir Tiger. 

Statut qui semble d'ailleurs avoir quitté ses épaules pour s'accrocher à celles de son jeune disciple, McIlroy, vainqueur pratiquement à chacune de ses apparitions sur un parcours depuis 6 mois. 

Depuis l'annonce mercredi soir de son retrait pour une période indéterminée, ses proches, ses agents ne cessent de rassurer, et d'affirmer que c'était la meilleure décision à prendre. 

24 heures après l'annonce, Mark Steinberg précisait le calendrier de Woods sur les prochaines semaines qui ne passerait donc pas par le Honda Classic, tournoi qu'il avait prévu de disputer, et à cette heure le doute est permis concernant le Masters qui débute dans 8 semaines. 

Après une semaine de vacances auprès de son amie, la skieuse Lindsay Vonn, Woods devrait reprendre le chemin de l'entrainement en Floride. 

Woods constate que son jeu n'est pas au niveau de qu'il espère, et de ce qu'il a connu jusqu'à présent pour jouer sur le tour. 

Ce jugement lui appartient, et nous semble manquer d'humilité. 

De toutes les expériences d'interruptions de compétitions récentes observés par des pros, il s'avère que plus dure est le retour. 

Dernier exemple en date, Dustin Johnson, absent du tour pendant près de 6 mois alors qu'il était en forme ascendante, et qui depuis, peine à passer le cut. 

Concernant Woods, certes un 82 sur 18 trous a du le choquer, et le toucher dans son amour propre. 

AU cours du premier tour du Farmers insurance Open, joué à Torrey Pines, son parcours porte-bonheur (déjà vainqueur à 8 reprises), il a quitté le fairway après seulement 11 trous, en raison de douleurs au dos qu'il pouvait difficilement feindre ou dissimuler. 

Pourtant, dans les heures qui suivirent, lui et son entourage notamment médical n'ont pas annoncé de nouvelle blessure ou de séquelles de sa précédente opération. 

Seul argument mis en avant, le niveau de jeu du champion qui ne serait pas conforme à son rang d'icône planétaire. 

Woods à la recherche de lui-même

C'est en forgeant que l'on devient forgeron... 

A force de sélectionner ses tournois, et de jouer relativement peu dans une saison, Woods est entré dans une logique de "je joue pour gagner ou je ne joue pas". 

Aucun autre golfeur au monde n'est dans cette logique. 

En un an et demi, Woods est sans doute le golfeur pro qui a le moins joué sur le tour. 

Indiscutablement pour raisons de blessure, cependant, si Woods est en état, il devrait au contraire jouer, et accepter les jours sans. 

Pour Notah Begay, un ami proche de Tiger, le principal, c'est que ce dernier retrouve son petit jeu. 

Quoi qu'il en soit, Woods n'est toujours pas en état de jouer, et le temps joue contre lui. 

Statistiquement, passé 40 ans, les chances de victoire sur le tour diminuent nettement. 

Problème auquel est déjà confronté Phil Mickelson dans l'année de ses 45 ans, et qui n'en finit plus de dégringoler au classement mondial. 

18ème mondial, Mickelson n'a plus gagné sur le tour depuis 2013 année faste pour lui avec trois succès dans des tournois importants. 

En 21 départs l'an passé, Lefty n'a obtenu que deux places d'honneurs. 

Et cette année, son début de saison est encore moins bon avec deux cuts manqués sur trois départs. 

En cause, un putting très largement défaillant ! Sur le dernier tournoi disputé près de San Diego, sa ville natale et sur un parcours qu'il a déjà dominé à trois reprises, Mickelson n'a pas réussi à casser le par du fait de trop nombreux 3 putts. 

Plutôt satisfait de son jeu du tee au green, il s'est agacé de son putting trop insuffisant pour être compétitif à Torrey Pines. 

Frustré et même décontenancé, l'américain ne sait pas par quel bout prendre le problème. 

A la recherche de ses sensations de 2013, lui qui n'a pas gagné en 2014, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 2003, semble penser que le problème se limite au green, et à une prise de grip qui ne lui conviendrait pas pour l'instant. 

Cet hiver, il a passé beaucoup de temps à travailler sa frappe de balle, et avoue ne pas s'être trop soucié de son putting, secteur de jeu qui ne l'avait jamais vraiment préoccupé par le passé. 

De son discours, plus que de ses difficultés à bien putter, on sent qu'il n'a pas la solution, et même une pointe d'angoisse. 

Mickelson en plein doute au putting

Pour nos deux golfeurs américains, la cote d'alerte est donc déjà largement dépassé. 

L'un a perdu son jeu...l'autre a perdu son putting. 

La question est de savoir comment ils vont pouvoir repartir du bon pied. 

Bien que le temps ne joue plus en leurs faveurs, les deux peuvent s'inspirer de Jack Nicklaus qui a remporté son dernier majeur à 46 ans. 

Iront-ils sur le Senior Tour ? 

La carrière d'un golfeur professionnel ne se termine jamais vraiment. 

Passé 50 ans, les pros peuvent s'engager sur le Champions tour, et continuer une carrière sportive relativement dense. 

Au lieu de disputer quatre tours, les tournois se disputent sur seulement trois tours, et le circuit comprend des épreuves majeurs comme l'US Senior Open, le British Senior Open, ou le PGA Senior Open. 

De nos jours, Bernhard Langer, Fred Couples, Colin Montgomerie ou encore Tom Watson continuent à faire parler d'eux, et même retrouvent une seconde jeunesse. 

Peu de chances que Woods s'intéresse à ce circuit trop obnubilé par sa propre légende. 

L'américain a souvent exprimé le fait qu'il arrêterait le golf du jour au lendemain, le jour où il ne s'estimera plus en mesure de gagner... sur le grand tour ! 

Admettons qu'il soit compétitif un peu plus longtemps que Nicklaus au vue de sa façon de se préparer physiquement et qu'il arrive à être performant jusqu'à 48 ou 49 ans, pas sûr qu'il se contente de tournois pour vétérans. 

A l'inverse, Phil Mickelson a tout à fait le profil pour continuer sa carrière sur le Champions Tour pour prolonger encore le plaisir d'être le chouchou des américains, un peu à l'image d'un Fred Couples aujourd'hui. 

La perspective d'être le numéro un de ce circuit est un challenge qui peut tout à fait susciter son intérêt tout comme le fait de remporter quelques majeurs supplémentaires, même avec la mention senior. 

Alors que Woods ne peut pas se vanter d'avoir un physique sans faille, Mickelson qui n'a rien d'un sportif de haut niveau avec son physique débonnaire n'a jamais connu de grosses blessures, et semble encore assez frais pour pouvoir jouer, et même dominer son sujet contre des golfeurs de plus de 50 ans. 

Les prochaines semaines devraient donner des indications sur la suite des carrières de ces deux monuments de notre sport. 

Arriveront-ils à inverser les courbes, et remonter au classement mondial, et même encore remporter un ou plusieurs majeurs ? 

Avec d'autres golfeurs, nous ne nous poserions sans doute pas la question, mais Woods et Mickelson ne sont pas des joueurs ordinaires.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1722
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.