Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Tiger Woods: De nouveau blessé, doit-il changer de swing?

Tiger Woods: De nouveau blessé, ne doit-il pas changer de swing?

A peine remis de son opération au dos, Tiger Woods a voulu faire taire ses détracteurs en revenant au plus vite à la compétition sur le WGC-Bridgestone Invitational. Pressé par les échéances du calendrier, pressé par les médias et les fans, et pressé par sa propre ambition, le voilà de nouveau sérieusement blessé au dos.

Découvrez nos formules d'abonnements

Sommaire

  1. Woods incertain pour le dernier majeur de la saison (US PGA Championship) et la Ryder Cup
  2. Woods marche à l’envers
  3. Une préparation physique digne d’un commando
  4. Le swing de Woods en 3 étapes
  5. Un changement de swing au centre du débat
  6. La masse musculaire du champion en question
  7. Quel avenir pour l’ex-numéro un mondial ?

Woods incertain pour le dernier majeur de la saison (US PGA Championship) et la Ryder Cup

Ce dimanche, au cours du quatrième et dernier tour du WGC-Bridgestone Invitational, et alors qu’il n’était plus en course pour l’emporter depuis un moment, Woods a dû renoncer pour une nouvelle blessure au dos.

A la sortie du parcours, l’américain a expliqué qu’il avait ressenti une douleur vive dans le bas du dos, et selon lui, sans rapport avec sa précédente opération.

Cette douleur s’est produite après avoir tapé un mauvais coup dans un bunker de fairway du trou numéro deux. Quelques trous plus tard, la douleur n’ayant fait que progresser, Woods a préféré renoncer.

Il s’agissait de son troisième départ en tournoi depuis son opération du dos, et ayant accumulé beaucoup de retard au classement de la Fedex Cup, il lui fallait pratiquement une victoire pour espérer participer au play-off de fin de saison, sans parler de la Ryder Cup.

Cette nouvelle blessure au dos accroît encore plus les doutes que nous pourrions tous avoir quant à la capacité du champion de revenir à son meilleur niveau.

Incertain pour le dernier majeur de la saison, Woods aura connu une année 2014 aussi noire que celle de 2013 avait été pleine de promesse.

Retour trop précipité ? Dos trop abîmé par les années ? Mauvais choix du joueur ? Et si le problème venait du swing ?

Depuis ses débuts chez les professionnels en 1996, Tiger n’a jamais cessé de modifier son swing, et schématiquement, à se relever au-dessus de la balle.

Woods marche à l’envers

En 2015, Tiger Woods fêtera ses 40 ans, un âge symbolique pour un homme, et peut-être encore plus pour un sportif de haut niveau.

Le jeune Tiger a tout dévoré sur son passage au cours des vingt dernières années, devenant même le sportif le plus photographié au monde.

Le Woods de la maturité n’a jamais retrouvé les moyens de dominer son sujet.

De 2008 à nos jours, de l’âge de 32 à 38 ans, Woods aurait dû connaitre la période la plus faste de sa carrière, comme la plupart des golfeurs professionnels le font généralement.

Pourtant son compteur personnel reste bloqué à 14 majeurs depuis 2008, et cette période correspond à sa moins bonne période de sa carrière.

L’année 2013 n’a été pour l’instant qu’une éclaircie.

Depuis 2009, l’année de l’affaire Woods qui avait écornée la belle image du champion, l’américain n’a jamais pleinement retrouvé la plénitude de tous ses moyens.

Nous pourrions décortiquer les périodes de sa carrière par rapport à sa vie de célibataire, sa vie maritale ou sa nouvelle vie de couple, mais en réalité, les déboires conjugaux du champion n’ont pas grand-chose à voir avec ses blessures au dos, et ses résultats en déclin.

Une préparation physique digne d’un commando

Un golfeur professionnel est d’abord un homme avec un héritage, des dispositions, des envies, des ambitions, et des convictions.

Woods a été très longtemps marqué par l’éducation de son père. Earl, l’ex-militaire de carrière a  eu une influence considérable sur la vie, et la carrière de son fils.

Quelque part, son décès a laissé un grand vide dans la vie d’un Woods qui depuis n’est plus tout à fait le même.

Obsédé par la vie militaire, Tiger a révolutionné le monde du golf à la fin des années 90 en introduisant la notion de préparation physique de haut niveau dans son sport.

De nos jours, tous les golfeurs se sont engouffrés dans cette dynamique. Pour autant, Woods n’a jamais cessé de faire de la musculation, et de pousser le bouchon toujours plus loin, n’hésitant pas à partager le quotidien des commandos de l’armée américaine.

Et plus que d’avoir commencé le golf très tôt, il semble bien qu’il paye aujourd’hui, une surdose de musculation, ce qui a eu des conséquences sur son swing de golf.

Considérez donc la problématique de la musculation à outrance comme un fil conducteur dans la carrière de Woods.

Le swing de Woods en 3 étapes

En réalité, dans la vie d’adulte de Woods, nous pouvons dégager trois périodes distinctes, et en lien à chaque fois avec un projet de jeu, et un coach différent.

La première période fut marquée par le coach Butch Harmon. Certainement à ce jour, la période la plus prolifique de la carrière du champion (1993 à 2004).

La deuxième période fut marquée par le coach Hank Haney. Une période encore assez fructueuse qui se termina dans la douleur en 2010. Au cours de cette collaboration, Haney a aplati le swing de Woods par rapport à ce qu’il faisait avec Harmon, tentant d’en faire un golfeur à un plan de swing, ce qui aussi correspond à sa philosophie d’enseignant.

Et enfin, une troisième période sous la patte du coach Sean Foley de 2010 à nos jours. Une période qui a ses pours et ses contres.

Différences entre le swing de Woods avant et après son opération du dos

Un changement de swing au centre du débat

A l’été 2010, Woods entame une nouvelle collaboration avec Sean Foley. Ce dernier n’a pas la même notoriété que celle de Harmon ou de Haney, mais c’est une valeur montante du métier. Il a coaché Justin Rose, Sean O’Hair, Hunter Mahan, et Stephen Ames.

Au début, le coach apporte son aide au joueur pendant un tour du PGA Championship, et puis finalement, ils décident de travailler ensemble pendant la trêve hivernale suivante.

Les deux hommes procèdent à des changements en profondeur.

En ligne de mire, Foley demande au tigre de rester plus centré sur la balle, tout en mettant plus de poids sur la jambe gauche au moment du downswing.

Objectif : Redonner au joueur la possibilité de frapper aussi loin qu’à ses débuts.

Résultat : Le swing de Woods devient plus raide que celui qu’il avait encore avec Hank Haney, et surtout, il n’utilise plus autant son poignet gauche au sommet du swing qu’il ne le faisait auparavant. Ainsi, Woods est devenu pour la première fois de sa carrière un joueur organisé pour faire du fade.

Le champion a alors travaillé une trajectoire de club plus extérieure-intérieur, ce qui au début l’a perturbé quand il souhaitait taper des draws. Il lui faudra une grosse année pour digérer ses changements, tout en faisant face à quelques blessures, mais il trouva les premiers bénéfices de tous ces changements en 2012, et surtout en 2013 avec plusieurs grandes victoires.

Sur le papier, tous ces changements pourraient paraître justifiés.

Pour autant, dès la fin de l’année 2013, une voix s’est élevée pour faire part de ses doutes concernant ces nouvelles orientations techniques : celle de son ancien coach, Hank Haney.

Mais pas seulement, la plupart des observateurs américains ont constaté que le swing de Woods s’était considérablement raccourci et resserré au moment du backswing.

Conséquence, Woods a en fait été souvent dépassé en termes de distance par ses rivaux.

La masse musculaire du champion en question

Interrogé sur le swing de son ancien élève, Hank Haney ne se montre jamais avare de commentaires.

« Il fait trop de gym ! Pas de doute sur le fait qu’il faut en faire, mais il faut savoir rester raisonnable. Le but devrait être de se préparer physiquement et d’éviter les blessures, mais Woods cherche surtout à gagner en masse musculaire. Sauf que quand il était plus jeune, il était plus fin et plus rapide…A la limite, la force musculaire supplémentaire peut vous aider à frapper plus fort depuis le rough, mais en-dehors de cela…quel intérêt ? Le problème, c’est que Woods aime pousser de la fonte. »

Et effectivement, tous les chroniqueurs ont observé le fait que Woods a gonflé depuis quelques mois, et résultat, il a perdu en fluidité.

D’un point de vue de la distance au drive, ses performances n’ont pas progressé, et il n’est plus depuis longtemps le plus long frappeur du tour, bien au contraire. Quelque part, il a perdu le principal moyen de différenciation qui faisait sa force à ses débuts. D’une part, en partie pour ses choix techniques, mais d’autre part, aussi parce que la concurrence a progressé.

De ce point de vue, McIlroy est le nouveau Woods des années 2010. Sa puissance au drive est telle que pour lui  le golf est plus facile.

Quel avenir pour l’ex-numéro un mondial ?

Pour Woods, toute la difficulté est soit de retrouver une longueur de drive plus importante, ou alors de trouver ailleurs dans son jeu, des éléments de fortes différenciations.

Quel avenir pour l’ex-numéro un mondial ?

En 2013, il semblait y être parfaitement parvenu. En 2014, son dos a lâché.

Entre 35 et 38 ans, il est difficilement croyable que la raison soit l’usure.

En revanche, un changement de swing ou une préparation athlétique inadaptée peut plus raisonnablement causer des problèmes de dos, et l’empêcher de tirer pleinement profit de son talent.

Aux USA, certaines voies commencent à répandre l’idée que si Woods était resté avec Butch Harmon, il aurait gagné 25 majeurs…

Raisonnablement, les derniers événements tendent à laisser penser que ce n’est pas faux, et qu’au contraire, sans un revirement de situation, Tiger pourrait bien avoir du mal à redevenir Tiger, et même en gagner ne serait-ce qu’un seul.

Woods est encore assez jeune pour faire les choix qui s’imposent, et auxquels il croit pour revenir sur le devant de la scène, cependant, il n’a plus autant de temps qu’il pourrait l’espérer, et il a déjà grillé ses plus belles cartouches.

Pas de défaitisme, avec le tigre tout est encore possible…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2175
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.