Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

The Squeeze : Un nouveau film sur le golf bientôt dans les salles de cinéma

The Squezze : Un nouveau film sur le golf bientôt dans les salles de cinéma

C’est un événement autant insolite qu’amusant qui se prépare avec la sortie courant avril d’un tout nouveau film ayant pour environnement le golf, et remettant sur le devant de la scène, un acteur déjà connu pour son interprétation de Shooter McGavin dans le film burlesque Happy Gilmore. 

Sommaire de l'article sur le film The Squeeze

  1. Golf, jeux d’argent, et mafia, le mélange détonnant du scénario de The Squeeze 
  2. Le retour de Shooter McGavin
  3. Le sujet du film 
  4. Le golf enfin pris au sérieux ! 

Golf, jeux d’argent, et mafia, le mélange détonnant du scénario de The Squeeze 

Ce qui est intéressant avec ce film sur le golf, c’est que pour une fois, il ne s’agit pas d’un film historique, une satire, ou d’une fable, mais d’un film de notre temps, un thriller que tout le monde peut apprécier, golfeur ou non. 

Dans l’histoire cinématographique, peu de films ont été en rapport avec le golf, et le peu qui ont été tournés n’ont jamais réellement laissés une trace indélébile dans toutes les mémoires ou le box-office. 

La légende de Bagger Vance, Bobby Jones, Tin Cup, Un parcours de légende, et bien sûr le plus burlesque Happy Gilmore ont connu des succès relatifs, dépassant rarement les frontières des fans de golf pour attirer un autre public. 

Seul Happy Gilmore, l’histoire d’un idiot du village, fan de hockey doué d’une frappe de balle surhumaine a eu le mérite de faire un peu sourire en dépoussiérant au passage les rites golfiques du milieu des années 90. 

Avec The Squezze, pour une fois, le golf pourrait n’être qu’un prétexte malin et original à un film qui est avant-tout un thriller, plus qu’un film niais sur le golf. 

En somme, un film bien plus actuel qui sort le golf du purement burlesque ou du film de golfeur pour golfeur (Tin Cup). 

On pourrait parler d’une certaine modernité qui place le golf non plus comme une activité un peu à part pour azimuté, mais finalement comme une activité banale, loin des clichés, et surtout de l’image de sport de riches. 

Le retour de Shooter McGavin sur grand écran

On pourrait se laisser tromper sur le thème du film par le fait que Christopher McDonald y tienne un des rôles clés. 

Le retour de Shooter McGavin

Pour beaucoup d’entre vous, ce nom ne vous dira sans doute pas grand-chose, mais si vous avez vu Happy Gilmore (Termina Golf), vous vous souviendrez peut-être de lui dans la peau de Shooter McGavin, le vilain du film ! 

Un golfeur arrogant leader du tour professionnel qui se sentait menacé par l’arrivé d’Happy Gilmore, un joueur de hockey raté soudainement capable de toucher en un, tous les greens. 

Pour les fans de golf, le personnage de Shooter McGavin a laissé une petite empreinte car il dépeignait assez bien les traits les moins positifs du golfeur professionnel type de l’époque. 

Clin d’œil, car ce n’est sans doute pas un hasard de retrouver cet acteur dans un film parlant de golf, mais sous un angle plus noir, et moins affabulateur que les précédents opus sur le même sujet. 

Le réalisateur Terry Jastrow a sans doute voulu exploiter les traits les plus noirs de ce personnage antipathique, et ainsi rappeler l’interprète de Shooter qui jusque-là n’avait pas été vu dans beaucoup d’autres films. 

Nous vivons bien à une époque où on essaie de faire du neuf avec du vieux…alors pourquoi pas recycler Shooter ? Personne n’avait jusqu’à présent osé le faire. 

Le sujet du film 

Comme écrit plus haut, pour une fois, ce film s’inscrit dans une tendance plus actuelle, et moins idyllique. Le film se déroule la majeure partie du temps Las Vegas dans l’antre des jeux d’argents. 

Il se dit que le scénario serait inspiré d’une histoire vraie qui aurait tendance à nous rappeler le diner de cons, mais en beaucoup plus sérieux.

Des joueurs engageant des golfeurs pour disputer des matchs-plays à quit ou double ! 

Le personnage de Augie Baccas interprété par Jeremy Sumpter, un monsieur tout le monde doué pour le golf, vivant dans une petite bourgade du centre des Etats-Unis  vient à remporter le championnat local de son club avec quinze coups d’avance, et pulvérisant au passage le record du parcours. 

Excellent manieur de balle, comme l’atteste le passage où d’un simple swing aérien de son putter, il arrive à contacter la balle pour la propulser avec la même force qu’un fer, il se fait repérer par Riverboat (interprété par Chis McDonald – Shooter), un joueur invétéré et personne peu recommandable, toujours accompagné par son épouse montée sur escarpins et bijoux, Jessie (interprétée par Katherine LaNasa). 

Riverboat a alors l’idée de convaincre le jeune homme d’abandonner son rêve de se qualifier pour l’US Open, et venir jouer au golf pour lui, des matchs assujettis à des paris d’argents à haut risques. 

Comme il est en proie à des difficultés d’argents et contre l’avis de sa petite-amie, Augie se laisse peu à peu tenter par l’idée. 

Le film a donc pour personnage central, ce jeune Augie qui abandonne peu à peu ses rêves et son intégrité pour jouer des matchs de golf pour de l’argent. 

Au fur et à mesure de ses victoires, les paris sont de plus en plus importants, et finissent par avoir le cadre de Las Vegas, où Augie va être confronté à un joueur notoire de la ville, Jimmy Diamonds, un homme sans doute lié à la mafia locale. 

Golf, jeux d’argent, et mafia, le mélange détonnant du scénario de The Squezze

Au détour d’un dernier match à un million de dollars, Augie se retrouve menacé par Diamonds de finir dans une piscine lestée avec des chaussures de plomb si jamais il n’accepte pas de perdre ce match. 

Tentant de s’échapper, Augie découvre que Riverboat ne le laissera pas partir, qu’il gagne ou qu’il perde, son destin sera le même, à savoir la mort. 

Du synopsis, on comprend bien que le golf n’est que le prétexte à un jeu d’argent avec des personnages qui ne s’en laisseront pas compter, une ambiance finalement assez nouvelle pour un sujet avec du golf. 

Le golf enfin pris au sérieux ! 

Dopage, drogue, jeux d’argent, le golf n’échappe aux réalités du 21ème siècle, et c’est peut-être tant mieux ! 

Pour que le golf sorte de la case dans laquelle il est systématiquement enfermé, l’activité doit casser les codes. 

Enfin, pas le golf mais les golfeurs ou ceux qui parlent de golf. 

En 2013-2014, Vijay Singh a été pris aux centres d’un débat bien malgré lui sur le dopage, et depuis, malgré une certaine discrétion, on commence à voir des joueurs se faire contrôler positif. 

Et ce, même si des joueurs fort en gueule comme John Daly ont tendance à railler l’organisation des contrôles anti-dopage. 

Récemment, bien que toutes les parties aient tenté d’étouffer l’histoire, Dustin Johnson a été mis au ban du jeu pour six mois, sans doute pour un contrôle positif à la cocaïne. 

Bref, des sujets qui nous éloignent du golfeur avec son joli petit pantalon à carreau, propre sur lui , et qui pète dans la soie. Pardon pour la formule, mais c’est un peu trop souvent un cliché qui colle à la peau des golfeurs, alors que la réalité est beaucoup plus nuancée. 

Ne croyez pas que l'on fasse l'apologie de ces dérives, en revanche, il est immature de faire semblant de nier que les problèmes de la société s'arrêtent au frontière des parcours.

Ce nouveau film, qui au demeurant présente de très belles images de golf, et pour une fois, pas une caricature du jeu, mais au contraire, le jeu dans toute sa modernité, peut participer à dédramatiser ce sport, le sortir de son image rétro. 

Et c’est sans doute, ce dont a le plus besoin le golf pour exister au 21ème siècle, à l’heure des réseaux sociaux, et alors que le monde n’est plus bipolaire avec d’un côté les gentils, et de l’autre, les méchants. 

L’histoire qui va nous être racontée est moderne, ancrée dans une forme de réalité, et nous sort d’une certaine forme de candeur. 

A l’inverse de ceux qui prétendent que le golf est le sport d’une vie, ce film place le golf comme un prétexte, et c’est peut-être un moyen plus efficace pour toucher une cible de cinéphiles plus large que le cercle restreint des golfeurs.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2162
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.