Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

The Open 2017: Brendan en état de Grâce à Birkdale

Branden Grace bat le record du score le plus bas en majeur avec 62

Samedi 22 juillet 2017, le golfeur Sud-Africain Branden Grace est rentré dans l’histoire de l’Open Championship, et plus généralement dans toute l’histoire des majeurs, en signant la première carte de score de 62 sur un tour d’un grand tournoi. Depuis quelques mois, les scores tombent de plus en plus bas sur le circuit professionnel, avec pour mémoire le score de 58 enregistré par Jim Furyk au cours du Travelers Championsip 2016 ou le 59 de Justin Thomas sur le Sony Open 2017, battant au passage le record de score le plus bas sur 36 trous. Mais jusqu’où vont-ils aller ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Branden Grace bat le record du score le plus bas en majeur avec 62

Si on pousse l’imagination d’une partie de golf parfaite avec sur un par-72, un golfeur qui prendrait tous les par-5 en 2 avec un seul putt, et tous les par-4 en deux avec un putt derrière, et les par-3 en régulation avec toujours seulement un putt, soit la partie de golf la plus parfaite possible, le score le plus bas raisonnablement possible pourrait être de 48 sur 18 trous !

Quand Furyk a scoré 58 au Travelers, il n’était finalement qu’à 10 coups d’une partie de golf absolument et totalement parfaite !

En réalité, le record mondial est détenu par Homero Blancas qui a joué 55 au Premier Invitational 1962 sur une épreuve du PGA Tour.

Pour tous ceux qui jouent au golf, et plus souvent entre 70, 80, 90 et même plus, de tels scores paraissent purement extraordinaire.

Si vous avez déjà joué dans votre vie, 6, 7, 8 ou même 9 trous d’affilée dans le par, vous savez ce que cela coûte de jouer à la perfection au golf.

C’est un sentiment de quiétude exceptionnelle comme si on était au paradis du golf.

C’est sans doute le sentiment qui a traversé la journée du sud-africain Brendan Grace, ce samedi à Southport sur le Royal Golf Club de Birkdale.

Ce week-end sur The Open, il faut bien admettre que les conditions météos ont été plus clémentes que le vendredi ou surtout celles de l’an passé qui avaient joué un rôle dans le dramatique week-end marqué par la victoire du suédois Henrik Stenson contre Phil Mickelson.

Samedi, Birkdale, comme beaucoup de links de bord de mer, n’était pas aussi monstrueux sans le vent, et la pluie.

Cela n’enlève rien à la performance du sud-africain, mais disons que cela a rendu l’exploit possible.

Pour des golfeurs habitués à fracasser la balle à plus de 300-330 yards au drive, et même parfois au bois 3, Birkdale était tout simplement beaucoup moins bien défendu sans les éléments.

D’autant que si vous avez suivi le tournoi, vous avez pu voir qu’ils étaient assez peu nombreux à s’égarer dans les buttes et les roughs.

Les bunkers restaient la principale difficulté à éviter.

Bref, Birkdale sans la pluie et le vent (pas d’arbres non plus) était abordable pour des joueurs habitués à jouer des parcours plus longs.

Par 70, 7,156 yards, on est loin des 7,800 yards de Erin Hills, théâtre du dernier US Open finalement remporté par Brooks Koepka en…-16 ou des 7,435 yards d’Augusta.

Jusqu’à Grace et son score de 62, ils étaient 29 à avoir joué 63 en majeur pour 31 parties dans ce que l’on croyait le score le plus bas.

58… oui mais pas sur un parcours de majeur !

branden-grace-record-historique-score-bas-golf.jpg

Pour battre le record en majeur, Grace a bien évidemment commis aucun bogey, et joué en fait 8 coups sous le par.

C’est sur le trou 17 que Branden Grace s’est mis en position de record avec deux putts pour une distance supérieure à 10,5 mètres.

Bien entendu, dans le calcul précédent pour imaginer la plus parfaite de toutes les parties, l’hypothèse réaliste était en fait un putt par trou maximum, soit 18 putts et 30 coups joués du tee au green.

C’est donc bien au putting que Branden Grace s’est distingué samedi.

« C’était une journée spéciale ! Je n’avais aucune idée que j’étais en train de faire le score le plus bas. J’étais dans la zone, et en train d’essayer de finir sans faire de bogey. »

Ajoutant « Parfois, cela aide d’ignorer ce genre de choses. »

La dernière fois qu’un score bas avait été enregistré à Birkdale datait du dernier tour de l’Open 1991 avec Jodie Mudd jouant en 63. A l’époque, les conditions étaient radicalement différentes et beaucoup plus venteuses.

Dans des conditions plus idéales, Grace a passé l’aller en 29 pour rentrer deux birdies au 13 et au 14 à la faveur de son putter.

Sur le 16, il a encore rentré un putt de 12 mètres pour birdie suivi par un autre putt pour birdie au 17.

C’est sur le 18 que son deux-putt pour par à assurer le record pour une place dans les livres d’histoires.

A la sortie de sa partie, le golfeur sud-africain a modestement concédé que cette première journée sans vent et sans pluie avait rendu les greens plus rapides, et parfait pour son putting.

« Je n’ai jamais pensé à ma technique. Quand vous êtes dans un tel run, vous arrêtez de penser à votre golf ».

A méditer !

Si on revient à la question « jusqu’où les professionnels pourront aller dans des scores de plus en plus bas ? ».

Il semble que la limite humaine se situe entre 55 et 58.

En 2017, le golfeur qui enregistre la meilleure moyenne de score n’est autre que Rickie Fowler avec une moyenne de 69,16 sur le PGA Tour juste devant Jordan Spieth avec 69,34, et Sergio Garcia à 69,35 sur une cinquantaine de parties disputées cette saison.

En 2016, sur 82 tours, Dustin Johnson, numéro un mondial depuis, avait dominé ce classement avec une moyenne de 69,17.

Chaque année, ils sont une petite douzaine à jouer sous la barre des 70 sur une saison complète.

Et en réalité, depuis 10 ans, et grosso modo, la fin de la domination de Woods, la moyenne des scores les plus bas n’a pas vraiment évolué encore plus favorablement pour les pros.

Sur cette période, Woods détient toujours le meilleur score sur une saison avec 67,79 sur la saison 2007, et deux coups de mieux en moyenne que le second, Ernie Els.

Il y a clairement une corrélation évidente entre le meilleur joueur du monde et le score moyen le plus bas sur une année.

Spieth et Fowler vont forcément gagner des tournois cette année, ce qui semble bien parti pour Spieth sur cet Open.

En 10 ans, la moyenne des scores les plus bas n’a donc pas franchement baissé, toujours autour de 69, pourtant avec les scores de Furyk au Travelers, Thomas à Hawaii ou encore Thomas à Erin Hills pour l’US Open joué en 63, et Grace en 62 ce week-end, les scores plus spectaculaires sont plus fréquents.

En moyenne, sur une saison complète, les pros plafonnent en performance sur des parcours endurcis.

Sur un tour, les exploits ont en fait toujours existé.

Le tout premier score de 55 enregistré sur un golf a été à mettre au crédit d’un certain E.F. Staugaard sur le par 72 du Montebello Park Course long de 6,419 yards… en 1935.

En 1935 ou en 2017, des scores bas créent toujours une certaine vague d’émotion, surtout quand on joue au golf, et on sait que déjà jouer 72 est un rêve inaccessible pour beaucoup d’entre nous.

carte-grace.jpg

Samedi, Brendan Grace était bel et bien en état de grâce.

Crédit photo : Mark Newcombe à Birkdale pour Jeudegolf.org

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 750
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.