Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Accessoires Golf

ZEPP GOLF : Test de l’analyseur de swing -Une avancée pour les golfeurs?

Test de l’analyseur de swing ZEPP Golf: une avancée pour les golfeurs?

Convaincu que la pratique du golf va fortement évoluer avec l’arrivée des nouveaux objets connectés, nous sommes régulièrement en veille d’outils qui permettraient d’améliorer l’enseignement du golf, et l’entraînement en solo au practice.  Nous nous sommes intéressés au capteur ZEPP, et vous proposons le résultat de notre test objectif, et totalement indépendant. Pour cela, nous avons acheté le capteur à la différence de blogs, qui pour des questions de référencements Internet, se contentent de vous recopier le descriptif produit avec des commentaires vagues.

Pour réaliser ce test sans complaisance, nous nous sommes donc portés acquéreurs de l’outil, et l’avons soumis à des tests poussés sur trois jours. N’étant pas affilié avec un magasin de golf, nous n’avons pas intérêt à vous inciter à l’acheter ou à simplement reproduire le descriptif du fabricant, ni même placé un lien vers un site pour vous inciter à l'acheter...

Sommaire du test

  1. Pourquoi ZEPP Golf ?
  2. Le rôle de la technologie dans l’enseignement du golf
  3. Les questions préalables : la portabilité et l’intérêt réel
  4. Comment ça marche ?
  5. L’intérêt de ZEPP par rapport à Swingbyte
  6. La complexité de reproduction du swing est-elle vérifiable ?
  7. Ce que nous n’avons pas immédiatement maîtrisé
  8. Les fonctions intéressantes
  9. Comment se servir des données, et travailler sur son swing ?
  10. Conclusion

Pourquoi ZEPP Golf ?

A la différence de beaucoup d’applications actuellement sur le marché, l’analyseur de swing ZEPP peut se trouver facilement en France, puisque ce produit est distribué par plusieurs enseignes, dont Décathlon ou Onlinegolf.fr.

Pour notre part, nous avons opté pour le marchand français, et en livraison au bureau pour un prix compétitif puisque la grande enseigne de distribution se positionne 30 euros moins cher que son concurrent d’origine britannique.

Initialement, nous voulions tester l’analyseur Swingbyte, un produit bien connu par les professionnels et qui se clipse sur les clubs pour analyser vitesse de déplacement de la tête de club, et plan de déplacement du club dans l’espace.

Des informations qui sont en fait capitales quand on veut mieux comprendre son swing, et se fixer des axes de développement précis au niveau technique.

Cependant, le Swingbyte qui en est à sa version deux, n’est pas correctement distribué en France. Et même, en passant par les Etats-Unis, le fabricant ne donne pas de garanties suffisantes sur la délivrabilité de son outil sur notre sol.

De là, nous sommes tombés un peu par hasard sur le site de Zepp, un applicatif qui au départ n’est pas seulement destiné au golf puisque la société revendique l’utilisation de son capteur pour le baseball, ou le tennis.

Des sports où  un capteur peut être utile pour mesurer la vitesse générée par le joueur avec un objet tel qu’une raquette, une batte ou un club de golf.

Le rôle de la technologie dans l’enseignement du golf

Sur jeudegolf.org, nous sommes convaincus que la technologie va contribuer fortement à changer la façon d’enseigner le golf, et va permettre des avancées considérables dans la pratique par les amateurs.

Depuis plus de deux décennies, les marques de matériel ont investi ce terrain, et cette promesse sans succès.

Les drivers sont de plus en plus tolérants, et pourtant, le niveau moyen d’index des amateurs n’a pas sensiblement progressé en France ou partout ailleurs dans le monde.

Contrairement à ce que beaucoup aimeraient nous faire croire, le progrès au golf ne viendra pas du matériel, mais bien du joueur.

enseignement-golf.JPG

Encore faut-il qu’il puisse avoir accès aux informations indispensables.

Comment se soigner si on ignore les symptômes d’une maladie ? Ou encore comment s’améliorer dans un domaine quand on ne sait pas lequel est défaillant ?

Assez simplement, sans chercher midi à quatorze heures, c’est bien là, la mission des technologies de demain.

Pour être un meilleur golfeur, et comme nous l’avons déjà vu dans nos sujets consacrés au physique, et à la biomécanique, il faut donc travailler sur soi.

Après avoir effectué un travail pour améliorer stabilité, souplesse,  rotation, dissociation segmentaire,  le deuxième étage de la fusée est bien la technique, et bien avant le matériel.

Cependant, un swing de golf est si complexe, et met tellement de paramètres en ligne de compte, qu’il est quasiment impossible d’avoir une vue claire, et analytique de ce qui marche ou ne marche pas sans une aide extérieure, ou un œil extérieur.

Le golf est un sport qui n’est pas naturel, et doit donc s’apprendre avec un enseignant qualifié.

Précisons immédiatement que la technologie ne vient pas à la place du coach, mais en complément ou même en aide dans la relation élève-moniteur.

Détecter un problème n’est que la première partie de sa résolution.

La technologie ne peut pas encore ambitionner remplacer un professeur de golf expérimenté qui a lui-même appris à prodiguer les solutions aux problèmes repérés.

Les questions préalables : la portabilité et l’intérêt réel

C’est donc fort de tous ses aprioris positifs que nous nous sommes mis en quête de tester l’analyseur de swing ZEPP.

Le prix de cette technologie n’étant pas rebutant si on passe plusieurs heures par an à se rendre sur un practice de golf.

Nous avons déjà eu l’occasion sur ce site de traiter la question de l’entrainement au practice, et aux différents moyens de varier et de rendre ses séances plus intéressantes.

Un outil comme le ZEPP peut justement contribuer à relancer l’intérêt de beaucoup de golfeurs à passer un peu de temps à perfectionner leurs swings, sans taper des coups pour rien, et sans savoir.

La première inquiétude que nous avions concernant le ZEPP était le fait qu’il faille le porter à la main, et non pas le fixer sur le club.

Attacher un capteur sur un gant de golf peut avoir deux inconvénients : se détacher en plein swing, ou être lourd et désagréable pendant le swing.

A cette heure, nous avons tapé près de 190 coups au practice avec ce produit, et à aucun moment, nous avons ressenti de gêne particulière, ou même risqué de le détacher en plein vol.

D’un poids inférieur à huit grammes et d’une dimension de 28x28x11 mm, ce capteur est tellement peu encombrant, et léger qu’il n’altère en rien votre mouvement.

Concernant l’intérêt, il est effectivement réel à condition que les informations fournies soient fiables, réalistes, et exploitables. C’est ce que nous allons aborder dans les points suivants.

Comment ça marche ?

Le petit boîtier jaune content deux accéléromètres et un gyroscope sur trois axes. 

Premier Objectif : Mesurer la vitesse  de déplacement des mains, et la vitesse de tête de club pour ensuite calculer le tempo du swing entre le backswing, et le downswing. 

Deuxième objectif : Mesurer les angles liés au plan de swing, plan des mains, et la montée pour constater comment ils respectent les bons paramètres techniques. 

Outil de mesure, le capteur ZEPP fonctionne en lien avec un mobile ou une tablette via bluetooth pour mémoriser jusqu’à 2000 swings. 

A chaque swing, le capteur envoie instantanément les données sur le mobile ou la tablette connectée, tant et si bien que vous avez accès en temps réel aux éléments qui vous intéressent pour comprendre instantanément les liens de causes à effets entre votre swing, et le vol de la balle. 

les applications du ZEPP GOLF

Vous allez pouvoir constater sur un écran le dessin de votre swing, les datas, et même une vidéo si vous activez la fonction. 

La capacité de stockage et l’autonomie sont des paramètres importants en plus de l’analyse. 

Si le capteur est annoncé pour avoir une autonomie de 2,5 heures, nous pouvons vous affirmer que l’usage de l’application sur votre mobile réduit l’autonomie de ce dernier à moins de quarante-cinq minutes ! 

En effet, ZEPP est très consommateur de batterie pour un portable à l’image d’autres outils comme par exemple, les GPS de golf via mobile. 

D’autre part, au bout d’une centaine de swings enregistrés dans votre mobile, vous recevez un message d’alerte sur le fait d’être au bout de votre capacité de stockage global. (test réalisé avec un iphone 6) 

Les vidéos sont en effet très lourdes. 

Pour les besoins du test, nous avons utilisé un trépied adapté à un iphone 6 pour capter des vidéos de swing sans mouvement parasites inévitables quand vous tenez un objet dans vos mains. 

L’intérêt, si vous êtes seuls au practice, est que vous pouvez taper des coups, et ne pas avoir besoin d’appuyer sur le déclencheur de l’iphone pour lancer l’enregistreur vidéo. 

Sur ce point, nous n’avons pas encore bien compris comment le capteur envoie un signal pour déclencher l’enregistrement vidéo de manière autonome. Nous ferons une mise à jour de cette page avec la réponse. 

L’intérêt de ZEPP par rapport à Swingbyte

Zepp marque des points par rapport à Swingbyte sur le fait indéniable que ce capteur se fixe sur la main, alors que l’autre outil ne fonctionne qu’en se fixant sur un club.

Ainsi, avec zepp, vous n’avez pas besoin de démonter le capteur à chaque fois que vous changez de club. Il suffit de cliquer sur votre mobile pour changer le club utilisé.

Précision importante…ZEPP a mis à jour sa base de données pour que vous puissiez entrer les paramètres exacts de vos clubs, longueur, rigidité du manche et même la marque.

La complexité de reproduction du swing est-elle vérifiable ?

C’est la question clé concernant un capteur ! Comment prétendre vous aider et vous donner des éléments exploitables sur votre swing, si la reproduction n’est pas précise à 100% ?

Un de nos testeurs a la malchance ou la chance d’avoir un swing très particulier.

Pas aussi complexe ou performant que celui de l’américain Jim Furyk, mais suffisamment pour que le test du capteur ZEPP soit intéressant.

Capture d'écran d'un des swings réalisés pendant le test

Au sommet du swing, notre testeur réalise une sorte de boucle entre la fin du backswing, et le début du downswing.

Cette boucle a très certainement une incidence sur la qualité du swing, et le respect du plan de navigation du club dans l’espace.

Toujours est-il que le capteur ZEPP détecte bien ce mouvement parasite, et le dessine avec l’application 3D ! Ce constat renforce à nos yeux la crédibilité de cet outil, et sa fiabilité.

Ce que nous n’avons pas immédiatement maîtrisé

Une des promesses fortes du capteur est de vous permettre de constater le degré de rotation des hanches au backswing, et au downswing.

C’est un élément clé dans l’analyse de la qualité d’un swing, et permet justement de calculer le X Factor stretch.

Nous n’avons pas trouvé instinctivement comment activer cette fonction. Nous avons d’abord cru qu’il s’agissait d’une fausse promesse.

En fait, en cherchant sur le site du fabricant, nous avons fini par comprendre qu’il faut porter son téléphone mobile dans la poche droite de son pantalon (pour un droitier) pour déclencher la prise de mesure.

Au final, nous avons bien réussi à compléter le test avec notre cobaye dont la rotation des hanches moyenne au backswing était de 42° pour un idéal à 45°, tandis que la rotation moyenne des hanches au downswing a donné une valeur de 55° contre un idéal à 45°.

zepp1.jpg

Sur ce point précis, et la compréhension des données, il nous paraît difficile d’analyser les causes et les solutions à apporter sans l’avis d’un pro.

Les fonctions intéressantes

Compiler des dizaines de datas sur son swing n’a d’intérêt que si on peut les interpréter facilement et rapidement.

Bien que 99% des amateurs n’ont pas l’ambition de devenir joueur professionnel, le fait de pouvoir comparer son swing à celui d’un pro à un grand mérite : pouvoir comparer son swing à l’idéal !

Et comme si vous jouiez au jeu des 7 erreurs, vous visualisez très facilement tous les écarts entre votre geste actuel, et ce qu’il faudrait faire avec un fer 7 ou un driver en mains.

Vous pouvez aussi bien comparer votre swing en 3D, ce qui est instructif pour constater le chemin du club, que comparer les données pures comme la vitesse de swing ou le tempo, et enfin, comparer en instant replay, la vidéo du swing du pro par rapport au votre.

Sur ce dernier point, vous pouvez utiliser une fonction de dessin pour tracer des lignes sur le plan de swing comme sur une application d’analyse de swing professionnel.

De cette manière, vous avez non seulement l’exactitude du geste que vous produisez, et ce qu’il faudrait réaliser dans l’idéal.

De notre point de vue, c’est une façon de verbaliser factuellement ce fameux écart qui est souvent exprimé seulement de manière relative ou conceptuelle par un enseignant.

C’est véritablement un des gros plus de ce capteur, et de son application mobile pour un élève, mais aussi et surtout, pour un pro qui pourra compléter ou illustrer sa leçon avec des chiffres intelligibles, et des graphiques parlant.

Si Brendan Steele, ambassadeur ZEPP affirme que cet outil lui permet de surveiller le déplacement de ses mains dans le plan, pour l’avoir vu joué de près à l’Alstom Open de France, son swing très particulier nous a plutôt incité à faire des comparaisons avec l’autre ambassadeur, Keegan Bradley.

A ce jour, Zepp ne propose que trois pros pour se comparer, dont un joueur de long drive, et à l’avenir, il pourrait être intéressant qu’ils étoffent les vidéos avec un pro senior et une golfeuse pro, afin d’ouvrir l’application à un champ plus important d’amateurs.

A 60 ans, ce n’est pas évident de chercher des comparaisons avec un pro de 35 ans, comme une femme mesurant 1m65 par rapport à un pro qui mesure 1m85 !

Comment se servir des données, et travailler sur son swing ?

Trois solutions s’offrent à vous !

Soit, vous connaissez relativement bien votre swing, et comment influer sur le chemin ou le tempo, et vous pouvez vous servir de cet applicatif pour checker votre swing, et procéder à des ajustements.

Soit, et c’est sans doute le mieux, vous allez voir un pro avec les données, et vous lui demander de vous aider à les analyser pour vous proposer des exercices adaptés.

Cela vous permet de définir des objectifs de progressions précis, et de les mesurer dans le temps.

Soit, vous vous fiez au bilan que ZEPP s’engage à vous envoyer tous les lundis tenant compte de swings que vous aurez enregistré la semaine précédente.

C’est un des petits plus que réserve l’application. Vous avez effectivement des vidéos de coachs américains qui explorent chaque partie du swing pour vous donner des explications, et des exercices appropriés à chaque segment du jeu en difficulté.

Petit hic, il faut parler et comprendre l’anglais.

De notre côté, nous avons opté pour les solutions 1 et 2. A savoir, à l’aide de ZEPP, nous avons identifié quantités de dysfonctionnements sur le swing de notre cobaye, un golfeur qui joue autour de 22.

Tempo beaucoup trop rapide, plan du club bien trop négatif, montée trop courte, et vitesse de swing trop lente, soit un grand nombre de points de progrès facilement identifiés par rapport au swing idéal.

Pour le tempo, c’est assez simple à corriger seul sans passer par un pro.

Dans le cadre du test, le cobaye a swingué à une vitesse de club de 80 mph (donnée exacte car identique à celle que nous mesurons pour ce joueur avec un radar de pointe comme le trackman), mais dans un tempo de 2 pour 1 !

A savoir, deux secondes pour monter le club au sommet de son arc de swing, et une seconde pour aller jusqu’à l’impact.

Or, selon les coachs de ZEPP, le swing idéal doit se faire dans un tempo de 3 pour 1.

Une fois que nous avons fait remarquer ce problème au testeur, il a réalisé plusieurs swings en vue d’augmenter son tempo, et jusqu’à atteindre le ratio de 3 pour 1.

Toujours dans le cadre de ce test, nous avons constaté que le joueur présentait un plan de club beaucoup trop négatif, et mesuré à -25° alors que le plan des mains a été mesuré à -5°.

Pour un professionnel, ces deux éléments doivent être proche de 0°. L’écart constaté était donc très important.

Sur ce point, sans l’avis d’un moniteur, notre testeur n’a pas été en mesure de trouver la bonne correction seul !

Dernier exemple qui concerne la montée !

Selon ZEPP, les pros montent un fer 7 jusqu’à ce que le shaft soit parallèle à la ligne du sol, soit un angle de 270° entre le point de départ et le point d’arrivée.

Au-delà de 270°, la montée est contre-productive !

Notre cobaye a commencé sa séance de test à 235°, soit un écart considérable par rapport à ce qu’il faudrait faire.

Capture d'écran d'un des tests réalisés le 27 aout 2015

En travaillant sur l’amplitude de son geste, et la position de son poignet gauche, et au bout d’une vingtaine de swings, le testeur est arrivé à monter cette mesure à 250°.

Bénéfice, il est passé de 80 mph de vitesse de tête de club au fer 7 à pratiquement 83 mph ! Ce gain signifie un gain de plusieurs mètres en termes de distance.

En théorie, pour un mph de vitesse de swing gagné, vous gagnez jusqu’à 2.5 yards de distance au carry (environ 2.2 mètres).

Dernier bénéfice réel constaté, et pas des moindres, à l’aide de la vue 3D, vous pouvez décortiquer sous tous les angles, votre swing, et surtout le chemin du club à l’impact.

Dans le cas de notre testeur, un joueur qui hook facilement la balle, il a pu visualiser à quel point, son chemin de club arrivait de l’intérieur vers l’extérieur pour couper deux fois la ligne idéale à l’impact, et donc engendrer logiquement un hook.

Conclusion

C’est un produit adapté pour le golfeur qui veut tout connaitre de son swing, et se conforter dans ses choix techniques, ou au contraire, remettre en cause son swing pour progresser.

Nous n’avons testé ce capteur que pendant trois jours, et nous allons continuer à le faire pour mettre à jour cette page de nos futures trouvailles.

Mais il est certain que c’est exactement le type d’outils qui peut contribuer à améliorer l’enseignement du golf.

De très nombreux PROS devraient l’adopter, d’autant qu’il est simple d’utilisation pour agrémenter leurs leçons de vidéos et de plans 3D afin de montrer aux élèves ce qu’ils produisent dans l’instant, et comment le corriger.

A la différence de certains outils que nous avons pu tester par le passé, ZEPP tient en partie ses promesses.

Le capteur n’a pas la prétention de vous donner le taux de spin que vous donnez à la balle alors qu’en fait, il ne peut pas le faire, sauf en se basant sur une hypothétique formule de calcul (ES14).

En revanche, ce que le ZEPP vous donne est vérifiable, et la forme du swing est répétée conformément à ce que fait réellement le joueur.

Ce n’est pas une vue 3D théorique collée à tous les joueurs quels que soient leurs swings.

la reproduction exacte d'un swing

Enfin, le fait que le capteur soit très léger et fixé au revers du gant, lui confère un avantage considérable par rapport au swingbyte, puisque vous n’avez plus besoin de démonter le capteur à chaque changement de club.

Cet article n’est pas fermé et nous le mettrons à jour en fonction de nos futures trouvailles, et notamment notre évaluation de la fonction « Labo » qui envoie chaque lundi une analyse des données de la semaine précédente.

D’ici là, nous n’avons pas été déçu par ce produit, et même plutôt agréablement surpris.

C’est typiquement le type de gadget qui peut changer votre façon de vous entraîner, et vous aider à progresser. 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4060
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.