Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

TaylorMade espère contrebalancer ses ventes avec de nouveaux putters

TaylorMade espère contrebalancer ses ventes avec de nouveaux putters

Dans un contexte de ventes de matériel de golf en repli, TaylorMade entend bien convaincre les golfeurs que ses putters contrebalancés sont parmi les meilleurs du marché. Début août, la marque a dévoilé sa nouvelle gamme 2014/2015 de putters Daddy Long leg, Spider blade, et Spider mallet. Quels bénéfices pour l’utilisateur, et quelles différences avec les précédents modèles ?

Sommaire de l'article consacré aux nouveaux putters TaylorMade 2014/2015

  1. Le contexte de l’industrie du golf sur le premier semestre 2014
  2. Imposer les putters contrebalancés TaylorMade comme les nouvelles références du marché
  3. Pourquoi sortir un nouveau Daddy Long Leg alors que la performance du modèle 2014 semble déjà très difficile à égaler ? 

Découvrez nos formules d'abonnements

Le contexte de l’industrie du golf sur le premier semestre 2014

Curieux mois d’août pour la marque numéro un des ventes de matériel, d’une part, et un peu comme les chiffres de l’INSEE concernant la croissance en France, il ne fait plus mystère que l’année 2014 sera mauvaise pour l’industrie, et pour TaylorMade en particulier, et d’autre part, les produits de la marque n’ont jamais semblé aussi dominants.

Le driver SLDR est numéro un des ventes depuis un an. Le putter Daddy Long Leg est assurément un des meilleurs putters contrebalancés du marché, alors que jusqu’à présent, TaylorMade n’était pas forcément la marque de référence sur ce segment.

Pourtant, les chiffres dévoilés le 13 août sont sans appels. Adidas, la maison mère a confirmé la fermeture du QG d’Adams Golf (marque rachetée par le groupe) pour fusionner avec le siège de TaylorMade Carlsbad, et annoncé une réorganisation de la force commerciale.

En cause, une baisse des ventes de l’ensemble TaylorMade-Adidas Golf de 18% sur le deuxième quadrimestre de l’année au niveau mondial, et une baisse de 27% sur une année glissante en prenant en compte les six premiers mois de 2014.

Selon Herbert Hainer, pdg du groupe Adidas, ces mauvais résultats sont le résultat d’une très mauvaise année pour l’industrie du golf, alors que pourtant, le nombre de parties jouées dans le monde était censé être en augmentation après une année 2013 catastrophique d’un point de vue météo.

En France, le fait que l’hiver ait été clément a partiellement masqué le phénomène. Les clubs de membres semblent avoir fait le plein, et sont peu touchés par les effets liés à la crise économique.

A Salvagny, ou au Golf Club de Lyon, les directeurs affirment que l’activité est plutôt en légère augmentation.

En revanche, il semble bien que les clubs qui fonctionnent plus au green-fees soient beaucoup plus en difficulté, même pendant les congés d’étés dans des zones touristiques.

Des informations qui filtrent jusqu’à nous, il faut pratiquement regarder au cas par cas. SI sur la côte basque, les golfs semblent fonctionner, c’est moins le cas en Languedoc-Roussillon par exemple.

Moins de golfeurs, mais aussi moins d’achats de matériel, et ce quel que soit la zone géographique.

Toujours de l’aveu des directeurs de golf des clubs de membres, si le nombre de parties jouées est plutôt en légère progression, en revanche, les achats de matériel au pro-shop ont clairement fléchi.

Les golfeurs seniors pourtant les moins impactés par la crise ont clairement reportés leurs achats et prolongent leurs séries actuelles, d’où un impact non négligeable sur l’industrie, et au premier rang, le leader.

Imposer les putters contrebalancés TaylorMade comme les nouvelles références du marché

Un an plutôt, TaylorMade revendiquait le fait d’avoir lancé les putters le plus stables qu’il n’avait jamais produit auparavant.

Le daddy Long Leg et le Spider blade défrayaient alors la chronique du fait de leurs looks pour le moins non-conventionnel.

Imposer les putters contrebalancés TaylorMade comme les nouvelles références du marché

Nous étions alors dans un contexte d’interdiction des belly-putters, un coup terrible portée aux marques.

Pourtant, en France, il nous semble que ce type de produits était assez rare dans les sacs des joueurs, et en tout cas beaucoup moins populaire que les derniers grips superstrokes.

L’interdiction des belly-putters a été finalement une bénédiction pour TaylorMade qui a profité de cette nouvelle contrainte pour investir le champ des putters contrebalancés jusque là réservé à de petits artisans du putting qui travaillaient sur ces produits de manière assez confidentielle.

Avec la puissance de feu du leader de l’industrie, en moins d’un an, presque tous les golfeurs attentifs aux questions de matériel savaient ce qu’était un putter contrebalancé, et dans ce registre, TaylorMade ne s’est pas laissé distancer par Odyssey, le véritable leader du putting.

Concrètement, nous avons testé ces putters, et notamment le daddy long leg et son rival le Tank d’Odyssey.

Si un putter inadapté produit des résultats en termes de consistance tout à fait aléatoire, un putter contrebalancé et adapté donne des performances tout à fait régulières.

daddy1.jpg

Pour un amateur de golf, il est très difficile de bien choisir seul un putter.

Si vous n’avez l’assistance d’un professionnel du fitting de putter, nous vous recommandons au moins d’utiliser la très bonne application pour mobile de PING : Iping.

Cela vous permet de contrôler la consistance de vos coups, le chemin du swing, l’angle d’impact, l’angle de lie, la position des mains, et la direction des coups.

En utilisant cet outil de mesure, nous avons pu constater que le daddy long leg était un des putters les plus consistants du marché. Nous en avons même fait notre produit star de l’année devant le Tank d’Odyssey ou la lame Newport de Scotty Cameron.

Avec notre application de test, à chaque fois que nous avons contrôlé le Daddy Long Leg, nous avons trouvé une note de consistance très proche de la perfection (1.0) alors que pour les bons putters, nous trouvions une note entre 1.0 et 3.0, et beaucoup plus quand un putter n’était vraiment pas adapté.

(Plus la note de consistance est élevée et plus cela signifie qu’à l’usage, le couple golfeur/putter n’est pas régulier)

Pourquoi sortir un nouveau Daddy Long Leg alors que la performance du modèle 2014 semble déjà très difficile à égaler ?

Au premier regard, nous ne constatons que de très légers changements esthétiques entre le nouveau et l’ancien modèle.

Pourquoi sortir un nouveau Daddy Long Leg alors que la performance du modèle 2014 semble déjà très difficile à égaler, voir à dépasser ?

Par contre au niveau prix, l’ancien modèle toujours disponible à la vente a baissé de 100 dollars, soit 199 $ contre 299 $ (229 euros) pour le modèle 2014.

Visuellement, la couronne 2014 est noire quand elle était blanche en 2013 !

TaylorMade appelle cela une finition black avec des poids en tungstène peints en blanc aux deux extrémités de la lame.

Pour Tomo Bystedt, le directeur de la création chez TaylorMade « Ces nouveaux putters présentent un look détonnant, et chaque produit propose une stabilité extrême sur chaque putt pour une roule très consistante. »

A ce stade, rien de nouveau !

Surtout que la marque n’annonce pas de gains en termes de MOI.

En 2013, le Daddy Long Leg donnait déj un MOI de 8 500, la même mesure que le produit 2014 !

Quel que soit la version, le bénéfice est toujours le même, à savoir promouvoir une roule constante après l’impact en permettant une meilleure résistance au fait de vriller la balle à l’impact et décentrer la face par un geste incontrôlé ou un sursaut.

Idem pour le Spider blade 2014 mesuré à 5200 MOI qui s’adresse aux fanatiques des lames.

Le Spider Blade est toujours 50% plus stable qu’une lame traditionnelle.

En revanche, le véritable nouvel argument tient dans le fait que Sergio Garcia a utilisé un de ces putters pendant The Open 2014.

Deuxième du tournoi juste derrière McIlroy, il avait marqué les esprits en réalisant un dernier tour quasi parfait avec seulement 26 putts joués sur 18 trous quand en moyenne, un pro joue autour de 30, et qu’un amateur joue entre 34 et 40 putts.

Il y a fort à parier que TaylorMade cherche à surfer sur le bel été de Sergio Garcia, deuxième à The Open, et de nouveau deuxième au championnat du monde Bridgestone à Akron, la semaine suivante.

Si putter comme Sergio nous paraît délicat, pour TaylorMade, susciter l’envie de putter avec le même outil semble déjà plus atteignable.

Et si vous envisagez de vous laisser tenter, notez ce conseil fourni par la marque concernant l’utilisation d’un putter contrebalancé :

« Pour optimiser le principe du contrebalancement (poids mieux réparti sur toute la longueur du club entre la tête et le grip), il convient de gripper deux ou trois inches plus bas sur le manche avec un stance, une posture et une adresse à la balle normale. En faisant cela, vous mettrez plus de poids au-dessus des mains, ce qui est la clé pour augmenter la stabilité d’un putt. »

C’est pourquoi les manches de putters TaylorMade sont plus longs.

Toutefois, la marque propose deux modèles en 35 et 38 inches pour que chaque golfeur puisse choisir la longueur qui lui convient.

TaylorMade conseille l’utilisation du 38 inches pour les golfeurs qui jouent habituellement du 34 à 36 inches, alors que le 35 inches est recommandé aux joueurs qui jouent du 32 à 34 inches.

Ces nouveaux produits seront disponibles à la vente à partir du 15 août.

Si vous voulez acheter le dernier modèle et être absolument à la page, ces nouveaux produits devraient vous satisfaire, en revanche, si seule la performance vous intéresse, et que vous êtes bien sûr sensible à la question du contrebalancement, le choix du modèle 2013 présente l’avantage d’être désormais beaucoup plus accessible en prix.

Enfin, à confirmer dans les prochains jours dans les différents points de ventes qui devraient fort logiquement répercuter la baisse de tarifs…

Et c’est peut-être là tout le but de la manœuvre, et au regard du constat dressé plus haut. Pour doper les ventes sans toucher au prix de vente, vous proposez un nouveau produit au prix tarif usuel, moyennant un léger relooking, et en parallèle, vous baissez le prix du produit à déstocker.

Bilan de l’opération, vous espérez augmenter la rotation des produits en magasins…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2146
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.