Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Taille d’une personne, centre de gravité et putting

Au golf, la taille compte aussi au putting

Nous constatons souvent sur les tournois de golf professionnel que les plus longs frappeurs au drive sont les golfeurs les plus grands par la taille. Y’aurait-il un lien entre la taille et le jeu de golf ? Et à l’inverse, les golfeurs de tailles plus modestes seraient-ils plus à l’aise au putting ?

De nos jours, les marques de matériel de golf parlent souvent du déplacement du centre de gravité de la tête d’un driver, comme d’un élément très important pour augmenter ou réduire l’angle de lancement, et par conséquences, la distance produite par un club de golf.

La tête d’un club de golf n’est pas le seul élément physique à disposer d’un centre de gravité !

Le corps humain est lui-aussi régit par des lois physiques.

Notre centre de gravité corporel est en fait un point précis où notre masse corporelle se concentre, sachant que ce point se modifie en permanence en fonction de nos mouvements, et de la localisation des masses segmentaires quand elles se déplacent.

Car le centre de gravité est la moyenne des positions des centres de masses segmentaires pondérées par la masse des segments. (Source : Université de Lyon 1)

Prenons un exemple : Quand vous vous grandissez sur le tapis de practice au moment de prendre votre posture de swing, et que vous élevez vos membres supérieurs, vous changez la position de votre centre de gravité.

Il faut aussi savoir que le centre de gravité n’est pas nécessairement au centre du corps.

Par exemple, quand vous êtes en hyperextension ou en hyperflexion, votre centre de gravité peut même être à l’extérieur du corps.

Quel rapport du centre de gravité avec le golf ?

Dans la suite de cet article, nous allons essayer de vous démontrer que si les grands golfeurs sont souvent plus longs au drive, les plus petits sont plus performants au putting !

La notion de centre de gravité prend ici toute son importance.

Le meilleur laboratoire d’analyse au golf est encore le tour professionnel. Les américains étant fans de statistiques, nous pouvons mieux comprendre certains rapports entre taille et jeu de golf, tout en nous fiant à des données de golfeurs expérimentés, dont le jeu est plutôt régulier.

La théorie que nous allons évoquer tend à démontrer que si les plus petits sont dominés au driving, ils font mieux que se rattraper sur les greens !

En 2013, sur 180 golfeurs inscrits au PGA Tour, les dix plus grands golfeurs par la taille ont terminé en moyenne à la 111ème place cumulée.

Pour cette étude Thornburrow a pris un échantillon de dix grands golfeurs qui sont : Robert Karlsson, Bobby Gates, Charlie Beljan, Greg Owen, Henrik Norlander, Jason Kokrak, Stewart Cink, Bo Van Pelt, Dustin Johson, et Jeff Overton. 

En moyenne, les dix plus grands golfeurs du PGA Tour mesurent 193 centimètres.

A l’inverse, Will Thornburrow, statisticien travaillant à Toronto, a repéré que les dix golfeurs les plus petits sur le PGA Tour ont eux-aussi terminé autour de la 111ème place de la Fedex Cup en termes de cartes de score rendues pendant toute la saison.

Il n’y aurait déjà pas d’avantage particulier à être petit ou grand au niveau global !

En moyenne, les dix plus petits golfeurs du PGA Tour mesurent 170 centimètres. 

Pour les plus petits, il s’est intéressé à David Lingmerth, Bud Cauley, Tim Clark, Brian Harman, Aaron Watkins, William McGirt, Scott Brown, Jin Park, Daniel Summerhays et Mark Wilson. 

De tous ces golfeurs, le meilleur au classement, et sans doute le plus connu, est Dustin Johnson qui a terminé à la 23ème place pour la moyenne de score. 

A l’inverse, parmi les petits, vous retrouvez le sud-africain Tim Clark qui a terminé à la 61ème place. 

Si le résultat global en termes de score n’est pas signifiant, poursuivons notre lecture des performances des golfeurs grands ou petits sur le PGA Tour, en rentrant dans les détails des points gagnés au putting, et de la distance moyenne au drive. 

Sans faire de mystères, les grands ont tendance à être bien classés au driving (49ème en moyenne), mais beaucoup moins bien au putting (124ème). 

Par exemple, Dustin Johnson qui se classe deuxième pour la distance au drive, n’est que 117ème pour les points gagnés au putting (rappel, le PGA Tour compte 180 joueurs).

Malgré ces écarts, DJ se classe 23ème au niveau des cartes de scores moyennes. 

Dustin Johnson est l'un des meilleurs golfeurs du tour mais pas nécessairement le meilleur au putting

Idem pour Jason Kokrak, un autre gros frappeur du circuit qui est sixième en distance au drive, mais 118ème pour les points gagnés au putting. Par contre à la différence de DJ, il n’est que 86ème sur 180 à la moyenne des scores. 

Le driving et le putting ne suffisent pas à expliquer la performance d’un joueur sur le tour : le jeu de fers, les approches et les sorties de bunkers rentrent aussi en ligne de compte. 

Toujours parmi les grands joueurs, celui qui présente les statistiques les plus équilibrées est encore Jeff Overton (74ème du classement général des scores), il est 42ème pour les points gagnés au putting, et 55ème pour la distance au drive.

Cet exemple permet de relativiser le fait d’être grand, et moins bon au putting ! 

Globalement, retenez que les dix plus grands golfeurs du tour sont en moyenne 49ème pour la distance au drive, et 124ème pour les points gagnés au putting. 

A l’inverse, concernant les dix plus petits, ils sont 129ème en moyenne pour la distance au drive, et 95ème pour les points gagnés au putting. 

L’exemple le plus frappant est Aaron Watkins qui est 25ème pour les points gagnés au putting mais seulement 163ème pour la distance au drive. 

Alors que Dustin Johnson est 23ème du classement général des scores, le meilleur petit golfeur est Tim Clark qui pointe seulement au 61ème rang. 

Maintenant, si nous nous intéressons au cinq golfeurs les plus performants au putting sur le PGA Tour, nous allons découvrir qu’ils sont rarement plus grands qu’1 mètre 85 et à l’inverse, si nous nous intéressons au cinq moins bons putters du PGA Tour, nous allons nous apercevoir qu’ils sont rarement plus petits qu'1 mètre 88. 

Classement des meilleurs putters du tour en 2013 : 

  1. Greg Chalmers (180 cm)
  2. Steve Stricker (183 cm)
  3. Stephen Ames (185 cm)
  4. Brandt Snedeker (185 cm)
  5. Aaron Baddeley (185 cm) 

Classement des moins bons putters du tour en 2013 : 

  1. Eric Meierdierks (188 cm)
  2. Vijay Singh (188 cm)
  3. Lucas Glover (188 cm)
  4. Will Claxton (177 cm)
  5. Boo Weekley (183 cm) 

Si on étend la statistique aux dix meilleurs ou dix moins bons, nous ne trouvons qu’un seul golfeur de plus d’1 mètre 90 dans le classement des dix meilleurs putters (Phil Mickelson), alors qu’à l’inverse, dans les dix moins bons, nous ne trouvons que quatre golfeurs en-dessous d’1 mètre 88 ! 

En conclusion, il ne s’agit pas de dire que les petits sont désavantagés par rapport aux grands au golf. Il existe bien des manières de jouer, et quel que soit la taille.

Simplement, d’un point de vue d’un échantillon de golfeurs sur le PGA tour, il y a plus de chances que les petits soient plus à l’aise au putting que les grand, qui eux ont statistiquement plus de chances d’être meilleur au driving.

Pour compléter cet article, je vous invite à lire l'article suivant Comment trouver votre centre de gravité interne pour plus de stabilité, de puissance, et de consistance ?

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2755
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.