Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Essai de la tablette de putting HoleMorePutts

Essai de la tablette de putting intelligente HoleMorePutts

Jusqu’à présent, le domaine du putting au golf pouvait compter sur quelques outils de mesures professionnels comme le Zenio ou le Sam Putt Lab, des outils globalement lourds à installer et à utiliser, réservés à une poignée d’enseignants et de clubfitters. La toute nouvelle tablette Hole More Putts vise une clientèle d’enseignants et d’amateurs de golfs avides d’échanges sur le putting, et de données, pour mieux comprendre ce qui se passe au niveau de la tête du putter avant, pendant, et après l’impact. En avant-première en France, nous avons commandé et testé cette nouvelle tablette, qui pourrait bien révolutionner l’enseignement du putting en France.

Découvrez nos formules d'abonnements

On drive pour la frime. On putt pour le fric !

C’est toujours une constante en France, dans les clubs, 80% des golfeurs et des golfeuses passent plus de temps à taper des balles sur un tapis plutôt qu’à passer du temps sur le putting green, pour essayer de rentrer plus de putts.

Si je prends mon cas personnel, sur 20 parties jouées depuis cet été, j’ai pourtant sorti et utilisé mon putter à 550 reprises contre seulement 100 pour le driver, soit un ratio de 1 pour 5 ou un drive tous les trois trous, et largement deux putts par trous.

On dit souvent du putting que c’est 50% du jeu, pourtant, on ne consacre que très rarement 50% de notre temps d’entraînement à putter.

C’est peut-être en raison d’un manque de méthode ou l’impression qu’on peut toujours se débrouiller sur un green, alors que par opposition, un gros slice ou un gros hook est le plus souvent éliminatoire sur le tee de départ.

En fait, tout est question de savoir s’entraîner, et donc mesurer la performance au putting.

S’entraîner suppose être capable de s’auto-contrôler pour valider le bénéfice du travail effectué, sinon cela n’a pas de sens.

holemoreputts.jpg

Si les enseignants se plaignent souvent de ne pas avoir assez de demandes de la part des élèves pour des leçons de puttings, ou alors des golfeurs qui arrivent devant eux en disant « J’ai 30 minutes. Est-ce qu’on peut faire 10 minutes de putting, 10 minutes d’approches et 10 minutes de driver ? »

Véridique et entendu récemment par un de nos consultants !

Et sa réponse a été « Mais qu’est-ce que je peux faire en 10 minutes ? Le golf, ce n’est pas une baguette magique ! »

Oui, mais d’autre part, l’enseignement du putting manque peut-être (non pas de sex-appeal) mais d’éléments quantifiables pour réellement comprendre de quoi on parle.

Rentrer un putt au fond du trou ? C’est ça l’indicateur de performance !

C’est plus qu’incomplet pour analyser la qualité du putting d’un joueur sur la durée.

Si je me sers encore de mon cas personnel, sur une partie de 18 trous, il m’arrive de jouer seulement 31 putts comme à l’extrême inverse 43 putts !

Comment expliquer un tel écart ? Qu’est-ce qui change d’une partie à l’autre ? La vitesse et les pentes des greens ?

Pour affronter un problème avec des paramètres variables (vitesses, pentes, tonte, etc…), il faut un minimum d’éléments fixes, soit le stroke de putting.

Si ce dernier se met à varier, c’est la tour de Pise du putting !

J’en viens au fait que si les enseignants ne donnent pas jusqu’à présent assez de cours de putting, cela peut venir aussi du fait qu’ils manquent d’outils qui permettent de créer les conditions d’un véritable dialogue avec l’élève.

Imaginez-vous aller voir un médecin qui n’a pas de thermomètre pour prendre votre température ? Vous avez plus ou moins 38-40 de fièvre. C’est plutôt 38 ou 40 ?

Le golf, et tout le monde peut admettre cela, est un sport de précision.

Comment parler de précision s’agissant de l’angle de la face, du tempo, du point d’impact, du chemin, ou encore de l’angle d’attaque quand on n’a pas un instrument de mesure relativement précis pour en parler.

Depuis quelques années, c’est encore très/trop récent, les pros se sont équipés de launch monitor type trackman pour parler de swing avec leurs élèves.

La démarche est la bonne, car comment encore prétendre que l’on peut voir à l’œil nu ce qui se passe au niveau de la tête de club, entre le chemin et la face pour expliquer une balle qui prend un spin latéral.

La technologie n’est pas là pour détruire le métier d’enseignant de golf.

Au contraire, plus que jamais, les outils vont relancer et revitaliser la profession, en éliminant le blabla, et les incompréhensions, pour les remplacer par des faits nets et précis, sur lesquels, pros et élèves vont pouvoir s’accorder.

Pour en finir avec le contexte autour d’une nouvelle tablette pour analyser le putting, un autre corps de métier peut s’interroger sur son bien-fondé : Les clubfitters qui vantent le bénéfice d’un fitting de putter.

hmp-data1.jpg

Pour Alexandre D’Incau, depuis longtemps le défenseur du putter comme premier club à fitter.

Cet outil pourrait être complémentaire au Zenio. C’est d’ailleurs lui qui m’a mis sur la piste de cette tablette, déjà très interrogatif sur ses capacités.

Au risque de le décevoir, la tablette Hole More Putts me paraît plus un outil de coaching qu’un outil de fitting. Les données affichées sont intelligibles par un simple amateur, et tout l’outil a été construit pour aller droit au but : Mieux putter.

Par rapport au Zenio plus austère, plus complet et plus précis, le Hole More Putts présente l’avantage d’être plus rapide à mettre en place, et de fournir des premières informations utiles sur le chemin du club, l’angle d’attaque, et l’angle de la face.

Au mieux, c’est complémentaire, mais cela ne remplacera pas un Zenio.

Maintenant pour l’utilisateur final, plutôt le coach, mais pourquoi pas le golfeur amateur, car le prix n’est pas encore prohibitif (autour de 500 euros au tarif public ou 431 euros pour les pros), l’utilisation apporte un contenu vraiment intéressant.

Si vous envisagez de vous entraîner sérieusement au putting cet hiver, vous pouvez compléter un tapis de putting wellputt avec cette tablette ultralégère et peu encombrante.

Je l’ai testé en indoor sur un tapis, et en extérieur sur un green.

La tablette qui fonctionne avec une application mobile ou une application sur PC vous fournit donc des informations clés sur votre façon de putter.

Attention, il ne s’agit que de votre mécanique. Il vous restera toujours à déterminer la longueur d’un putt et la pente.

Simplement, en tapant des balles sur la tablette (pas besoin de coller des adhésifs sur la face comme avec le Zenio), vous êtes informé en temps réel sur la nature exacte de votre mouvement.

L'expérience HoleMorePutts

Après avoir commandé la tablette en ligne sur le site de la société irlandaise qui commercialise le produit, elle est arrivée moins d’une semaine après dans un joli colis, très bien marketé.

IMG_0753-mini.JPG

A l’intérieur, le contenu est simple : La tablette, un câble USB, et un petit manuel d’utilisation en anglais.

La tablette est plus grande qu’un iPad, mais les dimensions restent raisonnables.

Le produit paraît high-tech, cependant je regrette déjà assez vite les boutons poussoirs de navigations, parfois un peu lents dans le temps de réaction. A l’heure des tablettes tactiles, ce n’est pas forcément « à la page ».

En revanche, la face de la tablette comporte de multiples capteurs de sorte qu’elle « en jette » un peu.

Légère, et facile à transporter dans un sac à dos, elle ne paraît pas trop fragile. On peut donc l’emporter assez facilement sur un putting-green.

IMG_0762-mini.JPG

A la différence du Zenio ou du Sam Putt Lab, pas besoin d’amener son PC pour analyser les données en live. Le smartphone suffit à recueillir les données synchronisées, et donner un premier avis technique rapide.

Toutefois, je ne l’ai pas nécessairement trouvé si facile à configurer d’emblée.

On vous demande de synchroniser la tablette avec le PC ou le smartphone, mais en fait, il faut surtout synchroniser des données, et donc avoir déjà putter pour le faire ! La mise en route gagnerait à être mieux expliquée, et sans doute, pas seulement en anglais.

Autre point très important, je vous recommande de vous enregistrer avec votre identifiant Apple, car et c’est un peu mal pensé, un autre identifiant ne sera pas reconnu au moment de s’enregistrer sur l’application.

J’ai fait l’erreur d’utiliser mon email professionnel au lieu de l’email de l’Apple. Il m’a fallu me réinscrire sur la plateforme avec l’email reconnu par l’Apple pour finalement « bypasser le système » et enfin réussir à me logger.

Bref, au bout de 10 minutes, j’ai réussi à faire marcher l’outil. Cela gagnerait à être encore plus plug and Play.

Mis à part ce démarrage poussif, le reste de l’expérience a été excellente.

Comment utiliser HoleMorePutts et quels enseignements ?

Idéalement, vous devez vous tenir à 3 ou 4 mètres de votre cible. En cela, le tapis de putting wellputt peut être un parfait complément en indoor.

Après avoir posé la tablette en direction de votre cible (précision : la tablette fonctionne pour gaucher et droitier), vous posez une balle au milieu des capteurs. Elle tient toute seule sur les petits picots en caoutchouc.

La lumière rouge indique de ne pas putter, mais très vite, quand la tablette détecte votre putter, la lumière passe au vert. Vous pouvez putter.

Pour commencer à analyser votre putting, il faut 5 séries de 5 putts. A partir de là, l’outil va vous faire des propositions d’améliorations et d’exercices.

IMG_0759-mini.JPG

C’est l’un des points positifs. On vous explique ce qui ne marche pas, et on vous fixe des priorités d’améliorations avec des exercices adaptés.

J’ai oublié une étape ! Avant de putter, il faut déclarer le putter utilisé, et l’appairer avec la tablette. Pour le coup, cette étape est simple et semble bien fonctionner. J’ai déclaré un TaylorMade Spider OS, et appairé le club en suivant le guide d’utilisation. Cela a fonctionné du premier coup.

Quand vous commencez à putter, à chaque putt, sur la tablette, un petit écran à droite, vous résume les données du stroke. Cependant, ce n’est pas très lisible. Vous préférerez assez vite de regarder les données à posteriori sur votre smartphone ou sur votre PC.

Cependant, pour le coach ou le clubffiter, cela donne un résultat instantané.

Finalement, le produit est assez facile à utiliser, et devient rapidement addictif. A chaque série, Hole More Putts calcule un score résumé de votre qualité de putting. Vous cherchez assez vite à vous améliorer.

IMG_0775-mini.JPG

Pour les entraînements hivernaux en indoor, c’est vraiment l’outil qui manquait pour se perfectionner.

Surtout qu’après plusieurs séries de 5 putts, vous avez un diagnostic détaillé sur l’angle de la face, le point d’impact, le chemin du club, la vitesse, et l’angle d’attaque.

Tout est détaillé de manière suffisante sur l’application mobile, et en plus sur la version PC, vous avez une vision de votre historique, et donc une tendance de progression/régression.

IMG_0773-mini.JPG

Pour évaluer la qualité de l’outil par rapport au Zenio, j’ai pu apprécier la fonction chemin du club qui montre très exactement et très clairement ce que le fait le club avant, pendant, et après l’impact.

IMG_0771-mini.JPG

C’est d’ailleurs plus intuitif que la présentation du Zenio, très complexe avec des courbes que seul un clubffiter peut comprendre.

J’ai retrouvé ma tendance à couper la balle avec un chemin extérieur-intérieur, preuve que l’outil capture fidèlement le chemin.

Du coup, dès que j’ai vu le chemin défaillant, j’ai immédiatement essayé de corriger.

Autre exemple que j’ai vérifié en outdoor sur un putt avec une légère pente gauche droite à 4 mètres, j’ai été bluffé par la fonction angle d’attaque.

IMG_0774-mini.JPG

Jusqu’à présent, je ne m’étais pas rendu compte que j’étais aussi peu consistant, et avec un angle d’attaque jugé très/trop négatif. Parfois, jusqu’à -4 degrés sur la balle. En cause, une action du poignet gauche visiblement.

En neutralisant un peu le phénomène, je suis revenu plus régulièrement à un angle neutre ou légèrement positif, du coup, j’ai rentré 60% de putts avec une balle qui tenait mieux la ligne.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour expérimenter un progrès concret et utile.

En bonus, Hole More Putts vous donne des petites vidéos de conseils plutôt utiles selon les défauts identifiés au cours du diagnostic.

Bilan, c’est un outil très utile pour progresser au putting, à fortement conseils aux enseignants, et complémentaire pour un clubffiter.

Ce dernier appréciera que l’outil conseille de faire un fitting de putter dans le cas d’un angle de face inconsistant. Au chapitre des moins, notamment par rapport à un outil plus professionnel, la présentation des points d'impacts paraît moins précise et moins explicite.

IMG_0769-mini.JPG

Pour la rédaction de jeudegolf.org, c’est une nouvelle opportunité de vous parler de putting, et d’aborder différentes questions techniques comme par exemple pourquoi l’angle d’attaque peut entraîner des longueurs de putts très différentes.

Pour ma part, c’est visiblement mon plus gros axe de travail à effectuer. Sans cette tablette, je ne l’aurai pas imaginé.

Posté par le dans Accessoires Golf
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 414
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité 18/11/2017

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus