Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Solheim Cup 2015: La polémique du putt donné !

Solheim Cup 2015: La polémique du putt donné !

Dimanche matin, match de foursome entre les Etats-Unis et l’Europe en Solheim Cup, la doublette Alison Lee-Brittany Lincicome fait face à Suzann Pettersen-Charley Hull. Sur le 17, alors que la jeune américaine Alison Lee manque un putt de 2.5 mètres pour birdie et gagner le trou, contre toute attente, elle relève sa balle pensant le point partagé, ce qui lui refuse Pettersen. Les américaines perdent le trou, et dans les minutes suivantes le match. Qui a tort ? Qui a raison ? 

Haro sur Pettersen !

Du côté américain, depuis 24 heures, on ne cesse de diaboliser la norvégienne Suzann Petersen, coupable d’un grand manque de sportivité et d’élégance. 

Dans un premier temps, Pettersen va défendre sa position avant de finalement se confondre en excuse devant l’émotion suscitée par l’incident. 

Pourtant, c’est bien elle qui a raison ! 

En repassant les images en boucle, on voit bien qu’Alison Lee fait une erreur de débutante en match-play. 

A aucun moment, elle ne peut prétendre raisonnablement avoir le droit de relever sa balle, et penser que l’équipe européenne lui a donné le putt. 

D’ailleurs, un détail que les médias américains se plaisent à omettre est en fait l’attitude de sa partenaire Brittany Lincicome qui voyant que Lee allait ramasser la balle, lui enjoint désespérément de ne pas le faire ! 

Trop tard, dans son empressement, Alison Lee relève la balle et s’apprête à quitter le green, quand elle réalise que Pettersen a demandé au commissaire d’aller lui signifier la perte du trou. 

Un élément a sans doute perturbé la jeune joueuse. 

Sitôt son premier putt manqué, les joueuses européennes, et leurs caddies ont quitté leurs positions pour aller à l’autre bout du green, et en direction du trou suivant. 

Pour l’avoir encore vue de près à Evian, il est coutumier, et c’est regrettable que les joueuses ne s’attendent pas. 

Dans ce cas, ce fut fatal à Alison Lee qui a sans doute cru que ses rivales européennes quittaient le trou, pensant qu’il était terminé. 

L'expression de la frustration des américaines ?

Cette histoire est plus une malheureuse incompréhension qu’une affaire d’état qui mérite de lâcher les chiens contre la norvégienne ! 

Pourtant, c’est bien ce qui se passe à l’encontre de la joueuse à abattre : Pettersen. 

Ce qui symbolise aussi toute la frustration des américains par rapport au fait d’être régulièrement battu, et parfois largement dans un sport qu’ils ont l’habitude de dominer comme s’ils étaient les maîtres du monde. 

Parler d’impérialisme au sujet des américains n’est pas un vain mot quand il s’agit de golf. 

Quand les américains perdent…toutes les mauvaises excuses sont possibles. 

Par exemple, encore ce week-end et avant le retournement de situation du match en faveur des USA, vous aviez des internautes pour déplorer le fait que les USA sont seuls contre l’Europe qui représente en fait plusieurs pays, et sous-jacents, plus de choix pour les joueuses. 

En réalité, pour les seuls Etats-Unis, vous avez 25 millions de golfeurs, contre à peine 3 ou 4 millions d’européens.

Et ce chiffre se retrouve dans le top-100 mondial du golf féminin, trusté par les américaines. 

Le match USA-Europe est plus une affaire de David contre Goliath qu’un réel match équilibré, et les résultats des copines de Karine Icher, et Gwladys Nocera, deux représentantes françaises dans une équipe de douze joueuses qui ne parlent pas toute la même langue, mis à part le golf, font plus état d’un exploit que l’inverse. 

Le fond et la forme

L’attitude de Pettersen sur l’affaire du putt non concédé est d’abord révélatrice du fait qu’elle voulait gagner son match autant que ses rivales. 

Certes sur la forme, cela peut laisser une place à l’interprétation. 

Toutefois, c’est bien Alison Lee qui ramasse sa balle comme si de rien n’était, et sans se soucier de savoir si le trou était bel et bien partagé avec un excès d’assurance. 

Après coup, c’est toujours facile de réécrire l’histoire, et de fondre en larmes pour apitoyer les observateurs contre la méchante norvégienne. 

Les américaines ont mis en avant un autre argument pour tenter de préserver les apparences. Alison Lee affirmera plus tard qu’elle a entendu quelqu’un lui dire que le point était partagé, mais finalement sans savoir si cette voix venait du public.

solheimcup1.jpg

C’est un point très particulier des événements type Ryder ou Solheim Cup. Le public qui reçoit le match prend totalement fait et cause pour son équipe, oubliant très souvent l’étiquette propre au golf. 

Et les américains sont loin d’être les plus respectueux de l’étiquette, et des modèles de sportivité.

Ceci dit, dans un tel match avec un tel niveau de pression, comment imaginer que les européennes allaient donner un putt ? 

Vous-même dans la même situation le feriez-vous ? Je parie le contraire. C’est le jeu de ne pas donner les putts en match, surtout les plus petits ! 

Une situation qui a profité aux USA

Pour la capitaine européenne, Carin Koch, « Tout le monde est d’accord pour dire qu’il ne s’agissait pas d’un putt donné. C’est Alison qui a fait une erreur, et nous en sommes toutes désolé. »

A méditer, une solution aurait pu être trouvée, si la joueuse avait au moins marqué sa balle plutôt que de s’empresser de la relever.

Sur le moment, la confusion l’a emporté, et le duo Lee-Lincicome a aussi perdu le trou 18, perdant le match.

Cet événement a créé un climat de tension entre les deux équipes, mais contre attente, cet épisode a servi l’équipe américaine qui s’est ressoudée autour de sa jeune joueuse pour infliger une sévère déroute aux européennes pendant les simples suivants.

Il est certain que cet événement a été déterminant dans l’issue du match. Les américaines se sont posées en victime, pointant du doigt les européennes pour leur manque de sportivité !

Et cela a fonctionné ! Tant et si bien que même Pettersen a fini par se confondre en excuses pour son attitude trop stricte sur les règles.

Dans un sport dominé par les américains, finalement, il n’est pas si facile de leur tenir tête, même quand ils font des erreurs, et qu’ils ne les assument pas.

Cette controverse a totalement déstabilisé l’équipe européenne. Bien joué les USA…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1801
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.