Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Sergio Garcia : le golfeur rebelle du tour européen ?

Sergio Garcia : le golfeur rebelle du tour européen ?

A 35 ans, l’espagnol est bien entendu une star du golf mondial. Il a participé à de nombreux spots publicitaires pour vanter le PGA Tour, et représente la marque TaylorMade Adidas depuis plus d’une décennie. Période au cours de laquelle, « El Nino » a été un des adversaires de choix de Tiger Woods, mais aussi incapable de franchir le dernier palier de sa carrière : remporter un majeur ou devenir numéro un mondial. Le train serait-il finalement passé ? En tout cas, sa décision de manquer le final de la Race To Dubai n’est pas passée inaperçue, y compris sur les réseaux sociaux…

Découvrez nos formules d'abonnements

Dans les années 90/2000, l’américain Phil Mickelson, chouchou du public n’avait encore remporté aucun majeur de golf, alors qu’il était considéré comme l’un des meilleurs golfeurs de sa génération.

Le déclic est finalement arrivé au Masters 2004 dans l’année de ses 34 ans.

Il a donc abandonné ce statut de meilleur golfeur de la planète à ne jamais avoir remporté un Majeur à d’autres, et en particulier, Sergio Garcia, le natif de Castellon de la Plana, fan de football, du Real Madrid et de tennis.

Talent précoce, Sergio est apparu sur les écrans radars à la fin des années 90, et notamment au cours d’un Masters 99 joué avec le statut amateur, et sur lequel, il fixa le nouveau record de score pour un non-professionnel.

Très rapidement, les médias se sont emparés de son histoire, et lui, n’a pas fait démentir les espoirs placés en lui en prenant quelque semaines plus tard, la deuxième place de l’US Open 1999, derrière un certain Tiger Woods.

Sur la dernière partie, il comptait cinq coups de retard sur le tigre avant les neuf trous du retour, et finalement, créa la sensation en revenant à seulement un coup du futur vainqueur.

Il manqua de peu un dernier birdie au 18 pour forcer un play-off, et depuis, cette date, Garcia a toujours été considéré comme un phénomène.

Adidas en a rapidement fait son porte-drapeau, convaincu qu’il serait le premier à battre Woods, à une époque où personne n’osait l’imaginer.

15 ans plus tard, Woods est l’ombre de lui-même en raison de graves blessures au dos, et à répétitions.

15 ans plus tard, Sergio Garcia n’est encore jamais devenu ce que nous aurions pu tous imaginer.

Au contraire, d’autres se sont illustrés à sa place : Vijay Singh, Phil Mickelson ou Padraig Harrington ont tour à tour battu Woods dans les années 2000, des golfeurs plus âgés que Garcia.

Puis, Rory McIlroy, Jordan Spieth et Jason Day, qui de nos jours, sont les nouveaux cracks du golf mondial…des golfeurs plus jeunes que l’espagnol.

Garcia a-t-il laissé passer sa chance ?

garcia_20151123-095242_1.jpg

Si Mickelson a gagné son premier majeur à 34 ans, et quatre autres dans la foulée, rien ne laisse penser que Garcia ne trouvera pas le déclic à son tour.

Cependant, il a déjà grillé des jokers.

Deux fois à l’Open Britannique en 2007 et 2014, et deux fois  à l’US Open en 1999 et 2008, majeurs qu’il a bouclé à la seconde place.

Sa plus grosse désillusion restera sans doute le British Open 2007 perdu contre Padraig Harrington en play-off.

Après avoir dominé les trois premiers tours, il entame ses derniers 18 trous à Carnoustie avec trois coups d’avances sur le second, et six sur les autres poursuivants.

Au 18, un simple par lui assurait la victoire. Un coup dans le bunker en décida autrement. La dynamique n’était plus de son côté. Harrington le rattrapa et c’est l’Irlandais qui souleva finalement la Claret Jug.

En 2015, El Nino ne peut plus être considéré comme un espoir talentueux. C’est un joueur confirmé qui a passé 250 semaines dans le top-10 mondial.

Il n’a jamais gagné de majeurs mais il compte 19 victoires sur le tour et c’est un des piliers de l’équipe européenne de Ryder Cup depuis 1999.

Alors quand un tel golfeur décide de ne pas jouer le dernier tournoi de la saison de l’European Tour à Dubaï, cela fait grand bruit, et même, cela créé un certain malaise chez les européens.

Le DP World Tour n’est pas un majeur, ni même un championnat du monde…c’est seulement la dernière épreuve de la saison 2015 qui sacre le meilleur golfeur ayant joué sur le circuit européen.

Vous avez un numéro un mondial, un numéro un du PGA Tour, et un numéro un de l’European Tour sans compter tous les autres circuits professionnels en Asie, ou en Afrique du Sud…

Le golf est toujours face à cette contradiction, de sacrer plusieurs champions la même année, et par conséquence d’imposer un calendrier exorbitant aux joueurs européens.

garcia-sergio_20151123-095244_1.jpg

Comme vous avez pu le lire, Garcia l’espagnol s’est fait un nom aux USA (Masters et US Open).

Depuis 1999, il joue à la fois aux Etats-Unis, et en Europe.

En 17 saisons, il n’a manqué que deux fois le dernier tournoi final du circuit européen (2013 et 2015).

Cette décision qu’il n’a pas vraiment justifié n’est pas passé auprès de quelques fans britanniques qui lui en ont fait directement le reproche sur twitter.

L’espagnol qui n’a pas sa langue dans sa poche, ne s’est pas démonté, et a répliqué, ce qui n’a pas manqué d’alimenter la polémique.

27ème de la Race avant le dernier tournoi, l’actuel numéro 11 mondial a donc séché sa fin de saison, estimant sans doute qu’il ne pourrait pas contester la victoire à McIlroy, dont l’avance était tout de même importante, et qu’au contraire, ce tournoi lui amènerait de la fatigue supplémentaire, et des problèmes de calendrier.

Garcia avait déjà sauté deux des quatre tournois marquant les play-offs du PGA Tour.

Il avait fait l’impasse sur le Barclays et le Deustche avant de ne jouer que le BMW Championship, ce que ne lui avait pas suffi pour se qualifier pour la dernière épreuve, le Tour Championship à Atlanta.

En 2015, Garcia a disputé 15 tournois sur le PGA Tour pour 15 cuts réalisés dont quatre top-10 !

Pour le compte de l’European Tour, sur la même année, il a participé à 14 tournois mais en fait seulement 6 de plus par rapport au circuit américain.

8 tournois sont en fait co-sanctionnés par les deux tours (majeurs, et championnats du monde).

Au total, Garcia a donc disputé 21 tournois, pratiquement une semaine sur trois, et en tout et pour tout, il n’a manqué que deux cuts.

Soit 80 parties de golf de 18 trous joués en compétitions sur 365 jours, sans compter les parties d’entrainements, les déplacements, et les nuits d’hôtels et les trajets en avion.

Difficile de ne pas imaginer que Garcia ait décidé d’envoyer un message aux organisateurs du tour européen !

Depuis trois mois, si on lit entre les lignes, on peut s’apercevoir qu’il y a un conflit latent entre les golfeurs Européens (Paul Casey, Ian Poulter, Rory McIlroy, Martin Kaymer, et Sergio Garcia) avec les organisateurs du circuit européen, sous fond de Ryder Cup 2016.

Avec l’arrivée des JO en 2016, le calendrier des tournois pour les têtes d’affiches ne désemplit pas.

Oui, comme l’affirme Benoit Ducoulombier (entraîneur de Victor Dubuisson), le circuit européen propose plus de difficultés, et de diversités aux joueurs évoluant en Europe par rapport au circuit américain, et non, le circuit européen n’arrivera jamais à devenir l’épicentre du golf mondial, et ce malgré sa tentative d’ouverture sur l’Est, et l’Asie.

Les golfeurs européens qui évoluent sur les deux tours en ont conscience, bien que pris en étau entre les deux tours.

L’enjeu du problème étant qu’il est plus intéressant de jouer aux USA, mais que seules les épreuves du circuit européen sont qualificatives pour la Ryder Cup.

garcia-europe.jpg

L’absence de Sergio Garcia au DP World Tour n’est pas anecdotique.  Cette information est peut-être autant significative que la victoire finale de Rory McIlroy.

Les stars du golf européen ont un vrai rôle à jouer pour dessiner l’avenir de ce sport au plus haut niveau, et notamment dicter un calendrier plus cohérent, plus lisible, et plus équilibré entre USA, Europe, et Asie.

Ces dernières semaines, les prises de positions des stars comme Casey, Poulter, Kaymer, et donc Garcia peuvent commencer à mettre la pression sur les organisateurs pour arriver à enfin unifier les tours, à l’image de ce qui se fait dans le tennis avec l’ATP Tour.

En attendant, El Nino semble parfaitement s'accomoder de son rôle de rebelle.

To Be continued…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1592
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.