Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Scottish Open 2014: Justin Rose, le patient anglais

rose-open-golf.JPG

A quelques heures du départ de The Open Championship 2014, l’anglais Justin Rose a fait le plein de confiance en Ecosse, pour reprendre le flambeau du golfeur favori des britanniques, dans l'espoir de remporter la victoire à Hoylake, près de Liverpool, et ainsi succéder à Sir Nick Faldo.

En 2013, Lee Westwood avait longtemps animé les débats à Muirfield, laissant penser qu’il pourrait rapporter la Claret Jug aux Anglais.

Craquant, et décevant dans la dernière journée, il avait ouvert la porte à la fabuleuse remontée de l’américain, Phil Mickelson, dans la forme de sa vie.

Le plus vieux majeur organisé sur le continent (1860) par le Royal And Ancient continue d’échapper à un anglais depuis 1992, et le troisième sacre de Sir Nick Faldo, à ce jour, le dernier grand golfeur anglais, et numéro un mondial.

En 2011, le nord-Irlandais Darren Clarke avait effectivement triomphé sur le parcours du Royal Saint-George’s, un des neuf parcours qui composent la rotation des terrains pouvant accueillir le British Open. Avant lui, Padraig Harrington, au sommet de son talent avait même réussi un doublé en 2007 et 2008 à Carnoustie et Birkdale…pour l’Irlande, alors que l’Ecossais Paul Lawrie avait battu un Jean Van de Velde, les pieds dans l’eau, toujours à Carnoustie en 1999.

Qui pour succéder à Nick Faldo ?

La dernière véritable victoire d’un anglais sur The Open est toujours la propriété de Nick Faldo à Muirfield en 1992.

Depuis, les origines du tournoi, l’anglais Harry Vardon est le golfeur le plus titré avec six victoires, devant les cinq victoires de l’écossais James Braid et l’anglais John Henry Taylor.

Pour autant, les cinq succès de Tom Watson pour les Etats-Unis illustrent aussi le fait depuis  bientôt 30 ans, les américains jouent à domicile sur les links britanniques.

Mickelson a remporté l’édition 2013 pour l’Oncle Sam, soit la quatorzième victoire d’un boy sur les trente dernières éditions contre seulement trois pour l’Angleterre !

6 victoires en Majeur pour Nick Faldo dont 3 British Open

Trois victoires pour le seul Nick Faldo qui n’a toujours pas trouvé de successeur dans la génération des Justin Rose, Luke Donald, Ian Poulter, Lee Westwood, Paul Casey, Tommy Fleetwood, Ross Fisher, Chris Wood, David Lynn, et Danny Willet, les dix meilleurs anglais au classement actuel de l’ordre du mérite. 

Et encore, seulement les trois premiers nommés font encore partie des trente meilleurs joueurs du monde !

Ce n’est pas faute de truster les catégories de jeunes, l’Alps Tour, et le Challenge tour, car le contingent de golfeurs anglais chez les professionnels n’a jamais diminué, mais visiblement, l’Angleterre n’arrive plus à générer autant de golfeurs de très grands talents que par le passé.

Constat qui est un peu dure pour Justin Rose, Luke Donald et Ian Poulter.

Mis à part, Justin Rose qui a remporté son premier majeur lors de l’US Open 2013, le palmarès des trois meilleurs britanniques n’est pas justement hors du commun en majeur, sans parler de Lee Westwood, longtemps considéré avant qu’il ne passe la barre des quarante ans, comme le meilleur golfeur du monde à ne jamais avoir remporté de grands tournois.

Luke Donald a bien été numéro un mondial. Pourtant depuis le retour au premier plan de Tiger Woods, il n’a jamais été réellement en mesure de rivaliser, et n’a surtout pas pu contrer la progression de McIlroy ou de l’actuel numéro un mondial, Adam Scott.

Enfin, Ian Poulter, le plus excentrique de la bande, et sans doute le plus attachant, n’a jamais réellement démontré qu’il pouvait dépasser le cadre de l’amuseur public pour devenir un féroce vainqueur.

Précieux en Ryder Cup pour son attitude comme d’ailleurs la plupart des trois autres cités, il n’a pas été loin de s’imposer, mais sans jamais y parvenir.

C’est dire l’attente du public anglais, et la pression qui peut peser aujourd’hui sur les épaules de Justin Rose, finalement la meilleure chance de son pays après sa victoire au Scottish Open 2014 sur le links du Royal Aberdeen.

Justin Rose, le leader anglais de retour à son meilleur niveau

Avec deux victoires en l’espace d’un mois, une aux Etats-Unis sur le parcours du Congressionnal pour le Quicken Loans National, et donc ce succès à l’Open d’Ecosse, l’actuel numéro 3 mondial arrive à Liverpool avec le statut de favori.

Justin Rose, le jeu pour gagner

L’an passé, ce statut avait écrasé Lee Westwood qui avait pourtant réussi par son jeu à se positionner comme potentiel vainqueur après trois tours, lâchant prise le dimanche.

A l’image de l’équipe Brésilienne de Football, écrasée par la pression lors de sa coupe du monde à domicile, il semble très difficile de devenir prophète dans son pays pour les golfeurs anglais. 

Et finalement d’autres britanniques arrivent à tirer leurs épingles du jeu, comme Darren Clarke, vainqueur en 2011, soit la cinquième victoire en trente ans pour un golfeur du Royaume-Uni mais non anglais.

Cependant, en 2014, les Anglais ont des chances d’y croire avec le plus africain des anglais (Justin Rose est né à Johannesbourg en Afrique du Sud).

Habitué à la pression de la Ryder Cup, il a d’ailleurs été un des grands artisans de la dernière victoire en terrain hostile à Medinah fin 2012, il arrive au sommet de sa forme dans cette semaine de British Open, débarrassé de sa blessure de début de saison.

Victorieux en Ecosse pour deux coups après un dernier tour joué en moins six (65), n’ayant pas commis le moindre bogey, mais au contraire, ayant rentré six birdies, Justin Rose pourrait très bien nous refaire le même coup que Mickelson, auteur en 2013, du doublé Scottish-British Open !

Aberdeen, un test pour Hoylake ?

Dimanche, alors que le vent n’était pas aussi fort qu’à Birkdale, théâtre du British Open féminin, les scores ont pu être réellement plus bas.

Avec de telles conditions, Stephen Gallacher er Felipe Aguilar ont fait tomber le record du parcours à 63. Le tenant du titre, Phil Mickelson a joué son meilleur tour de la semaine en 65.

Attention, le Royal Aberdeen n’était peut-être pas le meilleur test avant Hoylake. Sans grand vent, avec des greens souples et des positions de drapeaux abordables, pas sûr que Justin Rose ait réellement répété les conditions de l’Open Britannique, ce qui avait été le cas pour Mickelson en 2013, challengé par Henrik Stenson.

La longue attente du public pour voir un anglais gagner à la maison

D’ailleurs, c’est un autre suédois qui a été le principal adversaire de Justin Rose cette année : Kristoffer Broberg, second en moins quatorze après un dernier tour en 66, ce qui d’ailleurs lui ouvre les portes de The Open, tout comme Tyrrell Hatton et Scott Jamieson, deux autres golfeurs ayant terminé dans le top-10, sans oublier Brian Harman, le vainqueur du John Deere Classic de l’autre côté de l’Atlantique.

Après sa victoire écossaise, Justin Rose ne boudait pas son plaisir « C’est un sentiment incroyable de revenir dans le cercle des vainqueurs de tournois aussi rapidement », faisant référence à sa blessure et son indisponibilité de début de saison. 

Sentiment sympathique tout comme l’état de son compte en banque puisque Rose a pris la bagatelle de deux millions de dollars en l’espace d’un mois !

A la base de son succès, et en plus du plein de confiance qu’il a pu accumuler avant Hoylake, le jeu de fers de Rose a été impérial, rappelant la façon dont il avait gagné l’US Open, treize mois en arrière.

« J’ai été plutôt calme sur le parcours cette semaine du fait que j’ai connu un plutôt bon départ. Je ne me suis jamais senti en difficulté. »

Sur le parcours de Liverpool, le scénario pourrait être bien différent, d’autant que Mickelson, encore détenteur de la Claret Jug n’a pas dit son dernier mot.

Semblant satisfait de son jeu (11ème du Scottish Open 2014) « Je me sens beaucoup plus efficace, et j’ai réellement la sensation que ma frappe est en place, tout comme mon petit jeu et le putting. » Mickelson pourrait bien se montrer plus dangereux, et mettre plus de pression sur Rose.

L’anglais est prévenu !

Les américains qui depuis trente ans gagnent au moins une édition sur deux de The Open, et parfois quatre d’affilés comme en 2003-2006 et 1995-1998 ne seront certainement pas sensibles au souhait de Rose de marcher dans les pas de Nick Faldo, le véritable dernier grand champion de golf anglais.

Le sac de Justin Rose :

Driver: SLDR 430 (10.5)
bois de parcours : SLDR (16.5)
Fers : Tour Preferred UDI #2, Tour Preferred MB (2014) (4-PW)
Balle: Tour Preferred X
Wedges: Tour Preferred ATV Grind (52, 58 & 60)
Putter: White Smoke DA-62 prototype
Chaussures: adidas Golf adicross gripmore
Apparel: Ashworth Golf 

Crédit photo : TaylorMade Golf

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1756
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.