Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Scorer 60 sur un parcours de golf ne suffit pas toujours mais...

scorer-60-partie-de-golf.png

Auteur d’une incroyable carte de 60 lors du premier tour du tournoi de golf comptant pour le PGA Tour, le HP Byron Nelson 2013, l’américain Keegan Bradley, déjà vainqueur du « US PGA Championship » en 2011, n’a pas réussi à remporter le tournoi qu’il menait pourtant largement...

Avec dix birdies et un bel eagle, Keegan Bradley a réalisé une partie de rêve sur un parcours de golf 18 trous organisé en par 70. 

Avec un tel score, il redéfinit même ce que peut être un partie de golf incroyable avec onze trous sur 18 joués sous le par à chaque fois !

Et pourtant, il n’avait pas forcément bien commencé sa journée avec un bogey dès le premier trou, comme quoi, il ne faut surtout pas se décourager après un premier trou qui ne serait pas conforme à ses attentes ou objectifs.

D’ailleurs, Keegan Bradley a aussi « mal » conclu sa partie de golf qu’il ne l’avait commencé avec un dernier bogey au 18 (son seulement 2ème trou joué au-dessus du par de la journée).

Avec un score de -10 en un tour, on aurait pu imaginer qu’il soit intouchable en tête du HP Byron Nelson, tournoi comptant pour le circuit professionnel nord-américain PGA Tour et la Fedex Cup 2013.

Sur le parcours du TPC Four Seasons, Keegan Bradley aura donc mené trois tours durant le champ des joueurs engagés sur cette compétition de golf. Son record sur 18 trous ne sera finalement pas suffisant pour lui assurer la victoire finale.

Statistiques de difficulté du TPC Four Seasons du trou le plus difficile au plus facile

Ci-dessus, les statistiques du tournoi en termes de trous difficiles - Le 15 a été le plus difficile, et à l'opposé, tout en bas, on retrouve le 7 qui a permis le plus grand nombre de birdies.

En jouant -1 sur les trois derniers trous (sur 54 trous), Bradley avait-il donc tout mis sur le premier tour ?

A l’opposé le sud-coréen Sang-Moon Bae allait réussir à jouer -13 sur quatre tours, et terminer deux coups devant « l’homme aux mains chaudes du premier jour » !

Encore une histoire du lièvre et de la tortue !

Au golf, scorer très bas sur le premier tour ne permet pas toujours de gagner à la fin, surtout si un autre joueur (plus diesel) arrive à être encore plus régulier…

Avec trois cartes en 66, et une dernière en 69, Sang-Moon Bae a complètement refait son retard sur l’américain, pour lui souffler la victoire dans la dernière ligne droite, quand Bradley, lui ne rentrait finalement qu’une carte de 72 (+2) sur le dernier tour.

Incroyable histoire quand on sait que la semaine précédente ce tournoi, le golfeur US équipé par Cleveland n’avait pas réussi à passer le cut après deux tours.

Un autre exemple de l’incroyable difficulté du golf, et de son caractère parfois imprévisible même pour les protagonistes eux-mêmes !

Comment expliquer jouer nettement au-dessus du par puis seulement quelques jours plus tard, sortir une partie où tout va vous réussir ou presque sur 18 trous ?

Le regretté Ken Venturi, légende du golf aux USA, décédé à 82 ans pendant ce tournoi, pourra en discuter avec les dieux du golf ou même avec d’autres amis bienveillants comme Seve Ballesteros ou Bobby Jones, autour d’un bon caféau paradis des golfeurs…

Profitons-en pour citer Ken Venturi (chroniqueur golf pendant de nombreuses années à la TV-US et sur CBS Sports) à propos de Byron Nelson : « Byron est une personne charmante, mais il a sans doute dû être un compétiteur assez vicieux pour battre tant de records sur les parcours de golf. » Hommage d’un grand monsieur à un autre…

Sur terre, on pourra avancer l’explication des parties de golf jouées sur des parcours différents ou alors le fait qu’entre temps, un golfeur professionnel peut s’entraîner tous les jours pour identifier un ou plusieurs aspects défaillants (plutôt des grains de sables) dans son jeu.

Pour un simple amateur de golf, les explications sont moins évidentes, mais pourtant tous les dimanches sur les parcours de l’hexagone, un ou plusieurs golfeurs réussissent pourtant la partie de leurs vies, sans que le matin ou la veille, ils pensent pouvoir le faire !

Le parcours peut être celui où ils ont l’habitude de jouer, et contrairement aux pros,  ils ne s’entrainent pas tous les jours.

Pourtant quand ils jouent une dizaine de coups de moins que leur habitude ou même leur index, cela reste aussi un exploit comparable au nouveau record de Keegan Bradley.

Résultat final du HP Byron Nelson 2013Classement final du HP Byron Nelson 2013

De cette semaine de golf sur le PGA Tour, on ne retiendra pas forcément la victoire de Sang-Moon Bae, par contre, on pourra accrocher sur le tableau du club-house du TPC Four Seasons, un score à battre : 60 sur 18 trous, soit 2/3 du parcours joué sous le par !

Les amateurs de golf ne retiennent pas forcément les noms des joueurs professionnels qui remportent les plus gros tournois, en revanche, ils sont très sensibles à la définition de ce qu’est un exploit !

Jouer -10 sous le par n’est pas à la portée de tout le monde, et sans doute pas d’un amateur de golf.

Quand on joue au golf sur son parcours, on se bat la plupart du temps pour accrocher plusieurs pars et limiter le nombre de bogeys ou plus.

Bien sûr, le golf à haut niveau est un sport difficile qui demande technique, stratégie, physique et mental, le tout combiné sur une durée supérieure à quatre heures, ce qui est plus long en moyenne qu’un match de tennis ou de football…

La performance de Keegan Bradley ne doit surtout pas être banalisée !

Ceux qui jouent au golf régulièrement savent à quel point cela peut être difficile de jouer, ne serait-ce que 5 coups en-dessous de son niveau du moment.

Jeudi dernier, Bradley a été touché par la grâce et la perfection golfique.

Ce score doit rappeler que même si amateurs ou  professionnels jouent le même jeu, ils ne pratiquent pas le même sport !

Entre 60 ou 80, il n’y a que vingt coups d’écarts, mais en termes de golf, c’est un monde d’écart…mais cela suffit à alimenter l'imaginaire de tous les golfeurs amateurs à travers le monde.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2547
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.