Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

S’entraîner au putting ? Est-ce une perte de temps ?

S’entraîner au putting ? Est-ce une perte de temps ?

Le titre de cet article est volontairement provocateur pour vous interpeller sur une partie du jeu de golf qui est très importante, et pour laquelle, de très nombreux amateurs, soit omettent de s’entraîner, soit se trompent d’objectifs par manques de connaissances des véritables enjeux sur les greens.

Découvrez nos formules d'abonnements

S’entraîner au putting n’est pas une perte de temps à condition de savoir quoi faire, et comprendre ce qu’il convient d’améliorer.

Sommaire de l'article sur le putting 

  1. Prendre le temps d'analyser les véritables enjeux du putting
  2. Bien putter à la bonne distance en fonction de son niveau de jeu 

Prendre le temps d'analyser les véritables enjeux du putting

Présentement, je ne vais pas focaliser sur la technique, mais bien en amont, sur ce qui devrait préoccuper tout golfeur avant qu’il arrive sur un putting-green : faire le bon diagnostic, et savoir quoi travailler pour faire baisser le nombre de putts, et par conséquences, la carte de score.

Quand on est amateur de golf, il n’y a que deux objectifs à se fixer : Rentrer les putts à coup sûr depuis la distance qui correspond à son niveau de jeu, et éviter au maximum les 3-putts.

Pour le premier objectif, je vais tâcher d’être plus explicite.

A moins de 60 centimètres du trou, 99% des golfeurs professionnels ou golfeurs amateurs d’index proche de zéro rentrent le putt.

putting-pro.jpg

On peut même affirmer que 95% des golfeurs d’index inférieur ou égal à 18 sont aussi capables de rentrer.

Plus on s’éloigne du trou, et plus en fonction de son niveau, le pourcentage de putts rentrés va baisser.

Cette baisse sera plus lente pour un professionnel par rapport à un amateur d’index 18, et ainsi de suite…

Ce qui est intéressant, c’est de mesurer à quelle distance, vous n’êtes plus sûr de rentrer les putts à 95%.

Pour le second objectif, tout le monde comprendra que sur un parcours de 18 trous, au-delà de 36 putts par partie, notamment en commettant un ou plusieurs 3-putts, il s’agit tout simplement d’une grosse perte d’un point de vue comptable.

Un petit putt qui reste court du trou alors que c’est la deuxième tentative fait plus de dégât à une carte de score qu’un drive de 20 mètres à droite ou à gauche du fairway.

Pourquoi ?

Tout simplement, parce que c’est moins de travail et d’efforts pour parcourir quelques mètres plutôt qu’une centaine.

longueur-putting.jpg

En théorie, bien putter doit être plus accessible que de bien driver…

Pour autant, je tiens à préciser que la plupart du temps, les golfeurs pensent, et analysent leurs putting avec une mesure tout aussi imprécise que peu informative : le nombre de putts joués par parties.

28, 32, 34, 36, ou 40 putts, qu’est-ce que cela vous apprend réellement sur votre jeu ?

Vous avez rentré beaucoup de putts ou pas assez ?

Cette mesure est insuffisante, car vous ne pouvez pas la corréler avec la distance des putts joués à chaque fois, ou le club utilisé avant le premier putt.

C’est pourquoi, j’en reviens à cette notion indissociable de putts rentrés par rapport à une distance donnée.

Bien putter à la bonne distance en fonction de son niveau de jeu

60 cm, 90 cm, 1m20, 1m50, 1m80, 2m50, 3m et 6 mètres, telles sont les distances les plus fréquentes quand on s’entraîne au putting.

Ces distances sont aussi celles qui sont le plus souvent mesurées sur les tours professionnels européens et américains, et qui nous permettent d’établir des comparatifs entre pro et amateurs.

Comme expliqué plus haut, à 60 cm, 99% des pros rentrent leurs putts, et 95% des index 18 y parviennent aussi.

A partir de 90 cm, cette statistique descend à 96% pour les pros, ce qui reste extrêmement performant alors que pour les amateurs qui jouent autour de 90 sur le parcours, cette statistique tombe déjà à 84%.

En somme, le risque de 3-putts commence à se manifester à partir de 90 cm du trou.

Pour les pros qui frôlent la perfection sur tous les putts inférieurs à 1m20, le niveau de régularité au putting décline sérieusement entre 1m50 et 1m80, alors que pour les amateurs d’index à un chiffre, la difficulté au putting se situe déjà à 1m50.

Pour les index 18, au-delà d’1m50, le taux de réussite au putting devient très faible.

Si dans le tableau ci-dessous, les pourcentages traduisent des écarts qui peuvent être en fait considérables sur les cartes de scores.

stat-putting1.jpg

Exemple : A 3 mètres, un pro a encore 40% de chances de rentrer le putt direct, quand un golfeur d’index 18 n’a plus que 20% de chances d’y parvenir, soit deux fois moins de chances !

Plus important que cet exemple, le tableau nous montre à quelle distance, chaque typologie de golfeurs devrait s’entrainer.

Les pros doivent travailler leurs putts d’1m80 à 3 mètres, alors que les amateurs devraient essentiellement travailler les putts d’1m20  à 3 mètres.

En termes différents, si vous jouez 18 au golf, concentrez-vous déjà sur les putts de moins de 3 mètres, plutôt que de chercher à jouer des longs putts ! Question de priorité et d’efficacité !

Deuxième comparaison entre les pros et les amateurs, le nombre de 3-putts par type de distance.

stat-putting2.jpg

Travailler les putts de 6 mètres est une perte de temps pour les pros. A cette distance, les risques de trois putts restent extrêmement faibles.

Pour un amateur, il convient de commencer à travailler le putting entre 6 et 7m50 car les chances de 3 putts commencent à monter.

Cette barrière se situe autour de 12 mètres pour les pros.

Tous ces chiffres pour illustrer le fait que vous comme d’autres golfeurs, et en fonction de votre niveau, il convient vraiment de savoir quoi travailler au putting.

A quoi bon enchaîner des putts à 60 cm, si vous avez déjà 95% de rentrer sur le parcours ?

Au contraire, pourquoi ne pas passer la majorité de votre temps sur le putting-green pour éviter les 3 putts entre 6 et 9 mètres ?

La clé pour baisser son index au golf quand on joue autour de 18 est de devenir plus efficace dans cette zone autour du trou.

putting-pro1.jpg

Pour mesurer vos propres statistiques personnelles, il vous suffira de taper 10 balles depuis chaque distance et sur un sol plat pour connaître vos propres résultats, et ainsi les comparer avec la moyenne des pros et des amateurs.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2149
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Master Class PGA en petit jeu et entrainement de haut niveau certifié par la TPI (Titleist Performance Institute), Michel a dirigé la section Sport Études Golf Rhône Alpes de 1995 à 2001, et a formé plusieurs joueurs actuellement sur le tour européen.


Sur le site, il intervient comme consultant technique pour les questions liées à la pratique du golf pour les amateurs.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.