Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Rory McIlroy : 10 ans au top ! Quelle sera la suite de son histoire ?

Rory McIlroy. Photo Mark Newcombe - visionsingolf.com

Rory McIlroy, 28 ans, l’ancien numéro un mondial et déjà vainqueur de quatre majeurs, le nord-irlandais est incontestablement une des grandes stars du golf mondial. 2017 a marqué un tournant dans sa vie professionnelle et personnelle. Désormais marié avec Erica Stoll, séparé de son caddie de toujours, JP Fitzgerald, signataire d’un nouveau contrat avec TaylorMade pour 24 millions de dollars, sortant d’une saison décevante en majeurs comme sur le circuit américain ou européen, Rors a parfois donné le sentiment de jouer avec la presse au sujet de ses intentions, et de ses objectifs pour le futur.

Découvrez nos formules d'abonnements

Annoncé comme le plus grand prodige du golf des années 2010-2020, nouvel héritier de Woods, Rory McIlroy va-t-il accomplir ce destin ? Coup d’œil dans le rétro, et perspectives…

Déjà 10 ans de carrière, pour le toujours jeune Rory McIlroy

Le mardi 18 septembre 2007, n’était pas un jour comme un autre pour les Irlandais du Nord.

Les clients de la banque Northern Rock formaient des files d'attente à l’extérieur des succursales de la banque, en difficulté à travers le Royaume-Uni et l'Irlande, en essayant de retirer leurs économies avant le krach financier qui semblait imminent.

Et Rory McIlroy quittait le monde du golf amateur.

Bien sur, ce n’était sans doute pas une nouvelle qui secoua les salles de rédaction du monde entier, mais le golf mondial avait déjà certainement ressentit l'impact du jeune homme d'Irlande du Nord, qui avait décidé d'abandonner son statut d'amateur et de commencer à aller gagner son argent avec les adultes.

Rory McIlroy, alors âgé de 18 ans, rejoignait les grands. Il était temps de voir comment il allait se comporter vraiment dans ce monde professionnel nouveau pour lui.

Il n'a pas fallu longtemps pour le savoir.

Compte tenu de la période de l'année où il est devenu professionnel, cela ne lui a laissé qu'une poignée de tournois européens pour gagner suffisamment d'argent, soit environ 200 000 €, pour s'assurer une place pour le Tour 2008.

Ainsi, deux jours après être passé pro, il a participé au British Masters, son premier gros rendez-vous.

Un premier tour en 69 a permis au monde du golf de saluer une nouvelle étoile. Quelques heures plus tard, après son deuxième tour en 78, il était au bord du gouffre.

C'était le début des montagnes russes qui allaient donner le ton de son parcours passionnant sur la prochaine décennie. Une partie de l'attrait que suscite McIlroy, ce sont ses pics extrêmes et la perception de ses dépressions.

Finalement, il avait passé le cut au British Masters, fini le week-end à égalité pour la 42ème place, et touché le premier chèque de sa carrière de joueur de golf professionnel, de 15 128 €.

Rory McIlroy. Photo Mark Newcombe - visionsingolf.com

C’est la semaine suivante qu’il a fait sa première vraie impression sur le circuit professionnel.

Sachant qu'il avait besoin de faire une grande performance pour remporter une carte européenne, il rebondit sur les links qui lui étaient familiers, à St Andrews, Carnoustie et Kingsbarns, lors de l’Alfred Dunhill Links Championship, et montra alors au monde un aperçu de son génie.

Il a réalisé un dernier tour en 68, lors d'une finale empreinte de pression sur l'Old Course, pour atteindre la troisième place et sceller son avenir immédiat.

Un prize money de 211.321 € lui a été payé pour cela. Travail terminé.

Quelle devait être la prochaine étape ?

Après une année de transition en 2008, au cours de laquelle il conserva facilement sa carte européenne, il débuta la saison 2009 avec un play-off à l'UBS Hong Kong Open, avant de remporter sa première victoire professionnelle à Dubaï, deux mois plus tard.

Et ainsi son histoire progresse mais déjà on sentait que le gamin pourrait aller très loin. Il a joué en 2009 sans obtenir une autre victoire, mais sa compétitivité l'a vu pousser Lee Westwood dans ses retranchements à Dubaï.

Westwood remportait la mise cette année-là, mais McIlroy ne devait pas attendre trop longtemps pour lui chiper cette couronne.

C’est à Augusta en avril 2011 qu’il a passé le premier vrai test de son aptitude à être un grand joueur.

Il venait de traverser si jeune et de manière si incroyable sa période d'acclimatation à la vie d'un professionnel du Tour.

Il avait occasionnellement le mal du pays, et aussi la fragilité enfantine à grandir rapidement dans le monde très professionnel. Mais du point de vue du golf, il avait déjà été vainqueur sur l'European Tour, et le PGA, en remportant le championnat Quail Hollow en 2010.

Son talent ne faisait aucun doute.

Juste avant cela, cependant, il y a eu une période de 70 jours qui a certainement déterminée la carrière de McIlroy, et ceci jusqu'à maintenant.

L'impact de ce qui est arrivé à McIlroy, ce dimanche à Augusta, est maintenant tristement célèbre, et la façon dont il a géré une telle adversité, après qu’il ait perdu son avance de quatre coups, pour finalement perdre le plus grand tournoi au monde, ne peuvent pas être sous estimés.

Il lui a fallu ces 70 jours.

En regardant les photos d'Augusta cette année-là, on pourrait penser que la carrière de McIlroy était terminée.

Affalé sur son driver sur le dixième tee lors du dernier tour, c’était l'image d'un Rory brisé qui a été montrée, et elle ne constituait certes pas une bonne mise en condition pour l'US Open 2011.

Dix semaines après avoir perdu le Masters, les photos qui ont alors fait le tour du monde ont montré Rory McIlroy et son père Gerry s’embrassant autour du trophée de l'US Open, à l'occasion de la fête des pères.

La victoire de McIlroy, avec un record de huit coups au Congressional Country Club, lui a ensuite permis de devenir le meilleur joueur du monde.

Après l'US Open, les vannes se sont ouvertes.

De 2012 à 2014, McIlroy s'est élevé à un nouveau niveau, devenant le meilleur joueur au monde, et remportant  trois autres championnats majeurs, US PGA en 2012 et 2014 et Open Championship en 2014.

Rory McIlroy. Photo JeudeGolf.org

Il a également joué un rôle mémorable dans la plus grande victoire de l’Europe dans la Ryder Cup, en aidant une équipe européenne inspirée, à combler un déficit de quatre points en un dimanche inoubliable, et que l’on a appelé le Miracle de Medinah. 

Pourtant, peu de temps après être devenu professionnel, il avait appelé innocemment la Ryder Cup, « un match d'exhibition ».

Mais après quatre apparitions dans le match biennal entre l'Europe et les Etats-Unis, et en en gagnant trois sur quatre, il est devenu le talisman de l'équipe européenne.

Même lorsqu'il était le numéro un mondial à Medinah en 2012, McIlroy a estimé qu'il était trop jeune et inexpérimenté, pour être considéré comme l'un des chefs de l'équipe européenne.

Son assurance a visiblement augmentée à Gleneagles en 2014, mais c'est lors de l'édition suivante, malheureuse, qu'il est devenu le leader incontesté de l'équipe.

Sa performance exceptionnelle, sur et en dehors du parcours, à Hazeltine, n'a peut-être pas suffi à empêcher une équipe américaine brillante, de remporter sa première Ryder Cup depuis huit ans, mais cela a montré au monde entier du golf, que Rory McIlroy était alors le cœur du Team Europe.

Son parcours pendant dix ans en tant que golfeur professionnel a été aussi important sur le parcours, qu’en dehors de celui-ci.

McIlroy est populaire. Son style de jeu et son caractère attachant font de lui un rêve pour le marketing.

Ajoutez à cela une réussite phénoménale, et vous avez là une superstar.

Pourtant, alors que McIlroy permet aux fans et aux médias d'avoir facilement accès à lui lors des tournois de golf et quand il est généralement sous le regard du public, il protège sa vie privée, ce que lui et sa nouvelle épouse ambitionnent à juste titre.

Il semble avoir trouvé un bon équilibre entre sa vie publique et privée.

Les comparaisons physiques entre le rookie de ses débuts et le McIlroy quadruple champion en majeurs, sont amusantes.

Les joues potelées sont devenues plus ciselées et les cheveux sont plus courts. La forme du corps a également changée quelque peu.

McIlroy est parmi les joueurs les plus accomplis au niveau de la condition physique.

Il a commencé à prendre plus soin de son corps et de son régime alimentaire peu de temps après être devenu professionnel, afin de protéger son dos contre les blessures, et est devenu fasciné par la science du sport, et comment il pouvait l'utiliser pour améliorer sa performance.

Devenu un athlète parfaitement affûté, McIlroy peut se retourner sur la première décennie de sa carrière avec un incroyable sentiment d'accomplissement.

Il a amassé 22 victoires mondiales en tant que professionnel, dont quatre Majeurs, et deux championnats du monde de golf.

Rory McIlroy, entre pause et jouer davantage au golf  ?

Rory McIlroy a choisi d’appuyer sur le bouton pause plutôt qu’avec son driver pour les prochaines semaines, et cela pourrait s'avérer la décision la plus importante de sa carrière.

Il est fort probable que nous ne le revoyons plus en compétition avant le championnat d'Abu Dhabi en janvier.

La saison 2017, médiocre et sans victoire pour le joueur de 28 ans, s'est terminée au Dunhill Links Championship où il a fini par partager une très moyenne 63e place.

Cela a conclu une campagne où l'Irlandais du Nord a été éclipsé par une nouvelle génération de jeunes talents. Il le sait aussi très bien, et c'est également une des raisons de la pause qu'il vient de débuter.

Jusqu’à la fin de cette année, il compte jeter les bases de ce qu'il s'attend à être pour le début de sa deuxième moitié de sa carrière.

L'objectif est d'être en assez bonne santé pour lui permettre une présence plus constante sur les parcours.

Ces dernières années, McIlroy n'a pas totalement profité de ses talents prodigieux, n'ayant pas réussi à faire fructifier les quatre majeurs qu'il a gagnés jusqu’à la fin du mois d'août 2014.

Rory McIlroy. Photo JeudeGolf.org

L'été suivant a été ruiné par une blessure, juste avant l’Open où il devait défendre son titre.

Il n'y a eu depuis aucune autre étape vers son ambition déclarée de gagner 10 titres en majeurs.

McIlroy veut dépasser le total de neuf victoires de Gary Player en majeurs, pour devenir le golfeur non-américain le plus titré.

Mais 2017 ne lui a pas offert suffisamment de preuves pour suggérer qu'une telle ambition soit réalisable.

Avec son année sérieusement minée par un problème de côtes, McIlroy a seulement réussi à jouer dans 18 tournois.

Sa quatrième place à The Open, a été sa meilleure performance en majeurs.

« Je ne pense pas qu'une année soit une année perdue », a déclaré McIlroy à la BBC.

« J'ai beaucoup appris cette année sur la façon dont je dois me gérer, gérer mon emploi du temps et comment je dois m'entraîner ».

« Ce n'est pas ce que j'ai voulu en termes de résultats, mais ce n'est pas comme si j'avais raté une tonne de cuts ».

McIlroy est convaincu que sa pénalisante blessure aux côtes, qui a fait surface pour la première fois quand il a terminé deuxième de l'Open d'Afrique du Sud en janvier dernier, est la principale raison de son manque de victoires en 2017.

Il est maintenant temps pour Rory de se guérir complètement.

Il entreprend de longues périodes d’exercices dans le gymnase, ainsi que des séances de rééducation, qui lui permettront ensuite de passer plus de temps sur le parcours.

« Je vais avoir six semaines intensives au cours de novembre et décembre, où je vais me remettre en forme », a déclaré McIlroy.

« Mais je pense aussi que je serai plus fort mentalement. Cela a été dur, parce que physiquement je n'ai pas été là où je devais être et où je voulais être cette année ».

« Je ne me suis pas senti totalement prêt à 100% chaque semaine où j'ai joué, à cause de la blessure ».

Il est clair que McIlroy en a assez de sous-performer, pas assez en mesure de capitaliser sur la maîtrise des meilleurs talents naturels de son jeu.

Pendant ce temps la compétition au plus haut niveau s'est élargie.

Les Américains Justin Thomas (24 ans) et Brooks Koepka (27 ans) sont tous deux plus jeunes que McIlroy, et se sont affirmés en 2017.

Jordan Spieth n'a que 24 ans, et sa victoire en juillet a permis à l'Américain de décrocher trois majeurs, juste derrière le numéro six mondial, Rory McIlroy.

« Le paysage du jeu a un peu changé depuis que j'ai commencé à gagner des majeurs », a déclaré McIlroy aux journalistes à St Andrews.

« Vous avez maintenant des jeunes gars affamés, qui n'ont pas peur, et qui jouent avec autant d’envie de gagner que quand je jouais il y a quelques années ».

Rory McIlroy. Photo Mark Newcombe - visionsingolf.com

McIlroy estime qu'il est un meilleur joueur que celui qui a recueilli jadis ses premiers titres en majeurs, en 2011 et 2012.

« Je ne vois aucune raison pour laquelle je ne peux pas améliorer cela dans les 10 prochaines années, et c'est pourquoi je pense que ces trois mois sont très importants pour moi, pour mettre en place de très bonnes choses » a t-il déclaré.

« Je compte jouer plus de tournois l'année prochaine que je ne l'ai fait depuis mon année de rookie. Je pense que j'en ai joué 28 ou 29 en 2008. Ça va probablement être quelque chose de similaire l'année prochaine ».

Rory McIlroy doit également décider qui sera le remplaçant à long terme de son cadet JP Fitzgerald, avec qui il s'est séparé après The Open en juillet.

Il doit décider si avoir comme cadet son meilleur ami, Harry Diamond, est la meilleure option.

Une autre option pourrait être qu’il se tourne vers Joe LaCava, le cadet plutôt sous-occupé de Tiger Woods.

Certes, quelqu'un aux côtés de McIlroy, ayant autant de compétences de la gestion de parcours,  permettrait de tirer le meilleur parti des qualités du joueur, et semblerait être un choix judicieux.

« Le niveau du golf n'a pas empiré, il ne fait que s'améliorer. Mais vous savez, j'ai été capable de gagner des tournois contre les meilleurs joueurs du monde et de jouer à leur meilleur niveau, et je suis sûr que je serai capable de refaire ça ».

Ce qui va se passer au cours des prochaines semaines pourrait bien déterminer le succès de la deuxième partie de sa carrière.

Une chose est certaine, McIlroy en a assez d'essayer de rattraper son retard.

Il a un objectif à accomplir en Grand Chelem, et il n'a besoin que des Masters, d’une cinquième Ryder Cup à l'horizon, et de continuer à faire face à une explosion grandissante de jeunes golfeurs à apprivoiser.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1166
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.