Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Romain Wattel : 2014 doit être son année !

Romain Wattel : un début de saison 2014 brillant !

Annoncé avec Dubuisson pour être l’un des meilleurs espoirs du golf français, le Montpelliérain de 22 ans qui a démarré sa carrière pro en 2010, n’a pas encore gagné de tournoi sur l’European Tour, mais cela ne saurait tarder. Retour sur son début de carrière, et analyse comparative de son jeu avec celui de Victor Dubuisson.

Souvent placé dans des beaux top-5 comme ce week-end à Durban en Afrique du Sud pour le Nelson Mandela Championship, il ne lui manque plus grand-chose pour occuper seul la première place, et en tout cas, c’est le souhait de son mentor, Gregory Havret.

Précoce sur le Challenge tour, Wattel avait réussi la prouesse d’être le seulement cinquième amateur de l’histoire à remporter une épreuve pro dans l’antichambre du grand circuit, lui qui a découvert le golf à l’âge de dix ans au Golf de Bussy-Saint-Georges, dont il est toujours membre.

Après être passé avec succès par les Qualifying School fin 2010, sa première saison de rookie en 2011 démarra en trombe avec un top-5 pour son premier grand tournoi, déjà en Afrique du Sud, le SA Open Championship.

Cinq mois plus tard, il récidiva avec un nouveau top-5 pour l’Open d’Espagne.

Plusieurs solides prestations lui ont alors permis de sécuriser sa première année sur le tour européen, et de continuer sa progression.

En 2012, il se rapprocha encore un peu plus d’une première victoire avec deux très beaux podiums consécutifs au Johnny Walker Championship sur le mythique parcours de Gleneagles, puis sur l’Omega European Masters qu’il boucla en -12 sous le par, à la deuxième place !

A cette époque, nous pouvions même penser qu’il avait pris un très léger ascendant sur son confrère, Victor Dubuisson, avec lequel il est souvent comparé depuis ses débuts.

Pourtant en 2013, sa carrière connu un léger repli avec seulement une 4ème place au Ballantine’s Championship.

Non qualifié dans les soixante premiers de la Race To Dubai 2013, il repart cette année avec le couteau entre les dents, et en seulement quinze jours, à des milliers de kilomètres du continent européen, il renoue avec les belles performances.

Troisième du Alfred Dunhill Championship, puis ce week-end, quatrième du Nelson Mandela Championship, Wattel a pleinement mis à profit son voyage sud-africain pour prendre de bons points pour sa saison 2014.

Déjà treizième de la Race To DubaI 2014, il ne serait pas étonnant qu’il reprenne le flambeau, surtout si Victor Dubuisson joue une bonne partie de son temps aux Etats-Unis.

Au regard de ses statistiques sur le tour depuis quatre saisons, son début de saison est éloquent, et lui assure des lendemains qui chantent !

Statistiques chez les pros de Romain Wattel 

Ci-dessus, nous pouvons constater que sa progression a été régulière sur le tour, mise à part, cette année 2013 qui a marquée un coup d’arrêt.

Son début de saison 2014 démarre sur des bases très élevées, à la remarque près de la précision au drive, qui ne l’a pas trop pénalisé alors que dans ce registre, il semble moins bien que par le passé.

A l’inverse, ses stats ont bondi concernant les greens en régulation, et le putting, ce qui explique grandement ses premières performances de l’année.

Comparaison du jeu entre Wattel et Dubuisson

Comparaison entre le jeu de Wattel et le jeu de Dubuisson 

Alors que le talent de Victor Dubuisson a déjà éclaté aux yeux du grand public, celui de Romain Wattel ne devrait pas tarder !

Analyse…

En moyenne de coups joués, Wattel est légèrement en retard par rapport à Dubuisson sur les trois premières saisons qu’ils ont déjà jouées sur l’European Tour.

A haut niveau, la différence est une affaire de détail, et un coup d’écart en moyenne sur la carte de score suffit à créer de gros écarts sur les leaderboards des tournois européens.

Par contre, si Romain Wattel arrive à maintenir le niveau de jeu qu’il a imprimé en décembre 2013, il va à coup sûr remporter son premier tournoi professionnel.

Avec une moyenne inférieure à 69 coups joués par tour, le français se hisse au niveau des Stenson, Poulter, Rose, Bjorn,  les cadors du tour.

Driving

Plus précis que Dubuisson au drive avec des écarts très sensibles, le montpelliérain ne lui rend que trois ou quatre mètres en distance moyenne, ce qui devrait lui conférer un certain avantage dans le domaine des engagements.

Du tee au green

En revanche, c’est dans le domaine du jeu de fer du tee au green que Dubuisson excelle avec un taux de greens pris en régulations particulièrement impressionnant, et compris entre 71 et 76%.

A nouveau, sur le début de saison 2013, Wattel semble en mesure de combler partiellement l’écart, passant d’une moyenne de 65-68% à 72%, un taux décisif pour gagner chez les professionnels.

Petit jeu et putting

Enfin, côté petit jeu, l’avantage semble revenir à Wattel par rapport à Dubuisson, avec un nombre de putts joués sensiblement inférieur, de l’ordre de 29 putts par tour pour le premier nommé, contre 30 pour le second.

En complément, Wattel semble aussi très à l’aise dans le sable avec des scores, là-aussi légèrement meilleurs que ceux de son compatriote.

Romain Wattel : l'avenir du golf professionnel français

Alors si Victor a intégré en 2013 le top-30 mondial, Romain a donc toutes les chances de le suivre sur ce chemin dès 2014, et pourrait constituer non pas une bonne surprise pour le grand public, mais la confirmation d’une progression logique.

L’avenir du golf professionnel français semble prometteur. Reste à savoir si la génération Wattel/Dubuisson pourra briller dans les majeurs comme on put le faire les Levet et Van de Velde dans un passé encore récent.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2118
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.