Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Ricoh British Women’s Open: Michelle Wie souriante malgré la douleur

Ricoh British Women’s Open: Michelle Wie souriante malgré la douleur

C’est peu dire que l’américaine Michelle Wie, victorieuse de l’US Women’s Open l’an passé, arrive en kit sur ce British Women’s Open 2015. Si d’ailleurs, le tournoi de cette semaine n’avait pas été un majeur, Wie n’aurait certainement pas joué. Explications…

Découvrez nos formules d'abonnements

Michelle Wie présente à Turnberry malgré la douleur

Assurément le plus grand talent du golf féminin depuis une décennie, peut-être annoncée trop tôt comme tel, Michelle Wie n’en demeure pas moins une des icônes majeures du golf féminin.

Je me souviens très bien l’avoir suivi, il y a déjà une petite dizaine d’années à Evian, et déjà à l’époque, tous les yeux étaient braquées sur elle.

A-t-elle commencée le golf trop tôt ? Son swing surpuissant lui impose-t-il des contraintes physiques trop fortes ?

Il est encore un peu tôt pour y répondre.

Cependant, l’américaine fait face à seulement 25 ans au plus grand défi de sa jeune vie.

Au milieu du mois de mai de cette année, après avoir abandonnée au Kingsmill Championship, l’américaine a été diagnostiquée d’une maladie handicapante pour la pratique du golf, surtout à haut niveau.

Elle souffre d’une bursite à la hanche gauche.

Une bursite est une inflammation d'une bourse séreuse.

Les bourses séreuses sont des poches remplies de liquide situées autour des articulations, entre les tendons et les os.

Elles protègent les tendons et les muscles dont elles facilitent le glissement sur les os.

La bursite est différente de l'arthrite, la première siégeant à l'extérieur de l'articulation alors que la dernière est un changement à même l'articulation.

L'articulation la plus généralement touchée par la bursite est l'épaule. Parmi les autres articulations où peut se développer une bursite, notons les coudes, les genoux (problème appelé aussi le genou des femmes de ménage), les hanches et la base du gros orteil (dont une partie se manifeste sous forme d'oignon).

La bursite peut être aiguë ou chronique.

En présence de la forme chronique, les symptômes ‒ douleur et enflure ‒ ont tendance à apparaître et à disparaître au cours de cycles consistant en semaines ou en mois.

En plus de ce premier problème, Michelle Wie a constaté de violentes douleurs dans sa cheville, et son genou gauche.

L'envie de jouer au golf malgré tout

Un problème au pied gauche a aussi été diagnostiqué après sa participation maintenue à l’US Open 2015, où elle tenait à défendre son titre. Elle a tout de même terminée à la 11ème place.

Depuis trois mois, elle donne beaucoup de travail à ses médecins pour lui trouver des solutions, et des parades à tous ces problèmes, tout en essayant de continuer à jouer au golf.

Mardi, en salle de Presse à Turnberry, parcours qui va accueillir à partir de jeudi, le Ricoh British Women’s Open 2015, l’américaine est apparue avec une botte spécialement conçue pour protéger sa jambe gauche, et son dernier pépin en date, un ergot sur son os.

Pour pouvoir jouer cette semaine, la joueuse a dû recevoir une injection de plaquette de plasma dans son pied, et un shoot de cortisone dans sa hanche gauche.

La golfeuse a modestement admise prendre les choses jour après jour.

A l’évidence en souffrance sur le parcours, elle a tenu à jouer l’US Open, mais une semaine plus tard, elle abandonnait de nouveau au Marathon Classic, un tournoi du LPGA Tour.

Elle a consulté des spécialistes de la hanche et du pied dans une clinique privé de l’Ohio.

Depuis, elle n’a plus tapé une balle de golf, et arrive cette semaine à Turnberry dans l’inconnu totale quant à ses capacités physiques.

A première vue, elle se sent en mesure de jouer, et même a envie de jouer.

Elle devra toutefois toujours conserver au pied gauche, sa fameuse botte de protection.

Avec humour, elle a déclaré que c’était une nouvelle mode ! Puis touchée, elle a bien entendu admis qu’il s’agissait d’un ordre des médecins. Je dois la porter dès que je ne joue pas de façon à reposer mon pied. C’est plus quelque chose de préventif qu’autre chose.

Si cette semaine n’avait pas été le théâtre d’un majeur de golf, elle n’aurait certainement pas joué.

« Nous verrons à la fin de la semaine quels seront les futurs plans. Je vais continuer à prendre les choses jour après jour. Mes docteurs m’ont affirmé que je pouvais très bien me sentir mieux d’un jour à l’autre. J’espère vraiment pouvoir me réveiller un matin, et que la douleur sera partie. »

Sans aucun doute, il faut une sacré dose de courage à cette joueuse hors norme pour s’aligner sur ce tournoi dans cet état. Et c’est déjà une performance en soi…mais dans ces conditions, la pratique du golf n’est-il pas futile par rapport à la santé ?

Crédit photo : Getty Images

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1574
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.