Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Rickie Fowler : Le nouveau « Hero » du driving précis

Rickie Fowler : Le nouveau « Hero » du driving précis

Contre les 16 meilleurs golfeurs du monde plus Tiger Woods, Rickie Fowler a une nouvelle fois démontré qu’il pouvait être décisif sur un dernier tour contre un champ de joueurs très relevé. Si l’attention médiatique a beaucoup été porté sur le retour du tigre, Fowler, qui n’a toujours pas gagné en majeur, nous rappelle qu’il n’est plus très loin de pouvoir le faire. Ne manque sans doute qu’un brin de réussite au bon moment. Décryptage de son jeu, et de son choix drastique pour son driver...

Découvrez nos formules d'abonnements

Ce week-end au Bahamas, à l’occasion du Hero World Challenge, Rickie Fowler emportait pour la première fois sur le parcours le nouveau driver Cobra KING F8 + réglé sur un loft de seulement 8 degrés, et raccourci à 43,5 inches, un set qui serait difficile à trouver dans les magasins.

A l’heure où les marques allongent sans cesse les shafts alors que les connaisseurs, et notamment les joueurs du tour savent que cela peut nuire au tempo et à la précision, Fowler démontre que l’on peut être un long frappeur avec un shaft de driver plus court.

Son Aldila NV 2K Bleu 70x ne mesure que 43,5 inches quand la moyenne des drivers commercialisés en France tourne autour de 45,5 inches.

Avec une telle configuration, Fowler, 28 ans, 1m75, n’est certes pas le plus long frappeur du tour, ni celui qui swingue le plus vite.

En 2017, sur 144 drives mesurés par le PGA Tour, il a obtenu une moyenne de 300 yards (274 mètres) qui l’a classé dans le top-40 du circuit.

Sa vitesse de swing a été mesurée à 115 mph (185 kmh) quant à l’opposé, Dustin Johnson, l’actuel numéro un mondial, deuxième plus long frappeur du circuit passe à 121 mph (194 kmh) avec un shaft long de 45,75 inches !

Qui a raison ?  A priori, on pourrait dire Dustin Johnson.

Cependant, quand on prend en compte distance et précision, ce qui est évalué par le PGA Tour comme l’efficacité du driving, sur l’année 2017, Rickie Fowler obtient le 23eme rang du circuit contre seulement le 119eme pour Dustin Johnson !

Si Fowler perd 15 yards en moyenne contre son compatriote, un autre élément change considérablement la donne.

Alors que Dustin Johnson écarte ses drives de plus de 9 mètres en moyenne du bord du fairway (15% à droite, et 15% à gauche), Rickie Fowler n’écarte ses drives que de 7 mètres en moyenne (12% à gauche et 10% à droite).

Fowler est plus souvent sur la piste que Dustin Johnson.

Sur certains parcours avec des roughs cléments et peu d’obstacles, Dustin Johnson prend un avantage considérable en distance.

Sur des parcours plus piégeux, Rickier Fowler voit ses chances augmenter.

Dustin Johnson n’est pas seulement numéro un mondial parce qu’il tape loin. Rickie Fowler n’a pas remporté le Hero World Challenge 2017 sur sa seule qualité de précision.

fowler2.jpg

Dimanche, pour battre le record du score le plus bas sur le parcours de Nassau, Fowler a pris 11 fairways sur 13 possibles, mais surtout, il n’a eu besoin que de 21 putts, soit une moyenne incroyable de seulement 1,16 putts par trou !

Comme les commentateurs américains peuvent l’écrire, Rickie Fowler a soufflé comme une tornade sur le parcours Bahaméen.

Il a démarré par sept birdies consécutifs pour passer l’aller en seulement 28.

Alors que Charley Hoffman qui avait le tournoi bien en main après trois tours déraillait finalement avec un score de 72 insuffisant pour conclure un tournoi, Fowler a très rapidement pris l’ascendant, pour finir en 61 à -18, et quatre coups d’avances sur le second.

En l’espace de quatre tours, Fowler a fait tomber 30 birdies. Jusqu’à présent, il n’avait jamais réussi un tel score, et notamment sept birdies d’affilés.

De bon augure pour l’année 2018 à venir pour celui à qui ne manque qu’une victoire en majeur pour appuyer son statut réel de star du golf mondial.

Au cours du Hero World Challenge, Fowler s’est essentiellement illustré au putting et dans les sorties de bunkers.

Incontestable numéro un sur les greens, depuis le début de la saison 2018 de la Fedex Cup, il est à 100% pour les sorties de bunkers-putts !

C’est donc pour le moment, le petit jeu et le putting qui sont ses principaux atouts. Toutefois, ce n’est pas à défaut d’être un long frappeur.

Quand on prend le classement des drives les plus longs par joueur, en 2017, Fowler a réussi à se classer 21eme avec un drive à 398 yards / 363 mètres au cours du WGC-Bridgestone.

Son choix de jouer un driver plus court explique pourquoi il est en moyenne légèrement moins long, mais aussi un peu plus précis.

Un choix qu’il a effectué un peu avant le Honda Classic 2017, car justement il considérait qu’il manquait beaucoup trop de fairways en régulation.

Si Fowler change de tête à mesure que son équipementier Cobra lui en propose de nouvelles, il ne touche pas à son manche Aldila NV2K 70x fétiche.

Il l’a justement raccourci d’un inch avant de gagner le Honda Classic, et n’a plus touché à cette configuration depuis.

L’américain vante le plaisir d’adresser son shaft plus court à la balle. En mars dernier, il déclarait déjà « Je pense que je vais rester avec un driver de 43,5 inches. Je perds peut-être un peu en distance, mais la balle ne sort pas vraiment de la trajectoire au lancement, ni en vol. J’ai l’impression d’avoir plus de contrôle. »

Ajoutant « Le club sort devant moi beaucoup plus facilement. De plus, quand la balle est en-dehors du fairway, le coup à sauver derrière paraît un petit peu plus facile. »

Cela se vérifie avec la statistique d’écartement par rapport au fairway où Fowler est mesuré à 7 mètres au lieu de 9 mètres pour Dustin Johnson.

Par le passé, Rickie Fowler ne s’était jamais vraiment distinguer par le fait d’être un golfeur particulièrement précis au drive.

Mis à part 2012 où il avait fait partie du top-50 des meilleurs pour la précision, depuis, il n’a jamais réussi à rentrer dans le top-80.

Avant le Honda Classic qu’il avait remporté en début de saison, et avant ce changement de shaft, il n’était que 131eme.

Finalement 23eme en 2017, et vainqueur du Hero World Challenge avec 11 fairways pris sur 13 possibles lors du dernier tour, Fowler a largement validé le bénéfice d’un manche plus court.

Reste à savoir si cette stratégie peut s’avérer payante en majeur, le principal objectif du golfeur star de la marque Cobra.

Dans un passé récent, des golfeurs relativement précis mais peu longs y sont parvenus, et notamment Graeme McDowell, vainqueur d’un US Open.

A Erin Hills, théâtre de l’US Open cette année, le parcours avait tout pour favoriser les très longs frappeurs, et pourtant, Fowler a été longtemps dans la course.

A Quail Hollow, pour l’US PGA, un parcours avec plus d’obstacle, Fowler n’a pas marqué les esprits.

Comme quoi cette question de précision/distance au drive ne suffit pas toujours.

Cependant, le gros point fort de Fowler, le putting est une arme qui finira par payer à un moment ou un autre.

Tout l’enjeu, c’est que Fowler soit dans un ou plutôt plusieurs bons jours pour atteindre son pic de performance au bon moment.

Sa victoire au Hero World Challenge confirme qu’il est capable de dominer les éléments, et les meilleurs.

Un majeur pourrait parfaitement coller à son jeu : Le Masters. Pourtant, la pression particulière d’Augusta le fait parfois dégoupiller.

Crédit image : Getty Images via Cobra Golf

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1063
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.