Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Interviews

Ralph Hippolyte : Golfeurs ! La technologie n’est pas un substitut à votre profil naturel!

Ralph Hippolyte : Golfeurs ! La technologie n’est pas un substitut à votre profil naturel!

A l’occasion du dernier Open de France de golf à Saint-Quentin-En-Yvelines, nous avons eu le privilège de rencontrer Ralph Hippolyte, le créateur de la méthode Action-Types, un personnage très apprécié et très connu des sportifs de haut niveau, eu égard de son propre parcours d’athlète et d’entraîneur. Document exceptionnel avec un personnage dont le discours gagne à être connu par tous les sportifs, et en particulier les amateurs de golf, pour son approche novatrice de l’être sensitif, moteur et sportif.

Découvrez nos formules d'abonnements

Ralph Hippolyte : Actions-Types, une méthode qui peut aider les golfeurs amateurs à trouver leur profil de performance

Né à Haïti à la fin des années 40, Ralph Hippolyte s’est forgé au fil des années une très solide réputation d’expert dans le domaine du sport de très haut niveau.

Pas seulement en tant que sportif ou même entraîneur, mais aussi en tant que chercheur à l’INSEP, ce qui lui a permis de mettre au point la méthode Action-Types avec Bertrand Théraulaz.

A l’origine, lanceur de poids, il a très tôt eu à se questionner sur le rapport entre l’humain, l’athlète, et le lanceur.

Lanceur ? Nous y reviendrons, mais ce mot correspond justement très bien au golf.

D’ailleurs, Stéphane Grenier, coach de golf dans le sud-Ouest, consultant sur jeudegolf.org, et adepte de la méthode de Ralph Hippolyte fonde une grande partie de son enseignement du golf sur la notion de sport de lancer.

Du lancer de poids, Ralph Hippolyte a dévié vers le volley-ball d’abord en tant que joueur puis en tant qu’entraîneur.

Sélectionner de l’équipe de Suède puis de l’équipe de France féminine pendant six ans au milieu des années 80, avant de gérer les anglais à nouveau sur une longue période pour un total de 20 ans à coacher des volleyeurs au plus haut niveau.

Après sa carrière d’entraîneur, il a poursuivi son travail à l’INSEP et approfondi ce qu’il avait appris sur le terrain à travers des travaux de recherches sur les préférences motrices et cognitives des individus.

Il est d’ailleurs à l’origine du concept de motivations profondes dans le sport : les « Deep Motivational drivers ».

Pour l’entraîneur-chercheur, nous avons tous une signature motrice qui nous est propre. Or, si nous l’ignorons et n’en tenons pas compte, nous n’utilisons pas pleinement notre potentiel.

Au-delà du volley-ball, Ralph Hippolyte a mis ses compétences en œuvres dans beaucoup d’autres sports, et pas seulement des activités de lancer.

Il a travaillé auprès des champions de judo comme Lucie Decosse, ou le champion olympique de Kayak, Tony Estanguet.

La liste de ses domaines d’interventions est très longue, et surtout très variée, passant de l’équitation à l’escrime, sans oublier, le volley, le rugby, le basket, ou même le vélo sur piste.

De nombreuses fédérations ont fait appel à ses compétences pour optimiser la performance de leurs athlètes.

Pour avoir passé deux heures en sa compagnie au practice de l’Open de France, nous avons pu constater à la fois la gentillesse, et la simplicité de ce grand monsieur, mais il faut bien admettre qu’il a une approche presque "scientifique" avec ce que cela peut supposer de discours parfois complexe à décoder.

La méthode Action-types qui a déjà 25 ans se base sur un premier principe : Identifier justement des types d’actions distinctes.

Ce que nous allons pourtant nous évertuer à vous transmettre dans cet article.

La méthode Action-types qui a déjà 25 ans se base sur un premier principe : Identifier justement des types d’actions distinctes.

Quand vous vous trouvez à côté de Ralph Hippolyte, il passe du temps à observer comment bouge les individus. Comment vous bougez ? Comment Alexandre Levy bouge ? Comment un golfeur amateur bouge ? Comment un lanceur bouge ?

Le regard est son outil de travail mais pas seulement. A l’aide de petits exercices qu’il vous fait répéter, et qui rappelle les exercices prodigués par le maitre de Kung-Fu dans le célèbre film de série B des années 80, Karaté Kid, il dessine assez rapidement et distinctement votre profil mécanique.

Bouger ! Tout tourne autour de ce mouvement dans notre vie de tous les jours, et nos vies de sportifs du dimanche ou de haut niveau.

Combien sommes-nous à réellement y prêter attention ? Et vous-mêmes, comment bougez-vous ?

Il y a une part dite naturelle ou innée, et une part inconsciente.

Comme c’est inconscient, rares sont les personnes qui ont pensées à optimiser leurs mouvements, en particulier dans le cadre d’une recherche de performance sportive.

Pour le coach, votre motricité révèle de manière irrémédiable quelles sont vos coordinations ! C’est justement ce qu’Action-Types veut mettre en évidence : Vos préférences cognitives et motrices sont interconnectées.

« Notre corps s’oriente et se différencie pour mieux permettre la recherche d’équilibre. » Soit la relation entre l’intention et la posture en direction de l’action !

A cette première méthode, les travaux de Ralph Hippolyte ont continué vers les motivations profondes qui justement agissent très fortement sur l’optimisation de la performance.

Là-aussi, amateurs comme sportifs de haut niveau les ignorent souvent, passant à côté de leur plein potentiel.

De son propre aveu, toute cette méthodologie née depuis plus de deux décennies a d’abord été le fruit d’une insatisfaction qu’il avait de la performance, aussi bien au niveau physique que mental.

On retrouve bien là l’exigence du haut niveau d’autant qu’en tant qu’entraîneur, Ralph Hippolyte a rapidement constaté que certaines personnes réagissaient plus ou moins bien à l’enseignement.

C’est le fait de trouver des disparités dans la réception de l’enseignement qui l’a poussé à faire ses recherches jusqu’à identifier des profils.

Naturellement, les premiers temps, ses travaux ont été accueillis par beaucoup de scepticisme du fait du caractère novateur, et totalement inhabituel dans le domaine du sport.

Partant de tout cela, nous avons voulu assez vite orienter notre entretien sur le golf.

Si on comprend qu’en théorie, le fait de connaître sa façon de bouger, et de mieux en tenir compte pour chercher la performance, finit par résonner comme une évidence, plus concrètement, qu’est-ce que le golfeur peut trouver dans sa méthode ?

Bonjour Monsieur Hippolyte, pouvez-vous nous présenter votre concept d’enseignement applicable au golf ?

Au départ, pour aller contre l’apesanteur, le corps humain doit développer des stratégies.

Des stratégies musculaires et squelettique innées, dont nous nous servons tous les jours pour bouger, apprendre, vivre, pour faire des gestes de tous les jours.

Ces stratégies sont individuelles, et constituent les points forts de l’individu.

Ces stratégies motrices et cérébrales sont celles qui nous permettent d’agir de manière optimale.

Depuis plusieurs années, nous avons fait des études sur des chevaux qui ont démontré que ces organisations ne peuvent pas être changées.

Ce que nous dit la nature, c’est qu’il ne nous faut pas chercher à bousculer en quelques années, ce que nous avons accompli dans des milliers d’années d’évolutions.

Il faut comprendre que le mouvement de l’être humain, et donc du golfeur est par nature pyramidal.

C’est un mouvement qui est contrôlé par le cerveau, et donc appris.

Il y a un autre mouvement que nous partageons avec les autres animaux : le mouvement extra-pyramidal.

Soit un mouvement moteur automatique.

C’est un geste qui se fait spontanément sans réflexion.

Or, dans le sport de haut niveau, et en particulier dans le golf où la précision est extrême, je vois difficilement de la performance pour des golfeurs qui ne fonctionneraient qu’avec du pyramidal.

Vous intervenez auprès de golfeurs amateurs et professionnels, quelles sont les différences ?

Le professionnel a plus d’enjeu ! Il a une technique plus abouti ! L’amateur qui n’a pas le même vécu doit quant à lui encore trouver son chemin.

Pour un amateur, je commence toujours par déterminer son profil de préférences motrices, ce qui demande beaucoup d’humilité, de distance, et de perfectionnement.

Le testing doit prendre en compte des synergies osseuses, musculaires, et perceptives.

Le testing doit prendre en compte des synergies osseuses, musculaires, et perceptives.

Vous avez identifié des profils distincts ?

Nous avons quatre profils, et au-delà, nous avons trouvé 192 nuances.

La question, c’est de trouver le bon profil et la bonne nuance pour chaque golfeur.

A ce propos, l’oreille interne apporte beaucoup de nuances, notamment au niveau du système de pensée, à l’équilibre, au niveau vestibulaire*, et au niveau de la recherche d’équilibre.

Le système vestibulaire est le système clé chez un individu. Il se met en place à 21 jours de la conception chez un être humain, et est formé à cinq mois. C’est lui qui commande tous les autres mécanismes sensoriels.

Par exemple, 90% des cellules visuelles sont commandées par le système vestibulaire.

*Le système vestibulaire est un organe sensoriel, situé dans l'oreille interne, qui contribue à la sensation de mouvement et à l'équilibre.

Pour vous raconter une anecdote, dans les années 90, alors entraîneur de l’équipe d’Angleterre de Volley-ball, je mettais beaucoup de temps à apprendre une technique à un de mes joueurs, quand mon adjoint qui avait été membre des SAS en Irlande du Nord m’a dit « Tu es l’expert. J’ai beaucoup appris avec toi, mais moi, si je dois passer autant de temps à apprendre une technique à un soldat, je ne pars pas au combat avec lui. Je ne veux pas qu’il soit dans l’apprentissage de quelque chose, je veux qu’il agisse. »

Quelle est aujourd’hui la place de la technologie par rapport au sensitif dans l’enseignement ?

L’être humain est avant-tout sensitif même si le monde moderne nous a appris que l’on ne peut pas se passer de la technologie.

La technologie est même un pré-requis du monde d’aujourd’hui !

Nous avons besoin des mesures que nous donnent les outils technologiques.

Ceci dit, si un individu n’a pas de bonnes émotions, il ne va pas bien travailler. Toute la technologie du monde ne peut pas remplacer le sensitif de l’individu.

Vous observiez Alexander Levy pendant l’Open de France, quel est son fonctionnement ? Est-il optimisé ?

Je me permets de dire que Levy a un swing que j’appelle swing hybride ou swing mixte. Ce qui veut dire qu’il travaille sur plus d’un profil !

Comme il est performant, on ne peut pas le changer ! Mais pour moi, c’est coûteux en énergie, et cela veut peut-être dire qu’il y a un conflit qu’il faut identifier entre la motivation profonde et son profil.

Pour moi, cela ne l’empêche pas d’être un champion, mais il faudra regarder dans la durée, et le coût pour l’individu.

Je me permets de dire que Levy a un swing que j’appelle swing hybride ou swing mixte.

Quel est le bénéfice de la méthode Action-Types pour un golfeur ? Eviter les blessures ? Etre plus performant ?

C’est être plus performant en évitant les blessures !

En tant qu’entraîneur, j’ai deux règles. En un, ne pas blesser l’athlète, et deux, s’assurer que la personne grandisse après avoir appris. Pour moi, ce sont les deux choses qui sont capitales.

Un être humain fonctionne sous deux systèmes : pyramidal et extra-pyramidal.

Néanmoins, l’individu cherche toujours à aller sur le système pyramidal, or pour moi, la performance se trouve dans le système extra-pyramidal.

En conclusion, qu’est-ce que les golfeurs devraient retenir de votre intervention ?

Ecoutez-vous ! Gardez votre sensibilité ! Allez chercher la technologie ! Ceci dit, la technologie doit être considérée comme un outil. Ce n’est pas un substitut à votre sensibilité, votre humanité, et à votre profil naturel.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3813
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.