Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Qui va être le vainqueur de l’US Open 2016 à Oakmont ?

Reconnaissance du parcours à Oakmont. Crédit photo : Mark Newcombe - Visioningolf

La dernière fois que l’US Open s’est joué à Oakmont, c’était en 2007, et c’est la première fois que l’on a vu Tiger Woods montrer des faiblesses. Le score d’Angel Cabrera, le vainqueur surprise, était de 5 au-dessus du par, c’est dire la difficulté du parcours. Les joueurs vont-ils faire mieux cette année ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Même s’il y a eu quelques contre-exemples comme Ernie Els ou Angel Cabrera, les gros frappeurs de sont pas favorisés sur ce parcours. Il faudra être sur les fairways.

Cette année à Oakmont, les petites sorties de fairway seront bien moins pénalisantes que les plus grands écarts, les roughs ont été taillés graduellement. Ce sera juste un petit bonus pour les joueurs les plus précis, en tout cas pour ceux qui ne s’éloigneront pas trop de ces étroits fairways.

Toucher ces fairways étroits fera une énorme différence, ce qui permettra d’être en bonne position pour contrôler sur le coup d'approche et atteindre les greens décrits comme les plus rapides dans le monde. Pourtant, à Oakmont après avoir atteint le green un plus grand défi commence à nouveau.

Une fois sur les greens, tout reste à faire, on a un grand nombre d’exemples où les balles dépassent le trou pour se retrouver encore plus loin que leur point de départ. Attendez vous à voir des trois putts, ou plus.

Comme à Augusta les greens sont extrêmement rapides et dénivelés, pour la petite histoire, c’est ici qu’a été inventé le Stimpmeter, qui sert à mesurer la vitesse des greens.

Alors que les plus célèbres parcours du championnat s’allongent et se durcissent pour faire face aux améliorations du matériel, Oakmont n’a pas bougé, considéré comme déjà suffisamment difficile pour résister aux changements, et au talent croissant des joueurs.

L’année du Big Three à Oakmont ?

Jason Day, Rory McIlroy et Jordan Spieth, ont tous les trois gagnés dans les semaines précédentes. Il sera intéressant de voir comment chacun d’eux va aborder ce tournoi, et les conditions de jeu déterminées par la météo vont également influer sur qui aura le plus de chance de l’emporter à Oakmont.

Jason Day : Le N°1 mondial Jason Day après avoir récupéré d’un rhume, semble positif mais mesuré : « il faut comprendre et admettre que les choses vont être difficiles. Si un joueur prend un bon départ au début du tournoi, il ne faut pas essayer de le chasser. Si on commence à faire cela, on commence aussi à faire des erreurs de concentration ».

Une attitude positive, sur et en dehors du parcours, pourrait bien faire la différence à la fin de la semaine. La meilleure stratégie à Oakmont est juste d’essayer de minimiser les erreurs. Quand un joueur commence à faire des bogeys, il va ensuite faire un grand nombre de doubles bogeys, c’est très facile sur un parcours de golf comme celui-ci.

Jason Day pour l’emporter, pourra compter sur son jeu long qui est assez proche de celui de Rory McIlroy, et sur son jeu court qui lui est souvent aussi bon que celui de Jordan Spieth, suivant les tournois.

Jason Day semble être « construit » pour gagner cet US Open, il est actuellement le golfeur détenant la plus grande confiance en lui.

Jordan Spieth : Pour Jordan Spieth, actuel N°2 mondial, encore cette année, « personne ne finira sous le par ». Le premier problème pour les joueurs va être d’arriver jusqu’aux greens, il leur faudra pour cela réussir des mises en jeu exceptionnelles et ensuite éviter le plus souvent possible la constellation de bunkers.

Jordan Spieth semble avoir définitivement chassé de son esprit sa mésaventure sur le trou N°12 du Masters à Augusta. « Je suis passé à autre chose, honnêtement, je pense que c’est sorti de ma tête ».

Sur ce parcours, Jordan Spieth va devoir faire avec les inconvénients de son jeune âge.

Il a très peu d’expérience sur ce parcours. Contrairement à de nombreux joueurs engagés sur ce tournoi, il ne connaît pas l’exigence du parcours comme l’on vécu les joueurs pendant l’US Open 2007, la principale raison étant qu’il n’avait alors que 13 ans seulement. Sur le parcours le plus difficile d’Amérique, il se trouve en territoire inconnu.

Spieth a pu reconnaître le parcours pendant deux jours fin mai, mais rien n’est moins sur pour qu’il retrouve les mêmes repères. « En mai, j’ai trouvé le parcours très difficile, mais il a certainement beaucoup changé depuis ».

« Il va être pratiquement impossible de toucher les greens en régulation depuis le rough » a également déclaré Spieth.

Pour contrebalancer le manque d’expérience de ses 22 ans, Jordan Spieth devra s’appuyer sur la régularité de ses mises en jeux. Peut être qu’alors son talent au putting fera la différence.

Rory McIlroy. Crédit Photo : Mark Newcombe - Visioningolf

Rory McIlroy : Dès haut et des bas… après être tombé dans l’ombre, Rory McIlroy revient avec le plein de confiance suite à sa victoire à l’Open d’Irlande. McIlroy n'a pas gagné un majeur depuis le Championnat de la PGA en 2014, mais le parcours peut assez bien lui convenir, et sa fierté lui permettre de se dépasser pour battre enfin ces deux principaux rivaux, Jason Day et Jordan Spieth.

En difficulté avec son putter pendant plusieurs mois, McIlroy a changé sa prise au Memorial, et avec une prise plus conventionnelle il a terminé à la quatrième place.

Les challengers : ce ne sont pas toujours les favoris qui l’emportent à Oakmont...

Justin Rose Le vainqueur de l’US Open 2013 a toujours fait de bons résultats sur les parcours les plus difficiles. Il a remporté l’Open à Marion et gagné sur le PGA Tour au Congressional, Muirfield Village et Doral, et ce sont également des parcours terribles… En onze tournois cette saison il a été cinq fois dans le top 10,  et il était également dans le top 10 ici même à Oakmont en 2007.

Rickie Fowler a été le troisième joueur de l’histoire à terminer dans le top 5 dans les quatre majeurs, après Jack Nicklaus et Tiger Woods. Mais l'année dernière, il n'a pas continué sur son élan et n’a obtenu qu’une 12e place au Masters, il a raté la coupe à Chambers Bay et a terminé 30e au British Open.

Il est revenu en forme en Janvier au Championnat HSBC à Dubaï, sa quatrième victoire en neuf mois, mais il a trébuché au Masters après un premier tour en 80.

Son putting semble être son principal problème, et à Oakmont cela peut vraiment l’handicaper.

Dustin Johnson est un autre joueur à arriver en confiance à Oakmont, après 7 top 10 déjà engrangés en 2016.

Adam Scott pourra s’appuyer sur sa très grande précision et son contrôle, Oakmont devrait être un parcours où il pourrait s’illustrer.

Il est bien difficile d’avoir des certitudes sur l’issue de ce tournoi, et toutes les situations  dramatiques et inattendues peuvent se produire à Oakmont. Comme en 1994, où Loren Roberts a commencé le troisième tour avec huit coups d’avance, mais pour finalement terminer en  play-off à trois, avec Colin Montgomerie, et Ernie Els qui l’emportera.

Oakmont Country Club mettra en scène son neuvième US Open et les meilleurs golfeurs du monde ont rejoint la Pennsylvanie pour essayer de l’emporter. Cet Opus nous promet une bataille entre les hommes au sommet du classement mondial, Jason Day, Jordan Spieth et Rory McIlroy. Cependant, et comme Danny Willett l’a démontré au Masters, des surprises peuvent bien se produire…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1360
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.