Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Quelles marques de matériel de golf ont le plus gagné en 2016 ?

Quelles marques de matériel de golf ont le plus gagné en 2016 ?

Il est peut-être ardu d’établir une logique mathématique parfaite entre victoires sur le circuit professionnel et ventes de clubs. Pourtant, les marques continuent à investir chaque année de plus en plus de dollars pour équiper les meilleurs professionnels de la planète. Victoire pouvant rimer avec visibilité pour les produits de la marque. Ce n’est pas systématiquement un investissement garanti. Certaines stratégies pouvant s’avérer meilleures que d’autres. A quelques heures de passer en 2017, quelles sont les marques qui ont tiré le meilleur parti de 2016 ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Dans quelle région du monde ?

Pour déterminer des gagnants et d’éventuels perdants, il faut déjà distinguer la région du monde que l’on considère : Amérique, Europe ou Asie, les trois marchés dominants s’agissant de ventes de matériel de golf.

L’Amérique du Nord avec la prédominance du PGA Tour a certainement une caisse de résonance plus puissante, alors que par opposition, l’Asian Tour et le Japan Tour dépassent plus difficilement les frontières de l’Asie, à la remarque près d’Hideki Matsuyama, le phénomène japonais, star du team Srixon-Cleveland, et révélation de l’année 2016…aux Etats-Unis.

Un classement par nombre de victoire ou exposition médiatique n’a donc de sens que si on prend en compte l’intérêt du public pour une zone géographique.

Les européens sont plus intéressés par les victoires sur des tournois joués près de chez eux en plus des grandes épreuves internationales.

Il en va de même pour un amateur japonais ou chinois.

C’est pourquoi la domination du duo Matsuyama-Srixon sur le tour japonais doit être sérieusement prise en compte au regard des millions de golfeurs japonais.

Inversement, Dustin Johnson ou Jason Day, bien que ce dernier ne soit pas américain, ont plus d’écho aux USA, terre d’accueil du PGA Tour.

Alors que McIlroy, Stenson ou WIllett ont forcément eu plus d’impacts en Europe.

Concernant la France, ce ratio victoires sur le tour par marques, si on devait s’en référer à la seule victoire d’Alex Levy sur l’Open d’Italie (Titleist), serait bien limité.

D’ailleurs, il n’est pas certain qu’en France, les amateurs soient si sensibles à cet argument par opposition aux américains qui publient chaque semaine le « What’s in the Bag » du dernier vainqueur…américain sur un tournoi disputé aux… Etats-Unis.

Les victoires et les joueurs les plus marquants en 2016

Globalement, au niveau mondial, si nous ne devions retenir que quelques noms pour évoquer 2016, nous pourrions évoquer de manière non-exhaustive mais assez représentative, 13 golfeurs !

bilan-marques-2016.jpg

Notez la présence de cinq américains parmi ces treize noms, cinq européens, et trois golfeurs en provenance d’Australie et du Japon.

Le hasard ou plutôt l’organisation du calendrier mondial a bien fait les choses, puisqu’on retrouve des grandes « masses » régionales.

Quand on applique ces masses à des marques, on retrouve une certaine lisibilité de la stratégie des principales marques, qui rappelons-le sont majoritairement américaines (TaylorMade, Callaway, Titleist, Nike, Cleveland, Ping, Wilson, PXG et Cobra) contre quelques marques japonaises (Srixon, Mizuno) avec des vues internationales alors qu’il existe au pays du soleil levant beaucoup d’autres marques, mais majoritairement orientées vers le marché intérieur.

Les stratégies des marques dépendent surtout des moyens à leurs dispositions, et en corrélation avec leurs ventes.

C’est un cercle vertueux ou au contraire difficile à rendre vertueux. Il faut des victoires pour avoir de l’exposition, et ensuite des ventes. Il faut des ventes pour financer des golfeurs qui peuvent gagner…

A cela s’ajoute le facteur chance, et un caractère de pari sur un golfeur plus qu’un autre, sans parler du mercato où certaines marques piquent des joueurs à une autre écurie.

Prenons le cas de Billy Horschel qui a quitté le giron PING pour PXG.

Concernant la chance, rappelons que Willett a remporté le dernier Masters en menant seulement sur les derniers trous, bénéficiant de l’écroulement imprévisible de Spieth.

Dans notre liste des treize golfeurs les plus marquants de l’année, cinq sont des golfeurs du team Callaway, trois du team TaylorMade, deux du team Titleist, un pour Nike, un pour Srixon, et un pour Cobra.

Vous avez une première réponse sur l’ordre et l’importance des marques qui ont eu le meilleur rendement investissement sur victoires.

Vous avez ainsi une vue assez rapide des marques qui ont bénéficié des événements les plus marquants de la saison, dont les majeurs, les championnats du monde, et les Jeux Olympiques. Mais qu’en est-il tout au long de l’année, semaine après semaine ?

Le match TaylorMade/Callaway…USA/Europe

Dans le détail, pour le continent américain, c’est TaylorMade qui a enregistré le plus de victoires sur le circuit professionnel (en plus des majeurs, et des grandes épreuves) avec 18 victoires, devant Titleist avec 9, Callaway avec 7, Nike avec 5 et Ping 3.

Parallèlement, TaylorMade a opéré un rebond commercial majeur avec d’excellentes ventes pour la famille M2, driver, bois de parcours et fers.

Surtout, les victoires de TaylorMade sont arrivées à un moment stratégique !

Plus important que de gagner tous les majeurs, il faut surtout gagner en février/mars, quand les golfeurs s’interrogent sur le matériel qu’ils pourraient acheter en prévision de leur début de saison.

La victoire retentissante de Jason Day aux championnats du monde de match-play avec au passage un superbe duel contre McIlroy en demi-finale a sans doute lancé la saison des ventes de TaylorMade de la meilleure des manières.

De même qu’à Orlando, dans le cadre du PGA Merchandise Show de janvier dernier, tout le monde ne parlait que de la victoire une semaine plus tôt de Fowler à Abu Dhabi.

Il y a des victoires qui marquent plus. Il y a des victoires qui arrivent à des moments plus stratégiques pour les ventes.

Aux USA comme en France, traditionnellement, la période du Masters coïncidait jusqu’à présent avec la reprise du golf pour une majorité d’amateurs. Sauf que cette année, sans un hiver très rigoureux, il n’y a pas eu de véritable effet d’arrêt/reprise.

La suite de l’année au niveau des ventes a donné raison à ceux qui étaient « partis » plus tôt, les vainqueurs précoces, et donc TaylorMade.

epga-callaway.jpg

Pour l’Europe, la société Sports Marketing Surveys a recensé numériquement un net avantage pour Callaway.

En effet, la société américaine a profité à plein de sa stratégie mêlant expérience, jeunes talents, et quantité de staff player.

Comptant dans ses rangs, les trois premiers à la Race To Dubai (Stenson, Willett et Noren), elle a non seulement remporté deux majeurs sur quatre, mais aussi le plus grand nombre de victoires sur le circuit européen.

Sports Marketing Surveys fournit même le détail par catégorie de produits :

  • 41% de victoires pour les drivers Callaway,
  • 30% pour les bois de parcours,
  • 47% pour les hybrides,
  • 36% pour les utility,
  • 29% pour les fers,
  • Et 27% pour les wedges.

Concernant les putters, Odyssey, marque de Callaway a aussi remporté plus de victoires que le cumul de toutes les autres marques.

Si Callaway ne peut pas réellement influer sur le moment où ses poulains vont gagner, la marque américaine peut tenter d’impacter les futurs acquéreurs de clubs d’une manière différente.

Partant du principe que vous avez des acheteurs d’impulsions, qui suite aux victoires de golfeurs TaylorMade en début de saison ont acheté des clubs TaylorMade, le fait que Callaway ait enregistré un grand nombre de succès tout au long de la saison donne un écho plus durable, plus continu, et presque plus convaincant, dans le cas où on se fie aux victoires pour acheter des clubs.

Au moins pour l’Europe, cela fait deux années consécutives que Callaway termine avec le plus grand nombre de victoires sur le tour.

La visibilité de Callaway est donc plus long-terme.

Elle peut envoyer quasiment chaque semaine un communiqué de presse pour relater la victoire d’un de ses staff players. L’effet est certes moins fort qu’en février/mars, mais c’est un peu l’histoire du lièvre et de la tortue.

En conclusion

TaylorMade qui a pris la première place pour les ventes de drivers, bois de parcours, et fers en France et aux USA a profité des victoires de début de saison, au meilleur moment pour ainsi dire…

Callaway a fait mieux que résisté dans les ventes, et impacté une plus grande partie de l’année.

Au chapitre des challengers, Srixon a réalisé un grand bond en avant avec l’impulsion de Matsuyama, auteur d’une saison exceptionnelle à tout point de vue, en majeurs, sur le PGA Tour, et sur le Japan Tour, au point de se hisser dans le top-6 mondial.

Titleist a réalisé une saison assez conforme à ce qu’elle produit habituellement, avec au moins une victoire en majeur, de nombreuses victoires sur le PGA Tour pour conforter sa position sur le marché américain.

Difficile de placer Nike dans le cercle des gagnants, malgré les belles performances de McIlroy ou Casey, étant donné qu’elle a arrêté brutalement cette année.

Cobra a connu la même tendance que TaylorMade en bénéficiant d’un très bon lancement de saison aux USA et en France, du fait du bon début de saison de Rickie Fowler.

Toutefois, ce dernier a sérieusement flanché par la suite, et DeChambeau n’a pas été franchement en mesure de prendre le relais, sauf à créer le buzz avec des techniques ou des choix un peu osés.

Enfin, Bridgestone a peut-être tiré la dernière carte de l’année en récupérant Tiger Woods sur le dernier tournoi, comme un cadeau de noël inespéré…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1406
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.