Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Quel pro de golf à changé de matériel de golf en 2013?

Les nouvelles têtes d'affiches de Nike Golf en 2013

Alors que la saison 2013 de golf sur les tours professionnels vient tout juste de reprendre, nous vous proposons de faire le point sur les changements d’équipementiers chez les PROS, à commencer par le plus médiatique, celui du numéro 1 mondial : Rory McIlroy qui a quitté cet hiver Titleist pour Nike.

Essayer d’être le numéro 1 ou plutôt de l’acheter !

Nike Golf a officialisé cette semaine le secret le moins bien gardé du golf depuis quelques mois, à savoir l’arrivée du numéro 1 mondial nord-irlandais dans son giron.

En perte de vitesse depuis quelques saisons, Nike a voulu enfoncer les portes pour reprendre pied dans le monde du golf, avec le retour en forme progressif de son VRP de luxe, Tiger Woods, dont la chute a justement coïncidé avec la baisse des ventes de Nike Golf dans le monde.

A défaut de convaincre par les produits, et plus particulièrement les clubs de golf, Nike qui vise la 1ère place des fabricants de matériel de golf, mise sur les bonnes ficelles du marketing : « se payer le numéro 1 !» et communiquer fortement autour, à travers des spots TV bien montés, et plutôt vendeurs.

Soit la réplique de la stratégie qui fonctionne bien dans le football !

Il faut savoir qu’au moins aux Etats-Unis, les transferts des golfeurs du PGA Tour ont un effet sur les achats de produits golf des consommateurs.

Pour les marques, le fait de mettre la main sur les golfeurs les plus en vues a réellement un impact sur les ventes de matériel de golf.

Marketing et golf : une tradition chez NikeIl y a une corrélation directe entre le fait d’être le numéro 1 des drivers, la meilleure balle sur le tour, ou le numéro 1 des wedges, et le fait de vendre.

Le mercato des golfeurs professionnel est certes moins connu en France que son équivalent pour le football, mais cela n’a pourtant rien d’inhabituel, bien au contraire et cela se produit chaque année.

Pourtant en 2013, on peut être frappé par d’une part, le nombre record de transferts, et d’autre part, le fait que ces transferts ont eu lieu entre assez peu de compagnies.

Callaway et Nike ont clairement animé le mercato dans le but de contester TaylorMade, la place de numéro 1 en construisant de solides équipes de golfeurs sur le PGA Tour.

Le transfert de McIlroy a largement alimenté les gazettes dédiés au golf pendant de longues semaines, avec pour effet de remettre Nike sur le devant de la scène, alors que du côté produit, le nouveau Driver Nike Covert_S ne semble pas encore casser la baraque auprès des testeurs de matériel de golf.

Nike Golf : Rory fait vendre !

La philosophie de Nike dans le golf a toujours été de recruter les meilleurs du monde!

Au tennis, la marque à la virgule s’appuie sur Federer et Nadal. En Basket, Michael Jordan a longtemps été le porte-drapeau de la marque, tout comme aujourd’hui le joueur des Lakers, Kobe Bryant.

En football, Nike a toujours misé sur l’équipe brésilienne « la seleçao », et individuellement sur le meilleur joueur du monde après Messi, à savoir Cristiano Ronaldo, à moins que ce ne soit Wayne Rooney.

Et la liste est encore longue…de sportifs qui arborent une virgule sur leurs tee-shirts.

Les produits Nike Golf

Si Titleist n’a jamais lourdement insisté pour vendre des clubs de golf en se servant du support de Rory McIlroy. Nike ne s’en privera pas !

En plus de McIlroy, Nike a signé Nick Watney (5 victoires sur le PGA Tour), Kyle Stanley (1 victoire), et les prometteurs Seung Yul Noh et Thorbjorn Olesen, afin de renouveler sa garde-robe*.

Une belle brochette de talents, et probablement la meilleure équipe possible à recruter en 2013 pour une marque de golf.

*Les anciennes gloires de la marque : à savoir David Duval, Anthony Kim, Trevor Immelman, Paul Casey ont tous dégringolé du haut de la scène golfique.

Callaway : La distance fait vendre

Après une année galère, surtout au niveau des ventes, et de réduction d’effectif, Callaway entend tourner la page, et repartir à l’assaut pour récupérer sa place de marque leader du matériel de golf dans le monde.

Sous l’impulsion d’un nouveau patron nommé au printemps dernier, Callaway fait preuve d’enthousiasme au moment d’aborder cette nouvelle année.

Les ingénieurs de la marque n’évoquent jamais les nouveaux clubs, sans faire référence à la patte du nouveau patron, Chip Brewer.

Sous son impulsion, on a déjà pu constater que la marque a pris la première, la mesure des réseaux sociaux, et du rapprochement plus réel que virtuel avec le consommateur final, dans le but de redéfinir les contours de l’image de la marque.

Les nouveautés Callaway en 2013

Le recrutement de Callaway donne une claire indication, de ce que le fabricant entend faire en 2013 : à savoir associer ces produits pour une extrême distance avec des golfeurs qui symbolisent la puissance dans l’imaginaire des amateurs de golf.

On commence à sentir les premiers effets positifs de cette stratégie sur les ventes de clubs de golf, pourtant aux USA, plus qu’ailleurs, le succès se mesure réellement au nombre de victoires sur le PGA Tour !

Pour mettre en scène cette stratégie, Callaway a donc misé sur de jeunes bombardiers prometteurs, et au premier rang desquels, on retrouve le belge, Nicolas Colsaerts ou le prochain « Bubba » en la personne du monstrueux Jamie Sadlowski, auxquels, on peut encore ajouter Andres Gonzales, Gary Woodland, Chris Kirk et Ryo Ishikawa.

Alors que Nike Golf vise le marché sud-coréen avec Seung Yul Noh, Callaway ambitionne de convertir les japonais avec Ryo Ishikawa.

Sur le papier, cette belle brochette de bombardiers a de l’allure, même si pour l’instant, elle ne pèse que 2 victoires sur le PGA Tour.

Le but avoué de Callaway, étant de reprendre le leadership à TaylorMade sous cinq ans, en misant sur Colsaerts et Woodland pour remporter dans ce laps de temps, un ou plusieurs majeurs.

La vieille garde Callaway Golf

Et si, ils n’y parviennent pas, Callaway pourra toujours miser sur ses « papys » : Mickelson, Els et Furyk.

TaylorMade : Ce que nous faisons fonctionne ! Donc on va continuer à le faire !

La marque numéro 1 dans le monde du golf n’a pas réalisé, à première vue, un gros coup pendant ce mercato.

Les recrutements du jeune « Rookie de l’année », John Huh, et du vétéran, Stewart Cink, qui n’utilisera pourtant que les drivers et les bois de parcours dans son sac de golf, seront les plus marquants aux yeux des fans américains, en plus des J.J. Henry, Ryan Moore et Brian Davis.

En réalité, la nouvelle équipe TaylorMade semble moins séduisante sur le papier que l’équipe Callaway, pourtant, si on exclut les six victoires et un majeur de Cink, les nouveaux « TaylorMade boys » comptent en fait une victoire de plus.

Le team TaylorMade Golf en 2013

TaylorMade estime probablement avoir en 2013, les meilleurs clubs de golf, et moins besoin de communiquer sur de nouvelles recrues.

Cobra-PUMA : Le golf, c’est fun ! Ou en tout cas, cela devrait l’être !

Dans l’univers du golf, il y a au moins trois marques qui cherchent à prendre la place de numéro 1 à la place du numéro 1 : TaylorMade, Nike et Callaway !

On pourrait ajouter PING et Titleist, mais pas forcément Cobra, qui cherche plus à construire une culture de marque, et créer une relation forte avec un certain type de consommateurs, que d’être numéro un en quoique ce soit.

Pour créer cette marque, il ne s’agit pas seulement de qu’ils font, mais plus qui ils sont, et ce qu’ils représentent.

Ainsi, le recrutement de Jesper Parnevik apparaît comme le plus étonnant, et peut-être même le plus marquant de ce mercato, après celui de McIlroy !

Bien sûr, il n’est pas prêt de remporter beaucoup de tournois, et d’être dans la dernière partie, un dimanche de majeur, mais plus que n’importe quelle autre recrue, il colle parfaitement avec la marque qu’il va désormais représenter.

Le golf, c’est fun ! Ou en tout cas, cela devrait l’être !

Quel autre golfeur aurait été aussi parfait pour aider Cobra-Puma à construire son identité auprès des jeunes ? Parnevik a un don pour paraître cool dans un club-house de golf, même à 40 ans passé.

N’oublions pas qu’en matière de golf, les fabricants réalisent les meilleures marges avec les vêtements.

Titleist : Il nous reste toujours la meilleure balle de golf !

Au jeu des chaises musicales, si un fabricant a beaucoup perdu en 2013, c’est bien Titleist !

Perdre la même année, McIlroy, Watney, Stanley et Colsaerts pourrait ressembler à un tremblement de terre, ou en tout cas à une hémorragie non contrôlée.

Mais ce serait mal connaître la philosophie de la marque de club de golf pour très bons joueurs de golf !

Woods, Els, Mickelson, et même Fowler ont tous quitté Titleist, juste au moment où leurs carrières décollaient, à l’instar aujourd’hui de McIlroy ou Colsaerts.

Finalement, Titleist mise sur le fait que personne n’est dupe, et sert à former, ou au moins à équiper les meilleurs golfeurs de la planète, jusqu’au moment où ils coûtent trop cher, et les laisse filer sous des cieux, seulement plus rémunérateurs.

Une stratégie que seule la meilleure marque de golf peut s’offrir !

Bien choisir sa balle de golf ? Décisif pout bien jouer au golf

Enfin, Titleist peut se consoler avec le fait d’avoir conservé l’australien Adam Scott, l’éternel espoir souvent comparé à Tiger Woods pour la qualité de son swing, ou encore Steve Stricker, en attendant que de nouveaux talents éclosent comme Bud Cauley ou Patrick Cantlay.

Mais plus important, Nike, TaylorMade ou Callaway n’ont pour l’instant pratiquement aucune chance de convaincre toutes leurs nouvelles recrues de se passer des balles Titleist Pro V1, et c’est sûrement le plus important !

Pour les autres marques : Statut Quo

PING est parvenu à conserver Louis Ooshuizen, Hunter Mahan, et Bubba Watson.

Keegan Bradley et Graeme McDowell sont restés fidèles à Cleveland, et Luke Donald est toujours le leader de Mizuno.

Crédits photo : Nike, TaylorMade, Callaway, Titleist, Puma

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3007
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.