Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Quel est le secret du coup d'approche lobé ou flop shot parachute?

Phil Mickelson démontre le flop shot parachute face à Roger Cleveland

Phil Mickelson est un golfeur qui attaque sur le parcours! Sa nature offensive est aussi le résultat d’une très grande confiance dans son petit jeu, et sa capacité à sauver le par de n’importe quelle zone autour du green. Partons à la découverte de son secret, et de ce qui peut nous inspirer pour notre propre jeu de golf.

Découvrez nos formules d'abonnements

« Peu importe le type de mouvement. Ce qui compte est de ramener les mains et la face de club dans la même position qu’à l’adresse. » Ces quelques mots résument complètement la philosophie du génial golfeur de San Diego, qui très jeune passait des heures dans le jardin de ses parents, pour tenter des coups d’approches avec un wedge 60°.

Bien lui en a pris, car au cours de sa carrière professionnelle commencée en 1992, il a accumulé 73 millions de dollars de gains pour 42 victoires sur le PGA Tour.

Sur 499 tournois joués à ce jour, il a réussi 172 top-10 et passé 416 cuts. Des performances qui n’ont rien à voir avec le hasard.

stats-lefty.jpg 

Bien que la plus grande partie de sa carrière sportive soit derrière lui, Mickelson reste l’un des meilleurs golfeurs du monde, et capable de rivaliser et même de dominer des golfeurs de la nouvelle génération comme Jordan Spieth, Jason Day ou le français Victor Dubuisson.

Son talent couplé à son expérience, et une bonne dose de professionnalisme lui permettent de se maintenir dans le top-10 mondial.

L’an passé, il l’a encore prouvé en remportant de manière inoubliable le British Open de golf.

Alors que l’année précédente, et sans faire offense à Ernie Els, le titre s’était joué à coups de putts ratés par l’actuel numéro un mondial, Adam Scott, en 2013, Phil a survolé le British Open en mettant au point une tactique géniale sur les links de Muirfield.

Dans un sport aussi difficile que le golf, quand une stratégie est parfaitement exécutée pour battre une centaine des meilleurs golfeurs du monde, cela confine du génie.

Et c’est sur ce génie que Mickelson construit actuellement sa fin de carrière.

Remporté un énième tournoi du PGA Tour n’est plus son principal centre d’intérêt. Désormais, Mickelson veut gagner les tournois qui comptent, et qui marquent l’opinion.

A l’image d’un cycliste qui prépare toute sa saison pour un seul événement, le tour de France, Mickelson se gère dans l’optique de remporter le désormais seul tournoi majeur qui lui manque, son US Open.

Pour gagner sur le parcours numéro deux de Pinehurst, Mickelson aura besoin de toute sa science du petit jeu, et d’un coup en particulier, le flop shot de la dernière chance.

Coup qu’il vient de tenter avec succès sur son dernier tournoi de préparation, le St-Jude Classic

Sur le trou numéro quatre, un par 3, il voit sa balle échapper de sa cible, et voler près de 18 mètres derrière le green.

Malheureusement, la balle est posée sur une bute avec les pieds en descente, et très peu de places pour arrêter la balle sur le green.

D’autant qu’il s’agit d’un par-3, s’il veut sauver le par, il lui faut absolument poser la balle le plus près possible du drapeau pour espérer ne pas perdre un bogey.

Pour beaucoup de golfeurs, amateurs comme professionnels, cette situation pourrait se révéler effrayante.

Pas pour Mickelson qui au fil des années à développer une véritable compétence surnaturelle sur le type de coups à jouer : le flop shot de la dernière chance !

Il l’explique d’ailleurs très bien dans son livre Mes secrets de petit jeu ou ses vidéos postées sur Youtube avec la collaboration de Golf Digest ou son sponsor Callaway.

Livre aux éditions Albin Michel que je vous recommande !

Concernant ce coup en particulier, Mickelson explique que la pire situation qu’il peut trouver sur un parcours de golf est bien le moment où la balle est profondément pluggée dans le rough en bord de green, surtout quand on a manqué le green du mauvais côté, à savoir là où se trouve le drapeau, ce qui réduit le temps et la distance pour travailler la balle de telle façon qu’elle puisse s’immobiliser comme désirée.

Mickelson dit une chose qui est d’une extrême simplicité à comprendre mais d’une extraordinaire vérité au golf « Placer régulièrement la balle à moins d’un mètre du trou sera toujours un défi, car chaque situation de balle est différente. »

Et pourtant, beaucoup de golfeurs amateurs l’oublient !

Dans cette phrase, ne retenez pas seulement « la balle à moins d’un mètre », mais bien « chaque situation de balle est différente. »

L’équation est à plusieurs variables pour un résultat qui doit toujours être le même.

Si dans l’équation, les variables diffèrent, alors vos réponses techniques doivent différer

Dans le cas présent, le meilleur coup à faire est un flop shot ou coup lobé en parachute.

A savoir, une balle courte qui va monter très haut dans le ciel, pour retomber en feuille morte et s’immobiliser rapidement sur le green du fait d’un angle d’atterrissage maximisé.

Le poids est en avant, et vous visez derrière la balle

Précisons que dans le cas d’un coup à jouer dans un rough épais, vous ne pourrez pas donner de spin à la balle à cause du gazon qui se trouve entre la balle et la face du club.

Ce n’est pas ce paramètre qui va vous permettre d’arrêter la balle rapidement sur le green, mais bien l’angle d’atterrissage.

  • Imaginez que vous tenez une balle au bout de votre bras tendu à l’horizontale au-dessus du green. Lâchez-là et observez le peu de roulement qu’elle fera sur le green.
  • A l’extrême inverse, lancez la balle à l’horizontale, et celle-ci parcourera une longue distance par l’effet d’inertie et le roulement.

Notez que dans le cas d’un coup en bord de green dans un rough épais, le chip est déconseillé.

Un chip ne peut pas produire assez de vitesse de la tête de club pour correctement sortir la balle, alors qu’un pitch ne permettra pas d’arrêter la balle rapidement près du trou.

Pour bien jouer un lob shot

Je vous recommande d’ouvrir plus la face de votre wedge 60° à la manière d’un Phil Mickelson.

Visez derrière la balle pour chercher un angle de décollage maximum.

Plus la balle est enfoncée dans l’herbe, et plus vous devrez ouvrir votre club.

Ensuite, il faut bien que vous ayez en tête quelque chose qui pourrait vous sembler contradictoire.

Vous voulez parcourir une faible distance et arrêter la balle rapidement, pourtant avec le coup lobé, il faut réaliser un swing plutôt rapide, car dans ce cas, vous cherchez à faire monter la balle très haute.

La clé de succès consiste à produire une vitesse de swing relativement rapide pour une approche avec un swing plutôt vertical.

Comprenez un angle d’attaque produit par les mains qui pointent plus vite vers le ciel que sur un swing ample et conventionnel.

Rotation des épaules et armement des poignets

Mickelson est un champion dans ce domaine, car il arme très rapidement les poignets sans oublier de tourner les épaules, faute régulièrement commise par les amateurs qui tentent ce coup.

Dernière obsession sur ce coup, imaginez que votre face de club atteint le point le plus bas de son arc juste sous la balle.

Pendant tout ce mouvement, et comme beaucoup d’autres types de coups d’approches, le poids du corps repose sur l’avant.

Comment ne pas dépasser son objectif de distance courte avec une telle préparation ?

De l’aveu même de Mickelson, une organisation comme décrite ci-dessus supposerait en fait une approche jouée à pleine puissance sur un coup à 50/60 mètres pour un amateur.

En fait, et l’américain a raison de le préciser, il ne faut pas avoir peur de jouer ce coup à fond, car l’herbe haute va jouer son rôle de frein, et limiter la portée de ce coup à moins de cinq mètres.

Je rappelle ici deux éléments clés :

  • la position enfoncée de la balle, et le contact indirect comme dans un bunker.

Vous devez d’abord contacter le sol avant la balle sur le flop shot.

L’énergie du swing est appliqué vers le bas, et non pas vers l’avant, ce qui va provoquer une balle montante sans effet.

Ce coup réclame plus de puissance que de finesse, car vous avez le risque de prendre trop d’herbe ce qui aura pour effet de ralentir le club avant son arrivée au point bas ou de fermer la face du club.

Serrez votre grip de manière plus pressante qu’à l’accoutumé.

Le fait d’armer rapidement les poignets est aussi bénéfique car cela évite de laisser les mains trop libres.

Je terminerai par un dernier point clé : le finish

Maintenez les angles au finish

Faites le maximum pour conserver votre face de club ouverte vers le ciel, même bien après l’impact pour avoir le plus longtemps possible une attitude qui entraîne une balle haute et molle, le secret d’un flop shot réussi.

A vous de jouer…

Le résumé des points clés d’un flop shot parachute en bord de greens et dans un rough épais :

  1. Ouvrir la face plus que d’habitude avec un wedge 60°
  2. Visez le point d’impact juste derrière la balle
  3. Grippez plus fermement
  4. Le poids du corps est en avant
  5. Armez rapidement les poignets pour un swing plus vertical
  6. N'oubliez pas de tourner les épaules
  7. Produisez un swing agressif et rapide vers le sol
  8. Au finish, ne relâchez pas la  pression et conservez les mains en avant de la face du club le plus longtemps possible
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2442
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Master Class PGA en petit jeu et entrainement de haut niveau certifié par la TPI (Titleist Performance Institute), Michel a dirigé la section Sport Études Golf Rhône Alpes de 1995 à 2001, et a formé plusieurs joueurs actuellement sur le tour européen.


Sur le site, il intervient comme consultant technique pour les questions liées à la pratique du golf pour les amateurs.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.