Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Quand le courant ne passe plus entre un golfeur et son caddy

Quand le courant ne passe plus entre un golfeur et son caddie

C’est le moins que l’on puisse dire ! Au cours du premier tour d'un tournoi de golf professionnel, un golfeur s’est séparé de son caddie après seulement 9 trous ! Les deux hommes ont des versions radicalement opposées sur leur désaccord. Nous avons déjà abordé le thème de la relation golfeur-caddie quand elle fonctionne, voilà le cas extrême inverse.

Découvrez nos formules d'abonnements

Drôle d’année pour Robert Allenby !

Ce jeudi, au beau milieu d’une partie comptant pour le premier tour de l’Open du Canada, tournoi de golf professionnel du PGA Tour, Allenby et Mick Middlemo, son caddie ont échangé des mots avant de se séparer brutalement à mi-parcours, laissant le joueur seul avec son sac !

Une scène rare sur un tournoi de cette importance, et qui n’a pas manqué de faire le buzz.

Jouant le quatrième trou de la partie à Glen Abbey, Allenby et Middlemo ont commencé par avoir un désaccord sur le choix du club à utiliser sur le quatrième coup de l’australien.

Le vent a changé, et ce dernier a utilisé un fer 8 qui est resté trop court par rapport à sa cible, ce qui a fini par lui coûter un triple-bogey.

C’est à ce moment que les choses se sont corsées entre les deux hommes.

Et les versions diffèrent largement selon les protagonistes.

D’un côté, Allenby a déploré des erreurs régulières de choix de clubs !

« Tu vois, ces choses-là arrivent toutes les semaines. Cela fait au moins trois ou quatre mois que nous continuons de faire en permanence ce type d’erreurs, et là, tu ne m’aides pas. »

Selon ses déclarations aux journalistes canadiens, le caddie lui aurait répondu qu’il pouvait se débrouiller tout seul.

Allenby prétend avoir tenté de calmer son caddy, et ce dernier serait devenu menaçant, voulant même en venir aux mains avec son boss.

Se rapprochant du visage du golfeur, celui-ci pris de court aurait dit « C’est fini. Tu es viré. Je ne te prendrai plus jamais comme caddie.»

De son côté, Middlemo a déclaré à des journalistes américains que c’était Allenby qui avait proféré des paroles blessantes à son encontre.

« Je lui ai dit. Ecoute si tu veux prendre quelqu’un comme bouc-émissaire, tu n’as qu’à prendre quelqu’un sur le parking ou dans le public. »

Ajoutant « si tu continues à m’insulter, ce sera fini. »

Les deux hommes ont continué à jouer jusqu’au 9, puis se sont séparés.

L'aide précieuse et appréciée du caddie

Visiblement, Allenby en a remis une couche « Tu ne mérites pas d’être un caddy sur le tour. »

Middlemo s’est rapproché du joueur pour le menacer, toujours selon le joueur qui a été impliqué dans une histoire assez curieuse en début d’année, indiquant qu’il avait été cambriolé et agressé par un inconnu à Hawaii.

Le visage tuméfié, dans un premier temps, personne n’avait mis en doute sa parole. Dans un second temps, la police locale a pointé plusieurs incohérences dans le témoignage du golfeur, remettant en cause partiellement ses dires.

Finalement, le mois dernier, un homme a plaidé coupable pour avoir volé des bijoux, et utilisé la carte bleu du joueur.

Difficile de démêler toutes les circonstances de cette histoire.

Avec cette affaire, Allenby est soit malchanceux, soit il attire les ennuis.

D’autant qu’à nouveau Middlemo a vision très différente de l’incident sur le parcours.

« Il m’a dit. Je vais faire en sorte qu’un caddie soit interdit à vie sur le tour ! Je lui ai demandé s’il parlait de moi, et il m’a répondu par l’affirmative. J’ai posé le sac, et je suis parti. »

Le point qui est intéressant, c’est que selon le caddie, ce n’est jamais que la quatrième fois qu’un porteur de sac abandonne Allenby et ses affaires en plein milieu d’un parcours.

Après avoir rendu une carte 81 sur le premier tour de cet Open du Canada, Allenby a finalement décidé d’abandonner, et de quitter les lieux, se sentant menacé par son caddie.

Précisons qu’il est allé jusqu’à demander une escorte policière pour quitter le parking du terrain de golf.

Middlemo et lui ont tout de même travaillé ensemble pendant des années !

Cette histoire est à l’extrême ce qui peut arriver dans une relation golfeur-caddie sur le tour quand la relation n’est plus basée sur la confiance et la recherche du but commun, pour être remplacée par le rejet sur l’autre de l’échec.

Difficile de prendre parti entre Allenby et son caddie, mais tout de même, c’est le joueur qui tient le club, et c’est le joueur qui a incriminé le caddie.

Au golf, l’erreur entre un fer 7 et un fer 8 ne tient pas toujours à l’appréciation de la distance.

Ben Hebert en pleine discussion avec son caddie...et tout va bien

D’autres phénomènes peuvent entrer en ligne de compte comme le lie, le vent, et la qualité du contact.

Ce dernier élément étant le plus important. Et justement, le caddie est bien impuissant sur la qualité des coups de son patron.

D’autre part, le jugement initial d’Allenby qui est à l’origine de tout cet incident est plutôt révélateur de son appréciation du problème.

Il estime que le caddie a formulé une mauvaise recommandation à posteriori du coup effectué.

D’une part, libre à lui de ne pas écouter le conseil de son caddie. C’est lui qui tient le club, et à son niveau d’expérience, il devrait être en mesure de faire les bons choix tout seul.

Raisonnablement, cet incident est sans doute le fruit de l’exaspération du joueur plus que d’un problème de choix de club.

On connait l’adage « Quand on a envie de tuer son chien. On dit qu’il a la rage. »

L’avenir dira si Allenby a tort ou raison. Sans son caddie, il lui faudra démontrer qu’il est capable d’avoir de bien meilleurs résultats.

Pour lui, plus dur commence, car si jamais, ces erreurs ne viennent pas de son fidèle compagnon…il passera pour un golfeur irascible qui ne maîtrise pas ses émotions.

Cet épisode est un cas extrême mais sur le tour, l’alchimie entre golfeur et caddie n’est pas si évidente.

Adam Scott a bataillé fortement ces dernières semaines pour que Steve Williams, son ancien caddie revienne sur son sac.

Il a été bien inspiré puisque le néo-zélandais qui s’était fait connaître pour ses années de collaboration avec Tiger Woods a revigoré Adam Scott sur le British Open à Saint-Andrews.

Deux situations radicalement différentes qui ont le mérite de rappeler à quel point la relation joueur-caddie est importante dans la réussite du joueur.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2178
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.