Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Qu'est-ce qui freine la progression des amateurs au golf?

Pour quelle raison, les amateurs ne progressent-ils pas plus au golf?

Evidemment quand on découvre le golf, et que l’on pratique assidûment, on constate assez rapidement les premiers progrès, mais pour la plupart des autres amateurs, les progrès sur la carte de score, et la technique ne sont pas toujours aussi spectaculaires.

Sommaire de cet article consacré à l'enseignement du golf

  1. Qu’en est-il réellement pour les amateurs ou les simples joueurs du dimanche ?
  2. Revoir le principe de la leçon de golf
  3. Revoir le principe pédagogique de l'enseignement du golf
  4. Revoir l'approche de l'entrainement par l'amateur

Un célèbre enseignant de golf a dit un jour « Mieux que de s’entraîner intensivement pendant une centaine de jours, une journée avec un grand professeur. »

Dans cet article, l’idée n’est pas simplement de vous vanter les mérites de l’enseignement, car la ficelle paraîtrait un peu grosse venant de ma part, mais plutôt de vous livrer ma réflexion, et mon expérience sur ce qui bride un grand nombre d'amateurs au golf.

De nos jours, il faut bien admettre que nous avons plus de connaissances sur le swing de golf que jamais auparavant.

Les nouvelles technologies, la vidéo, les progrès pédagogiques, les nouvelles méthodes d’enseignements…ont largement contribué à favoriser notre compréhension de la biomécanique, et ainsi nous permettre de mieux appréhender ce qu’il faut faire pour mieux jouer.

Les golfeurs professionnels ont largement profité de tous ces apprentissages pour être encore meilleur sur le tour.

Qu’en est-il réellement pour les amateurs ou les simples joueurs du dimanche ?

Progressent-ils vraiment ?

D’un point de vue purement statistique sur la progression globale des index, nous ne pouvons pas l’affirmer.

En tout cas les progrès des amateurs ne sont pas proportionnels à ceux des outils !

Alors pourquoi ne progressent-ils pas plus vite ?

Il est tout à fait possible que la réponse tienne déjà dans le principe même du concept de la leçon de golf de base.

La chose la plus fréquente que j’entends en tant qu’enseignant « Quand je suis en cours, J’ai compris le truc, mais je n’arrive pas ensuite à le reproduire seul sur le parcours. J’ai l’impression que la correction a fonctionné pendant un temps, mais je reviens finalement à mes anciennes habitudes. »

Selon moi, l’une des raisons de ce phénomène récurrent tient dans le fait que l’élève n’a pas en fait compris du premier coup. Il a brièvement eu l’impression de mieux contacter la balle suite à une série d’éléments mis en place de manière totalement inédite pour lui, et dirigée par le moniteur.

Mais en fait, c’est très loin d’être suffisant pour que l’élève s’imprègne complètement de ce qu’il faille réellement faire pour qu’il puisse totalement l’intégrer, et le refaire à l’envie.

Revoir le principe de la leçon de golf

D’où le processus inévitable de perte d’informations qui s’en suit, et le besoin de recommencer le processus d’apprentissage.

Pour moi, la raison de ce cercle vicieux tient dans le fait que nous devrions complètement revoir notre mode d’enseignement.

Revoir le principe de la leçon de golf

Le format standard d’une leçon qui dure entre 30 et 60 minutes devrait évoluer, et même être de l’histoire ancienne pour être remplacé par une sorte de « deal » entre le golfeur et le pro qui sorte de ce cadre, et s’inscrive dans un process de plus long terme que la leçon one-shot de correction en urgence.

En réalité, le format actuel des leçons de golf est parfaitement adapté à un apprentissage court-termiste.

Un cours d’une heure peut permettre d’arranger rapidement quelques petits problèmes, comme le fait de slicer ou de frapper dans la terre, mais cela ne peut pas permettre d’entrer en profondeur dans la dynamique globale du swing de golf, et c’est pourquoi les corrections ne durent jamais vraiment longtemps.

L’idée qui pourrait avoir du sens, et a de plus en plus d’échos aux Etats-Unis consisterait à remplacer ce format d’enseignement par un système où l’élève pourrait accéder au pro aussi souvent qu’il en a besoin pour mieux appréhender ses difficultés et sa progression.

Ces sessions pourraient être d’un temps beaucoup plus court, mais surtout beaucoup plus fréquentes.

La technologie au service de l'enseignement du golf

Si vous pensez qu’une leçon d’une heure une fois de temps en temps peut changer cinq, dix, quinze, vingt ans de mauvaises habitudes, vous comprendrez aisément pourquoi je pense qu’il faut changer d’approche pour plus d’efficacité.

Dans une leçon d’une heure, je peux voir quelques bons swings de la part d’un élève, mais souvent quand il se retrouve seul, le ratio de bons coups sur le nombre de coups tapés déclinent.

Pourquoi ? Car quand le joueur se retrouve seul, fort logiquement, au lieu d’essayer des choses nouvelles qui peuvent sembler inconfortable, il revient dans ce qui lui semble le plus familier.

Revoir le principe pédagogique de l'enseignement du golf

L’autre grande raison qui peut expliquer pourquoi les golfeurs n’enregistrent pas suffisamment bien les nouvelles instructions peut aussi tenir du fait de la méthode pédagogique le plus communément acceptée entre le pro et l’élève, à savoir la réception passive de l’information.

Pour avoir enseigné d’autres sports comme le tennis ou le basket-ball, et pour avoir constaté l’évolution des méthodes pédagogiques des entraîneurs de ces autres disciplines, il apparaît que de plus en plus, le bon fonctionnement est en fait la découverte progressive, et personnelle de la nouvelle solution.

Un élève va beaucoup mieux intégrer un nouveau procédé, quand il va le découvrir par lui-même que quand il lui est délivré sans qu’il fasse d’effort de compréhension.

Revoir le principe pédagogique de l'enseignement du golf

Le bon moyen de fonctionner est en fait le questionnement. Interroger l’amateur sur sa faute technique, et le guider vers la solution, et surtout la compréhension du système de cause à effet plutôt que de lui livrer d’un seul coup, la solution, ce qu’il attend du pro, presque sans efforts.

C’est justement le fait qu’il n’y ait pas d’efforts qui fait qu’une correction acquise sans être réellement comprise s’évapore assez rapidement.

A nouveau, pour réaliser un tel travail, il faut pouvoir privilégier le long terme par rapport à la solution sparadrap.

Si pendant une leçon, je démontre comment faire un swing parfait.

Sur le moment, l’amateur va avoir la sensation d’avoir parfaitement compris, pourtant, une fois seul au practice, il sera incapable de reproduire ce qu’il croit avoir compris.

Plus que le fait de voir ce qu’il faut faire, l’amateur doit pouvoir sentir un déclic en lui qui lui fait dire qu’il a trouvé le « truc ».

Revoir l'approche de l'entrainement par l'amateur

Enfin, en dehors de la leçon de golf, une des raisons qui fait que les amateurs progressent peu, tient dans le fait qu’ils ne remettent pas assez souvent en cause, le format d’entrainement qu’ils utilisent.

La plupart du temps, un amateur va au practice, tape quelques balles, et reproduit ce schéma à l’infini.

Pourtant, pour progresser, il faut apprendre de nouvelles choses dans de nouvelles situations.

A chaque séance de practice, un golfeur devrait se demander :

  • Combien de nouvelles choses ai-je essayé sur mon swing aujourd’hui ?
  • Combien de temps est-ce que prend entre chaque coup ? Combien de fois ai-je changé de clubs entre les coups ?
  • Est-ce qu’une fois tapé le driver, est-ce que j’ai attendu 2-3 minutes pour jouer un fer 7 comme cela se produirait si j’étais sur le parcours ?
  • Est-ce que je me suis entrainé depuis différents lies comme sur le parcours, ou est-ce que j’ai toujours joué sur le tapis et sur un lie presque parfait ?

Si vous êtes capable de taper un drive, et puis d’enchaîner quelques minutes plus tard par un solide coup de fer 7, c’est que vous êtes réellement en train de progresser, alors que le fait d’enchaîner les drives ou les coups de fers vous donnent l’illusion de progresser.

La répétition des coups permet de procéder à de l’auto-correction, mais une fois sur le parcours, ce n’est absolument pas possible.

D’autant plus que cette illusion est renforcée mentalement par le fait qu’inconsciemment, on a tendance à se souvenir des bons coups tapés, au lieu de se demander ce qui n’a pas fonctionné sur les autres.

C’est une des raisons qui font que l’entrainement au practice n’est pas forcément une bonne solution pour progresser.

S'entrainer seul pendant des heures ou prendre un bon cours

Sans changement dans l’approche de l’apprentissage du golf par les pros et par les élèves, le niveau de pratique ne pourra pas réellement progresser.

Un golfeur d’index 20,  et en condition physique normale peut très bien descendre à dix en moins d’un an, et ce à partir d’un entrainement approprié.

J’ai toujours la conviction que dans le métier d’enseignant, et dans ce sport, il y a de nombreuses façons d’améliorer l’existant, et d’aller encore plus loin. Tout le monde doit y croire. On peut réellement progresser au golf.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3041
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Master Class PGA en petit jeu et entrainement de haut niveau certifié par la TPI (Titleist Performance Institute), Michel a dirigé la section Sport Études Golf Rhône Alpes de 1995 à 2001, et a formé plusieurs joueurs actuellement sur le tour européen.


Sur le site, il intervient comme consultant technique pour les questions liées à la pratique du golf pour les amateurs.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.