Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Putters et luxe à la française : Découverte de Valgrine & Argolf

Putting à la française : mariage de la technologie de précision avec une certaine idée du luxe

Phénomène rare même peut-être unique dans le monde, deux marques françaises investissent le domaine des putters de golf avec une approche très comparable, et tournée vers le très haut de gamme.

A l’heure des réductions d’effectifs chez les principaux fabricants de matériel de golf, car oui la crise économique qui touche le secteur du golf est loin d’être terminée, après une année 2012 particulièrement chahutée*, deux sociétés françaises ont pourtant décidé de se lancer à l’assaut du marché des putters.

Argolf et Valgrine partagent en commun de vouloir faire exister une certaine idée du golf à la française dans un sport, qui laisse pourtant très peu de place à une vision non anglo-saxonne.

Valgrine : le mariage du luxe à la française avec la manufacture de précision dans le domaine du putting

Au moment où les principales marques de putters (Odissey, Never Compromise, Scotty Cameron…) se préoccupent du futur de la législation concernant les belly-putters, à savoir pour ou contre l’interdiction de putters permettant l’usage de plusieurs points d’ancrages, la société Valgrine vient d’annoncer son arrivée dans la famille S T Dupont sous l’impulsion, ou plutôt la vision exactement partagée de ses deux présidents, Alain Crevet et Gregory Moreau.

S.T. Dupont rime avec luxe, têtes couronnées, célébrités, politiques,  et tous ont défilé à la demeure de la marque française depuis 1872.

Avec ce mariage, Valgrine entend affirmer encore un peu plus son appartenance au monde du luxe, et n’entend pas céder à l’humilité : « ST Dupont crée des produits exceptionnels pour des personnes exceptionnelles et un putter Valgrine est exceptionnel. »

Nous voilà averti !

Valgrine : Une certaine idée du sur-mesure

En revanche, il est amusant de constater que la société basée à Saint-Etienne, signe désormais sous son nom – Paris - comme toute marque de luxe qui entend profiter du prestige de la capitale pour vendre à l’international !

Sur ce point, Monsieur Francis Bailo, Managing Director de Valgrine a tenu à apporter la précision suivante : "Nous tenons à vous signaler que nous inscrivons" Paris" car notre principale point de vente en France est la Joaillerie Tournaire située au 7 place Vendôme à Paris."

Cependant sur la page d’accueil du site Valgrine, on peut lire « Fabriqués en France, dans le berceau de l’excellence métallurgique (sous-entendu la Loire), les putters Valgrine se dévoilent comme de véritables sculptures aérodynamiques. », et acquiescer qu’effectivement, Saint-Etienne est bel et bien célèbre en France pour avoir été  la commune d’armes en l’an 2 de la révolution française !

Ce qui en fait imprime la notion de luxe, c’est bel et bien l’emploi de matériaux inhabituels pour le commun des putters.

Valgrine revendique clairement l’utilisation de matériaux rares, innovants, et légers tout en les mariant avec les besoins du jeu de golf : précision, « perfect balance », et toucher.

Ces matériaux sont l’aluminium que l’on trouve dans le domaine aéronautique, l’inox composite ou l’inox d’horlogerie, la fibre de carbone forgé, le composite de nickel forgé haute densité, ou encore l’or.

A l’origine, Valgrine est une manufacture, et donc elle fonde son savoir-faire sur la maitrise parfaite de l’assemblage de pièces complexes avec une très haute exigence de précision.

Les finitions sont notamment réalisées en salle blanche** à l’instar des montres de luxe.

Sur 700 000 pratiquants, quels sont les golfeurs intéressés par des putters très haut de gamme ?

Une partie de la réponse se trouve sur le site de Valgrine : « En série limitée, personnalisables ou entièrement sur mesure, ils s’affirment à votre image et à votre désir d’unicité. »

Dans la pyramide des besoins dessinés par Maslow concernant nos raisonnements en amont d’un achat, les putters Valgrine correspondent aux golfeurs qui ont besoin d’assouvir un fort besoin d’appartenance, de reconnaissance, et de se réaliser.

Soit la moitié supérieure de la pyramide des attentes des golfeurs !

Cependant, Odissey, Never Compromise, ou encore Scotty Cameron occupe déjà en partie ce terrain.

Pour Valgrine, il s’agit de les surclasser en allant encore plus loin dans le luxe, et la personnalisation pour conquérir le sommet de cette pyramide.

Et ce sommet n’est pas nécessairement ou uniquement français, mais peut-être plus en Asie, où le clinquant et les signes extérieurs de richesse prennent toutes leurs importances, ou bien alors à Dubaï, où ST Dupont a ouvert récemment une nouveau « flagship » au sein du Dubaï Mall, le plus grand lieu de shopping au monde.

*Selon nos sources, plusieurs magasins de golf ont vu leurs ventes baisser de 30%. Et on commence à compter les dépôts de bilans.

**Une salle blanche est une pièce où la concentration particulaire est maîtrisée ainsi que la température et le niveau d’humidité.

Argolf : l’usinage de haute précision au service du toucher au putting

Lancé en 2010, cette jeune marque de putters construit son image sur la thématique du lien technique qui existe entre la recherche dans le domaine de l’aéronautique et du matériel de golf.

En fait, ce n’est pas si nouveau, dans la mesure où le fondateur de Cobra Golf avait déjà été un des premiers à explorer cette voie de l’utilisation des technologies de pointe dans les années 70/80 pour la conception de ses clubs de golf, avec le succès spectaculaire que l’on connait.

En revanche, c’est effectivement la première fois qu’un industriel français se lance dans une telle aventure.

Uther by Argolf

A titre de comparaison entre Valgrine et Argolf, bien que la démarche présente de nombreuses similitudes, on pourrait spontanément dans une sorte de blind-test, émettre le sentiment que Valgrine argumente en premier sur le luxe puis en second sur la technologie, et à l’inverse, Argolf argumente en premier sur la technologie puis ensuite sur le prestige.

Cette très légère différence est sans doute le fruit du nouveau mariage entre ST Dupont et Valgrine.

Pour développer sur Argolf, l’origine de cette marque est aussi une rencontre !

Celle de Sébastien et Olivier Colas (industriels dans le domaine de l’usinage de haute précision) avec le PRO Emmanuel Carlier qui ont tous trois inspiré la création de nouveaux putters à la sauce bretonne, puisque c’est très fortement revendiqué par la marque.

Quels golfeurs veulent-ils séduire et conquérir ?

Le toucher est à nouveau au centre de toutes les attentions.

Concernant la performance, ce critère est beaucoup plus difficile à argumenter pour positionner Argolf ou Valgrine, simplement au-dessus des marques leaders du secteur.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un mauvais putter ? On pourrait dire que c’est déjà un putter inadapté au joueur !

Un manche trop long pour un golfeur ayant des bras plus petits…

Un putter présentant un vice de fabrication

Un putter tordu…

Un putter mal équilibré…

La performance d’un putter peut être le fruit de la longue expérience d’une marque reconnu, OU pour entrer dans les détails, la conclusion du travail d’un clubfitter qui va contrôler strictement tous les aspects techniques du putter, et donner son aval au joueur et quel que soit la marque : bon pour le service !

Bien entendu tous les golfeurs ne vont pas se ruer chez un clubmaker pour évaluer leurs putters faute de moyens, de temps, et aussi parce qu’ils peuvent aussi considérer faire confiance à des marques qui leurs soumettent des putters valant déjà entre 150 et 300 euros.

Donc, il est bien plus intéressant de parler des putters Argolf sous l’angle des sensations et du toucher, car là, n’importe quel golfeur peut réellement en mesurer les effets.

Merlin by Argolf

Sans sortir de Saint-Cyr, on peut admettre que le sensoriel au putting peut interpeler chaque golfeur d’une manière différente, et le fait d’avoir en mains, des outils ayant été construits à partir de techniques d’usinage de haute précision, à la différence de clubs fabriqués à la chaîne en plusieurs milliers d’unités dans une usine du sud-est asiatique, oui cela peut se sentir, et pas que dans le prix.

Le putting : Une place à part dans le jeu de golf

A juste titre, Argolf rappelle que le putter va être utilisé pour la moitié des coups joués sur le parcours.

Aucun autre club du sac, pas même le driver n’atteint une telle fréquence d’utilisation.

Il est donc vraisemblable que l’on puisse consacrer à cet outil, une place plus importante dans notre vision du jeu de golf.

Souhaitons bonne chance aux deux marques françaises qui font figure de petits villages gaulois entrant en résistance par rapport à la domination anglo-saxonne, et non pas romaine dans le domaine des équipements pour le golf.

On imagine que dans les deux projets, de solides études de marché ont été menées pour connaitre la capacité d’acceptation du marché à ces nouvelles offres inédites.

A titre de rappel, le marché français semble beaucoup plus classique et traditionnel qu’il n’y parait. En rappelant toutefois, que conjoncturellement le golf français est frappé de plein fouet par la crise économique.

Plus qu’ailleurs, il semble que les nouvelles marques aient du mal à s’implanter.

Prenons l’exemple de Nike qui réussit fortement aux USA et en Asie sur la base de sa puissance marketing, et qui peine en France à vendre des clubs de golf, car la marque est plus associée à celle d’un vendeur de polos qu’une véritable marque de clubs. Pourtant la qualité des clubs marqués de la virgule est loin d’être mauvaise, bien au contraire…

On a beaucoup évoqué les similitudes entre les deux marques. Mais pour être tout à fait complet, on commence à distinguer des différences dans les buts poursuivis, et surtout les segments de clientèle visées.

Par le positionnement prix, Valgrine cherche une clientèle internationale de très haut vol, alors qu’Argolf se positionne plus frontalement face aux marques actuelles du marché.

L’avenir nous dira si les marques traditionnellement connues qui construisent leurs prix pour amortir leurs importants frais de communication, pourront maintenir cette position tarifaire contre des produits usinés sur mesure pour un prix pas forcément beaucoup plus élevé.

Vision marketing contre Vision industrielle !

D’un autre côté, le positionnement d’Argolf ne peut pas évoluer d’une position de qualité sur-mesure à un process industrialisé de masse.

Sans faire offense à Argolf et à Valgrine, elles ont encore tout à prouver pour concurrencer Odissey, Never Compromise et Scotty Cameron, mais le challenge mérite d’être tenté, ce qui ressuscite le célèbre « Impossible n’est pas français ! ».

Laurent Agostini, fondateur de jeudegolf.orgA propos de l'auteur :

Laurent Agostini, édite le site jeudegolf.org depuis juin 2010, site entièrement dédié à l'univers du golf (matériel, conseils, actualités, séjours).

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4438
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.