Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Projet BeAthletik: Check-up athlétique & séquence cinématique du swing

Projet BeAthletik: Check-up athlétique & séquence cinématique du swing

Dans notre précédent sujet sur le projet BeAthletik, nous vous avions présenté le concept Golf Performance proposé par Loic Gambardella et son équipe. Dans ce deuxième sujet, nous vous détaillons la première étape, à savoir le bilan athlétique, pour déterminer les points de blocages qui limitent la performance d'un golfeur.

Sommaire du deuxième article consacré au projet BeAthletik

Comment devenir un meilleur golfeur / Etape 1 : Check-up (longueur de l'article : 2098 mots)

Rappel du but recherché

Devenir un bien meilleur golfeur avec comme conclusion facilement vérifiable, le fait de gagner deux longueurs de clubs en distance, sans parler d’une meilleure consistance, et d’une plus grande régularité dans les frappes.

Il nous semble que cet objectif est majoritairement partagé par tous les golfeurs. Cette expérience peut donc intéresser une grande majorité de pratiquants.

Dans ce concept, il ne s’agit pas de prendre des milliers d’heures de cours de golf ou de changer de clubs tous les six mois pour enregistrer une progression technique infiniment petite, mais bien de travailler sur ce qui peut réellement alimenter une forte, nette, et visible progression, pour n’importe quel golfeur en repartant de la base : le corps.

A ce stade, j’ai entrepris de servir de cobaye sur l’intégralité du pack, à savoir un bilan et dix séances de travail, pour enfin revenir sur le tapis de practice pour comparer l’écart entre avantet après le travail avec BeAthletik.

Il s’agit de mesurer concrètement et sans trucages comment un golfeur tel que moi (dans la moyenne en termes d’index, de pratique, et de condition physique) peut se transformer en véritable bon joueur de golf, au moins au niveau de ce qui est la base du jeu : la création d’un mouvement de swing à la fois cohérent avec l’objectif visé (distance, contrôle et précision), et la création d’un geste qui n’engendre pas à termes des blessures multiples liées à une mauvaise biomécanique.

A ce stade de mon écriture de cet article, je ne sais pas encore si je vais atteindre l’objectif visé. C’est tout l’intérêt de ce test.

Comment se déroule le bilan athlétique ?

Concrètement, ce bilan s’est opéré en deux séances d’une heure et demie pour s’adapter à mes propres contraintes professionnelles.

Ce bilan a été conduit par Loïc Gambardella, le fondateur de la société BeAthletik, physio-ostéopathe que je vous ai présenté dans l’introduction du projet.

Le premier bilan a été rythmé par un entretien individuel pour retranscrire mon parcours de golfeur, et de sportif avec des questions sur mon physique. L’entretien a aussi pour but de déterminer quel a été mon cheminement jusqu’à présent, et de définir/assumer mes propres objectifs.

Présentement, en jouant plus régulièrement, passer de 15 d’index à 5, gagner au moins 20 mètres de distance sur tous mes clubs, en particulier le driver (200 mètres au carry actuellement), et être plus consistant et régulier sur l’ensemble de mon jeu de golf, du drive aux approches.

Un objectif ambitieux, mais finalement sans doute le but recherché par tous les golfeurs…

Dans la foulée de ce premier entretien, je me suis prêté à un test TPI* en 16 étapes qui a permis de déterminer mon état de santé physique.

*TPI : Titleist Performance Institute

Une semaine plus tard (pour une personne ayant plus de temps, le bilan aurait pu se faire en une seule séance de trois heures), Loïc m’a mis en situation golf avec un driver puis un fer sur un tapis de practice, filmé par des caméras hautes fréquences, et avec un trackman pour mesurer concrètement ma véritable séquence cinématique de swing.

Comprenez que la première partie du bilan est consacrée à l’état du corps, et la deuxième à l’usage du corps pour produire un swing.

La première partie donne à Loïc des pistes, et même de grandes indications sur les problématiques à traiter. La deuxième partie lui sert essentiellement à confirmer les éléments vus en premier lieu, et à les illustrer de manière concrète au client.

La première étape du bilan : le Background

Pour démarrer, Loïc prend donc en considération le golfeur dans toute sa dimension : âge, taille, poids, pointure, œil directeur,  main dominante, jambe dominante, et les antécédents physiques.

Puis le bilan porte sur les caractéristiques golfiques, niveau de jeu, moyenne de jeu, préparation physique, le coach de swing, les points forts et faibles déclarés par le joueur, et in fine, ses objectifs.

Suite à ces premiers éléments, Loïc livre une première analyse morpho-statique en me faisant me tenir droit devant lui.

morpho-stat.jpgCi-joint, son analyse préalable pour l’exemple « Le pied droit est en pronation, et la cheville droite présente une torsion tibiale externe.  Le genou gauche présente une tubérosité tibiale plus basse causée par un flexum. Ceci entraine une élévation de la hanche droite et de l’épaule droite. En flexion à 30° le genou droit regarde en dedans du pied, ce qui signifie que l’axe mécanique de la jambe n’est pas respecté. On note également une élévation de l’omoplate gauche. Vu du dessus : le bassin et les épaules sont avancés à droite. De profil : on note une antéposition de la tête. » 

Après ce premier constat, l’élève passe une série de seize tests TPI pour déterminer un score sur trente points déterminant l’adéquation du pratiquant avec le golf et ses exigences physiques.

Parmi ces tests, vous avez le test de l’inclinaison du bassin, de rotation du bassin, rotation du torse, flexion complète avec bras au-dessus de la tête, test du toucher des orteils, équilibre sur une seule jambe, etc. 

De ces exercices simples, il détermine un bilan fonctionnel des schémas moteurs de base.

Toujours pour l’exemple, ci-dessous, l’analyse faite par Loic de mon score de 11/30, un score relativement bas.

« Ton score en dessous de la moyenne (14) montre un manque de mobilité dans les mouvements et l’apparition de compensations augmentant fortement le risque de blessures lors de la pratique de toute activité physique. Il va falloir augmenter la mobilité des épaules et des membres inférieurs ainsi que la puissance des muscles du tronc. » 

Après cette première étape du bilan, le moins que l’on puisse dire c’est que je suis dans un état de santé physique très moyen pour ne pas être plus sévère, et d’ailleurs, Loic n’hésite pas à ajouter à l’objectif sportif de ma démarche, un objectif de prévention et d’amélioration de ma santé. 

Comme toutes les personnes qui travaillent plus de huit heures par jours, assis, je me prépare des lendemains douloureux…Le golf est un bon prétexte pour me remettre sur pieds. 

La deuxième étape du bilan : La séquence cinématique 

Après avoir examiné le corps, nous avons examiné le swing. 

Comme décrit plus haut, j’ai été mis en situation de swing. Mais à la différence d’un tapis de practice classique, j’ai été équipé d’un gilet comprenant de très nombreux capteurs reliés au club, et au gant, le tout sous l’œil d’une caméra haute fréquence qui va permettre de relever des données essentielles à la compréhension de ma biomécanique. 

Biomécanique forcément conditionnée à l’instant T par mon état physique. 

cinematique.jpg

Avant de vous livrer le résultat pour l’exemple, explications sur ce qu’est une séquence cinématique.

Guide de lecture de la séquence cinématique 

Objectif : Observer les pics d’accélération durant les différentes phases clés du swing, et vérifier la qualité du transfert d’énergie à travers le corps. 

avatar.jpgL’analyse du swing en trois dimensions permet d’observer des paramètres non visibles avec la vidéo ou à l’œil nu.

L’un de ces paramètres s’appelle la séquence cinématique. 

Lors d’un swing, on constate que le golfeur active les différentes parties de son corps dans une séquence/un ordre particulier qui lui permet de créer une vitesse de tête de club optimale. 

Cette séquence est très similaire chez tous les joueurs professionnels, même si ceux-ci ont des styles de swing différents. 

Une bonne séquence est en quelque sorte la «signature» d’un bon frappeur de balle! 

A retenir : Un « bon style » n’est pas synonyme d’efficacité ! 

En pratique : La séquence se lit de la gauche vers la droite. 

Chaque événement est délimité par une ligne verticale : adresse, top backswing, impact et finish. 

  • La courbe rouge correspond à l’accélération du bassin.
  • La courbe verte correspond à l’accélération du thorax.
  • La courbe bleue correspond à l’accélération du bras gauche pour un droitier et du bras droit pour un gaucher.
  • La courbe marron correspond à l’accélération du club. 

Ci-dessous, la séquence idéale : 

sequence.jpg

Ce qui donne schématiquement : 

Take away :

  1. Club
  2. Thorax
  3. Bras
  4. Bassin 

Phase de transition : 

  1. Bassin
  2. Thorax
  3. Bras
  4. Club (sommet backswing) 

Downswing : 

  1. Bassin
  2. Thorax
  3. Bras
  4. Club 

Maintenant, comparons cette séquence idéale avec ma séquence telle qu’elle était le jour du test. 

Ma séquence cinématique vue par Loïc Gambardella 

  • Take away : Tu pars un peu trop en bloc puisque les quatre courbes se suivent (bassin, thorax, bras et club).
  • Phase de transition : Ton bassin relance en premier, mais il est suivi en bloc par les bras, et le club, avant le thorax.
  • Downswing : Ta séquence se retrouve dans le bon ordre, mais l’accélération est très faible démontrant un manque de transfert d’énergie. 

masequence.jpg

 

peaks2.jpg

order-peaks.jpg

Sur les autres courbes, Loic détecte d’autres éléments qui sont le reflet de mon swing actuel, mais loin de ce qu’il faudrait produire pour atteindre le swing optimum. 

« Un angle inversé de la colonne au sommet du backswing pouvant provoquer à terme des problèmes lombaires. Ton bassin slide à l’impact et part en avant provoquant une extension précoce. Tu désarmes tes poignets dès le début du downswing. Et tu as environ 50° de X factor strech (alors qu’il en faut au moins 60°). » 

A ce stade, il ne s’agit pas de se substituer au coach de swing, mais bien de délivrer des informations concrètes que l’élève et le coach pourront exploiter. 

On comprend bien ici qu’avant de travailler le swing, il convient de travailler le corps, et donc la préparation athlétique à la pratique d’un sport comme le golf. 

Conclusions du bilan BeAthletik 

Pour Loic « Tes limites de motricités ainsi que Tes limites de mobilités (bassin notamment) influencent à la fois ta posture à l’adresse, mais aussi la manière, dont tu génères ton swing. Notre premier axe de travail sera l ‘optimisation de tes capacités en mobilité thoracique, bassin et épaules, afin de faire évoluer ta posture vers la position neutre. Mais aussi augmenter tes capacités fonctionnelles pour pouvoir éviter les risques de blessures. Une tonification globale, en commençant par les fessiers, est également importante, car elle permettra de stabiliser le bas de ton corps, afin de pouvoir transmettre la puissance vers le haut du corps. » 

Pour ma part, dès cette première étape, je détecte que cet exercice est extrêmement enrichissant d’un point de vue de ma compréhension de ce qu’est mon swing de golf, et ce dont j’ai besoin pour le mettre en place. Une vision que ne j'ai jamais eu en près de 20 ans de golf.

conclusions.jpg

Dans le prochain article, je vous présenterai non plus le bilan mais bien les premiers exercices mis en place pour atteindre le but fixé initialement. 

Certes, ces exercices sont directement issus de mon bilan, et donc spécifiques à mon état physique, cependant, cela servira encore d’exemples sur ce que BeAthletik peut apporter à un golfeur, moi, vous…,et aussi et surtout continuer mon processus de test pour vous délivrer le résultat final.

A savoir, vais-je devenir un meilleur joueur ?

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3111
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.