Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Prendre des cours de golf avec vidéo? Est-ce toujours pertinent?

Développer la pratique du golf à travers plus d'outils technologiques

A l’heure où les progrès technologiques s’accélèrent, et où, sur les practices de golf commencent à apparaître des appareils de mesures, des radars GPS, des systèmes 3D, et autres accessoires, pour continuer à nous alimenter dans notre quête perpétuelle de connaissance sur le jeu de golf, qu’elle peut-être la place de la vidéo dans ce nouvel arsenal pédagogique ?

La vidéo a-t-elle toujours de l’avenir dans l’apprentissage du golf ?

Sans l’ombre d’un doute, toutes ces avancées qui existent déjà aux Etats-Unis, et s'annoncent en France, nous permettent d’augmenter notre potentiel pour apprendre davantage, et surtout transmettre davantage aux golfeurs amateurs.

Souvent, quand dans une industrie, le progrès se met en marche, il se fait au détriment ou à la place d’une ancienne technique ou technologie.

Certains peuvent même commencer à se demander si les cours de golf en vidéo ne vont pas commencer à paraître obsolète, alors que ces dix dernières années, c’était presque le must de la leçon de golf !

Partisan de la vidéo dans l’enseignement du golf 

Pour certains, et notamment aux Etats-Unis, la vidéo est dépassée, car pas assez précise pour rendre un bon feedback à l’élève, allant jusqu’à suggérer aux professionnels de remplacer leurs vieilles caméras par des radars de mesures d’angles de lancement.

Est-ce vraiment un jugement objectif ?

Il semble que ces propos soient dans tous les cas extrêmes.

La vidéo doit être considérée comme un élément à la disposition du moniteur.

Un élément de pédagogie qui permet de démontrer visuellement à l’élève, ce qu’il produit, et les différences avec ce que le pro peut chercher à lui faire produire.

Hier, ce n’était pas le seul moyen d’y parvenir.

Demain, cela pourra toujours avoir du sens, et tant que la démonstration restera un élément clé dans l’apprentissage d’une nouvelle technique.

La démonstration est au centre de la relation moniteur-élève

Avant de demander à un amateur, vierge de savoir, de produire un résultat, en mettant en place un processus, il faut lui montrer le chemin, lui donner les éléments pour mettre en place ce processus.

La démonstration du swing de golf

Peu importe la manière, certaines pédagogies préfèrent se baser sur le principe du questionnement, considérant qu’il est plus utile pour l’apprenti d’apprendre à résoudre un problème par lui-même, en se posant les bonnes questions, pour arriver aux bonnes réponses.

Ce système, plus exigeant pour l’élève lui forge un caractère d’autonomie dans sa recherche de solutions par rapport à des problèmes nouveaux.

Cependant, il arrive toujours un moment où la démonstration s’impose, soit pour compléter la compréhension de l’élève, soit pour la corriger.

Alors qu’à l’opposé, d’autres pédagogies sautent l’étape du questionnement, partant du principe que l’élève n’a pas suffisamment d’éléments pour s’en sortir seul, et c’est au moniteur de dévoiler le chemin vers la solution…par la démonstration, l’explication des causes et des conséquences.

Le fait de basculer d’une pédagogie à une autre dépend en fait essentiellement du degré de maturité de celui qui reçoit l’enseignement, mais la démonstration, peu importe sa forme, intervient toujours plus ou moins dans le processus d’apprentissage.

Or, dans une activité comme le golf, la visualisation est essentielle.

Parfois plus importantes que les mots, les images servent à fixer l’idée dans l’esprit du joueur.

Après tout, le golfeur a besoin que son cerveau comprenne clairement le swing de golf, l’imagine, le visualise nettement, pour mettre en œuvre toutes les actions des différents membres dans l’objectif de réaliser ce mouvement.

Le golf, comme la majorité des activités dans la vie nécessite une parfaite connexion entre le corps et l’esprit.

Dans la lignée du « Je pense donc je suis » de Descartes, l’apprenti golfeur pourrais dire « Je vois donc je peux faire ».

Et la plupart du temps, un élève en difficulté, est un élève qui ne voit pas !

La vidéo n’est pas alors la seule solution pour apporter la lumière ou la lisibilité à un amateur, mais c’est un moyen pertinent pour parler directement à l’esprit du joueur, et imprimer des concepts dans son cerveau.

Souvent dans l’enseignement vidéo, le pro va filmer le joueur pour lui restituer son geste, et certains programmes permettent même de dérouler la vidéo du joueur avec la vidéo d’un autre golfeur, et même des golfeurs professionnels, dont on peut dire que leurs swings sont d’excellents exemples à suivre, sauf quelques rares cas.

Dans ce cas, le pro de golf est tout simplement en train de créer un modèle dans la démonstration de ce qu’il faut faire.

La création d’un modèle pour l’élève est considéré aux Etats-Unis, et notamment par d’éminents chercheurs, comme l’un des meilleurs moyens, si ce n’est le meilleur pour faciliter l’apprentissage d’un individu.

Partant de ce principe incontestable, la difficulté n’est pas d’utiliser un modèle, mais de choisir le bon, et de savoir comment s’en servir ?

A nouveau, on en revient au niveau de maturité de l’élève par rapport à la pratique du golf.

Pour des chercheurs américains, le niveau de l’amateur est décisif dans ce choix qui peut osciller entre deux grandes possibilités :

  • Le modèle du golfeur professionnel et son swing idéal (évitez Jim Furyk….)
  • Ou, et on y pense moins souvent, le modèle du golfeur en cours d’apprentissage, qui commence à comprendre le bon swing, sans complètement encore y parvenir.

Par expérience, la meilleure méthode pour les plus jeunes consiste dans le fait d’associer le modèle dit d’apprentissage avec un discours constitué de feebdack correctifs donnés par l’enseignant.

Dans ce cas de figure, il faut utiliser une vidéo de l’élève comparée avec une autre vidéo de lui-même pour analyser les écarts, et notamment les progrès.

Cette méthode est beaucoup plus pertinente pour les golfeurs qui sont loin d’avoir le swing d’un champion.

Les chercheurs en apprentissage ont réellement constaté qu’ils répondaient mieux à ce type de vidéos.

Ce modèle d’apprentissage étant directement connecté avec la confiance en soi du joueur.

Nous sommes plus efficaces pour apprendre une nouvelle technique, quand nous sentons que nous en avons la capacité.

Pour faire simple, si un golfeur se voit faire des progrès, il s’auto-encourage plus à continuer à travailler sur ce progrès.

A l’inverse, s’il ne se sent jamais en capacité de réaliser un progrès, il perd sa confiance en lui, et par conséquent, est moins motivé dans sa propre progression.

Partisan du « La vidéo ne suffit plus… »

La vidéo simple ne donne pas l’angle d’attaque, le smash factor, le taux de spin, l’angle d’atterrissage, le temps de vol, la distance au carry, la roule…

En effet, la vidéo n’est pas un outil de mesure du résultat du vol de la balle, et surtout un outil qui mesure les conséquences du swing.

La vidéo intervient sur ce qui produit le coup plus que sur son résultat.

L'utilisation d'un radar de mesure dans l'enseignement du golf

De ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis, et la révolution en cours là-bas, il est clair que demain, l’enseignement du golf en France va se retrouver grandement modifié par l’arrivée des nouvelles technologies, et surtout les nouvelles aides d’entrainements dans l’enseignement.

Il semble que l’enseignement du golf devra coupler tous les éléments plutôt que de les opposer.

Toute l’industrie du golf est actuellement focalisée sur le fait de développer la pratique, et rendre ce loisir plus agréable, plus accessible, et plus attractif.

L’enseignement est au centre de cette problématique.

De meilleurs débutants donneront des golfeurs plus fidèles, plus impliqués, et plus moteurs dans la vie des clubs.

L’amateur débutant des années 2020 aura en fait plus de ressources et de capacités que l’amateur débutant des années 1980.

L’enseignant doit accompagner l’élève vers plus d’apprentissages avec plus d’outils.

Le radar de mesure ne vient pas remplacer la vidéo, il doit venir la compléter

Bien sûr, il y aura toujours des golfeurs qui voudront apprendre le golf de la manière la  plus simple et basique possible, mais le sens de l’histoire va vers plus de cours qui associent vidéos, et instruments de mesures pour une compréhension encore meilleure du swing.

Le golf est un sport de chiffres ! On vous demande plus souvent combien que comment !

Avec les nouveaux outils technologiques, vous pourrez demain encore plus facilement répondre combien et comment.

De ce nouveau dialogue déboucheront de nouveaux progrès.

Si certains golfeurs voudront s’en tenir à la pratique loisir, d’autres voudront au contraire en savoir toujours plus, comprendre pourquoi ils ont un angle de lancement plus élevé que ce qu’ils voudraient réellement ou l’inverse, et travailler pour le corriger.

Le fait de disposer de données factuelles va aider les esprits les plus cartésiens à nourrir cet échange avec le pro.

Cela ne changera pas la façon de façonner un swing, mais par contre, cela va permettre de mettre des données sur des faits qu’il était parfois difficile d’expliquer sans faire de longues phrases.

En conclusion, même si pour certains pros, la vidéo n’a plus de secrets pour eux dans leurs démarches pédagogiques, pour l’élève, cela restera toujours un excellent moyen d’apprendre, à partir du moment où on leur propose le bon modèle.

Les nouvelles technologies dans ce cas devraient non pas remplacer, mais compléter, voir même fusionner avec la vidéo dans un seul outil.

Le golf du futur, il semble que cela soit pour demain…

Crédits photos :Trackman Golf

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2156
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Master Class PGA en petit jeu et entrainement de haut niveau certifié par la TPI (Titleist Performance Institute), Michel a dirigé la section Sport Études Golf Rhône Alpes de 1995 à 2001, et a formé plusieurs joueurs actuellement sur le tour européen.


Sur le site, il intervient comme consultant technique pour les questions liées à la pratique du golf pour les amateurs.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.