Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Pourquoi les footballeurs aiment tant jouer au golf ?

Christophe Dugarry et Christian Karembeu : Champions du monde 1998 de football réunit par leurs passions pour le golf

Alors que débute ce jour le trophée Day of Legends au Monte-Carlo Golf Club, un tournoi de golf réunissant plusieurs grands noms du ballon rond, dont Christian Karembeu, Teddy Sheringham, Chris Waddle ou encore Marco Simone, nous avons voulu savoir pourquoi le golf séduisait autant les footballeurs professionnels ?

En activité ou jeune retraité du football de haut niveau, ils sont nombreux à avouer une passion pour la petite balle blanche.

Expliquer cet intérêt, reviens à décrypter un phénomène de société, qui met en lumière la démocratisation du golf, et toutes ses valeurs, mais aussi, la place du footballeur dans la société, désormais une star qui profite d’un salaire à cinq ou six chiffres pour s’émanciper de son statut de sportif de haut niveau.

Si les golfeurs et les lecteurs de jeudegolf.org connaissent déjà bien les valeurs du golf, et vivent au quotidien dans leurs clubs la sacro-sainte démocratisation du golf.

Intéressons-nous plutôt aux raisons qui poussent les footballeurs à se passionner pour le golf, comme par exemple, les ex-footballeurs du PSG, Alain Roche et Antoine Kombouaré, toujours copains sur les greens, mais aussi Laurent Blanc, Alain Boghossian ou Christian Karembeu que l’on peut croiser presque chaque année Evian, dans le cadre de la rencontre foot et golf organisée en marge du prestigieux tournoi de golf féminin.

Le phénomène ne s’arrête pas aux frontières de l’hexagone, et les exemples en Europe sont légions comme par exemple l’ancien ballon d’or, Andrei Shevchenko, les anglais Teddy Sheringham ou Chris Waddle, ce dernier étant toujours très apprécié par les fans de l’OM, et encore Franck De Boer, Marco Simone et Peter Schmeichel.

Dans un autre registre, rappelons le pari tenté actuellement par le nageur américain Michael Phelps de devenir un très bon golfeur, et celui encore plus fou de l’ancien champion de tennis russe, Yevgeni Kafelnikov qui s’est lancé avec plus ou moins de succès dans une carrière de golfeur professionnel sur le challenge tour.

Pour l’instant, on évoque surtout des footballeurs à la retraite, mais ils n’attendent pas forcément le dernier moment pour se lancer sur les practices.

Par exemple, l’ex-joueur du stade Rennais, et de l’Olympique Lyonnais, partenaire de Zlatan Ibrahimovic en équipe de Suède, le milieu de terrain Kim Kallstrom concédait être un grand fan de golf, et après une séance d’entrainement ou une mise au vert, taper quelques coups au practice du club le plus près.

D’ailleurs, Philippe Piat, dans sa lettre d’édito du Days of Legends, témoigne avec un brin d’amusement du fait que certains entraîneurs de ligue 1 pestent contre  leurs joueurs qui passent plus de temps à travailler leurs swings, plutôt qu’à peaufiner leurs shoots.

Et on peut déjà rebondir sur ce constat de passion dévorante qui saisit les footballeurs.

Tout golfeur sait que quand il est tombé dedans, il est quasiment devenu instantanément monomaniaque.

Rien d’étonnant à ce qu’un footballeur ressente la même attractivité qu’un médecin, un vétérinaire, un cadre, un artisan ou un fonctionnaire.

Car oui, le golf s’est démocratisé, et les non-initiés seraient bien surpris de rencontrer leurs voisins de paliers sur un terrain de golf, tant on ne peut plus enfermer le golf dans une petite case « réservé à… ».

Cependant, d’une catégorie professionnelle à une autre, les raisons qui poussent à découvrir le golf peuvent différer sur quelques points.

Pour le footballeur, on distingue au moins trois raisons qui poussent à jouer au golf :

  • Maintenir l’esprit de compétition après une carrière de sportif de haut niveau
  • Profiter d’un rare moment de solitude pour se retrouver tranquillement entre copains
  • Un des rares sports autorisés aux footballeurs en activité

Rester en compétition

C’est peut-être une forme de refus de devenir un sportif de haut niveau à la retraite, ou bon pour la casse.

Le footballeur de haut niveau a grandi pratiquement depuis le début de l’adolescence dans un contexte où on n’a jamais cessé de lui répéter qu’il était en compétition avec tous ses camarades.

De 10 à 35 ans, il a vécu pour la compétition !

Du lundi au dimanche, la vie du footballeur est rythmée par le match de fin de semaine pour lequel on doit se préparer méticuleusement.

Tiens, d’ailleurs le golf est un sport qui nécessite de la précision, on pourrait dire un sport méticuleux.

Teddy Sheringham, ancienne gloire de Tottenham et Manchester United plutôt adroit driver en mains

Bien que le football soit un sport collectif ! C’est surtout un sport individuel où chacun doit lutter pour garder sa place le plus longtemps possible.

Le talent des entraineurs étant de faire jouer ensemble, onze individualités différentes mais nécessairement complémentaires.

Or, au golf, le footballeur retrouve la compétition, et aussi une forme de répit, car le « On gagne ensemble, on perd ensemble n’a pas  cours sur les greens ». Le golfeur est seul responsable de son score.

C’est moins hypocrite que le football, soi-disant sport collectif qui ne cesse de rendre des prix individuels : meilleur buteur, meilleur passeur, meilleur gardien, ballon d’or, meilleur joueur de la saison, etc.

Enfin, même si les footballeurs ne sont pas aussi à l’aise que les joueurs de tennis, Christian Karembeu reconnait que le golf et le football ont des points communs « Le golf exige de la concentration, un sens de l’équilibre, une justesse du mouvement, et un excellent touché. Dans les deux sports, il faut savoir utiliser tous ses sens visuels. »

Un moment pour se retrouver comme n'importe quel anonyme

Comme d’autres professions, les footballeurs peuvent apprécier le golf pour le fait de se retrouver seul ou alors avec d’autres copains footballeurs célèbres sur le terrain.

Cela me rappelle une anecdote vécu un jour sur le golf d’Aroeira, près de Lisbonne au Portugal.

Un ami portugais qui est un joueur plutôt impatient et pressé de jouer son 18 trous dans le temps imparti, jouait comme à son habitude sa partie du lundi matin, quand il s’est retrouvé bloqué par une partie de quatre golfeurs.

Jusque-là, rien d’exceptionnel, mais la partie s’est éternisée car les quatre golfeurs ne jouaient pas particulièrement bien, et visiblement n’avaient pas une grande connaissance des règles du golf.

Bref, au bout d’un moment, la partie de mon ami a pu dépasser les quatre golfeurs maladroits.

Un peu agacé d’avoir perdu du temps, ce dernier a jeté quelques regards noirs envers nos quatre joueurs, et peut-être  même quelques mots en portugais que je ne serais traduire, ne parlant pas portugais.

Mais au moment de les passer en voiturette, le visage de mon hôte portugais a changé de l’agacement à la bienveillance quand il reconnut le célèbre défenseur central du Benfica de Lisbonne, Luisao, accompagné de trois autres stars de l’équipe vedette de la capitale Lisboète.

Schmeichel-Ferdinand : Opposés sur le terrain - réunit sur le parcours

Et oui, sur un terrain de golf, un joueur de football très connu n’en est pas moins un golfeur comme les autres.

Bons ou mauvais, car les footballeurs ne sont pas tous nécessairement et automatiquement de bons joueurs de golf, sous prétexte qu’ils sont sportifs de haut niveau, ces derniers sont logés à la même enseigne que les grands PDG ou les simples employés.

De cette anecdote, on peut aussi retenir le fait que les quatre footballeurs n’auraient jamais pu se balader dans Lisbonne ou mener une activité au beau milieu de la ville sans être en permanence sous le feu de toutes les attentions.

Alors que sur un parcours de golf, ils sont des golfeurs anonymes, et sous  la casquette ou la visière, ils sont presque certains d’être anonymes, comme fondus dans le paysage.

Un sport autorisé !

Encore une anecdote ! Au milieu des années 90, jeune adolescent, il m’arrivait d’aller skier dans le domaine des 3 Vallées (Méribel, Mottaret, Courchevel, Les Ménuires, Val Thorens), et d’avoir croisé dans un œuf 4 places (remontée mécanique) le footballeur professionnel Antoine Kombouaré, alors joueur du FC Nantes.

Impressionné car fan de foot et du PSG alors, je ne tardais pas à reconnaitre le joueur qui n’attendait d’ailleurs que cela pour entamer la conversation.

Kombouaré était venu passer quelques jours à la montagne avec d’autres camarades du FC Nantes, dont si je souviens bien, Thierry Bonalair, pour s’adonner à quelques jours de glisse.

Je ne crois pas qu’aujourd’hui, le défenseur central d’un club professionnel de ligue 1 pourrait venir en pleine saison passer quelques jours au ski.

Le niveau des salaires et des enjeux liés à une carrière de footballeur professionnel, mais aussi le niveau de risque encouru par la pratique du ski fait qu’un pro ne peut tout simplement pas se le permettre.

Peter Schmeichel : le grand gardien de Manchester pas un manche club en mains

Dans les années 90, les footeux n’étaient pas inconscients ou moins professionnels, les enjeux n’étaient tout simplement pas aussi important.

Dans ce contexte, on comprend pourquoi Bixente Lizarazu a attendu la fin de sa carrière pour retrouver sa planche de surf.

Dans ce contexte, et sauf à recevoir une balle de golf sur la tête, notre jeu ne fait pas l’objet d’une quelconque interdiction.

Et le footballeur a du temps, et même beaucoup de temps à occuper !

Rien de tel qu’une partie de golf pour s’occuper, et se sortir du foot.

Bien sûr, un footballeur pourrait choisir une activité intellectuelle ou artistique pour se changer les idées. Et d’ailleurs, certains le font, mais ce n’est pas la majorité.

Pour un sportif, il est plus simple de pratiquer un autre sport comme loisir que de changer totalement d’univers, comme par exemple, prendre des cours de théâtre (Franck Leboeuf a suivi cette voie).

Autant de raisons qui expliquent pourquoi tant de footballeurs découvrent le golf.

Pour les amateurs de foot et de golf, le tournoi Days of Legends qui se déroule du 2 au 3 septembre au Monte-Carlo Golf Club sera donc l’occasion de revoir d’anciennes gloires du ballon rond sur les greens.

Organisé par la Fifpro, plus important syndicat des footballeurs professionnels, cette épreuve se déroule pour la quatrième fois, et a déjà été remportée par Christophe Dugarry, Cosmi Contra et Andrei Schevchenko.

Crédit photos : Day of legends

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3420
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.