Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Pourquoi j’aime jouer au golf ?

j'aime jouer au golf

J’aime le soleil, j’aime la brise d’été, j’aime l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, et c’est étrange, j’aime aussi jouer au golf pendant 18 trous même si les autres conditions ne sont pas réunies. Le trajet pour aller jouer au golf ne me dérange pas, et la découverte de nouveaux parcours est toujours une grande émotion. Autant je déteste rouler en ville, autant les routes qui mènent aux parcours de golf sont souvent l’occasion de découvrir des lieux vers lesquels nous ne serions jamais allés, sauf pour jouer au golf…

Découvrez nos formules d'abonnements

Quand on est citadin, aller jouer au golf, c’est déjà l’occasion de s’échapper de la ville, de quitter à un moment les grands axes pour se retrouver sur des nationales qui ont encore souvent des petits airs de Charles Trenet et de sa nationale 7, puis de départementales sur lesquelles, si ce n’était pour aller rejoindre un parcours de golf, notre GPS ne nous aurait jamais entraîné.

Et pour rendre ce trajet encore un peu plus palpitant, quelquefois, le GPS ne sait pas nous indiquer le dernier petit chemin qui nous amène à l’entrée du golf.

Un peu comme si certains parcours de golf voulaient rester protégés des visiteurs indésirables, préserver leur intimité et celle de ceux qui vont avoir le privilège de s’y retrouver.

Une sorte de chemin secret réservé aux initiés. Imaginez vous rejoindre une secte et ses secrets rituels, ou une tribut d’Amazonie encore préservée de la civilisation. Non ! Vous allez jouer au golf avec vos amis, ou avec ceux qui pourraient le devenir…

les petits chemins qui mènent au golf

J’aime bien particulièrement ce trajet, tôt le matin, juste au lever du jour.

Au début, on croise ceux qui viennent vers la ville pour aller travailler, puis les commerçants qui vont ouvrir leurs échoppes, les paysans et leurs engins qui se rendent aux champs, et encore quelquefois hélas, quelques gendarmes qui finissent la nuit derrière leur radar, juste après le dos d‘âne limité à 30 km/h ! Je n’aime pas que la première lumière du jour soit un flash…

Le petit café pris rapidement au club-house avec ses partenaires du jour est à lui seul un moment privilégié.

Suivant les régions ou même les pays, ce petit café n’est jamais le même, ce premier contact avec le club avant d’aller rejoindre le parcours, en dit souvent long sur ce qui nous attend pour cette partie, barman aimable ou mal réveillé et de mauvaise humeur, partenaires qui arrivent en retard, détendus, ou transportant encore avec eux leurs soucis de la veille.

J’apprécie cette opportunité le temps d’un parcours de golf, de pouvoir prendre du recul par rapport aux événements du quotidien.

Sans doute que la concentration sur chaque coup à jouer, oblige à s’échapper un moment des situations qui nous préoccupent, ou encore de les voir avec plus de détachement, et quelquefois de trouver des solutions à des problèmes qui nous semblaient insolubles la veille encore.

De toutes ces choses que j’aime au golf, finalement celle que je pense être la principale, c’est l’amitié.

Quand vous jouez au golf avec d’autres partenaires, vous savez rapidement quelles personnes elles sont dans la vie.

Et aussi bien si ce sont déjà des amis, ou si vous partagez ensemble pour la première fois un parcours avec des inconnus, et que vos partenaires du jour  pourraient devenir de nouveaux amis.

les amis au golf

Avec ses amis, un parcours de golf, c’est souvent l’occasion de se prêter au jeu des confidences.

On attend pour prendre un départ, on marche cote à cote pour rejoindre le prochain coup à jouer, et ces moments sont privilégiés pour se parler, pour communiquer, et finalement beaucoup plus facilement qu’autour d’un déjeuner ou d’un café.

Le temps d’un parcours de golf, le temps ne semble plus avoir la même prise sur notre attention à l’autre, et sans doute que l’environnement favorise aussi le « lâcher prise » qui permet de se libérer et de pouvoir s’ouvrir, ou écouter…

L’idée selon laquelle le golf est un bon moyen de nouer des contacts professionnels, correspond sans doute plus à nos amis anglo-saxons, qu’à nous en France, et plus généralement en Europe.

Par contre nous avons tous rencontré sur un parcours des personnes avec qui se sont développés de liens de sympathie, voire plus…

Avec mes amis, j’aime bien notre attitude sur les tees de départ. On compense l’angoisse du coup de départ par des plaisanteries, et puis au moment de jouer, respect et silence, nous partageons tous cette crainte de ne pas passer l’obstacle d’eau, ou d’envoyer la balle dans la forêt, nous sommes solidaires.

sur le tee de départ, on se soutient...

J’aime bien tout ce qui est improbable dans le jeu de golf. À chaque départ on peut imaginer que l’on peut réaliser un exploit, un Par, un Birdie ? Le rêve fait partie du golf et tout peut arriver.

J’adore ces improbables trous en un sur les par 3, où la balle topée a miraculeusement trouvée le trou. Tout comme la balle qui était destinée à finir sa carrière dans les bois et qui rencontrant une branche d’un grand chêne se retrouve sur le green.

sortie de bunker au mat

J’apprécie les encouragements de mes amis quand tout va mal, que les tops et les grattes s’enchaînent sans comprendre pourquoi et trouver de solution.

Je suis heureux de leurs compliments après une sortie de bunker qui envoie ma balle à quelques centimètres du drapeau.

Jamais ils ne m’auraient autant félicité pour une réussite professionnelle…

au golf, remise des prix

J’aime bien aussi ces petites fêtes organisées dans les golfs autour des compétitions de club.

Cela semble désuet, saucisson et beaujolais, mais l’ambiance généralement bon enfant, permet de plaisanter, de s’amuser, et avouons le, aujourd’hui nous n’avons plus vraiment d’occasions de se retrouver en groupe pour des moments justes sympathiques, sans autres prétentions.

Et puis l’espoir de gagner un cache putter au tirage au sort, cela compense bien la déception d’une carte de score remplie de croix…

arrivée d'une partie de golf sur le 18

En été, j’aime les gouttes formées par la buée sur le verre de bière, assis au club-housse à regarder les parties suivantes se féliciter après le green du 18. On a à ce moment l’impression que tous ont fait un exploit sur le parcours.

Et si passer 3 ou 4 heures avec des amis, c’était déjà un exploit ?

J’aime jouer au golf, et encore plus depuis que j’ai cessé d’essayer de convaincre ceux qui pensent que c’est un sport de vieux bourgeois.

Après tout, qu’ils restent sur leur terrasse de bistrot à respirer les fumées des diesels, en lisant un journal qui ne parle jamais de golf.

Pendant ce temps, moi, je suis avec mes copains, on refait la partie, et on est déjà projeté vers la prochaine partie, sans trop s’occuper des élections, pour l’instant notre préoccupation essentielle, c’est la météo…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2000
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.