Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Pour quelques poignées de clous…il manquera l’US Open 2013

Au golf, les accessoires peuvent vous faire gagner...ou perdre !

Le golf est un sport souvent merveilleux mais parfois tatillon ! Avec plus d’une centaine de millions de pratiquants dans le monde, dont plus de trente, seulement sur le continent nord-américain, ce sport est populaire mais encore très opaque pour les non-pratiquants.

La disqualification du double-vainqueur de l’US Open, Lee Janzen, pour avoir porté sur le parcours des « qualifications » des chaussures à crampons métalliques est au moins surprenante, si ce n’est ridicule. 

Pourtant, il existe une règle, et Lee Janzen, golfeur très expérimenté ne l’a pas suivi. 

Le golf est un sport très réglementé, où bien que l’on puisse jouer comme on le veut d’un point de vue du swing, on ne peut pas faire ce que l’on veut sur le parcours. 

Tenue, comportement, respect de l’environnement, le golf a ses codes pour permettre une atmosphère unique en son genre entre les joueurs, et entre les joueurs et les lieux. 

Depuis le milieu des années 2000, les chaussures de golf qui étaient majoritairement équipée de clous métalliques, ont commencé à être bannies des parcours de golf pour au moins deux raisons : 

- La première : Des marques comme Adidas ou Footjoy ont commencé à proposer des chaussures de golf avec des crampons en plastique, qui d’un point de vue technique offraient les mêmes avantages de stabilité, voir même mieux en termes de fixations dans le sol 

- La deuxième : Ces mêmes chaussures sans crampons métalliques offraient surtout un plus faible impact sur les greens et fairways foulés pour le plus grand bonheur des greenkeepers, qui passaient un temps infini à réparer les dégâts causés par ces golfeurs indélicats qui avaient la fâcheuse tendance de trainer les pieds sur le parcours, causant de belles tranchées. 

Pour une fois, le golf, sport très traditionnel d’un point de vue des règles, a sauté sur l’occasion pour bannir peu à peu les chaussures de golf à clou, pour profiter de l’avancée technologique des crampons plastiques. 

Les chaussures de golf avec des crampons en plastiques

Encore quelques années en arrière, on se souvient de plaintes de golfeurs professionnels à l’encontre de leurs collègues, au motif qu’ils ont découvert sur les greens des marques faites par des chaussures à clous, et commençaient à s’accuser les uns, les autres.

Ainsi, Phil Mickelson a été un temps dans l’œil du cyclone… 

Et la PGA a donc décidé de les interdire sur certains tournois, décision qui a été rapidement généralisée pour les amateurs un peu partout dans le monde, pour le plus grand bonheur des fabricants de chaussures de golf, dont les usines sont en Asie. 

D’un côté, le prix de l’acier n’a cessé d’augmenter depuis la fin des années 2000. De l’autre côté, la fabrication des anciennes chaussures de golf à clous nécessitaient un savoir-faire difficilement délocalisable. 

Et Lee Janzen, 48 ans, ne peut pas l’avoir ignoré ! 

Vainqueur de l’US Open en 1993 et 1998, le golfeur américain n’a tout simplement pas tenu compte du règlement.

Car selon le site golfchannel.com, qui s’est procuré le règlement des qualifications du Woodmont Country Club, il était clairement notifié que les clous étaient strictement interdits sur le practice, et pendant le tournoi de qualification à l’US Open. 

Et la sanction pour non-respect de cette règle était bel et bien, la disqualification pure et simple. 

Cette histoire confine au ridicule, et ne consiste pas à rendre la lisibilité du golf plus facile pour les non-pratiquants. 

Lee Janzen ne participera pas au prochain US Open à Merion !

Cependant, le seul à être en tort est bien le golfeur lui-même qui ne pouvait pas ignorer cette règle. 

Certes, la sanction est lourde au regard des faits, mais elle garantit l’équité et le respect des règles de vie en communauté de tous sur le parcours. 

Mais, pardonnez notre esprit provocateur, qu’en est-il du dernier Masters et de la non-disqualification de Tiger Woods pour une faute infiniment plus grave ?

Lors du premier majeur de la saison, Woods a tout simplement réalisé un drop illégal, et ensuite signé sa carte de score, tout en sachant qu’il avait réalisé une faute. 

De tels agissements, lui auraient valu une disqualification immédiate dans 99,9% de tous les autres tournois de golf professionnels ou amateurs disputés dans le monde. 

Mais pas au Masters, où il n’écopa finalement que de deux points de pénalités, au grand dam de tous ses collègues très remontés contre lui !

Toutefois, ce fut suffisant pour le priver de la victoire finale. 

Lee Janzen qui n’a pas participé à un tournoi majeur depuis 2008 à Torrey Pines, justement théâtre de la dernière victoire de Woods à l’US Open, ne pourra pas en dire autant. 

C’est d’autant plus rageant pour Janzen que d'autres tournois de qualifications pour le prochain US Open, n’interdisaient pas de manière aussi systématique le port de chaussures à clous : les qualifications de Colombus (Ohio) et de Springfield (Ohio).

Mais pas sûr que Janzen aurait de toute façon pu participer au final à l'US Open qui va se jouer à Merion dans quelques jours, dans la mesure, où sa première carte de score de 75 lors du premier tour ne l’avait pas mis dans les meilleures conditions. (Il sera finalement disqualifié avant le départ du deuxième tour) 

En guise de  réponse, Lee Janzen a tweeté : « Oui ! Disqualifié pour port de clous métal à Woodmont. La règle était bien dans ma boite mail. Plus concerné par mon jeu ! De toute façon, 75 sur le premier tour me remet sur le chemin du retour… » 

Alors, si effectivement, on peut comprendre que Janzen comme beaucoup d’autres golfeurs est légitimement préoccupé par son jeu de golf, et son score sur le parcours. 

Il n’est pas tout à fait juste de ne pas considérer le fait de porter des chaussures à clous ou pas, comme ne faisant pas partie du jeu de golf. 

Justement, au golf, tout compte, et Lee Janzen qui est un joueur professionnel devrait le savoir mieux que quiconque. 

Cette histoire est une nouvelle démonstration que le golf est un sport exigeant, où il faut être souvent rigoureux dans tout ce que l’on entreprend pour bien jouer. 

Les chaussures comme la posture, comme la position de la balle à l’impact, comme le fait de jouer à son tour pour ne pas perturber son partenaire, etc…oui, au golf, le succès est dans les détails.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3775
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.