Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Porsche European Open : Levy à un putt de la victoire

Porsche European Open : Levy à un putt de la gagne

Quand vous manquez un putt pour la gagne à un mètre du trou, il y a deux façons de voir les choses : Soit vous vous dites que vous avez laissé passer une belle occasion, soit justement, vous vous créez des occasions ! L’amertume pouvait se lire sur le visage d’Alexander Levy au sortir du 18 sur ce Porsche European Open disputé au Green Eagle Golf Course d’Hambourg en Allemagne. En tête du tournoi, le français, tenant du titre, a pourtant été rattrapé par Jordan Smith, tout heureux de remporter son premier tournoi sur le circuit élite européen.

Découvrez nos formules d'abonnements

Certes, cette défaite sera difficile à avaler pour Alex Levy.

Sans faire offense à Smith, Levy devait gagner ce tournoi. Son putt manqué pour la gagne sur le premier trou de play-off a ouvert la porte à son jeune rival.

Pourtant, le français devra regarder le positif au moment de faire le bilan de cette semaine hambourgeoise.

Pas très heureux sur le dernier The Open à Birkdale, pas dans le coup à Erin Hills, Alex Levy est effectivement à la peine en majeur. Le numéro un français est néanmoins régulier depuis plusieurs mois, et en réalité, en nette progression sur l’European Tour.

Sa seconde place ce dimanche lui apporte 222 000 points à la Race, ce qui lui permet de continuer sa belle remontée au général, désormais 14eme meilleur européen après avoir gagné 5 places.

Le numéro un français ne peut plus espérer intégrer le top-5 sans réaliser un ou plusieurs exploits d’ici à la fin de la saison.

Intégrer le top-10 serait un objectif envisageable qui pourrait être un marqueur intéressant à ce stade de sa carrière.

Incontestablement, Levy est installé dans le top-80 mondial depuis octobre 2014. Mis à part un accident entre mai et septembre 2016, Levy est un modèle de régularité alors qu’aucun autre tricolore n’y est parvenu sur cette même période de temps.

Sa victoire en Chine (la deuxième de sa carrière sur le Volvo China Open) au printemps 2017 lui a permis de revenir près de son meilleur classement mondial.

Pour les mois à venir, toute la question sera de savoir si Alex Levy sera capable de continuer sa progression, et de franchir le dernier palier vers le top-50 mondial.

Certes, la défaite à Hambourg aura peut-être un goût amer, mais elle marque la fin d’une série assez malheureuse pour le natif d’Orange (en Californie).

Depuis sa victoire en Chine, ses récentes sorties n’avaient pas été marquées par la réussite, notamment une contre-performance sur l’Open de France, 57eme.

En -13 total cette semaine, Levy a retrouvé la machine à faire tomber les birdies.

En -13 total cette semaine, Levy a retrouvé la machine à faire tomber les birdies.

La défaite peut être amer, car mis à part le trou 4 lors du troisième tour où il a concédé son seul double de la semaine, il aurait été difficile de scorer encore plus bas sur ce tournoi.

En tout et pour tout, sur quatre jours de tournois, Levy n’a concédé que 7 bogeys pour 22 birdies !

C’est plus particulièrement dans le domaine du driving qu’il s’est illustré avec la dixième meilleure moyenne pour la distance (286 yards) et la quatorzième pour la précision avec 67% de fairways en régulation, quand la moyenne de ses adversaires a dépassé péniblement les 60%.

Le français a clairement profité de son driving pour prendre l’ascendant. Il a même tapé le 4eme drive le plus long de la semaine à 308 yards.

Cependant, comme nous l’écrivions dans un précédent sujet sur son swing, Levy perd encore des points sur le jeu du tee au green, avec malgré la qualité de ses départs, 66% de greens en régulation quand le reste du champ est à 68% en moyenne.

Sur le circuit professionnel, la différence entre la gagne et parfois une cinquantième place se joue à des détails. C’est la réalité d’un circuit où le niveau de jeu est extrêmement homogène entre une bonne centaine de golfeurs capables de bien figurer tous les week-ends.

Son vainqueur, l’anglais Jordan Smith était classé 122eme mondial avant ce week-end alors qu’il n’avait encore jamais remporté de titre sur le grand circuit européen.

Pour s’approcher de la victoire ce dimanche, Levy a clairement surperfomé au driving sachant qu’il a aussi bien putté avec une moyenne légèrement supérieure à 26 par tours.

En examinant l’ensemble de son jeu, difficile d’imaginer des gains potentiels au drive ou au putting, le français est sur des standards élevés. Le seul domaine qui pourrait lui permettre de passer un palier reste le jeu de fers et de wedges pour arriver sur les greens.

Levy de plus en plus complet !

La marche ne semble pas gigantesque à gravir pour s’installer dans le top-50 mondial, ce qui signifierait des participations récurrentes en majeurs, tournois où la performance doit être portée à son paroxysme.

L’actuel numéro 50 mondial, le japonais Hideto Tanihara, justement 13eme à la Race, une place devant Levy, ne démontre pourtant pas un jeu franchement plus impressionnant que celui du français.

C’est la terrible réalité du golf de haut niveau.

Les différences entre joueurs ne sont pas spectaculaires, et parfois, le classement dépend d’un soupçon de chance en plus ou en moins, exactement comme ce putt qui ne tombe pas au 18 ce dimanche.

Tanihara drive moins long, et moins précis que Levy sur le circuit européen. Il prend même moins de greens en régulation (60%) et son putting est équivalent.

Plus Levy jouera et plus il se créera d’occasions comme celle de ce week-end.

Il a simplement sorti des performances sur des gros tournois comme une 4eme place au championnat du monde de match-play ou une troisième place au BMW PGA Championship plus tôt cette année.

Plus Levy jouera et plus il se créera d’occasions comme celle de ce week-end.

Ce soir, la pilule sera peut-être difficile à avaler. Levy est pourtant sur la bonne trajectoire.

Plus que le résultat, il devrait retenir le fait que ce résultat le rapproche d'un plus grand objectif.

Au golf, pour atteindre le plus haut niveau, il faut obligatoirement passer des paliers. Le suédois Alex Noren en est le dernier parfait exemple, désormais dans le top-10 mondial après avoir progressivement dominé le circuit européen, notamment en 2016.

De tous les golfeurs français, Levy est actuellement le seul à être sur une courbe aussi positive. Comme l’indique, Jean Garaialde « En France, nous avons des bons joueurs, mais pas de résultats. »

Levy, en continuant ainsi, devrait progressivement faire mentir cette formule. Ce n’est peut-être qu’une question de temps.

En revanche, et contrairement aux croyances des cadres de la FFG qui se sont écharpés l’an passé sur ce sujet, cela n’aura aucun effet sur la création de licences supplémentaires.

Souhaitons à Levy de gagner pour lui, et seulement pour lui…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 875
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.