Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Players Championship 2014: Martin Kaymer de l’ombre à la lumière

Martin Kaymer : Premier leader du Players Championship 2014

Numéro un mondial de golf en 2011, l’allemand Martin Kaymer, qui a pris jeudi soir la tête du Players Championship avec une extraordinaire carte de 63, voit peut-être le bout du tunnel après trois années sans gloires. 

Une année de perdue, une année de transition, et semble-t-il enfin la bonne année pour l’une des plus fines gâchettes de l’équipe européenne de Ryder Cup.

Depuis sa victoire sur l’US PGA Championship en août 2010, Martin Kaymer n’a pas eu beaucoup l’occasion de sabrer le champagne, si ce n’est pour une très belle victoire en match-play, et un succès historique Medinah pour la Ryder Cup 2012 avec ses potes Poulter, Garcia, Rose, Molinari, et Colsaerts sous l’égide du capitaine José-Maria Olazabal ! 

Mis à part cette éclaircie, Kaymer n’a pas beaucoup connu les honneurs liés à son rang d’ex-meilleur golfeur de la planète. 

Kaiser Kaymer a donné le putt de la victoire définitive dans une journée de folie, un dimanche de Ryder Cup dans la banlieue de Chicago, depuis, il n’a pas vraiment connu les honneurs de la presse, et l’intérêt de tous.

En tout cas, pas comme il vient de le susciter avec son 63 à Sawgrass dans le cadre du premier tour du Players Championship, le cinquième majeur non-officiel du PGA Tour. 

Avec un score de 29 à l’aller, vierge de tout bogey, et finalement un record du parcours égalé après neuf birdies, il semble que l’on ait retrouvé le grand Martin. 

Au passage, il éclipse l’autre belle carte du premier tour : celle de Russel Henley, déjà à deux coups du leader. 

A trop réfléchir, parfois on perd son golf ! 

Encore un golfeur qui s’est vu trop beau, trop tôt !  Numéro un mondial l’espace de quelques semaines, Martin Kaymer s’est mis en tête de changer son swing, et surtout son style de jeu ! 

Au sommet du golf, n’importe quel autre champion aurait cherché à capitaliser sur ses forces, et non Martin Kaymer, n’est pas un golfeur comme les autres.

Lui quand il est numéro un mondial, il trouve que cela ne suffit pas, et qu’au contraire, son nouveau statut lui confère d’autres responsabilités, et notamment celle d’élargir sa palette de coups.

Et en particulier, être capable de travailler des balles de droite à gauche, alors qu’il a construit toute sa carrière, et tout son jeu depuis ses débuts, sur un jeu exclusivement en fade !

Une bien mauvaise idée sur le moment puisque l’allemand allait dégringoler du premier rang au soixante-troisième en moins de douze mois. 

Deux ans dans le flou à trop penser !

En réalité, cette chute est bien moins le produit d’un changement de swing qu’un changement d’attitude. « En 2012, je me suis un peu gâché, car je me suis distrait du jeu par trop de sollicitations en dehors du parcours liées à ce statut de numéro un. » 

Avant que l’allemand n’ajoute « L’année suivante, j’ai vraiment travaillé très dur pour revenir, et après, cela m’a pris encore entre six et huit mois pour arrêter de penser. » 

Un certain journal parlait récemment d’ennemi intérieur au golf… 

Comme quoi, Kaymer en pensant trop à la technique, s’est mis trop de complications en tête au lieu de simplement penser à jouer son jeu. 

Question qu’il ne s’est visiblement plus posé ce jeudi au moment de rendre une carte vierge de tout bogey, après avoir manqué un seul green en régulation sur dix-huit ! 

Finissant même très fort avec quatre birdies consécutifs sur les quatre derniers trous. 

La raison de son retour en forme 

Durant l’intersaison, chez lui à Phoenix, Kaymer et son coach de swing, Gunter Kessler ont fait le point, et après deux ans à trop penser, ils ont décidé de revenir au fade.

« Mon coup…c’est le fade ! Il fallait juste que je l’accepte. »

Cela paraît simple mais pour un golfeur allemand, accepter de ne pas trop se prendre la tête, et chercher la perfection absolue n’est pas si évident.

« De là où je viens, (l’Allemagne), nous sommes toujours en train de rechercher comment nous améliorer en permanence. »

Visiblement, le fait d’arrêter de chercher cette perfection semble lui réussir. Plus tôt cette année, il a obtenu un premier top-10 au WGC-HSBC Champions en Chine, et n’a manqué que deux cuts en neuf tournois.

Enfin la tête à l'endroit !

Sur ce Players, de tous les coups que Kaymer a joué ce jeudi, son coup le plus impressionnant a sans doute été son driver sur le trou numéro deux, un par-5.

Il a tapé un draw montant à plus de 255 mètres en plein milieu du fairway, pour terminer le trou par un birdie après deux putts.

« Je me tenais debout sur le tee de départ, et j’ai senti que le vent étais moins fort à gauche. J’ai compris que j’avais besoin d’un draw sur ce coup. »

Et c’est bien sur ce type d’analyse et de production que l’allemand a sorti une partie de golf magistrale.

Auteur de seulement 27 putts, c’est son jeu depuis le tee qui lui a permis de se mettre régulièrement près des trous.

Joueur de fade, il a su sortir quelques draws au bon moment.

Et dire que c’est pour tenter de gagner le Masters d’Augusta, qu’il a procédé à tant de changements dans son swing, et notamment insisté pour apprendre à jouer plus de draw.

Finalement, tout ce travail a porté ses fruits…simplement ce n’est pas sur les fairways d’Augusta qu’il en a tiré profit, mais sur ceux de Sawgrass.

A 29 ans, Martin Kaymer sait qu’il doit moins penser, et plus jouer pour retrouver les sommets.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2082
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.