Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

PGA Merchandise Show 2018 : Demo Day – Jour 1

PGA Merchandise Show 2018 : Demo Day – Jour 1

Comme chaque année, le demo day est le moment phare du PGA Merchandise Show, et il se situe à une trentaine de minutes du centre d’Orlando en voiture, sur le practice du Orange County National où des milliers de pros PGA sont attendus pour tester les dernières innovations mises sur le marché par plusieurs centaines d’exposants. Retour en images sur cette première journée.

Découvrez nos formules d'abonnements

Tout change… rien ne change…au demo day 2018

Même lieu, mêmes exposants à quelques exceptions près, même public, le demo day est une tradition très américaine.

Temple du marketing, les marques ont toutes leur crédo ou phrase choc pour convaincre quelques dizaines de milliers d’influenceurs et leaders d’opinions du business golf.

Le demo day a beau être un practice géant avec des milliers de golfeurs qui tapent des balles. C’est bien du « show business ».

Comme l’évènement a lieu aux Etats-Unis, le nombre de personnes présentes pourrait laisser penser que c’est ouvert au public, mais non, il s’agit bien d’un rendez-vous professionnel.

Sur ce point, sans chiffre précis fournis par l'organisateur, qui sur ce point, ne seraient pas forcément objectifs, l'impression est à une franche baisse du nombre de personnes présentes.

Les stands paraissent moins bondés qu'en 2016. Il est toujours difficile de se frayer un chemin vers un poste de practice, mais c'est moins la cohue.

Quand on interroge tous les acteurs, ils ont tous fait une excellente année 2017, cependant, le marché est pourtant plat ou même récessif, que ce soit aux Etats-Unis ou en France. Le demo day ne peut pas complètement occulter ce paramètre.

Néanmoins, cela reste un rendez-vous crucial à trois mois du réel début de la saison golfique, cette fois, par les clients, les joueurs.

De janvier à mars, pour les industriels se jouent une première partie cruciale : Celle de la communication. Le demo day est un moment pivot de cette première période de l’année.

Il peut dicter les premières commandes des distributeurs, et du coup, les premiers achats des golfeurs.

De janvier à mars, tout est possible ! Les consommateurs n’auront réellement leur mot à dire qu’à partir de mars-avril, et le bouche à oreille prendra le relais.

Le demo day, c’est donc la bataille des stands, et de la communication.

Par rapport à deux ans en arrière, en 2016, les principaux stands, notamment pour les marques majeures, n’ont pas changé d’emplacements, et de dimensions.

Toutefois, les stands paraissent moins extravagants comme si une attention particulière avait été portée sur les dépenses.

Le décorum change mais c’est à peu près tout.

En 2016, TaylorMade parlait de la « M Family ». En 2018, le stand s’est mis aux couleurs de la « Twisted Face ».

P1000368-mini.JPG

Le demo day, c’est aussi l’occasion pour les marques de faire appel à leurs derniers transfuges.

En 2016, Jamie Sadlowski, champion de long-drive faisait le show chez Callaway. En 2018, il est chez Cleveland pour démontrer son incroyable puissance depuis le tee.

Chez Cobra, la très plantureuse Blair O’Neal a laissé la place à la spectaculaire Carly Booth.

Elle suscite la même attraction des fans qui font la queue pour signer un autographe avec la belle à la plastique parfaite.

Le marketing peut aussi être parfaitement séduisant. Mais là encore, le temps passé pour atteindre la joueuse paraît moins long. Elle n'est pas moins "intéressante". C'est simplement le reflet d'une foule globalement moins dense sur la journée.

P1000243-mini.JPG

Le demo day, c’est pour ma part, l’occasion de rendez-vous avec les ingénieurs, et notamment ceux de Callaway.

Evan Woods (drivers et bois de parcours), Austie Rollinson (putters Odyssey- une référence du métier), Dave Bartels (balles)…les grands noms de la conception des clubs, des interlocuteurs que je n’avais pas encore rencontré, notamment l’an passé à Carlsbad.

Ces interviews ont été filmés et seront prochainement disponibles, le temps de « dérusher » et surtout de contrôler le son, alors que le vent était assez présent sur cette journée en plein air.

Chaque rendez-vous est minuté. Pour les marques, c’est plutôt la course pour tenir tous les rendez-vous entre médias du monde entier, distributeurs, et clients.

En définitive, si l'organisation du demo day ne change pas vraiment, la star, c'est le produit !

Un rendez-vous incontournable de l'industrie du golf

Cela a beau être du golf, l’ambiance est plutôt studieuse.

On peut croiser des ingénieurs TaylorMade devant le stand Ping, car c’est aussi l’occasion pour chacun d’aller un peu observer ou sentir l’ambiance chez le voisin.

Sur cette première journée de show, il faut admettre que les marques de matériel ont réellement la part du lion.

P1000218-mini.JPG

 

Comme nous sommes sur un practice, tout tourne autour de la frappe de balles. Logiquement, les exposants sont plutôt les fabricants de têtes, de manches, et de grips.

Lors des prochaines journées de mercredi à vendredi, l’équilibre sera mieux respecté avec les accessoires, et surtout le textile qui occupera au moins 40 à 50% de la superficie totale du convention center.

En dehors d’avoir fait un tour complet du practice en forme arrondie, je me suis particulièrement arrêté à trois endroits : TPT Golf pour les manches qui réduisent l’oscillation, Swingshirt, et sur le putting-green.

Concernant TPT, j’ai eu l’occasion de retester le manche extra-stiff low torque que j’ai vraiment apprécié.

Bien qu’extrêmement rigide et pas recommandé pour ma vitesse de swing, j’ai trouvé la sensation de déplacement du shaft dans l’espace vraiment excellente.

Sur l’immense practice et avec du vent, dommage que je n’ai pas emmené le Trackman pour mesurer les performances, mais à l’œil, les trajectoires de balles m’ont vraiment plu.

Dans les prochains jours, de retour en France, il est prévu de recevoir un nouvel échantillon pour pousser plus loin les tests. J’ai dans l’idée de refaire le test du dernier driver TaylorMade M3 avec le shaft TPT.

J’avais déjà évoqué le swingshirt par le passé, mais je n’avais jamais reçu l’échantillon pour le test.

Passant devant le stand, j’ai pu taper des pleins coups de fers avec.

Au bout de quelques minutes, j’ai décidé d’en acheter un modèle à 49 dollars pour le ramener en France.

Depuis des années, je bataille avec un plan de swing à la « Jim Furyk » avec la consistance en moins.

P1000342-mini.JPG

 

Il semble bien que j’ai enfin trouvé un produit qui peut m’aider à mieux sentir ce qui se passe au backswing, et obtenir un swing plus compact, et plus consistant. Ce sera l’occasion d’un prochain article de retour en France.

Sur le papier, ce n’est pas une technologie révolutionnaire. Finalement, tous les golfeurs ne veulent pas que des trucs qui font bip, bop et boom, mais surtout des aides qui fonctionnent.

Dernier fait notable de cette première journée au demo day, un petit tour sur le ridicule putting green en comparaison avec l’immensité du practice, où là on trouve de petits exposants, des geo trouvetou, inventeurs d’aides à l’entraînements.

On peut y voir des sticks horizontaux à fixer sur le grip pour aider à diriger le balancier du putting avec la ligne ou des trous amovibles avec des numéros à viser pour s’exercer à trouver les bonnes pentes.

P1000351-mini.JPG

La difficulté consiste à faire le tri entre les gadgets et les aides vraiment utiles. On peut alors y croiser des pros français comme Guillaume Biaugeaud en train de justement tester une aide au putting pour l'académie du Vaudreuil.

P1000354-mini.jpg

Sans chiffres précis, on croise là-aussi un certain nombre de pros et clubfitters français.

Premier bilan

Pour un premier bilan de cette journée, oui, je peux dire que tout change… rien ne change.

C’est le même lieu, la même ambiance, la même intensité marketing, et le même professionnalisme, même si l'impression de foule paraît moins importante.

Les deux mots qui reviennent le plus souvent, sont innovation et technologie.

Un fabricant de grip ne vous dira pas que son grip est juste un grip. Il y a de la technologie dans un grip !

Chaque marque arrive avec une histoire à raconter, et très franchement, c’est tellement bien fait qu’on a toujours envie d’y croire.

En définitive, pour un acteur du golf, et même un média, bien qu’il n’y ait pas toujours de révolution, c’est une « place to be » pour comprendre ce business, ses enjeux, ses intervenants, et toutes les relations complexes qui peuvent se nouer dans le but de convaincre plus de 60 millions de golfeurs dans le monde.

Posté par le dans Actus marques
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 412
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.