Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

PGA Merchandise Show 2016: Le demo day de la démesure

PGA Merchandise Show 2016: Le demo day de la démesure

Semaine spéciale PGA Merchandise Show sur jeudegolf.org ! Nous avons fait le déplacement pour l’occasion jusqu’à Orlando et le Orange County Convention Center, sorte de mecque du business golf dans le monde, afin de découvrir au plus près ce que seront les nouveautés pour la saison de golf 2016 ! 

Découvrez nos formules d'abonnements 

Récit exclusif d’un média français (le seul?) au PGA Merchandise Show 2016 !

Il faut bien admettre que nous vivons et pratiquons un sport d’américains. Avec 25 millions de pratiquants, force est d’admettre que le centre de gravité du golf dans le monde se trouve de l’autre côté de l’Atlantique.

Et l’ensemble du monde s’est donné rendez-vous du 26 au 29 janvier en Floride, un état à la météo bien clémente à cette période de l’année.

Il y a une sorte de douceur de vivre aussi bien au niveau du climat très tempéré que dans le comportement des américains eux-mêmes.

Les routes sont bien sûr très larges comme on peut le voir dans les films, mais il règne dans le centre-ville d’Orlando une certaine forme de quiétude, que ce soit le jour ou en début de soirée.

Pas d’excitation ou de frénésie palpable comme à New York, mais finalement un peu comme à Atlanta, une autre mégalopole du sud des Etats-Unis, un ronron des automobiles et des habitants plutôt régulier.

Les voitures ne cherchent pas à griller les feux rouges, tout le monde semble suivre les règles de vies communes sans excitation particulières.

Dans le bus, personne ne cherche à vous passer devant…chacun attend son tour patiemment.

convention-center-mini.JPG

C’est donc dans ce contexte que le majestueux Orange County Convention Center trône au milieu de la ville, et s’apprête à recevoir plusieurs dizaines de milliers de membres ou d’affiliés à la PGA, ainsi qu’une centaine de fabriquant qui font le business du golf dans le monde, mais surtout aux Etats-Unis.

Mis à part Srixon, peu de marques nippones sont présentes. Pas de Mizuno, mais ce ne sont pas les seuls à faire l’impasse. A notre surprise, Nike Golf n’a pas fait le déplacement.

Les mauvaises langues diront qu’ils ont voulu boycotter le TaylorMade show !

L’intérêt du PGA Merchandise Show

Début janvier en Floride comme sans doute en Californie et une grande partie du sud des Etats-Unis, la météo est propice au golf. Dans ces états qui comptent beaucoup de golfeurs, la saison peut donc démarrer assez tôt, et plus tôt qu’en Mars comme un peu partout ailleurs aux USA, et en fait en Europe.

welcome-demo-day-mini.JPG

D’ailleurs, c’est à se demander si la saison s’arrête vraiment…La Floride est sans doute comparable au Portugal, où douze mois sur douze, les passionnés n’arrêtent jamais.

Pour les marques, c’est le bon moment pour lancer des nouveautés pour la saison, et qui commenceront à atteindre un pic de ventes autour de Mars et Avril quand l’ensemble du monde « développé » aura pris le chemin du retour au golf, et surtout que le Masters d’Augusta donnera le coup d’envoi de l’année golfique.

Et avec chaque nouvelle saison, l’envie de découvrir son lot de nouveautés, de nouveaux produits, de nouveaux clubs, et de nouveaux gadgets qui pourront contribuer au plaisir de la pratique.

Tout le monde ne va pas changer de driver ou de chariot électrique en 2016, mais pour ceux qui se laisseront tenter, l’envie de découvrir un « nouveau truc ».

Surtout pour les clubs où nous avons tous envie au fond de nous, de taper quelque chose de nouveau, alors qu’intrinsèquement,  pour la plupart, notre swing reste le même.

C’est d’ailleurs le défi pour la filière dans son ensemble, et c’est exprimé au PGA Show : rendre le golf plus facile !

Ici, pas de débat sur la facilité d’accès au golf, ou de procès en élitisme, le golf fait partie intégrante de la société américaine.

Sans doute que le PIB par habitant supérieur en moyenne de 20 000 dollars par an à l’équivalent en France explique pourquoi 10% de la population joue au golf, et trouve normal de le faire, quand chez nous, nous ne sommes que 0,7% et devons encore parfois nous justifier de pratiquer un pseudo sport de riches !

Il y aurait un sujet à écrire entre développement économique et pratique du golf !

Les américains ne sont pas aux 35 heures, ni aux 5, 6 ou 7 semaines de congés payés, ceci dit à 4 ou 5 heures, il n’y a plus personnes dans les bureaux, et il reste du temps pour faire du sport.

C’est un autre débat.

foule-pga-show-mini.JPG

Le sujet, c’est donc faire que les golfeurs soient meilleurs pour qu’ils prennent plus de plaisir, qu’ils consomment plus, qu’ils restent dans le jeu, et fassent des émules.

Ceci dit, rendre le golf plus facile ! Mince, cela sonne comme quelque chose d’assez conceptuel pour 95 % des joueurs amateurs.

Distance et tolérance sont donc toujours en 2016 les mots clés pour justifier la sortie de nouveautés.

En revanche, et du tour complet que nous avons pu faire dans nos premières heures de présence, et à l’unisson de TaylorMade revenu à la raison, les marques ont accepté de revoir leurs calendriers de productions sur des cycles plus longs, à savoir 18 à 24 mois au lieu de 12 et parfois 6 mois.

De l’aveu de tous, la filière n’était plus crédible dans sa capacité à proposer des clubs plus performants dans des rythmes aussi courts.

La contre-performance commerciale de l’ex-numéro un mondial a rappelé à toutes les marques que le consommateur ne pouvait pas être dupe.

C’est aussi cela l’intérêt du PGA Show, donner le tempo !

Le premier jour, c’est DEMO DAY

Sur un salon qui va durer quatre jours, le coup d’envoi et même le temps fort de la semaine est indéniablement le Demo Day qui a lieu sur un practice de golf en rond, et à l’extérieur de la ville (il faut une bonne demi-heure pour s’y rendre en bus) et permettant tout à fait d’exposer plus d’une centaine d’entreprises, et les grandes marques de matériel qui profitent de l’occasion pour affirmer leurs personnalités, et leurs différences, ne serait-ce que par la taille, et le style des stands, ou la tenue des équipes commerciales.

pga-centenaire-mini.JPG

C’est à l’américaine ! Tout doit être soigné, et tout doit inspirer la vente sur le practice du Orange County National grand de 42 acres ou pardon en français, plutôt 17 hectares !

Surtout, que nous n’en avons pas encore parlé, mais le PGA Show n’est pas réellement un événement grand public, malgré une affluence qui se chiffre en 20 à 30 000 visiteurs par sessions.

Le PGA Show est principalement organisé en faveur des professionnels et enseignants de golf PGA qui une fois l’an sont réunis pour découvrir les nouveautés de la saison, mais pas seulement matériel….

srixon-mini.JPG

Quelles sont les nouvelles attentes des consommateurs ? Quelles sont les nouvelles techniques d’enseignements ?

Le programme des conventions est particulièrement chargé…David Leadbetter est venu pour exposer son A-Swing pendant près de 3 heures, et d’autres stars de l’enseignement sont présents comme  Rick Smith ou encore Mike Malaska et Michael Breed, récemment élus enseignants de l’année aux USA.

Le demo day, c’est en fait la récréation ou la fête ! Surtout que l’événement est l’occasion de célébrer le centenaire de la PGA.

Pour l’occasion, aux environs de 9h30, le coup d’envoi du show a été donné par des golfeurs des 41 sections de la PGA, et y compris les membres de la junior league, tapant tous en même temps des coups comme des canons pourraient tirer à l’unisson…en moins bruyant…

Les stars du business, enfin certaines ont fait le déplacement. Surtout les plus charismatiques, comme Bubba Watson, Jamie Sadlowski (champion de long drive), Lexi Thompson, Blair O’Neal, Jesper Parnevik et Greg Norman (qui lui arrive en hélicoptère, et avec un policier qui l’escorte).

Sur les stands, en regardant les joueurs se relayer pour taper…il nous est revenu une pensée « Mais en fait, ils tapent tous plutôt pas mal…. » Et pour cause, dans 95% des cas, ce sont des moniteurs !

pro-golfer-pga-mini.JPG

Certains arborent des tenues complètes d’équipementiers (Titleist, Mizuno, Nike, Adidas, Under Armour…) et d’autres sont plus sobres, mais c’est quand même la fête de la casquette de golf !

Sinon, une autre grande catégorie de badgés est présente : les « buyers »…Ils tapent beaucoup moins bien, mais ils sont là pour examiner ce qu’ils vont acheter en 2016 pour nous le vendre ensuite.

nouveautes-pga-show-mini.JPG

Les responsables de magasins comme par exemple, Dale Seaton (représentant d’un magasin indépendant en Géorgie) ou Paolo Vittadini (patron de l’enseigne US Golf) apprécient de pouvoir taper les clubs les uns après les autres, et dans toutes les marques pour avoir un avis comparatif immédiat. Sentir tout de suite ce qui pourra générer un effet whaouh de ce qui sera plus conventionnel. De leurs aveux, taper soi-même les clubs n’a rien à voir avec le fait de lire une brochure.

Et les organisateurs du salon du golf en France rêveraient sans doute de pouvoir reproduire ce business-model !

Un sponsor pour les bus (Yamaha), un sponsor pour les sacs (Flightscope), un sponsor pour les casquettes, pour les vêtements, etc.

Des tarifs qui vous font tousser pour se restaurer !

Tenez-vous bien pour une saucisse dans du pain…et ce n’est même pas un hot dog : 10 dollars !

Pour une limonade, du citron dans l’eau avec plus de glaçon que de liquide : 5 dollars ! Et encore, c’est 10 dollars avec une larme de whisky !

Si un jour, vous allez au PGA Show, dites-vous que ce n’est pas pour manger…Impossible de ne pas faire la remarque quand on est français !

A ce détail culinaire près, le temps étant de la partie, les visiteurs ne sont pas arrivés en retard, surtout qu’à 16 heures, les exposants remballent.

Il faut plusieurs minutes pour faire le tour du practice et en marchant à un rythme soutenu. Partout, les postes de practices sont pris d’assauts.

Et là, il faut se prendre un tout petit peu au sérieux quand vous tapez des balles devant des milliers de paires d’yeux.

Comme dirait Titleist, c’est un peu un événement « serious golfer »

Finalement, c’est Cobra qui détend l’atmosphère avec d’une part son partenariat avec Red Bull qui a amené la sono, et d’autre part, la venue de la très sexy mais néanmoins golfeuse professionnelle, Blair O’Neal.

blair-oneal-mini.JPG

Ils sont nombreux à faire la queue pour faire une photo avec elle, et pas sûr que tout le monde connaisse son pédigré sur le LPGA Tour.

Qu’importe, c’est un moment sympa !

Nos temps forts !

Pour nous aussi, le demo day…ce n’est pas du tourisme.

La journée a été l’occasion de trois rendez-vous pour trois sujets à venir :

l’interview d’Alessio Smith (directeur du marketing Amérique du Nord) de Srixon, Cleveland et XXIO, l’occasion de faire le point sur les belles performances des marques à l’international.

benoit-vincent-mini.JPG

L’interview de Benoit Vincent (CTO TaylorMade), à savoir le patron de la production qui nous accordé un long moment pour que nous puissions réaliser un sujet « TaylorMade Insider », et en fait décortiquer avec lui les technologies employées sur les nouveaux clubs M2. De plus, il a tenu à ce que nous réalisions un test comparatif de la nouvelle balle Project (a) par rapport à la Titleist NXT Tour. Son objectif, nous faire percevoir la compression plus basse, le touché plus doux, et la coque qualitative de cette nouvelle balle, et le tout sous le contrôle d’un radar GC2. Dans ce prochain sujet, nous vous réservons des commentaires et des visuels exclusifs sur les derniers clubs TaylorMade, d’autant que Monsieur Vincent n’a esquivé aucune question, même les plus difficiles.

Et enfin, un interview avec Nicolas Girard (le directeur du golf pour Cobra Puma Golf) que nous rencontrions pour la première fois, ce qui nous  permet aussi de vous confirmer que nous allons bien tester désormais tous les produits des deux marques à partir de 2016.

L’interview a porté sur l’actualité de la marque, les nouveaux drivers, et les nouvelles séries de fers King, Max, et F6, ainsi et c’était difficile d’y échapper quelques heures après sa victoire à Abu Dhabi, la présence de Rickie Fowler dans le top-4 mondial !

Suite du programme ce jour à Orlando pour un show au sein du centre de convention, et encore sans doute une preuve de gigantisme…Il paraît que si nous marchons dans toutes les allées, nous pouvons parcourir jusqu’à 16 kilomètres !

La journée promet d’être encore plus dense avec beaucoup de rendez-vous pour découvrir ce qui fera l’actualité équipements de golf dans les prochaines semaines.

To be continued…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1630
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.